Partagez | 
 

 Et si je te tends la main ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Sam 10 Mar - 10:26

Je n'avais pas remarqué à quel point cela avait pu mettre Ronan dans une situation délicate, en fait, je n'avais même pas cherché à comprendre. J'avais fait ce qu'il m'était semblait être le mieux pour moi.. et visiblement, je m'étais trompée ! En même temps, à la base, je ne voulais que me reveiller, je ne voulais blesser personne, même pas moi. Mais il est vrai que consciemment ou insconsciement, j'avais pensé à mourir pour ne pas finir seule comme je l'avais toujours souhaité. Oui, visiblement, tout ce que j'avais pu faire dans ma vie avant , tout ce que j'avais voulu devenir, je semblais vouloir être le contraire. Mais bien sur, cela ne restait qu'au fond de mes pensées, je n'étais pas encore prête à laisser ce monde me noyait dans une espèce d'utopie comme quoi j'aurais un futur plus prometteur que mon passé. Non.. je n'étais pas prête.

Enfin au moins, j'avais essayé de me rattraper, m'inquietant pour l'état du jeune homme. Même trempée, même rouge de honte. Il était mignon, il donnait confiance. Je ne savais pas pourquoi j'avais réagis ainsi, mais tout ce que j'avais pu comprendre, c'est que je m'étais jetée dessus simplement pour l'aider, sans le detester sans.. appréhension sur sa personne. Je commençais peut être à avoir une confiance aveugle envers lui mais cela n'était pas mal placé. Non, je le sentais, je suivais mon instinct et jusqu'à aujourd'hui, celui ci avait été le seul en qui j'avais pu croire : mon instinct.

C'était incroyable comme il était brulant, et oui, cela m'avait inquiété alors effectivement, je n'avais pas eu d'autres idées que de lui lançait de l'eau à la tête.. Mais il y avait eu autre chose entre temps. Il avait.. presque changé pendant quelques secondes. Il avait changé d'apparence, je l'avais remarqué, aussi étrange que cela puisse paraitre.. puis il avait arrêté ! Alors il savait se contrôler non ? ce n'était pas ce qu'il venait de faire ?! Fronçant les sourcils, et alors que j'allais lui faire part de la constatation que je venais de faire, il me prit dans ses bras, me serrant très fort.. Bon et bien au moins, il ne serait plus tout seul à être trempé pour le coup.

Il me prit dans ses bras.. comme si j'étais une enfant, une chose fragile, il me prenait avec tant de douceurs qu'il me rassurait en plus de se rassurer lui même. Je soufflais légèrement de soulagement ne comprenant même pas d'où je trouvais celui ci.Je sentais son odeur apaisante, et la force de ses bras m'entourant, me protegeant. Oui, là, je me sentais en totale sécurité.. Alors que sans vraiment le savoir, si cela était venu de quelqu'un d'autre, j'aurais doute refusé, repousser, voir pire.. Je me serais énervée et autres. Mais là, je ne demandais qu'à rester dans ses bras. Je ne disais plus un mot. J'étais apaisée ne sentant plus aucun poids sur mon épaule. C'était un effet étrange, mais tellement merveilleux que je voulais que cela reste éternel. Ces paroles me touchèrent.. Pour une fois que mon existence rendait quelqu'un heureux.. Non, réflexion mauvaise, il fallait vraiment que j'arrête de penser par moments !

Lorsque Ronan me lacha, je fus surprise de voir qu'il enlevait sa chemise.. sans rougir. Il était vraiment beau et tout plein de muscles, de quoi fondre à ses pieds. Mais je n'avais pas bougée, j'étais restée là, agenouillée. Il arriva de nouveau, me fixant. Oui, je le sentais son regard.. Mais je n'osais pas faire de même, le regarder.. pour le regarder. Je préférais admirer à quel point le sol était gris et beau. whaou ! Ainsi il voulait que je dorme.. mais moi je voulais être franche, j'avais peur de dormir, peur que ca recommence et de nouveau le reveiller.. Oui, j'étais totalement effrayée à l'idée de retourner dans les bras de morphée.

<< - J'ai assez dormi c'est bon, c'est de moi qu'il faut pas se soucier ! >>

J'avais dit ca en bougeant la tête, levant les yeux au ciel. Le jeune homme s'allongea à mes genoux alors que je n'avais pas bougé depuis belles lurettes ! Il était adorable, totalement différent du soldat qu'il semblait être normalement. Totalement différent de ce que l'on pouvait s'imaginer en l'apercevant au loin. Oui, il était.. attendrissant et beau. Le genre de garçon qui ne mérite aucune difficultés de la vie grâce à sa douceur et son honnêteté. J'avais envie de mettre ma main sur son visage, mais je m'en empechais.. J'avais déjà assez fait de bêtises pour ne pas continuer. Je restais là, à l'observer.
Je repensais durant ce silence, à mon rêve, à tout ce que j'avais pu voir et ressentir durant celui ci. Je secouais la tête pour ne pas laisser les larmes de peur venir. D'ailleurs mon regard s'était tourné vers l'entrée de la grotte. J'avais ma main sur mon poignard comme si je m'attendias à ce que quelqu'un survienne. J'avais la trouille, et j'en devenais presque paranoïaque en y pensant. J'essayais de penser à autre..chose. Oui, comme lorsque Ronan avait commencé sa transformation sans finir celle ci.. Voyant très bien qu'il n'arrivait pas à dormir, je m'autorisais à parler.

<<- J'avais raison tout à l'heure, vous avez bien vu, vous pouvez avoir le contrôle sur votre pouvoir..>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Sam 10 Mar - 21:51

L'urgence faisait bien les choses... Du moins quand on en connaît un minimum sur les façons d'agir dans des cas comme celui-ci. Ronan s'était senti paniquer, mais aussi, qu'il savait quoi faire et que même s'il allait sans doute défaillir sous la chaleur qui irradiait de son visage, il fallait agir, vite et bien. De toute façon... il aurait continué, même lorsqu'il aurait été trop tard, parce que de l'espoir il en avait et de la persévérance... à revendre !
En fait, c'était un peu dans un état second qu'il s'était "débrouillé", un peu comme s'il assistait à ses propres gestes, sans les guider réellement. Il crut même pendant un instant qu'il était en train de se transformer et que c'était donc le "monstre" qui agissait, lui permettait d'en voir un peu pour le coup. Mais non, ce n'était pas le cas, ses mains étaient normales, il ne ressentait pas les changements caractéristiques et si douloureux de ses changements métamorphiques.
Même très rouge, il avait donc soulevé son menton, installé au mieux son corps et donné de l'air à ses poumons, quitte à se forcer à respirer trop vite. Mais d'un autre côté, sous la peur, son rythme cardiaque avait pas mal augmenté donc son souffle suivait.
Lorsqu'elle se réveilla, qu'elle respira à nouveau, il n'eut même pas le temps de s'en réjouir.

Peut-être que quelque chose clochait chez lui. Peut-être qu'ELLE avait vraiment réussi à le briser pour de bon. Mais c'était la peur à nouveau des sentiments qu'il pouvait avoir provoqué par son geste pour la jeune femme. Elle qui avait été torturée et abusée à de trop nombreuses reprises... Se réveiller sur un homme quasiment collé à elle... Et puis comme elle était allongée, il était forcément au-dessus d'elle... Donc ouvrir les yeux sur un homme, collé à elle, en position de force et l'air d'avoir déjà commencé par la bécoter. Ca n'avait rien de rassurant. C'était pour ça qu'il s'était éloigné si vite, en se traitant d'abruti alors qu'il savait qu'il n'aurait pas pu faire autre chose que ce qu'il avait fait de toute façon. Il ne voulait pas lui faire peur, c'était tout le contraire. Mais après ce geste...

Sauf que voilà, elle ne réagit pas très bien non plus. Enfin si, elle réagit en fait très bien, mais pas du tout de la manière à laquelle il s'attendait.
Ronan n'était pas sûr de lui en tant qu'homme. C'était une certitude. Il était timide et mal à l'aise avec les femmes, inconscient de ses atouts. Dans un sens, ce n'était pas plus mal. S'il l'avait été, sans doute aurait-il été différent, frimeur ou en abusant à tort et à travers... pour charmer puis abandonner les femmes. Le simple fait de le suggérer ainsi au garçon aurait certainement provoqué sa colère ou un mutisme équivoque.
Bref. Il était timide. Mais avec elle c'était tout de même très différent, vraiment très différent. Il réussissait à parler, à rire, sourire et réellement communiquer... même s'il rougissait parfois et taisait beaucoup de choses. Et puis il voulait vraiment la protéger, en toute sincérité et sans exiger quoi que ce soit en retour si ce n'est qu'elle se rétablisse.
Mais au lieu de la voir pâlir, hurler, ou se recroqueviller sur place en pleurant, raison pour laquelle il s'était si vite (trop vite) éloigné, pour lui montrer clairement qu'il ne voulait pas lui faire de mal... elle vint directement vers lui, l'air inquiète. En sentant sa main fraîche sur son front, il frissonna des pieds à la tête et n'eut pas le temps de penser davantage qu'elle lui renversait la gourde sur la tête.

Bon point ? Ca lui remit les idées en place.
Au moins elle ne semblait pas avoir eu peur...
Deux, elle semblait n'en avoir strictement rien à faire de se réveiller sur un homme en train de "l'embrasser" et pourtant par tous les dieux qui pouvaient exister s'il en restait, il n'en avait pas profité et n'avait pas franchi les limites du bouche-à-bouche !
Trois.. elle s'inquiétait pour lui, de manière un peu... active, engagée... et absolument adorable. A tel point qu'il en était un peu scié en fait.
Quatre... il se rendait enfin compte qu'elle allait vraiment bien, qu'il pouvait arrêter de rougir, que ça avait fonctionné. C'était aussi pour cette raison qu'il n'avait plus rougi et l'avait juste prise dans ses bras, très légèrement tremblant, heureux de voir qu'elle allait bien.

La serrer contre lui ainsi, oui, ça le rassurait beaucoup, mais pas seulement.
C'était étrange peut-être mais il avait vraiment l'impression d'être utile, d'être au bon endroit au bon moment et pour une fois... oui pour une fois enfin, de faire ce qu'il devait faire.
Comment expliquer alors que ses bras se serraient presque avec un automatisme incontrôlé autour d'elle, le sourire qui étirait lentement ses lèvres et le simple fait de fermer les yeux, comme pour mémoriser cet instant ?
Non décidément, c'était lui qui devait être fatigué, il avait des réactions étranges, trop... affirmées et pas aussi timides et mesurées ou distantes qu'il aurait dû.
Il lui sembla l'entendre soupirer mais il n'en était pas certain et ce n'était pas un soupir d'agacement, du moins pour une fois, il ne le perçut pas comme tel.
Peut-être que cette étreinte dura trop longtemps, sans doute. Mais il se calmait ainsi.
Son coeur battait moins vite du fait de la peur et de la honte qu'il avait ressenties. Son inquiétude disparaissait au profit d'un apaisement certain. Néanmoins ses mains restèrent tout à fait immobiles dans le dos de la jeune femme. Enfin dans le dos... façon de parler, elle était mince quand même et comme il la serrait étroitement contre lui...

Il finit par la lâcher, les yeux légèrement brillants et lui sourit avant d'ôter sa chemise effectivement cette fois-ci sans rougir. D'ailleurs il ne comprit pas pourquoi elle s'obstinait à fixer ainsi le sol. Avait-il dit ou fait une bêtise ?
Il lui dit qu'elle devait dormir mais elle semblait s'y refuser et puis elle le menaçait, comme quoi il devait tout autant se reposer.
Même s'il n'en donnait pas l'impression, Ronan se doutait que ce n'était pas dû au hasard et qu'elle avait certainement vu quelque chose d'horrible dans son sommeil pour ne pas vouloir se rendormir tout de suite. Il n'insista pas, du moins pas pour l'heure, même si ses cernes l'inquiétaient et s'allongea par terre, néanmoins très proche d'elle, un bras sous sa tête, la fixant avec un sourire gentil.
Elle le regarda à nouveau, ce qui lui fit plaisir et lorsque son regard se fit vague, il fixa la voûte de leur abri, pensivement.

Lui aussi songeait à ce qui s'était passé.
A son intervention, certes audacieuse mais au moins salvatrice.
Il ne porta pas la main à ses lèvres mais serra légèrement celles-ci l'une contre l'autre.
Parce que même si ça n'avait été qu'un bouche-à-bouche pour la survie... il gardait le goût de ses lèvres sur les siennes. Et elles n'avaient pas un goût de sang comme l'aurait suggéré sa légère coupure. C'était très différent, vraiment très très différent.
Il se reprit, jugeant sévèrement ses pensées déplacées et franchement mal venues et releva légèrement les yeux vers elle lorsqu'elle lui parla. Il avait déjà remarqué ses gestes inquiets, sur le qui-vive et était prêt à parler avec elle, mais là, c'était autre chose. Il lui fit un drôle de sourire cette fois, entre la tristesse et la douceur et détourna les yeux pour fixer à nouveau le plafond.

- Je n'ai rien fait du tout, détrompez-vous. Je n'ai jamais su réellement contrôler mon pouvoir. Il m'arrive de pouvoir le museler en partie lorsqu'il commence tout juste à s'exprimer mais même ça, ce n'est pas automatique. Là, c'était déjà trop tard, mon corps commençait à changer et je savais que la douleur m'assommerait trop pour que je lutte. Mais cette fois-ci, c'était... autrement.


Il eut un sourire plus sincère et la regarda dans sa drôle de position allongée, la tête légèrement redressée en arrière pour la regarder.

- Je sais que j'ai eu peur de vous faire du mal, que ça m'a tellement noué le ventre que j'étais plus terrorisé que jamais. Sauf que vous avez agi très vite, tellement que je n'ai pas eu le temps de penser à quoi que ce soit. Ce n'est pas l'eau qui m'a arrêté, c'est une certitude. Je ne sais pas trop... Mais lorsque vous m'avez touché, regardé dans les yeux, à votre tour si inquiète, je sais que quelque chose a changé, un peu comme un mécanisme rouillé qui se remettrait en place, et je suis redevenu moi-même. Mais ce n'est pas moi... c'est vous, ça je le sais. Je savais bien que vous étiez spéciale.

Il sourit en terminant sur cette phrase, fermant les yeux, à nouveau parfaitement honnête dans ses paroles. L'instant d'après pourtant, la surprenant certainement, il se redressa sur les genoux, se mettant face à elle.
Prenant garde à ses blessure, un sourire étrange aux lèvres, digne de celui de conspirateur dont il avait usé pour la faire sourire en la portant jusque là bien plus tôt, il appuya sur ses épaules pour la faire basculer. Elle pouvait toujours essayer, elle n'allait certainement pas réussir à lutter contre sa force. Une fois qu'elle fut allongée, son sourire s'adoucit et il fit cesser sa position de force intimidante, s'allongeant à ses côtés mais mettant un bras au-dessus de sa taille, un peu comme une barre de sécurité dans les manèges pour l'heure... Il ne la regardait plus, mais c'était un peu normal vu qu'il rougissait à nouveau beaucoup.

- J'ai dis que je vous protégerais et ce même contre les pires des rêves... Vous avez désespérément besoin de repos Louka, vous le savez... et moi aussi. Je vous jure que je resterais proche de vous et que je vous réveillerez aussitôt que vous ferez mine d'être en plein cauchemar, mais je refuse de vous laisser veiller ou prendre peur contre vos rêves, ne serait-ce qu'un instant de plus.

C'était certainement très étrange.
Après tout, il était un grand jeune homme... Elle était allongée sur le dos, lui sur le flanc, la maintenant au sol de son bras gauche, mais sans forcer réellement, de peur de lui faire mal. La tête un peu au-dessus de la sienne, il essayait de ne pas la regarder, parce qu'il était très intimidé par sa propre action, même s'il savait qu'elle était importante, et il rougissait beaucoup. Mais ses paroles avaient été dites de manière très gentille, un brin suppliante et la tension dans son bras se relâcha un peu.

- S'il vous plait... murmura t-il doucement rougissant déjà un peu moins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 12 Mar - 15:47


Je laissais Ronan parler sans même répondre. Non pas que je ne voulais pas, non pas que je ne l'écoutais.. Oh non, au contraire, je ne l'entendais que trop bien.. Oui, ces dires stupides sur ma personne particulièrement dont il ne semblait pas comprendre qu'il n'en connaissait vraiment rien. En fait, ce qui me perturba ce fut qu'il affirma que j'étais spéciale. Sauf qu'il n'y avait pas plus normal que moi, avec ma haine et mon engouement à detester le monde entier. A cet idée, j'eus un sourire en coin. Avoir des compliments ne me réussissait pas en effet, les premières pensées que j'ai pu avoir était que.. Un jour, je me vengerais. Je me vengerais de tout ceux qui avaient osé créer la souffrance dans ce monde, je me vengerais du mal qu'y m'avait fait. Et ma haine était bien trop grande pour qu'un jour je n'y pense pas .

Oui, là je semblais comme heureuse, et je le resentais dans ma tête que de me sentir presque bien. Peut être parce que je venais de ce que je pouvais qualifier de l'enfer, peut être parce que j'étais en compagnie d'une personne incroyable qui ne faisait pas attention à qui j'étais.. Peut être parce que j'avais l'impression de réellement vivre un minimum dans ma liberté de penser, de parler.. de bouger, mais surtout de voir. On ne se rend pas compte à quel point la vue peut être indispensable.. Pas avant d'avoir gouter à l'obscurité.. A ce moment précis, vous avez l'impression de dépérir en étant sur que vous ne reverrez plus jamais le jour. Alors, oui, c'était peut être pour ces choses belles qui revenaient que je m'affichais agréable, souriante, presque..heureuse de vivre !

Mais au fond.. je savais qu'un jour, sans que je prévienne personne, j'irais à la rencontre de ceux qui avaient toujours réussir à me pourrir la vie. Un jour, je retournerais vers les personnes qui n'avaient aucune once d'humanité pour réussir à faire ce qu'il avait fait. Et j'avais quelques nom précis en tête.. D'autre pas, d'autres, c'était des catégories.. Comme les humains.. Déjà avant, je les detestais.. mais aujourd'hui, il n'y avait pas de mot assez fort pour qualifier la haine que je ressentais envers.. ces moins que rien. Mais je savais que ce n'était pas le moment d'y penser. Je sentais mes traits se tendre, mon regard devenir noir, oui, je sentais vraiment que j'étais partie bien trop loin dans mes pensées. Et le premier réfléxe ne fut que surprenant.. Après quelque secondes durant lesquelles Ronan avait fini de faire une espèce d'Eloge envers moi en me qualifiant de spéciale, je me mis à rire.. Presque dans un fou rire. La seule réaction que j'avais trouvé.. non démonstratif de mes pensées. Le contraire de ce que je ressentais à cet instant précis.

<<- Il n'y a pas à dire.. vous êtes grave, faut vraiment aller vous faire soigner vous savez ? Voulez vous que je vous rappelle par un petit aperçu ce que font mes yeux ? J'imagine bien que vous me répondrez non parce que je n'ai pas besoin d'agir pour vous le faire comprendre.. Je ne suis pas spéciale, Bien au contraire >>


J'eus de nouveau un rire. Peut être un peu plus méchant.. que la fois précédente, mais pas envers Ronan, non, bien sur que nous. Ah, il fallait que je calme, toute mes réactions devenaient n'importe quoi ! D'ailleurs ce qui me fit arreter de sourire stupidement, ce fut les gestes rapides de Ronan. Se mettant à genoux et m'appuyant sur les épaules. Je fronçais les sourcils ne comprenant pas immédiatement. Qu'est ce qu'il faisait ?! Sa posture intimidante et son action me laissèrent bouche bée, tellement que je n'eus pas la force de.. le contrer. Forcément, une fois à terre, j'avais pensé me relever mais hop, je m'étais retrouver bloquée. Et dans tout les sens du terme, physiquement parce qu'il m'en empechait de me relever et mentalement parce que je ne comprenait.. Mais alors strictement rien ! Non vraiment, je ne comprenais pas.. Sa façon de proteger ma personne, c'était agréable certes, mais visiblement, l'idée de dormir ne me rassurait pas. Tout mon corps s'était tendu et ma main était toute prête des poignards précédement offerts par Ronan. J'avais la gorge nouée, écoutant tout de même les paroles du jeune homme. Serrant les dents, je répondis à Ronan de façon.. non pas méchante, ni menaçante, plutôt de façon.. dur.

<<- Franchement, j'suis pas fatiguée puis ca fait mal au dos de dormir allongé hein ! >>

Oui, vous aussi vous comprendrez que.. dormir non allongé si ce n'est assis, c'était tout de même encore moins confortable.. Mais bon, j'avais décidé de ne pas dormir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 14 Mar - 10:14

On le lui avait dit à plusieurs reprises.
"Tu es un gars bien et honnête". Ce n'étaient pas des paroles méchantes, du moins, c'était ce qui lui semblait. Le souci c'est qu'il ne pouvait pas réellement en être autrement.
C'était son caractère voilà tout.
Ronan le savait, il avait beaucoup de chance. D'accord, il avait perdu ses parents, mais ceux qui l'avaient élevé, comme leur fils lui avait instauré un modèle de droiture et surtout une morale telle qu'automatiquement, en admiration, il s'était mis à penser ainsi et même mieux encore. Il y avait parfois des jalousie et dispute dans son village mais la bonne ambiance et surtout la bonne humeur régnaient. Il avait grandi dans un endroit qu'il savait extraordinaire. Même si l'entraînement pour les guerrier comme lui était dur, même si la vie n'avait rien de simple, même pour eux. Ils voyaient en majorité la vie du bon côté et voulait la prendre avec le sourire ou du moins sans en tenir rigueur aux autres.
Alors oui, il était honnête, franc, souriant et beaucoup de choses bien c'était certain. Mais ce n'étaient pas que des qualités. En protégeant certaines personnes, il avait pu voir la cruauté, le sadisme de l'homme. Comme ceux qui s'étaient joués de lui alors qu'il n'était qu'un adolescent. Par réflexe en y repensant, il porta la main au côté de son torse en grimaçant. Mais ça ne dura qu'une seconde.

L'instant d'après, il se reconcentrait sur la jeune femme à ses côtés. Enfin pour l'instant, il était allongé et la regardait et ce qu'il voyait sur son visage lui semblait étrange. Elle avait l'air en colère à cause de ce qu'il avait dit.
Il se sentit aussitôt stupide d'avoir parlé, sachant à quel point il était maladroit avec les mots, surtout devant une femme, il s'abstenait d'ordinaire. Là il s'était quand même exprimé parce qu'elle semblait se faire "de faux espoirs" puisqu'elle lui attribuait le mérite de son self control alors qu'il n'avait justement rien fait du tout. C'était pour ça qu'il le lui disait mais il devait être allé trop loin.
Gêné et déjà prêt à exprimer ses excuses, il fut d'autant plus surpris quand elle éclata de rire.
Etrange, l'instant d'avant, il pensait vraiment qu'elle lui en voulait.
Pourquoi riait-elle alors ?
Décidant de ne pas se poser trop la question il se frotta la nuque remettant un peu en place les mèches de ses cheveux qui avaient pu sécher.
Bon, comme elle ne lui en voulait pas, qu'elle était fatiguée mais inquiète, il se devait d'agir.

C'était pour ça qu'il s'était relevé et avait eu ce drôle de comportement. Parce qu'il se souciait vraiment d'elle et le montrait en toute franchise. Pour lui, il était clair qu'elle avait vécu des horreurs dont il préférait ne pas se souvenir, aux vues de ce qu'elle lui avait bien involontairement montré, de peur de faire remonter la colère qu'il ressentait vis-à-vis de tout ça. Il avait "vu" ce qu'ils lui avaient fait et ressentait des frissons de dégoût dans le dos rien que d'effleurer l'idée du souvenir. Ce n'était pas elle qui le dégoûtait, que les choses soient claires sur ce point ! Il savait parfaitement qu'elle n'avait eu aucun choix, aucune possibilité de faire autrement dans cette histoire, sinon elle l'aurait fait.
C'était vrai, sans doute bien des hommes à sa place aurait été sérieusement dégoûtés par la jeune femme, se disant qu'elle avait bien trop servi d'objet ou autre absurdité de ce genre. Ou d'autres encore... auraient pensé qu'elle n'était plus à ça prêt et ce seraient servis à leur tour. Il frissonna à nouveau, écœuré. L'homme était une belle pourriture ! Et dans l'homme, il songeait vraiment à la gent masculine, sa perversité, son idée de domination et de possession ridicules.
Pour sa part, ce n'était pas ça du tout...

Bon d'accord... c'était vrai. Même s'il avait beaucoup rougi et très vite détourné les yeux quand il avait constaté qu'elle n'était pas énormément vêtue quand même après avoir tué ses bourreaux, il s'était tout de suite dit, bien malgré lui, que c'était une jolie fille. Ca il en avait honte par contre. C'était vraiment déplacé comme pensée ! Surtout après ce qu'elle avait subi. Sa réflexion sur ses yeux et son beau visage, du moins réflexion intérieure était beaucoup plus innocente...
Bref, c'était une jolie femme mais jamais oh grand jamais, il ne souhaiterait lui faire du mal. Et là, il voulait veiller sur elle et sa santé et elle avait besoin de repos. Sauf que son geste ne sembla pas être très bien pris. Du moins c'est en parti comme cela qu'il le perçut.

Ce n'était rien pour les autres sans doute, mais lui, cette action lui avait demandé énormément de volonté !!!! Ce n'était pas que c'était désagréable, loin de là, mais il avait mal au ventre tellement il était gêné pour le coup de se retrouver ainsi à côté d'elle et quand il se rappela qu'il était torse nu, il rougit d'autant plus.
Sauf que la demoiselle était vraiment crispée, les mains effectivement prêtes à saisir ses poignards et sa voix qu'il n'arrivait pas à déterminer, tremblante de peur, de frustration, de colère ?... lui fit clairement comprendre qu'il faisait une énorme gaffe.
Autant, il avait accepté son commentaire précédent sans se vexer ni rien, juste en rougissant et détournant les yeux, autant cette fois ci, il le prit vraiment pour lui. Retirant vivement son bras, il se redressa très vite, debout plus vite que lui même ne l'aurait cru, rougissant de plus en plus, ce qui se voyait pas mal, même simplement à la lueur du feu.
La voix en vrac, le regard fuyant et la tête déjà sérieusement détournée d'elle, il se mit à bafouiller... mais vraiment, entre ça et le bégaiement. Alors là, même plus la peine d'imaginer qu'il pourrait aligner deux phrases. Et dire qu'il avait réussi à lui parler sans mal un peu plus tôt.
C'est juste qu'il se rendait compte qu'il avait fait une énorme bourde. Déjà un peu plus tôt avec le bouche-à-bouche il avait dû lui faire peur, là il recommençait en pire !!!!
Se traitant d'à peu près tous les noms d'oiseaux possibles et imaginables, comme quoi il n'était pas parfait puisqu'il en connaissait un joli paquet, il articula difficilement un :

- Je... ne... je.... non... mais... c... ce... c'était... Je... pa... pardon !!!

A peine eut-il enfin réussi à le formuler qu'il s'éloignait très vite et surtout très loin d'elle... un peu à son opposé quoi... enfin leur abri n'était pas immense non plus, mais il partait le plus loin possible, continuant de s'insulter mentalement et de s'insulter par marmonnements très bas aussi, se refermant complètement. Décidément, il était le roi des crétins. Vivement son couronnement !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 14 Mar - 20:43


Tout bascula une nouvelle fois rapidement. Décidement il se passait tant de choses en si peu de temps. Lorsque j'exprimais ma non volonté de dormir la réaction de Ronan me choqua.. M'effraya presque. Je l'avais regardé se lever sans comprendre. Je ne pensais pas qu'il allait réagir ainsi alors je m'étais relevée d'un coup de façon assise, repliant les jambes contre ma poitrine. Oui, sa réaction m'effraya parce que je ne pensais pas l'avoir autant mis mal à l'aise, je ne pensais pas non plus qu'il sentirait aussi mal de son coté. Je me frottais le visage de façon presque stressante. J'avais envie de me tirer les cheveux tellement j'avais l'impression de perdre la tête mais de lui faire perdre la tête. Pendant de temps, Ronan semblait chercher ses mots. Il s'excusa. Mais il n'avait pas à faire cela, c'était à moi de me faire pardonner que de le mettre dans une situation aussi detestable, après tous, ne pouvais je donc pas me contenter de ce que j'avais mais surtout en profiter ? On me proposait la protection et voilà que je la refusais. Je me sentis tellement mal une fois de plus, la boule au ventre, la gorge nouée.

Qu'est ce que je pouvais être.. futile. Je soupirais un moment. Avant de sentir des larmes tombaient sur mon visage. Je ne les controlais pas, d'ailleurs, je n'avais plus aucun contrôle sur rien.. Je ne faisais que réagir à mes instincts. Et là, je pleurais, comme si.. comme si c'était à moi de me plaindre.. Non c'était à lui. Mais après tout j'avais ce que je souhaitais.. être seule. Au final, je ne savais pas ce que je voulais, en quelques secondes, je devenais totalement instable.. j'étais encore pire qu'avant.. J'étais bouffée par le passé, par les emmerdes que je m'étais moi même attirer. Je sentis de nouveau des larmes tomber. J'avais l'impression d'étouffer dans mon propre corps, j'avais l'impression.. oui de devenir un rat dans une boite sans repères. Je me mis la tête dans les mains. Regardant mes genoux. Je n'y voyait rien sur mes genoux.. comme sur mon avenir. Qu'allais je donc faire de ma vie ?! Courir la vengeance.. Oui, il semblait que c'était cela mon but.. mais pour ça, il fallait que j'apprenne à enfermer toutes ces émotions qui ne cessaient de venir en masse sans prévenir, il fallait que je trouve la solution qui me permettrait.. de ne plus ressentir..

<<- Je suis désolée ! Je.. je sais plus où j'en suis.. Je sais plus du tout... Je..>>

Je ne sais pas.. Avais je déjà su qui étais je vraiment ?! J'avais envie d'hurler, de pleurer sans avoir peur de faire du bruit, j'avais envie.. de tuer par la même occasion, mais en même temps de revenir.. humaine un minimum.. Je me contredisais, je devenais un paradoxe à moi toute seule !
Je me mis à souffler, pour essayer de respirer, pour ne plus ressentir cet étouffement. J'essayais vraiment de me reprendre. Je fermais les yeux avant de réguler une fois de plus ma respiration. Il semblait que cela marche vraiment, j'y croyais pendant plusieurs secondes avant de sentir que mon poignard était toujours dans ma main.. J'ammenais donc celui ci sous mes yeux embués de larmes. Qu'est ce que je devais faire ?! si seulement j'acceptais d'être guidée. Mes pensées ne voulaient plus rien dire, et je me faisais peur à moi même.. Je regardais Ronan que je venais sans doute de blesser par mes précédentes réactions.

<<- Je l'avais dit.. tu fais une grosse erreur sur ma personne >>

Sur le coup ( du moins, je le pensais, que ce n'était qu'à cet instant présent... ) , je me haissais. je continuais de regarder le poignard.. Et je me souvenais de précédentes pensées dans le passé qui m'avaient hanté. On ne comprenait jamais pourquoi certaines personnes étaient poussées à l'idée du suicide... Peut être parce que celle ci en ont assez de battre avec leur propre personne. Peut être parce que.. La plus grande difficulté de la vie ,c'est de s'accepter soi même.. Et moi qui n'avait appris qu'à detester, je n'étais arrivée qu'à une seule conclusion.
La personne que je haissais le plus sur ce continent n'était que ma propre personne. J'avais dit que je me vengerais des personnes qui me semblaient le plus noir dans mon coeur mais j'avais pas réalisé que ce moment serait arriver aussi rapidement. Je me mis de nouveau à pleurer.. Comme si je ressentais le besoin de mourir.. comme si ce qui s'était passé tout à l'heure dans le rêve arrivait même à apparaitre dans la réalité.
Les tremblements arrivèrent rapidement, les pleurs empirèrent, comme si l'angoisse était la seule chose que je savais réellement exprimer.

<<- Il faudrait mieux.. que je parte, que tu finisse ta mission que chacun reprenne sa petite vie comme si nous ne nous étions jamais rencontré..>>

C'était horrible à dire mais le déni était parfois la meilleure chose à faire pour sauver au moins une personne sur deux. Lui. Il avait de l'espoir, de l'envie, une sensibilité hors du commun. Il avait beaucoup de chemin à faire pour changer ce monde, à coté, je n'étais que futile, je n'avais plus autant de force que lui pour reussir à faire avancer le continent.. Même plus pour me faire avancer moi même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 14 Mar - 21:28

Un idiot... Un parfait crétin ! Complètement stupide. C'était ce qu'il était, complètement stupide !!!
Quand il l'avait pris dans ses bras un peu plus tôt, après avoir crû qu'elle allait y passer, il s'était senti étrangement bien, vraiment bien en fait. Ca avait été un moment agréable, il devait bien se l'avouer et il lui avait semblé que c'était de même pour elle.
Non, non, il n'avait pas l'esprit mal tourné ou quelque chose du même genre, il n'était même pas en train de s'imaginer en relation avec la jeune femme ou quoi que ce soit comme ça. C'était tout à fait autre chose en réalité.
Enfin bien sûr il sentait bien qu'il existait quelque chose entre eux,c 'était tout à fait normal ce quelque chose avait d'ailleurs commencé à exister dès que les évènements avaient fait en sorte de les faire se rencontrer.
Evènements, destin, n'était-ce pas du pareil au même en fin de compte?
Mais ce n'était pas une relation enfin... oh non, ça devenait compliqué là, de toute façon, il n'était pas en mesure d'y réfléchir, il était bien trop occupé à se maudire en cet instant.

Parce qu'il avait senti que cette étreinte ne la gênait pas vraiment, même après une hésitation, il avait tout de même agi suite à son refus de dormir. Sa position était intimidante, mais bien au-delà de l'intimidation de la force masculine dominante pour le coup sur celle féminine c'était plutôt... intimidant pour lui en fait. Parce qu'il était quelqu'un de timide, qu'il n'avait encore jamais agi de la sorte et qu'il se surprenait vraiment par son audace (et sa stupidité). Mais il n'était pas le jeune que ça avait gêné apparemment. Elle l'avait mal pris et du coup, tout avait basculé. Il s'était senti terriblement mal en comprenant qu'il l'avait effrayée. Vraiment très mal parce que c'était tout le contraire qu'il souhaitait. Il voulait la mettre en confiance, la faire sourire, retrouver la joie de vivre, certainement pas la terroriser en plus de toutes les peurs qui continueraient probablement de la hanter à vie !

Ronan s'éloigna donc, mort de honte et surtout de remords ou du moins pas très loin.
D'ailleurs il allait tenter de marmonner difficilement une excuse comme quoi il allait chercher du bois pour s'éloigner davantage. C'était idiot parce qu'il y en avait bien assez dans leur abri... et que comme il pleuvait toujours le bois serait détrempé de toute façon et donc inutilisable mais il devait s'éloigner d'elle... pour essayer de lutter contre la honte qu'il ressentait et pour qu'elle se sente un minimum en sécurité puisqu'il avait réussi à l'effrayer par sa simple présence. Et en revenant il jurerait, promettrait autant qu'elle le voudrait qu'il resterait dans son coin et ne bougerait pas de la nuit, ne l'approchant pas... C'était une bonne idée. Qui n'eut pas lieu pourtant.
Parce que voilà... même s'il ne la regardait pas, il l'entendait et il se retourna catastrophé, le visage défait en comprenant qu'elle pleurait, plus encore lorsqu'il le constata visuellement.

Il pâlit tant et si bien que son teint bronzé semblait avoir laissé place à celui d'un zombie voulant imiter un cachet d'aspirine ! Elle pleurait ?!!!! Il la faisait pleurer !
Totalement choqué par l'horreur de la situation ou du moins le fait qu'il lui avait fait si peur qu'il la faisait pleurer le jeune homme se retrouva confronté à une réalité un peu difficile à avaler.
Il pouvait affronter des guerriers bien plus nombreux, bien plus expérimentés, des monstres sortis tout droit d'un livre de paléontologie... mais voir pleurer Louka... ça il ne le pouvait pas. Désarmé, il sentit une faiblesse dans ses genoux et dos contre un mur glissa au bas de celui-ci, incapable d'articuler quoi que ce soit, ou de faire quoi que ce soit, ouvrant puis refermant inutilement la bouche.
Il avait tellement honte... Et pourtant il ne la sentait plus cette honte, parce qu'il y avait pire. Il était malheureux... à en crever de la voir pleurer ainsi. Tellement que ça le paralysait, tellement qu'il sentait ses propres larmes couler silencieusement sur ses joues. Wah ! Elle arrivait à le faire pleurer ?!!! Ca... c'était fort quand même.

Cependant elle eut quelques mots pour lui, salvateurs pour eux deux.
Il mit du temps à en comprendre le sens mais son regard finit par s'illuminer.
Elle... s'excusait ? Pourquoi elle s'excusait ?!
C'était lui qui s'était excusé... Sauf si... sauf si elle voulait se faire pardonner de la réaction qu'il avait eue face à sa propre réaction et... oulà, c'était compliqué ! Mais en tous les cas il comprenait quelque chose, même s'il lui avait fait peur, elle ne lui en voulait pas, s'en était la preuve, même si elle était prostrée sur elle-même.
Du coup, il hésitait grandement, devait-il se rapprocher ? Il n'arrivait pas à articuler quoi que ce soit donc il ne pouvait pas tenter de s'expliquer mais il était encore un peu... crispé/ figé alors...

Les secondes suivantes ou peut-être était-ce des minutes passèrent comme un coup de vent. Il était toujours déchiré de la voir pleurer, elle pleurait toujours... même s'il y avait eu des moments où elle semblait aller mieux, elle avait eu de drôles de regards aussi... pour ses armes. Et des paroles étranges. Elle l'avait tutoyé. Ca eu pour effet comme une décharge électrique sur le jeune guerrier, lui tirant un début de sourire même s'il avait toujours les yeux embués de larmes lui aussi. Mais il put enfin bouger.
Bien sûr, il n'avait pas conscience de ce qui se tramait dans la tête de la jolie jeune femme et s'il en avait eu ne serait-ce que la moindre petite once d'essence, il aurait très rapidement agi... Il aurait été heureux de savoir qu'elle ne lui en voulait effectivement pas, qu'ils étaient face à un quiproquo en quelque sorte. Il aurait compris qu'elle pouvait se monter la tête autant que lui et avoir des pensées tout aussi insensées. Il l'aurait rassurée. Elle ne savait pas non plus par quelles phases il passait et c'était tant mieux pour elle en quelque sorte. Parce que la transformation, il la frôla de nouveau.

Ronan s'était rapproché un peu mais elle ne semblait pas l'avoir remarqué. Ses dernières paroles eurent un effet... dynamisant chez le jeune homme. Parce qu'en une minuscule poignée de seconde il fut agenouillé devant elle, écartant ses mains de son visage, lui enleva son poignard de la main et l'enlaça sans autre forme de procès. Tout ce qu'il avait ressenti précédemment avait disparu au profit d'une "gentille" indignation. Il était soulagé en un sens même s'il ne se l'avouait pas et à tel point qu'il l'imita, se mettant à la tutoyer également.

- si tu dis encore quelque chose comme ça je serai bien obligé de te faire taire, je ne veux pas te faire de mal ni te rappeler ce que ces salauds t'ont faits... alors il faudra bien que je trouve un autre moyen. On dit qu'on ne doit frapper une femme qu'avec une rose, je t'en mettrai bien une dans la bouche mais ce ne serait pas très bon.


Wow !!! Il avait réussi à lui parler !!! De nouveau ! Super bien en plus ! A plaisanter, la voix tremblante certes mais il lui avait parlé et... et il était toujours torse nu et... Et flûte hein ! Il s'en préoccuperait plus tard.

- Eyh...

Il avait dit ça doucement en s'écartant très légèrement. Bon heureusement qu'il était grand parce qu'elle le tenait tout de même un peu à distance dans sa position de genoux relevés. Bref... il lui releva gentiment le menton, la regardant dans les yeux.
L'instant d'après, il avait les deux mains sur son visage et essuyait ses larmes de ses pouces très doucement... et les mains tremblantes aussi. Bon, c'était pas gagné --'... mais au moins il agissait et cette fois, il n'avait pas peur, il faisait ce qu'il fallait. Approchant un peu son visage il lui fit un de ses sourires adorables.

-Je suis désolé de t'avoir fait peur, non attends ne dis rien s'il te plait... J'ai mal agi je n'aurais pas dû faire ça. Ce n'était pas.. j'ai crû que c'était approprié mais non. Je voulais juste que tu te reposes, ton bien-être compte pour moi. Mais plus encore, pardon de t'avoir fait pleurer, je... je... je ne voulais vraiment pas tu sais... pas du tout même. C'est juste que je... enfin je... je suis pas doué avec les femmes... je sais que c'est... nul mais... j'arrive à parler avec toi mais tu... tu es intimidante quand même... enfin... c... c'est une sorte de compliment... désolé...je... je veux juste... je te protégerai.. c'est... promis... Alors ne dis plus ça d'accord ? Pour moi ça compte cette rencontre... Tu ne me crois pas, je le sais bien, tu me l'as prouvé déjà mais... pour moi...je... tu... je pense vraiment que tu es quelqu'un... d'exceptionnel...


Il avait un peu bafouillé mais ce n'était pas méchant, par contre à peine finissait-il ses paroles que la couleur qui avait commencé à envahir ses joues atteignait un nouveau record. Il baissa rapidement les yeux, gêné.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 19 Mar - 21:17

Pourquoi je m'étais mis à le tutoyer ? Je ne le savais pas, je.. je l'avais dit comme ça, je n'avais.. pas pris de gants, parce que au final, dans ma tête, c'était comme si j'avais envie d'hurler.. Alors oui, je l'avais tutoyé comme j'aurais crié à l'aide, de façon tout à fait naturel ! Alors.. voilà.. En fait, j'étais trop dans ma panique pour vraiment faire attention à mes mots. Oui J'étais dans ma petite crise pathétique d'angoisse à ne plus retrouver mes répères, à me perdre dans mon crâne, à m'effrayer moi même. Non ce n'était pas normal, peut être même que j'étais malade de faire ainsi. Mais d'un coté, qu'est ce que l'on pouvait s'en foutre quand même ! cinglée ou pas.. j'allais trop loin, et je me sentais si pitoyable.. Je me sentais tellement mal dans ma peau, dans mon être à cet instant là.. J'avais envie d'arracher mes cheveux, de me griffer la peau, de me faire souffrir comme pour oublier ce mal mental.. bien que légèrement physique aussi..

Je ne vis pas Ronan s'éffondrait lorsqu'il m'avait vu tomber... Non, je ne l'avais pas vu et heureusement, parce que sinon, je me serais sans doute levée, j'aurais pris le peu des affaires, je me serais excusée... puis je me serais volatilisée. comme punition pour avoir pu blesser une personne de plus ! Mais je ne l'avais pas vu.. et sans doute heureusement.. ou alors peut être pas, ce n'était pas aujourd'hui que je pouvais affirmer cela, si ca trouve, je parlais, je parlais.. mais qui me dit que demain, Ronan sera encore à mes cotés..? Et bien en fait, j'avais de quoi en être sure. Par son simple acte que d'être venu vers moi. De m'avoir seulement regarder en m'enlevant les mains du visage. Ces simples gestes qui étaient remplis de courage, je le savais commençant à comprendre le caractère de mon... oui, de mon sauveur, qui ne cessait de me ressortir la tête de l'eau. Comme cette fois ci après.. je ne savais déjà combien de fois après si peu de temps passé ensemble. Lorsque Ronan m'enleva le poignard tout en m'observant dans les yeux, je sentis mon coeur se calmait, mes pulsions, mes peurs.. tout ca ralentir. Oui, tout ce qu'il fit en un millième de seconde me rassura.. Lorsqu'il parla, la seule envie que j'avais était de pleurer encore.. Oui, cela semblait tant me soulagée, et je me souvenais des paroles de ma mère lorsque j'étais enfant. Pleurer, c'est le début du bonheur. Etait ce vrai ? Etait ce faux ? je ne pouvais pas savoir, je n'en n'avais pas la moindre idée !

<<- Je.. parle pas d'habitude.. >>

Ok. Et ? Voilà, les réflexions typiques que je pourais vous sortir.. Parce que je n'avais pas trouvé la répartie qu'il fallait, parce que je n'avais pas non plus envie de aller plus loin dans la conversation.. en fait, si je l'aurais fait.. sans doute que Ronan n'aurait pas apprécier et m'aurait assomé pour des sois disante..bêtises que je trouvais personnellement réaliste. Mais je lui avait dit quelque chose de réel, j'avais appris à toujours me la fermer.. enfin quand il le fallait.. Oui, combien de fois cela m'était arrivée que de rester dans mon coin pour ne plus rien dire, juste écouter.. Alors j'étais fière d'avoir dit la vérité !

Ronan avait fini par légèrement s'écarter puis de nouveau me toucher au visage afin d'essuyer mes larmes. Je savais que ma position je pouvais être repoussante.. mais ca avait été comme un réflexe. Me proteger des autres.. tout faire pour qu'ils n'aient aucune accroche sur moi, je proteger mon abdomen, je proteger.. beaucoup de mes membres ainsi assise, alors oui, j'avais cette habitude de position durant les dernières semaines J'aurais adoré ne pas le faire.. mais je n'arrivais pas en fait, j'étais toujours un peu paniquée à l'interieur. Ronan recommença à me parler... avec un sourire et une voix si douce ! Il avait tord sur beaucoup de choses mais avait aussi raison sur certain point. D'une voix cassée et assez tremblante, je pris de nouveau la parole, ne sachant pas vraiment si j'avais le droit de lui répondre.
<<-..Ce n'est pas toi qui m'a fait peur.. Je Quand t'es allongé, t'as aucun moyen.. de vraiment te proteger et.. enfin c'est stupide ! il fallait pas faire attention à ca ! >>


Je fronçais les sourcils.. En fait, je n'avais rien à lui répondre. Je n'arrivais pas à lui répondre.. Plus aucune répartie, plus de mots pour parler, rien.. Rien, je n'arrivais pas à m'exprimer comme si je devenais muette.. Muette ?! Oh mon dieu, mais c'était horrible ca, j'ouvris grand les yeux essayant d'exprimer ça avant de me rendre compte que c'était stupide.. Bien sur, muette.. parce que je n'arrivais pas à répondre sans réfléchir.. Ou alors avant j'étais plus rapide justement sur cette reflexion. Rha je n'y comprenais rien et il fallait que j'affirme ce que je ressentais. Il fallait que.. je laisse une simple phrase sortir. Je tentais la chose.

<<- Ronan.. j'ai l'impression d'être folle, non pire.. d'être.. je sais pas.. >>

En fait, j'avais bien commencé mon explication.. et je n'arrivais pas à la finir alors que je savais très bien ce que je ressentais. J'eus de nouveau envie de pleurer.. Mes jambes se rabaissèrent automatiquement, me mettant dans une positiion en tailleur, alors que je me mis à tenir les mains de Ronan sur mes joues comme si je lui demandais de ne pas s'éloigner. Je le regardais dans les yeux essayant de lui faire comprendre ce que je ressentais à cet instant présent.. Peut être que lui comprendrais par un regard, peut être que je n'aurais pas à parler pour qu'il ressente ce que je ressentais de mon coté.. il fallait esperer car il me manquait trop de mots pour que je reussisse à m'exprimer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mar 20 Mar - 11:54

Joli trouble pour chacun en soit...
Heureusement que la chute n'était pas aussi dramatique que ce que l'incipit suggérait.
Où avait-il trouvé exactement le courage de revenir vers elle ? Dans ses pleurs ? Dans ses paroles ?
Il savait juste qu'il refusait qu'elle pense ainsi, qu'elle dise cela... Il refusait qu'elle parte, il refusait de cesser de la protéger, surtout maintenant alors qu'elle était encore si vulnérable. Elle n'était pas faible, bien au contraire, il la savait courageuse, en avait une certitude effrontée mais elle avait tant subi qu'elle avait juste besoin d'être bien, de réconfort, fuir maintenant et se retrouver seule, c'était la condamner.
Alors oui il était près d'elle... Aussi parce qu'il ne voulait pas la voir pleurer. Enfin si... enfin pas dans le sens que ça lui faisait plaisir, pas du tout... Mais si elle pleurait pour se soulager, ça allait, si elle pleurait alors qu'il était près d'elle pour la soutenir, il le supporterait. Si elle pleurait à cause de ce qu'il avait fait par contre... Non ça, il ne pouvait l'accepter.

En tous les cas, Ronan était à nouveau près d'elle, à lui relever doucement le visage, à lui parler... à la regarder dans les yeux sans crainte encore une fois. Si elle avait besoin d'utiliser son pouvoir contre lui pour aller mieux alors il se laisserait faire, il ne tremblerait pas, il ne fuirait pas et surtout ne détournerait pas les yeux d'elle... Parce que même les pires horreurs méritaient de se retrouver à observer ces yeux magnifiques. Bon, d'accord pour l'heure ils étaient un peu rouges, mais ça ne faisait que davantage ressortir leur vert éclatant et l'effet était plutôt... saisissant.
Elle se calma à son contact ? Euh.. ben lui ce n'était pas vraiment ça. Il était content d'être près d'elle, soulagé d'être à ses côtés et plus encore de savoir que ce n'étaient pas vraiment ses actes qui l'avaient gênés enfin si mais pas dans le sens qu'il entendait... Mais son coeur à lui... n'était pas vraiment calmé, c'était même tout le contraire. Puisqu'il s'était emballé.
Le jeune homme essayait d'ailleurs d'en maîtriser les battements qui à ce qu'il lui semblait devaient sacrément s'entendre. Il avait les mains un peu tremblantes, la gorge sèche sous sa timidité un peu poussée mais il était bien en quelque sorte...

- Je suis là... ça va.

Pourquoi avait-il dit ça au fait ? Bonne question. En tous les cas il n'en avait pas la moindre idée, il savait juste qu'il lui avait paru important de formuler ces quelques mots, doucement, tout doucement, sans détacher son regard du sien. Sa position de défense ne le gênait pas et plus encore il la comprenait. Comment aurait-il pu en être autrement ? Après ce qu'ils lui avaient fait ? Comment n'aurait-elle pas pu avoir ce réflexe pour se protéger des coups... et pire ?
C'était pour ça qu'il ne disait rien, sa taille lui servait cette fois à ne pas être gêné ainsi, c'était une bonne chose non ? Réentendre sa voix lui fit le plus grand bien également, même si c'était pour dire une chose étrange. Elle ne parlait pas d'habitude ? Lui non plus... étrange hasard non. Il lui sourit doucement, essayant de la rassurer par ses gestes lents et prévenants. Essuyer ses larmes ? Ah ben c'était super ça, très mignon, vachement serviable pour son idée de grand guerrier au coeur tendre... mais il avait les chocottes quelque chose de bien. Il s'étonnait d'ailleurs de ne pas la voir trembler tant ses mains justement tremblaient.
Il essayait de se contrôler pourtant, vraiment !!! Il lui sourit encore sans rien dire. Elle était belle... Même avec les yeux rouges. Sa fragilité en cet instant lui donnait juste envie de serrer ses bras autour d'elle et de lui jurer de la protéger du monde entier. Oui, ça il en avait vraiment envie.
Mais là il l'observait dans les yeux, sans ciller. Est-ce qu'elle percevait l'admiration qu'il essayait de cacher ? Elle lui parla encore et il tressaillit légèrement. Entendre sa voix avait un aspect apaisant... Etrange quand on savait que la moindre parole d'une fille à son encontre avait tendance à le stresser comme pas possible.

- Je suis désolé... j'aurais dû le comprendre, je ne voulais pas te faire de mal... je ne veux que te protéger...

C'était tellement simple de la tutoyer. Il avait même envie de l'appeler par son prénom, juste parce qu'il aimait la sonorité de celui-ci. Ah et lui dire qu'elle avait des yeux extraordinaires parce que ça elle ne pourrait pas le contester.
Alors qu'il se disait qu'il était bien cavalier de lui parler ainsi, il se rendit compte de son geste qui le remplit de joie et le laissa sans voix. Elle venait d'abaisser ses défenses pour lui ? Ce n'était peut-être rien que de s'asseoir en tailleur mais il savait que pour elle c'était beaucoup et il apprécia son geste à la mesure de cet effort. D'ailleurs il lui fit un sourire et essuya une nouvelle larme... sauf qu'il n'y avait pas vraiment de larme... et que c'était juste pour toucher sa joue.
Lui revinrent aussitôt en mémoire les paroles qu'elle venait de prononcer. Elle avait peur... Et plus encore lui avait envie de la protéger et d'être là pour elle. En sentant ses mains sur les siennes il frissonna... Pas par dégoût loin de là !!! Le contact n'était pas désagréable bien au contraire, d'ailleurs il en avait la chair de poule !
Avec un nouveau sourire rassurant il rapprocha son visage du sien, essayant de trouver ses mots alors que... à la voir si près, à sentir sa peau contre la sienne il perdait un peu ses mots et surtout il se sentait un peu... beaucoup désarmé.

-Je... tout... tout ce que tu as vécu... je ne sais pas si qui que ce soit s'en serait relevé. Toi si... parce que tu es forte... Une jeune femme courageuse et persévérante mais... ce n'est pas sans conséquence. Tu ne peux pas espérer faire comme si de rien était. Tout ce qu'ils ont fait, t'ont fait... qui me donne des envies de meurtres, me pousse à haïr ceux que tu as dû croiser et qui ont ignoré ta détresse... ça a laissé des marques. Celles sur ton corps finiront, je l'espère, par disparaître mais les autres, bien plus profondes, qu'ils ont causées à ton être, ta personne, ne guériront qu'avec beaucoup de temps et de patience et certainement pas totalement... Tu n'es pas folle, tu as peur et c'est normal. Peur de te retrouver là bas, peur de ne pas t'en sortir et peur je le sais et tu n'as pas à en avoir honte, que je te fasse subir la même chose. Rien de tout cela n'arrivera, je te le promets. Je suis là à présent. Et s'il y a quelqu'un de fou ici, c'est moi... Parce que je refuse de te laisser, parce que je veux plus que tout te protéger et parce que tout à l'heure mon inquiétude pour ton bien-être m'a fait agir stupidement, quitte à te faire peur... parce que j'ai envie d'être là pour toi je suis bizarre ? ou fou ? Alors oui je le suis et je m'en porte très bien... Je n'ai pas peur de te regarder dans les yeux parce que si toi tu ne vois que tes mauvais côtés, ce que je vois moi me donne envie de te connaître et de rester. Tu n'es pas folle Louka... et je n'irais nulle part sans toi.. C'est fini d'accord ? Je suis là maintenant...


Appuyant doucement son front contre le sien, il rompit le contact visuel en essayant de retrouver son souffle... un peu parce que son coeur battait la chamade, un peu parce qu'il ne savait plus où se mettre. Il détacha doucement ses mains de son visage et passa ses bras autour d'elle en la serrant étroitement contre lui mais pas de manière possessive ou inquiétante, juste pour la rassurer. La vache ! Il avait mangé du lion !!! Ou alors était-ce simplement la regarder dans les yeux qui lui avait donné le courage de se livrer et d'en dire autant ? Ou parce qu'il sentait qu'elle en avait besoin. Peut-être un peu des deux mais là définitivement, il savait qu'il avait fait ce qu'il fallait.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 21 Mar - 21:18


C'était si simple de dire que tout allait bien.. tellement simple que cela n'avait rarement de l'effet sur les autres maintenant, surtout à l'époque à laquelle nous vivions.. Et pourtant, Ronan semblait faire l'exception qui confirme la règle. Oui cela me rassura grandement bien que je voyais que lui ne savait pas pourquoi il avait dit ca. Son rougissement en fut le témoignage. J'avais d'un coté envie de changer l'ambiance ,de rire tellement sa façon de faire était.. agréable, mignonne comme tout.. Si ne j'étais pas dans cet état, sans doute que j'aurais rigolé oui, parce qu'il semblait si.. fragile à chaque émotions que les autres pouvaient ressentir, oui, il avait l'air d'une sensibilité rare de nos jours ! Si lui avait envie d'essuyer mes larmes, moi j'avais envie de le serrer fort et de le remercier pour tout ! Que ce soit pour le courage dont il faisait preuve que de supporter mes humeurs étranges, ma personne en fait, que ce soit pour tout les soins qu'il m'apportait.. pour.. sa douceur, sa sensibilité, son honnêteté, son sourire, ses yeux, sa beauté, l'espoir qu'il arrivait à me donner.. Oh et j'en avais encore et encore, des choses à citer.. Alors que je ne le connaissais que depuis.. de longues heures certes mais ce n'était rien dans une vie, pourtant, c'était comme ci lui, me faisait renaître !

Il meritait d'applaudissement pour tout l'héroïsme dont il faisait preuve. J'arrivais rarement à être éblouie par les autres, non pas que je me considérais comme meilleure mais parce que aujourd'hui, il en fallait du niveau pour réussir à m'impressionait un minimum.. Lui avait atteint beaucoup plus que le maximum ! J'eus un soupire de soulagement qui sonna bien comme tel d'ailleurs, celui ci ne pouvait pas être traduit comme de l'ennuie car j'y avais mis tout mon coeur, toute mes émotions, prouvant que je soufflais pour me.. relaxer un minimum. Et quel bien cela me faisait même si ce n'était que le début de la fin de.. mon espèce de crise d'angoisse. Cette fois, je n'avais pas peur de paraitre grotesque dans ma façon d'agir, de toute façon, je ne prenais pas le temps d'imaginer l'image que pouvait avoir de moi Ronan. De toute façon, comme si j'en avais le temps.. mais surtout la force. Non, je n'avais plus la force de prendre en considération les pensées des autres sur moi.. Du moins, pas dans ce moment précis..

Lorsque Ronan me tutoya à son tour, cela me rassura même si je n'avais pas fait attention de mon coté. Disons que lorsque je m'étais rendue compte de mes paroles, je m'étais demandée certes quelle allait être sa réaction. Mais il fit de même.. Cela me rassura en effet, surtout sur le point que même lui voulait bien aller de connaissance à un minimum ami.. Bien que notre amitié était plus qu'étrange ! Alors que l'on se connaissait à peine oui, mais je le ressentais autrement que tout autre personne que j'avais pu rencontré jusqu'à aujourd'hui.

Le sourire que me fit Ronan lorsque j'avais abaissé mes jambes me fit un grand plaisir, me réchauffa le coeur. Je m'étais tout de suite sentie envahie.. d'un nouvel espoir de m'en sortir, certes, je ne savais pas pour combien temps mais j'avais presque foi en un futur avenir construit me concernant. Ok, il fallait l'avouer, je changeais vite d'avis.. enfin d'humeur, mais même moi je ne me controlais plus, c'était à peine si je savais qui j'étais. D'ailleurs, c'était ce que j'essayais d'expliquer à Ronan, sans trouver les mots quand je souhaitais m'exprimer. et cela m'agaçait mais à un point ! inimaginable ! Quand Ronan rapprocha encore plus son visage, je n'eus pas le courage de le prévenir que c'était dangereux, ni celui de le repousser en arrière.. En fait, je voulais qu'il soit comme ça.. et pour une fois que l'on osait autant me regarder dans les yeux sans peur et avec soutien, comme si l'on se connaissait depuis je ne savais combien de temps.. alors que non même pas.. Oui, je n'avais pas le courage de lui donner des limites me concernant parce que.. je ne voulais pas qu'il prenne de limites en fait, comme si je lui faisais une entière confiance.. Enfin cela était bien étrange venant de ma part, oui, la petite méfiante incontrôlable.. et là, j'arrivais vraiment à m'ouvrir à quelqu'un. D'ailleurs lorsque Ronan me parla, je sentis de nouveau mes propres larmes coulaient sur mes joues.. Est ce que je voulais me relever ? oui, si c'était pour vivre une vie meilleure.. mais avais je vraiement une chance d'en vivre une meilleure ? je ne le savais pas. je ne le saurais pas demain ni après demain si je ne me permettais pas de vivre ces futurs jours, mois, années. Une seconde larme coula.. Il avait tellement raison dans son discours, celui ci était.. celui qu'il devait être franc, mais rassurant.. La seule chose que je réussis à répondre parce que son discours venait de me valider mes pensées..

<<- Je.. ne sais pas qui je suis. >>

Pas parce que au final, je n'avais jamais réellement sure.. J'aurais pu dire plus. en effectivement mais je me souvenais que ma perseverance à detester le monde entier était du au fait que je ne connaissais que ce monde.. Moi, ma personne, qui j'étais.. je l'ignorais totalement. Lorsque j'avais parlé, ma voix s'était cassée à la fin, et était repartie dans les aigus étouffant des sanglots prouvant que j'avais essayé de me controler mais cela avait été trop difficile pour que j'y arrive jusqu'au bout. Après cette réponse plus que piètre après son beau discours à lui, il me prit comme dans ses bras, il m'entourait de ceux ci.. Et je finis par m'accrochais à lui, à ses épaules, prête à enfoncer mes ongles cassés dans sa peau.. Je me raccrochais à lui comme si c'était ma dernière chance de m'en sortir.. vraiment, de trouver un jour ce qui ferait de ma vie un bonheur.. Comme s'il était la seule chose qu'il me rester. Il était un peu l'espoir de ma vie en cet instant présent et je sentais qu'il n'y avait que lui aujourd'hui et pour longtemps qui serait capable de me tenir debout.. Alors oui, sans m'en rendre compte je m'accrochais à lui alors qu'il ne faisait que m'entourer de ces bras. Par la même occasion, je pris soin de sentir son odeur.. mais aussi de savourer la douceur de sa peau, la fermeté de ses muscles..et sensibilité de ces gestes. Il continuait de me sauver.. il aurait pu me laisser après m'avoir sauver, mais non, lui il était là, à mes cotés.. encore à me sentir de l'enfer, progressivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Jeu 22 Mar - 10:18

Ronan se demandait sincèrement ce qui était en train de lui arriver.
Lui... le gars si timide, gêné, qui ne pouvait pas regarder une fille en face, n'arrivait pas à leur parler correctement. Lui qui fuyait presque les femmes après ce chagrin d'amour si violent qui l'avait marqué à vie. Pourquoi tout d'un coup tout était différent ? Etait-ce parce qu'il avait u sa détresse, compris son besoin d'être regardée dans les yeux, un geste tout simple et pourtant tellement difficile ? Parce que ce n'était même pas son pouvoir qui lui faisait peur c'était le simple fait de regarder dans les yeux. Pourtant, une fois qu'il l'avait fait, quelque chose avait changé. Il n'avait plus peur de le faire..; du moins avec elle et plus que ça, il en avait envie. Elle avait des yeux incroyables. Sans doute n'en avait-elle pas conscience, non certainement pas. Elle aurait dû en être fier, parce qu'ils lui retournaient l'estomac.
Tant de verts et surtout tant d'émotions. Il avait l'impression de découvrir une partie d'elle dans son regard alors il ne pouvait pas croire qu'elle était une personne telle qu'elle s'était décrite. Il la voyait comme quelqu'un de bien... d'extraordinaire qui ne s'était pas encore, peut-être, révélée, mais qui était bien là, il l'aurait juré sur sa vie.

Pourquoi lui parler était-il devenu si simple ?
Bien sûr, il rougissait toujours, il bafouillait un peu et hésitait parfois, mais ce n'était rien comparé à sa façon d'être d'ordinaire. Il lui parlait, comme si c'était tout à fait naturel. Peut-être que c'était le fin mot de l'histoire. Avec elle c'était simple et naturel... Pas parce qu'il l'avait sauvée, ça ne changeait rien. Elle était une femme et une belle femme de ce qu'il pouvait voir, il aurait dû être pétrifié mais non... C'était le contraire, il avait envie d'avoir des gestes simples mais preuve de soutien. Pourquoi se sentait-il si investi pour elle ? Pourquoi et d'où ça venait surtout. C'était bien la première fois qu'il ressentait tout ça. Il n'avait pas peur d'elle. Même si certaines de ses réactions prouvaient encore sa timidité, avec elle tout était beaucoup plus simple.

Il était revenu près d'elle et avait senti à cet instant que c'était exactement ce qu'il devait faire, sa timidité refluer un peu. Alors quand il lui avait relevé le visage pour la regarder et lui sourire, même si son coeur battait la chamade, il se sentait bien et curieusement à l'aise. Il aurait dû être très pâle ou très rouge, en tous les cas très mal... Mais non. Elle ne s'en rendait pas compte, mais elle était magique, ce n'était pas possible autrement !
Etait-ce donc son regard qui avait un tel pouvoir ou juste sa petite et extraordinaire personne. Il avait juste envie de lui sourire jusqu'à en avoir des crampes à la mâchoire et de la prendre dans ses bras pour qu'elle pleure jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus et finisse par apaisée, céder au sommeil.
Finalement ils se ressemblaient beaucoup tous les deux, bien plus qu'ils ne pouvaient seulement en avoir conscience. Parce qu'ils étaient tous les deux perdus. Il n'en donnait peut-être pas l'air mais c'était aussi son cas. Et l'un comme l'autre avait besoin d'aide en fin de compte et l'aide de l'autre présent aujourd'hui.

Il aurait été surpris par ses pensées s'il avait pu les entendre car elles n'étaient pas du tout les mêmes que les siennes. Il ne se considérait pas comme un sauveur qui la sauvait à répétition, bien loin de là d'ailleurs. Juste comme un simple gars qui avait eu la chance d'être au bon endroit au bon moment. Et surtout comme un sacré chanceux. Ce genre de rencontre n'a lieu qu'une fois dans une vie. Sa façon d'être, d'avoir besoin de lui le rendait heureux et lui donnait le sentiment d'être utile, l'aidant à prendre confiance en lui.
C'était vraiment facile de lui sourire et de la regarder, même si provoquait un certain trouble et une drôle de sensation dans son estomac. Non décidément, ce n'était pas les blessures qu'elle portait ou le jeune âge qu'elle paraissait avoir du fait de sa taille ou de ses traits si jeunes et purs qui l'aidait à parler, c'était juste elle, simplement elle.
N'en avait-elle donc pas conscience ? Elle était en train de le changer en bien... en tellement bien.
Peut-être aussi, mais ça, ce n'était pas lui qui le pensait, était-il également en train de la changer... de lui donner envie de vivre et d'espérer. Etait-ce simplement le fait que l'un possédait ce dont avait besoin l'autre dans sa façon d'être et vice-versa ? Tout simplement...

Ronan se sentait bien à lui sourire, à essayer de la rassurer... A lui dire que décidément non, elle n'était pas folle. Il avait bien envie de lui dire à quel point il admirait sa façon d'être à cet instant, son courage tout simplement d'accepter sa présence et son aide. C'était beaucoup, même si elle ne s'en rendait pas forcément compte. Quand elle sourit suite à son sourire, sa gorge s'assécha un peu mais il continua de lui sourire pourtant, même si c'était un peu plus timidement. Oui vraiment même avec les yeux rouges c'était une jolie fille... très jolie.
Elle lui dit une chose étrange qui lui fit légèrement pencher la tête avec curiosité.

- Alors j'ai hâte de le découvrir.

Il se serait fichu des claques pour avoir des paroles si osées mais elle ne semblait pas gênée, enfin pas plus que ça. Son rougissement finit donc par s'atténuer. Il était sincère, c'était peut-être pour ça. Il avait vraiment envie de la connaître et de se connaître aussi dans un sens.
Ronan sentit son estomac se tordre alors qu'elle se remettait à pleurer et en même temps une indicible joie et du soulagement, énormément. Elle irait mieux si elle était capable d'exorciser ses peurs et tout ce qui lui faisait du mal par ses larmes. Il essuya encore ses larmes mais ne le put pas par la suite. Il l'avait prise dans ses bras, la serrant doucement contre lui. Pour le jeune homme ce n'était pas un geste anodin et surtout facile et pourtant... là si.
Elle s'accrocha à lui d'une telle façon qu'il ne put pas vraiment retenir le frisson qui lui parcourut l'échine.Non elle ne lui faisait pas mal, ce n'était pas ça... Ni le contraste de ses mains fraîches sur sa peau chaude,c'était autre chose.
Outre le fait que cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas tenu ainsi une femme, enfin à sa connaissance, c'était juste avec elle. quelque chose d'autre.
Son coeur se remit à battre la chamade avant de reprendre un rythme un peu plus calme, mais avec peine. Ses cheveux lui chatouillaient le menton vu qu'elle était plus petite que lui. Mais la façon dont elle lui rendait son étreinte lui donnait encore plus envie de la protéger.
Là il ne pouvait pas essuyer ses larmes mais en la serrant contre lui un peu plus fort, il espérait lui prouver son soutien.

Pourtant il rompit rapidement le contact, pour une bonne raison.Si son geste pouvait paraître un peu rapide, même répulsif, le sourire adorable qu'il lançait le démentait. Une main toujours dans le dos de la jeune femme, il glissa aisément l'autre sous ses jambes et se redressa sans mal, la portant. Contournant le feu, le jeune homme alla prendre place contre une paroi de leur abri, s'y adossant et s'asseyant au bas de celle-ci en gardant la jeune femme sur ses genoux, nouant à nouveau étroitement ses bras autour d'elle. Cette position au moins était moins inconfortable pour lui, comme pour elle, même si c'était un peu intimidant... Surtout qu'il s'était rappelé en cours de route qu'il était torse nu ! Ah ben voilà, il comprenait un peu mieux pour son frisson là... C'est sûr qu'être "séparé" d'elle que par le tissu de ses vêtements pas très épais, c'était euh...un peu... euh... perturbant... mais pas désagréable.
Un bras dans son dos, la gardant toujours contre lui, Ronan lui fit relever le menton pour appuyer doucement son front contre le sien, sa main glissant simplement sur sa joue, essuyant en partie ses larmes, ou les étalant, c'était encore à voir ça !

- Je ne t'abandonnerai pas je te le jure...

Pourquoi avait-il tellement envie de dire ces mots ? Flûte à la fin!!! Il la connaissait à peine cette fille ?!!! Mais il avait l'impression pourtant de la connaître depuis toujours, alors même qu'il savait si peu de choses encore d'elle.
Il eut un sourire amusé et un peu dépité par ses propres réactions disproportionnées. Peu importe ce qui lui arrivait, il aimait bien.
D'ailleurs il était prêt à rester dans cette position toute la nuit s'il le fallait...


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Jeu 22 Mar - 21:05


Il avait hâte de découvrir quelque chose me concernant que moi même je ne connaissais même pas. J'en restais la bouche bée.. Ainsi il était timide mais il sortait ce genre de phrase comme ça sans prévenir.. Je ne compris pas si il disait ca par humour ou pas, mais je le prit.. avec plaisir, comme quoi cela ne le gênait pas que de faire connaissance avec une fille completement paumée.. Etait il pareil ? En fait, lui apprenait à me connaitre mias moi qu'est ce que je savais de lui ? Je ne comprenais toujours pas pourquoi ce petit bonhomme avait l'air si fragile malgré sa carrure de soldat. Oui, dans son regard, je sentais qu'il avait tout de même une cicatrice qui ne cessait de se manifester dans chaque gestes qu'il faisait.. chaque paroles qui semblait dire. Et si pour le moment, je n'étais pas en état de le lui dire, que je remarquais bien qu'il n'était pas au meilleur de sa force, que lui aussi cachait quelque chose, que je n'étais tout de même pas sotte à ce point. Mais pour le moment si je savais que j'y pensais dans un coin de ma tête je n'arrivais pas à m'y concentrer pour essayer de me calmer moi même.. Enfin, Ronan lui me faisait un effet tel.. un calmant pour psychopate que l'on endors.. Non non, vous ne comprenez pas, non pas que j'étais entrain de m'endormir mais que je sentais.. mon esprit se calmait au fur et à mesure que les larmes coulaient.

Je sentis alors mon corps ne plus touchait terre.. Je savais que c'était Ronan qui me portait, et à vrai dire, je m'en fichais tellement.. A croire que j'aurais pu rester une éternité dans ses bras parce que je me sentais certes maitrisée.. mais surtout en sécurité.. Je n'avais pas peur qu'on me prenne ma liberté de mouvement car il avait des gestes doux qui me rappellaient que là, encore une fois, il venait me rassurer. Lorsqu'il se rasseya de nouveau avec moi sur lui, j'eus un sourire après les larmes.. Tout cela était si apaisant.. Tout cela était.. le rêve de chaque filles sans doute. Ronan me regarda dans les yeux me promettant de ne jamais m'abandonner.. Et une fois de plus, je mis une de mes mains sur la sienne qui était sur ma joue.. J'eus un soupire de soulagement.. Je sentais mon corps se calmait, mes peurs s'évaporaient... Je passais un merveilleux moment..

Un si grand moment que je sentais l'épuisement prendre le dessus. La douceur de ces mains, la chaleur de son torse, l'odeur de son corps, le bonheur d'être avec un parfait inconnu qui ne cesse de vous redonner espoir. J'étais heureuse d'être ici, à ce moment précis, dans un egrotte alors qu'il plevait dehors, heureuse de dormir sur du béton avec un feu fait comme ca en pleine nature, heureuse de sortir d'une bonne galère et de me retrouver ici.. Sans doute que même dans la neige, Ronan arriverait à me redonner le sourire. Cela était certain, il avait un don pour tant de choses.. Je le regardais de nouveau dans les yeux comme si à chaque fois qu'il me regardait à son tour sans m'éviter, cela me rassurait que de voir qu'il souhaitait toujours me regarder telle que j'étais.. Oh, oui, le nouveau petit bonheur que je m'offrais. Alors oui, j'observais ses beaux yeux bleus..

Je lui souris en continuant de le fixer dans les yeux, essayant de comprendre ce qui avait bien pu se passer dans sa vie pour qu'il y est cette notion de doute dans l'étincelle de ses yeux. Sa façon de me parler lui semblait même à lui inhabituel.. Il fallait dire, j'avais l'impression que nous avions passé notre vie à nous soutenir alors que cela ne faisait que quelques heures auparavant qu'il avait croiser le chemin de.. mes bourreaux mais d'un coté heureusement.. Oui heureusement. Je fermais les yeux écoutant le battement de son coeur. Puis je les rouvrais.. J'avais envie de lui parler, de lui poser des questions sur lui mais j'avais peur qu'il se ferme.. bon allez, qui ne tente rien n'a rien.

<<- Expliques moi.. t'as pas de relation amoureuse ?! >>

Ouai, ok, c'était cru, mais comment un mec comme lui pouviat prendre une fille ocmme moi dans ses bras.. Soit il était célibataire soit un.. coquin se cachait derriére ce sensible jeune homme, je n'en savais trop rien.. Enfin dans tout les cas, ca me paraissait pas logique que lui puisse être seul dans sa vie. Je le regardais avec un sérieux sans nom.. Jusqu'à que je me mette à bailler.. mettant mon autre main devant la bouche car l'autre.. ne semblait plus vouloir lacher celle de Ronan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Ven 23 Mar - 22:12

Non décidément ce n'était pas normal.
Et plus il y réfléchissait, plus il se persuadait dans l'idée que c'était bien son regard qui était responsable de tous ces chamboulements.
Bien sûr on ne peut pas voir ses propres yeux, à moins de s'observer attentivement dans une glace et encore, on ne peut percevoir les émotions qui nous sont propres.
Ronan avait vu beaucoup de choses dans le regard de cette jeune femme lorsqu'il lui avait ôté son bandeau. D'abord un dégradé de vert qu'il n'aurait pas cru possible... Ensuite beaucoup de douleurs, tant qu'il avait eu mal dans un sens pour elle... beaucoup de peur et de colère. Elle avait souffert, il en avait eu la certitude dès cet instant. Bon après, c'était vrai, elle avait usé de son pouvoir contre lui. A cet instant, il réfléchissait. A quelles auraient pu être ses réactions.
Il aurait pu mal prendre cette attaque, il aurait pu la frapper ou l'abandonner, la laisser seule au milieu de ces cadavres, sans un regard en arrière. Il frissonna. Non, pas possible... Il n'agirait jamais de la sorte en temps normal déjà mais avec elle en plus, c'était différent. Même s'il avait été terrorisé par l'image qu'elle lui avait montré, il n'avait pas pu s'empêcher de vouloir prendre soin d'elle à cet instant.
Il est vrai que sa mentalité ou du moins celle qu'on lui avait inculqué y était pour beaucoup. Un chevalier n'abandonne jamais une damoiselle en détresse mais là c'était plus important, c'était plus fort.

Il aurait pu ne pas se soucier de ses larmes.
Alors que celles qu'elle avait versé plus tôt lui avait retourné l'âme, celles-ci l'apaisaient car elle représentant une forme d'exorcisme, de possible renouveau et ouverture vers le monde et le futur.
Ce n'étaient que des larmes. Oui mais ils venaient de ses yeux...
Ces yeux qui étaient capables d'un tel pouvoir destructeur mais aussi, il en était certain de bien des choses extraordinaires. Une personne pouvant visualiser les peurs des autres... pourquoi ? Parce qu'elle détestait le monde dans lequel elle vivait, parce qu'elle en avait peur ? Et si elle arrivait à y trouver de bons côtés ? Serait-elle en mesure de modifier son don ? Pourrait-elle voir ce qui motive chaque homme ? L'aider à extérioriser ses rêves ?... Peut-être... Elle avait un caractère fort, un air revêche malgré son craquage de l'instant, elle pourrait être une meneuse !... Le genre de meneuse qu'il suivrait avec fidélité et joie.

Le jeune homme sourit et baissa les yeux.
Il n'était pas sûr que la fatigue ne soit en grande partie responsable de ses gestes insensés... Enfin pas si insensés que ça. Il avait trouvé agréable de la serrer contre lui. Maintenant qu'il ne se faisait plus mal au dos, c'était mieux encore. Il était vrai que la prendre sur ses genoux l'avait un peu intimidé... mais ce n'était pas plus mal tant qu'elle était à l'aise.
Elle pleurait encore mais ses larmes avaient un bon effet sur elle... et sur lui aussi, il en était certain. Le destin faisait bien les choses tout de même.
Il resserra doucement ses bras en la sentant frissonner à cause sans doute d'un courant d'air... enfin du moins serra un bras autour d'elle mais attrapa avant sa cape pour la couvrir et lui par la même occasion. Ce n'est pas qu'il avait froid mais quand même...Elle gardait une main sur la sienne. Ca l'avait surpris et il avait rougi mais n'avait pas retiré pour autant sa main, la lui laissant bien volontiers. Sa joue était toute douce, on aurait dit celle d'un bébé, il le sentait même s'il ne bougeait pas... Et ses mains étaient un peu plus fraîches bien sûr mais ce n'était pas désagréable... D'ailleurs elle avait des mains fines... Il se disait qu'il devrait les examiner, vérifier qu'elle n'avait pas des doigts cassés ou au moins déboités. Mais elle ne s'était pas plainte. En même temps elle n'était pas du genre à se plaindre à propos de la douleur vu ce dont elle était sortie. Il admirait cette part de courage et de prise sur soi même si pour le coup, il aurait préféré de l'honnêteté.

Ronan baissa les yeux, sortant de ses pensées en sentant son regard sur lui et lui sourit doucement. Dans l'obscurité, leurs pupilles étaient dilatées et il était plus difficile de voir la couleur de leurs yeux. Pourtant il aurait été surpris s'il avait su quelle couleur elle voyait justement. Du bleu... Ses yeux changeaient de couleur. Avec le temps bien sûr comme tout le monde mais sans doute héritage de son don, avec ses humeur... Or, son regard était presque toujours d'un gris onyx... le bleu ne représentant qu'une humeur sereine et agréable, que s'il se sentait bien. Lui aurait été donc surpris, mais sans doute elle aussi par cette signification. Néanmoins, ne s'en doutant pas il fixait ses yeux verts.
Quelque chose lui disait qu'elle avait cherché à se rassurer, à savoir s'il n'avait toujours pas peur d'elle ou envie de la repousser. C'est pour ça qu'il lui souriait, échangeant plus par ce simple langage, qu'avec beaucoup de mots.
Elle semblait heureuse et penser qu'il en était responsable, même si c'était égoïste le remplissait de joie et de fierté.
Elle était vraiment hors de toutes les normes...

Sauf qu'elle lui parla et ces quelques mots eurent un effet certainement non voulu sur le garçon.
Il se crispa tant et si bien qu'on aurait pu croire qu'il était parcouru d'une seule et même titanesque et douloureuse crampe. Il rougit, pâlit, détourna les yeux et ceux-ci repassèrent aussitôt... au noir.
Ce sujet... tout le monde l'évitait, personne ne lui posait de question. Parce que c'était un moyen certain pour qu'il se ferme totalement et perde toute confiance en lui.
Pourtant, prenant conscience qu'il pouvait lui faire mal par sa crispation vu qu'il la serrait contre lui et que c'était très injuste envers elle puisqu'elle ne savait rien et posait juste une simple question, toute innocente... en réalité, plus encore que ces raisons, c'était le besoin de justifier sa réaction un peu brusque, d'expliquer pourquoi il était aussi nul et pitoyable à cet instant. Comme si c'était horrible qu'elle le voie ainsi.

- Je... c'est... ce n'est pas... c'est.... compliqué...

C'était un début... Le silence qui lui répondit l'encouragea même s'il ne la regardait plus dans les yeux. Du moins l'encouragea en partie.

- L'amour... n'est qu'un horrible mensonge... pour blesser le plus sournoisement du monde les gens. Ce n'est qu'une monstruosité et une aberration.

Il serrait les dents en finissant de dire ça d'ailleurs...
Elle lui offrit une échappatoire en bâillant, exprès ou non, il l'ignorait, d'ailleurs il bâilla à son tour par mimétisme et parce qu'il était également fatigué.

- Il est tard, votre... ta journée a été éprouvante... essaie de te reposer... Il ne t'arrivera rien je te le promets, je suis là, je veille...


Il avait dit ça en resserrant ses bras, débarrassé fort heureusement de sa précédente "crampe" tentant un sourire timide.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 25 Mar - 14:15


Un malaise, une envie de.. s'évanouir dans la nature.. Oui, voilà ce que je ressentais à ce moment précis. J'avais lancé un sujet, à ne pas lancer, et j'en étais plus que meurtri car je sentais avoir blesser le jeune homme. Ce n'était pourtant pas ce que j'avais souhaité, bien au contraire. J'aurais juste voulu en savoir plus sur lui, le comprendre.. Parce qu'il y avait encore une part de lui qui ne souhaitait pas se montrer. C'est normal me direz vous, c'est pas comme si ca faisait dix ans que l'on se connaissait.. Mais entre lui et moi, il y avait quelque chose de spécial, je ne pensais pas cela par prétention ou parce que je me sentais devenir cinglée.. Non parce qu'il y avait vraiment quelque chose qui de mon coté ne trouvait pas de nom.

Le pire dans tout ca c'est qu'au final, pourquoi je lui avait posé cette question plus que futile ? Il ne m'interessait pas et puis, c'était sa vie et si ca se trouve, on ne se reverra jamais.. Les promesses, tout ca, c'était super, mais tout le monde le saviat, uajourd'hui, des relations longues dans ce monde, c'est compliqué de gérer à moins que l'on vienne de la même famille.. Mais lorsque l'on se rencontre comme ca par hasard ( et pour une fois, le hasard avait bien fait les choses ) il n'y avait aucune certitude sur une quelconque suite. Oui, j'avais été stupide que de le questionner sur une chose qui ne me regardait pas du tout.. Je commençais à le regretter lorsque je sentis tout son corps réagir en parallèle à ses paroles. Je me sentis extrèmement mal à ce moment précis.. Que répondre lorsque l'on a mlis l'autre dans une situation gênante ? J'aurais adoré m'excuser mais je n'osais même plus parler tellement je m'en mordais les doigts d'avoir oser ouvrir la bouche.

Le pire dans tout ça, c'est que certes il avait raison.. en sachant que je ne reposais pas sa réflexion sur le même sorte d'amour.. Non moi, j'avias souffert de trop avoir aimé ma famille, c'était un amour différent mais parfois aussi fort.. Lui semblait avoir mal subi une chose.. Que moi je m'étais refusée de connaitre. J'avais baisser les yeux au sol, le regard triste. Oui, très triste même. J'avais la gorge sèche.. Et l'envie de pleurer.. Non pas à cause de lui, mais à cause du désespoir qui semblait prendre place dans la tête de Ronan.. Moi si insensible d'habitude, je ne comprenais pas ma soudaine réaction.. Oui, je voulais réellement m'excuser, peut être lui redonner espoir en lui disant qu'il n'avait pas forcément raison.. Bien que je pensais aussi à l'enfoncer dans son idée à cause de mon ignorance quasi totale sur ce sujet. Je paniquais à l'interieur de moi, ma main avait sérré un peu plus fort celle de Ronan.. Cela me perturbais. Sérieusement, je m'étais mis et je l'avais mis dans un sacré pétrin, j'avais envie de m'enfuir tellement.. Tellement je venais une fois de plus de refroidir l'ambiance.. Décidément mes vilains défauts ne voulaient pas disparaitre.. Sauf que pour une fois, je ne le faisais pas exprés.

<<- Je... sans doute.. >>

Voilà.. J'avais fait tout ce que lui n'aurait pas fait avec moi sur un quelconque autre sujet.. Il.. enfin.. au lieu de lui donner l'espoir qu'il pouvait avoir tord sur le sentiment humain qui trainait depuis des millénaires et que personne n'arrivait à comprendre, l'amour, je n'avais fait que renforcer son idée.. Parce que je ne pouvias pas parler en connaissance de cause.. Mes critiques contre cette notion de l'amour avaient toujours été démesurées du fait que je n'avais toujours eu trop peur pour aller jusqu'au bout de cet étrange sentiment. J'avais envie qu'on m'assome pour que je puise enfin arrêter de penser.

Je n'avais pas fait exprés de bailler, c'était venu comme ca.. Mais cela m'avait rendu tout de suite un petit peu plus inquiète.. Retenter l'experience de me jeter dans les bras de morphée ?? Une bonne idée ? Je ne savais pas, j'étais plus inquiète pour Ronan que pour moi en fait.. quoi que, je n'avais pas envie de me retrouver dans le noir. Je ne savias pas quelle heure il était, d'ailleurs, je n'avais plus aucune notion du temps.. Je.. j'étais grandement perturbée à tel point que.. est ce que je devais me détacher de Ronan ? le laisser tranquille, enfin ? Ah ! j'en avais assez de remuer autant mes méninges. Bon, le garçon ne semblait pas vouloir me laisser sur le coté vu qu'il resserra ses bras. C'était déjà ca. Je tenais toujours sa main dans le creux de la mienne. Bon allez, j'allais me faire tomber d'épuisement.. Au pire, s'il le fallait, je compterais les moutons pour faire passer l'angoisse. Oui, c'était sans doute sa la solution bien qu'elle me paraissait dans le coin de la tête, un peu stupide. Mais avant de fermer les yeux pour essayer quoique ce soit, je pris une dernière fois la parole.

<<- Merci.. Pour tout, vraiment, merci. >>

Je lui fis un sourire gêné avant de me détendre doucement.. Et de regarder le sol.. Oui, je fixerais l'endroit où nous étions essayant de trouver tout les détails possibles, peut être que cela me fatiguera moi et mon petit cerveau non ? Je me grattais la tête avant de me ronger un ongle sale et abimé. Bon, allez, il fallait que je prenne sur moi.. Avec tout le courage que je pouvais rassembler, je fermais les yeux, me collant on ne peut plus contre Ronan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 25 Mar - 17:11

Parler d'amour était une mauvaise chose... Parler de tout ça était une mauvaise chose.
Seulement, elle ne pouvait pas le savoir. Personne n'avait pu le lui dire bien sûr et ils ne s'étaient jamais vus avant. Ils ne se connaissaient pas, elle ne pouvait donc pas savoir, rien à ce propos.
Sa façon d'être était donc aberrante. Il le savait bien.
C'était injuste de se comporter ainsi avec elle.
Lui qui disait, prétendait vouloir la mettre à l'aise, faire en sorte qu'elle se sente bien... il agissait de manière si immature, si injuste. Il le savait et pourtant, il avait quand même mal, peur de revoir ces images et son coeur se serrait comme à chaque fois. Le temps n'avait pas aidé, il n'avait rien guéri du tout.

S'il avait su dans quel état il la mettait, il se serait sincèrement excusé, la priant de lui pardonner sa façon d'être. Il lui en voulait un peu d'avoir posé cette question mais ne pouvait la lui reprocher même s'il ne comprenait pas vraiment pourquoi elle voulait savoir une telle chose.
Baissant les yeux sur elle, il comprit qu'il lui avait fait du mal en réagissant de cette manière. Ceci et sentir sa main se crisper sur la sienne. Elle ne lui avait pas fait mal, mais il avait senti de la détresse dans cette étreinte.
Le temps semblait s'étirer dans cette gène mutuelle.
Elle s'en voulait, il le savait... Il le sentait surtout.

D'ailleurs, au moins se sentait-il un peu mieux. Sa crispation disparassait et puis... il n'arrivait plus vraiment à lui en vouloir. Du moins c'est ainsi qu'il interprétait son besoin de la regarder à cet instant... Comme un besoin de faire perdurer la justice. Elle n'y était pour rien, elle n'avait pas à subir tout ça. Quelqu'un qui aurait expressément cherché à le blesser il ne disait pas, peut-être qu'il aurait frappé mais elle... elle était adorable, innocente dans un sens. Elle n'avait pas cherché à le blesser, il en était certain et plus encore même.
Il sentait encore sa main fraîche contre la sienne... son corps trop mince à l'heure actuelle, mais chaud contre le sien... Si petite en apparence, si fragile, mais avec une si forte personnalité et une si belle personnalité aussi. Elle se trompait tellement sur elle-même. Si elle était aussi cruelle qu'elle le prétendait, elle ne serait pas en train de s'en vouloir, bien au contraire, elle se réjouirait de sa peine et de son malaise.

Un sourire finit par revenir sur le visage du garçon, timide, très léger, mais un sourire.
Elle ne le voyait pas bien sûr, parce qu'elle était trop occupée à baisser les yeux et certainement à se reprocher sa phrase. C'était peut-être idiot mais il se disait qu'il ne devait vraiment pas être ainsi avec elle, qu'il pouvait lui en dire plus alors qu'il s'était toujours fermé à toutes discussions à ce propos auparavant. Parce qu'elle était différente, unique... parce qu'il avait autant envie de la protéger, que de la connaître, de la faire rire et sourire.
Alors qu'il avait donc les yeux baissés sur elle, il observait ses cheveux qui à présent secs brillaient du même éclat que le feu et d'une de ses couleurs... flammes jaunes et orangées enlacées, elle en représentait au moins une. Soudainement il se rendit compte qu'étant donné qu'il la dominait toujours à cet instant, même si elle était sur ses genoux, il avait une vue assez... euh... intéressante sur sa poitrine. Son rythme cardiaque accéléra et il détourna rapidement les yeux, gêné.

Il allait dire quelque chose, formuler ses regrets à voix haute lorsqu'elle sembla s'intéresser à ce qu'il avait dit plus tôt, à savoir qu'elle devait dormir. Coupé dans son élan il déglutit et décida de se taire. Quel idiot ! A quoi pensait-il hein ?
Mais elle lui semblait tellement différente d'avant. Il avait pu apprécier son sourire, sa joie de revivre, son rire, son humour, ses larmes... même elles il les avait vu comme quelque chose de bien. Mais là... elle était tellement distante, elle semblait mal, vraiment mal.
L'avait-il blessée dans son attitude ? Ou pire encore en serrant son étreinte par réflexe sans vouloir la blesser.
Toujours timide, même s'il y avait pas mal de progrès, il resta silencieux un moment, essayant de la rassurer en effleurant légèrement d'une de ses mains une de ses épaules.

- Je... je suis désolé.

Il avait fini par parler d'une voix étrangement enrouée.

- Je... ce n'est pas votre faute, vraiment... pardon... ce n'est pas... ta faute. C'est juste que c'est un sujet... difficile pour moi. Je ne voulais pas être impoli. Je comprends ta question et je suis désolé d'y avoir répondu comme ça. Je ne voulais pas... casser ton image de ce sentiment... surtout... surtout si tu aimes quelqu'un justement, je... pardon.


Il déglutit une nouvelle fois difficilement et décida de fixer le feu pour se donner contenance et se cacher à lui-même ses yeux brillants. Il continua mais beaucoup plus bas.

- Je suis tombé amoureux... d'une fille... bien. Elle était plus vieille que moi mais gentille... Et ça s'est mal fini... je n'étais qu'un jouet pour elle en réalité... pour qu'elle puisse avoir ce qu'elle voulait... un passe-temps. Agréable soi-disant, mais rien de plus qu'un passe-temps... pour parvenir à ses fins.

Il serra les dents en fermant les yeux. Mais il finit par les rouvrir et la fixer... Ce n'était pas volontaire après tout ce n'était pas son pouvoir mais sans le vouloir, sans doute parce qu'elle se sentait impliquée dans ce qu'il disait, que ça lui importait un minimum, il se mit à lui "montrer".Des images se bousculaient dans sa tête et à cet instant dans ses yeux. Une belle jeune femme aux yeux violets mais aux contours flous, qui lui souriait. Il était plus sûr de lui à l'époque... Il était tombé amoureux. Des images le montrant investi, relevant des défis pour la gloire de la jeune femme alors que lui n'était qu'un adolescent mais déjà un sacré gaillard. La découverte de l'amour et de l'abandon... Qui n'avait rien de la torture qu'elle avait pu subir avec ses bourreaux... Alors qu'il était blessé, se vidant de son sang, qu'elle se tenait au bras d'un homme de son âge ou plus, le toisant avec mépris.
Il ferma les yeux et recula légèrement la tête se passant une main sur le visage et les yeux justement.

- Pardon...

Pourquoi avait-il si honte qu'elle voit cela ? Pas difficile de comprendre que ça l'avait sacrément marqué cet ado mort de rire et débordant d'énergie et de promesses.
Quand il rabaissa enfin les yeux sur elle, il semblait calmé et désolé de s'être laissé aller, lui offrant un franc sourire.

- Bon allez ! Il faut dormir maintenant ! Sinon demain nous serons incapables de nous lever !

Il lui sourit avec plus de douceur cette fois et lui souleva doucement le menton.

- Je veux bien qu'on en parle... mais demain s'il te plait.

Son sourire était sincère... Il allait se laisser le temps de se remettre, et lui laisser le temps de trouver ses mots si elle souhaitait lui dire quelque chose.
Il se laissa donc aller contre le mur en soupirant, fermant les yeux mais attirant la jeune femme dans ses bras, un peu plus sur lui. D'ailleurs il la recouvrit avec l'intention de bien faire et s'endormit pour sa part très vite.

Sauf que le lendemain matin, ce furent ses réflexes de félin qui les sauvèrent.
Il était tôt et il avait entendu un bruit léger mais rien d'inquiétant apparemment. La pluie avait cessé. Il avait ouvert les yeux sur la jeune femme endormie contre lui et le spectacle l'avait ému.
Elle ressemblait à un ange... Elle s'était calée à sa façon entre ses bras sans doute, une de ses joues contre son torse, une main également sur celui-ci alors que lui s'était davantage allongé au cours de la nuit sans s'en apercevoir. Son souffle courait sur sa peau et lui arracha un léger frisson qu'il réprima au mieux.
Sauf que tout à coup, alors qu'il refermait les yeux... une présence. Il se laissa aussitôt choir sur le côté, roulant rapidement, réveillant par la même occasion sa compagne d'infortune. Juste à temps, une lame vint claquer contre la composition ni totalement métallique, ni totalement pierreuse de leur abri. Il se redressa rapidement, laissant Louka par terre et fit face à des hommes qui avaient tout de mercenaires et qui lorgnaient déjà sur la jolie fille qu'ils avaient aussitôt repérée. Leur regard odieux électrisa Ronan qui commença à trembler.

-Ben alors gamin, t'as les chocottes ? File nous ta copine et...

Il s'interrompit car un grognement animal s'échappait de la gorge du jeune blond... D'ailleurs lui dire qu'il avait les chocottes alors qu'il n'était vraiment pas bâti comme un homme faible. Mais pour eux c'était déjà trop tard pour s'en apercevoir... puisqu'il était en train de se transformer...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 25 Mar - 18:55



Si parler d'amour pour lui était une mauvaise chose.. c'était de même de mon coté, le paradoxe était bien évidement que je n'en connaissais rien mais que j'en avais déjà une image négative. Disons que je me basais sur des experiences familiales et pour moi, tout était pareil.. On risquait toujours le coup de poignard dans le dos alors la réponse de Ronan semblait presque me convenir.. Même si j'avais bien compris que j'avais touché un point sensible.. Non, il ne me blessa pas, pas dans le sens où je me sentais frustrée ou vexée de ce qu'il venait de dire.. Disons que j'étais plutôt brusquée parce que je lui avais fait du mal en énonçant le sujet de ce sentiment si ignoré par la population de ce continent.. Que l'on soit sins, ashtarus, muss, ou tout simplement un habitant d'Isisnahl, personne n'avait pu décrire ce qu'était l'amour.. Il n'y avait jamais de mots précis.. d'explications clairs, et là était tout le soucis de cet émotion qui n'avait pas l'honneur de tenir un mode d'emploi.

Enfin.. Il fallait passer à autre chose comme sujet, c'était ce dont j'étais certaine. Cependant, ce qui m'étonna le plus, ce fut que Ronan revienne sur le sujet. Il sentait mal à l'aise de m'avoir parler ainsi, mais je ne lui en voulais pas, chacun avait ses experiences, sa façon d'en faire des conclusions, je comprenais amplement ce qu'il pouvait ressentir sur sa façon qu'il avait eu de réagir. Je n'avais vu lorsqu'il m'avait regardé, je n'avais pas osé, j'avais peur de le vexer une nouvelle fois, ou alors de voir dans ses yeux dans la tristesse.. Et non, ça, je refusais de le voir ainsi.. Alors je ne l'avais pas regardé, j'avais préféré rester discrète par rapport à lui, après tout si un jour, il voulait en parler, je serais toujours là.. j'esperais.. Mais il se remit à parler, contre toute attente. Je l'écoutais avec attention, cette fois, me permettant d'admirer son visage, ses yeux qui s'étaient assombris, sa peau qui avait l'air si douce.. ses lèvres.. bref, je le regardais quoi ! tout en l'écoutant ! Le fait qu'il s'excuse, je lui répondais par un sourire afin de le rassurer qu'il ne m'avait pas touché, du moins que je ne lui en voulais pour rien et que je ne trouvais aucune raison de toute manière pour lui en vouloir.

Je continuais de l'écouter de façon très attentive, ne sachant quoi répondre.. Je ne pouvais que ressentir sa tristesse malgré le fait que je ne comprenais pas très bien ce qu'il avait pu vivre.. parce que c'était réellement différent de mon passé avec mes parents.. Cependant il fit quelque chose.. qui me désarçonna. Il me regarda dans les yeux.. et sans comprendre je sentis mon pouvoir prendre le dessus. Il fallait qu'il arrête de me regarder. Je lui avais serré on ne peut plus fort la main, ne comprenant pas et paniquant à l'idée de faire une bêtise mais je ne pus rien dire.. Il me montra ses images.. de bonheur, de joie, mais aussi de douleur, et de trahison. Je me sentis mal de voir tout cela, mais d'un autre coté, la curiosité prenait le dessus. Tout les détails, je les regardais au maximum, essayant de tout imprimé dans mon esprit. J'avais gardé ma main serrée sur la sienne jusqu'à qu'il rompe le regard. Dès cet instant, mes muscles se relachèrent. Je n'aimais pas ca, pas ca du tout. Voir autant de choses, sans le vouloir bien que j'avais pu comprendre que pour sa part s'était volontaire, je ne comprenais même pas d'ailleurs comment j'avais pu faire ça.. Ce n'était pas une peur.. Ce.. Je.. j'étais perturbée. Très perturbée. Le garçon s'excusa de nouveau, mais je n'arrivais pas à répondre. Je ne comprenais pas. Etait ce lui qui avait fait ca ou moi ? Effrayée, je me collais de nouveau contre son torse de toute mes forces.. Qu'est ce qui se passait ? Est ce que mon pouvoir déconnait est ce que.. La gorge sèche, j'ouvris la bouche débitant des paroles à vives allures.

<<- C'est moi.. je.. je suis désolée.. j'ai vraiment pas fait exprés ! >>

Je me blottis contre lui essayant de retrouver toute sérénitude.. Et cela m'étonna, car ça arriva plus tôt que prévu.. Sa chaleur, son odeur m'aida à cela. Mes nerfs se détendirent très rapidement.. Plus vite que je ne l'aurais pensé. Il avait raison, moi aussi je préférais que l'on en parle le lendemain, ce serait mieux. Pour nous deux.

Je m'endormis rapidement, la fatigue et l'usure avaient pris le dessus, et ce fut avec bonheur que je n'eus n'y rêve, ni cauchemar.. Comme quoi, ma technique d'épuisement marchait à merveille non ? Cependant.. le reveil.. Fut moins doux. Je m'étais reveillée en tombant de Ronan, sur le coté.. Heureusement, tout de suite, j'avais eu le refléxe de récuperer les poignards que j'avais posé à coté la veille avant de m'endormir. J'allais me lever lorsque l'on posa une main sur mon poignet.. Le reflexe fut rapide, l'autre main enfonca la lame dans le poignet de mon agresseur me libérant immédiatement. Je me relevais rapidement haletante. Je ne comprenais pas ce qui se passait et j'avais reculé immédiatement contre le mur. Je fus choquée de voir plusieurs hommes nous entouraient.. Mais je me repris vite, surtout suite à la remarque de l'un d'eux.

<<- Allez vous faire foutre ! >>


C'était sortit tout seul, la colère.. rien de plus. De quoi parlaient ils sur les tremblements de Ronan ? Je compris aussitôt.. Je prenais peur, il allait se transformer.. mais je n'avais pas que ca à faire, que de le regarder changer d'apparence, la colère prenant, et l'homme qui m'avait touché auparavant revenant. Je pris mes poignards pleine mains, enfonçant l'un deux dans l'abdomen de mon adversaire le regardant dans les yeux. Un homme tombant d'une falaise, des images rapides, effrayantes, et le lien se rompa. Mon agresseur tomba raide mort devant moi. Je fus choquée de la colère que je devais épprouvé pour ainsi.. tuer sans hésitation et avec mon pouvoir. Je n'aurais sans doute pas du prendre le temps de faire la grimace car les autres se dirigeaient déjà vers moi. D'une voix aigue et effrayée, je ne pus faire autre chose que de gémir un prénom. Un seul.

<<- Ronan..>>

Ok, pas de soucis il pouvait se transformer.. mais euh.. pourquoi pas avec un petit peu plus de rapidité ? Je donnais un coup de pied dans la jambe d'un gars puis, lui renvoyait un poing.. Mais je le voyais bien, ils étaient trop et si Ronan ne se bougeait pas assez vite.. Le.. cauchemar recommencerait. J'essayais une nouvelle fois d'attaquer par mon pouvoir mais un fort grognement me déconcentra, me paralysa par la même occasion..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 25 Mar - 20:10

Normalement il détestait ceux qui lui posaient cette question.
Normalement ces personnes savaient et cherchaient à le déstabiliser pour gagner un combat.
Normalement on cherchait ainsi à lui faire du mal.
Normalement il avait honte et se sentait envahie d'une peine insurmontable.
Normalement il lui fallait plusieurs jours pour s'en remettre, jours qu'il passait à s'entraîner, seul moyen pour oublier.
Normalement...
Mais rien n'était normalement.
Parce qu'autrement...
Normalement il n'aurait pas dû être capable de lui parler.
Normalement il aurait été si mal à l'aise que la tutoyer n'aurait certainement pas été possible.
Normalement même en voulant l'aider à tous prix il n'aurait pas pu la prendre dans ses bras.

Alors non, décidément, le "normalement" n'avait rien à faire ici aujourd'hui.
Comment expliquer son besoin de lui parler ?
De lui répondre alors qu'il se rendait compte de son injustice avec elle, de sa sécheresse même et qu'il pouvait lui faire du mal justement parce qu'elle sentait qu'il était gêné...
Peut-être qu'il n'y avait tout simplement pas de réponse à cette question.
Il savait juste qu'elle le touchait... Enfin bien sûr, elle était appuyée contre lui et tenait la main donc le touchait physiquement mais plus que ça, elle le faisait émotionnellement.
Par les sentiments...
Les si nombreuses émotions qu'il ressentait, les unes après les autres...
Elle se sentait mal, il avait cette certitude.
Se rendait-elle compte d'à quel point c'était beau et important cette empathie qu'elle manifestait. A quel point malgré l'embarras dans lequel il était, il respirait d'espoir et de joie de voir une partie d'elle-même, si belle, qu'elle avait jusqu'alors étouffée.
Pourquoi ?
Oh il avait une idée là-dessus...
Elle avait souffert aussi, énormément.A tel point que cette souffrance se ressentait encore chez elle. Bien sûr, elle avait été aux mains de pervers sadiques pendant de trop longs jours, semaines, mais plus encore, il y avait quelque chose de plus profond. Peut-être une blessure par sentiment, comme lui... Alors ressentir des bonnes choses, à quoi bon si c'était pour se les faire arracher ?
Il avait raisonné ainsi au début également. Mais il s'était aussi rendu compte qu'il était important pour les autres qu'on le voit sourire, qu'il était un soutien pour certain, un guide, un gardien pour d'autres. Alors il avait repris sa joie de vivre, même s'il se méfiait de l'amour et de ce fait des femmes, comme de la peste... Enfin un peu inconsciemment en réalité. Elles lui faisaient peur...par le mal qu'elles pouvaient faire alors qu'elles étaient si belles et paraissaient si douces... Comme ELLE.
et puis aussi... à se montrer telle qu'elle apparaissait à cet instant à ses yeux, peut-être craignait-elle de paraître faible... Pourtant pour lui, c'était tout le contraire... elle était forte, sans doute bien plus que lui... réellement bien plus que lui.

Alors oui, ils avaient parlé... et ça faisait du bien.
Enfin il lui avait parlé. Avec simplicité. En hésitant un peu parfois mais avec une honnêteté à toute épreuve. Elle s'était contentée d'écouter et il lui en était reconnaissant. C'était la première fois qu'il abordait volontairement le sujet. Ca ne ressemblait peut-être à rien, mais pour lui c'était beaucoup et bizarrement il se sentait moins mal à tout lui dire.
Pourquoi ? Alors qu'ils ne se connaissaient pas si peu de temps auparavant. Pourquoi avait-il tant envie de tant lui dire... tant envie de tant en connaître sur elle. Tant envie d'apprendre tout ce qu'elle pouvait ou voulait apprécier dans ce monde ?
Quand il avait fini et baissé les yeux sur elle quelque chose d'étrange s'était réalisé.
Parce qu'il s'était ouvert à elle, parce qu'elle avait cette volonté de le comprendre, parce que cela formait un parfait petit assemblage et/ ou mécanisme son pouvoir se déclencha mais pas comme il l'aurait fait auparavant.
Pourtant il ne chercha pas à la faire cesser. C'était peut-être plus simple ainsi... Même s'il prit plusieurs teintes de rouge... surtout lorsqu'immanquablement ses souvenirs passèrent par des phases euh... plus qu'appréciables qu'avait pu vivre son couple à cette époque. Découvrir les joies de l'amour était une chose, en suggérer l'importance éventuellement... mais apparemment il avait beaucoup apprécié à cette époque à en juger les images qui s'entrechoquaient dans son esprit. Heureusement qu'elles changèrent rapidement.

D'ailleurs il aurait sans doute été surpris du fait qu'elle s'intéressait autant à la vie qu'il avait pu mener à l'époque.
Enfin tout s'arrêta et qu'elle s'excuse ainsi lui noua le ventre. Il s'empressa de lui murmurer que ce n'était pas de sa faute et qu'il n'y avait pas de problème pour lui... D'ailleurs c'était vrai, il n'y avait pas de problème. Pourquoi ? Et pourquoi avait-il eu si honte de ce qu'elle pourrait voir et de comment elle pourrait surtout le voir après ça ?

Finalement ils s'endormirent et il la maintint doucement contre lui jusqu'au moment où il sombra dans le pays des rêves qui pour le coup furent absents puisqu'il était éreinté.
Oui, effectivement le réveil fut brutal mais il n'eut pas le temps de s'en excuser auprès d'elle parce qu'ils se faisaient déjà cerner.
Tout sembla se figer pour lui... enfin pas vraiment mais disons qu'il sentit le sang battre à ses oreilles... la colère était montée en flèche, la rage quand il avait compris ce qu'ils voulaient lui faire. Il lui arrivait de se transformer vite mais jamais aussi rapidement du moins... confronté à une seule situation à peine engagée. Ils allaient lui faire du mal... Ils allaient lui faire ce que ces salauds lui avaient fait... A la jeune femme si douce, si fragile, mais aussi si forte, si souriante qu'il avait serré dans ses bras cette nuit...
Le sang battit plus fort. Il ne sentit pas ceux qui passèrent à côté de lui pour s'en prendre à elle, l'accolant au mur, déjà frémissant de leurs désirs pervers et malsains.
Il hurla de douleur... personne ne l'avait frappé. Enfin si mais ce n'était rien... mais alors que la transformation s'effectuait rapidement.
S'il ne changea pas de taille ni de corpulence, ses ongles se transformèrent en griffes, ses muscles se contractaient sous l'effort et sa mâchoire changeait pour que des crocs peu avenants viennent remplacer ses dents. Les oreilles du jeune homme s'allongèrent, une queue poussa dans le bas de son dos alors qu'il se couvrait d'une fourrure légère plus foncée que sa peau bronzée... mais juste après d'une plus épaisse sur son torse, de la même couleur brun orangée que ses cheveux qui s'étaient mis à pousser de manière totalement incroyable formant une épaisse crinière. Ses yeux devenus d'un jaune félin mauvais, ceux qui lui faisaient face n'eurent pas le temps de prévenir leurs camarades.
Il les délaissa, un cri avait précipité les choses... qui lui avait tordu le ventre et l'avait rempli de colère encore davantage. L'instant d'après, il se matérialisait derrière deux gars qui allaient certainement arracher ses vêtements à la jeune femme tandis que deux autres étaient parvenus à lui attraper les poignets (après plusieurs coups de poignards pour certains définitifs). Le grognement derrière eux les firent déglutir mais déjà ils étaient arrachés de terre par une force largement au-dessus de la moyenne et leur crâne étaient fracassé l'un contre l'autre par le monstre qu'était devenu Ronan.

Enfin là du moins il paraissait monstrueux, parce qu'il était fou de rage. Il se jeta sur les autres utilisant crocs, griffes et forces pour tuer tous ceux qui s'étaient approchés de Louka. Certains parvinrent à s'enfuir, blessés, en hurlant. Il soufflait et grognait comme une bête enragée et allait les poursuivre lorsqu'il fit volte face avisant la charmante petite proie qui se trouvait à sa portée.
Déjà il était devant elle et la plaquait contre la paroi de la grotte, un grognement continuant de sortir de sa gorge. D'ailleurs il n'était pas debout mais accroupis alors qu'il l'avait fait asseoir par terre, difficile de dire ce qu'il avait en tête... Sauf que ses prunelles dorées croisèrent ses beaux yeux verts effrayés alors qu'il la maintenait sans ménagement, qu'elle ne pouvait pas lui échapper.
Il la fixa ainsi sans ciller pendant plusieurs dizaines de secondes qui durent ressembler à de longues, très longues minutes et il gémit doucement...
Ses mains relâchèrent la pression qu'elles exerçaient sur ses poignets et il gémit à nouveau... un peu comme un animal qui aurait blessé son maître et se sentirait coupable. Son regard se troubla un peu et il chancela... heureusement déjà au sol, appuyant sa tête contre l'épaule de la jeune femme avant de s'effondrer à moitié. Il ne se retransforma pas... mais il n'avait plus du tout l'air méchant pour le coup... outre sa fourrure qui niveau douceur tenait plus du chaton que d'un animal sauvage dangereux et qu'il avait gardé pour beaucoup les traits de sa physiologie humaine il rouvrit les yeux pour la regarder et s'immobilisa, l'air perdu...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 25 Mar - 20:56


Un reveil brutal.. Il n'y avait pas à dire.. Il n'y avait pas pire que ce genre de reveil.. Le pire dans tout ca.. c'est qu'au début, j'avais cru me retrouvais dans un cauchemar, ceci expliquait mes réactions tardives.. mais j'avais vite compris que tout.. était comme lorsque nous nous étions endormis avec Ronan.. Et malgré la peur et la panique, j'avais pris sur moi pour.. en fait, j'avais.. juste réagi par instinct. Oui, j'étais effrayée que tout recommence, effrayée de voir des humains, mais surtout leurs regards.. Ils m'avaient paralysé. Un par un.. J'avais senti mon coeur s'accelérait, battre à tout va, ma respiration augmenter en allure.. En fait, c'était bien pire que la peur.. C'était l'horreur qui s'était plantée devant mes yeux, je m'étais imaginée immédiatement la suite des évènements de manière si défaitiste.. et j'avais honte d'avoir penser ainsi, mais comment aurais je pu réagir autrement après tout ? Je ne savais pas.. je n'arrivais même pas à y réfléchir..

En tout cas, le regard que j'avais posé sur Ronan qui se transformait fit tourner la tête à mes adversaires qui me tenaient déjà contre le mur. C'était impressionant de voir ca sous ses yeux, je n'arrivais plus à bouger, je.. ne faisais plus rien du tout, mon cerveau refusait de réfléchir à quoi que ce soit. Mon cerveau restait bloqué, la frayeur ne cessait de se sentir. C'était à peine si j'arrivais à respirer.. Je sentais mes propres larmes de paniques venir jusqu'à mes pupilles. Qu'allait il m'arriver ? Entre ces hommes qui ne souhaitaient.. que profiter, et Ronan qui ne se controlait plus. D'ailleurs, cela s'entendait grâce à son grognement presque heureux de se laisser porter par la colère. Ronan semblait m'avoir entendu dans tout les cas car il réagissa rapidement. Parce que oui, tandis que l'on venait de me plaquer, limite en me cognant la tête, il était déjà derrière le dos de ces humains.. primitifs. Ma respiration se faisait forte tandis que les deux hommes mourraient sous mes yeux. Je sentis mes larmes coulaient tandis que mes yeux regardaient les autres.. hommes s'enfuirent.

La suite me perturba encore plus. Je ne comprenais pas ce qui se passait dans la tête de Ronan et cela.. me blessait, il ne se controlait plus.. ou alors il réalisait ce qu'il avait pu refoulé depuis notre rencontre.. Car sa façon à son tour de me tenir les poignets, d'utiliser sa force contre moi.. ainsi pour contrôler chacun de mes gestes, comme si je n'étais qu'une piètre poupée. J'étais assise à présent, je voyais comme ma dernière heure venir.. Il était horrible de penser ainsi d'un homme qui avait tant de bons points, qui m'avait tant aider ces dernières heures.. avec qui j'avais dormi la nuit dernière. Oui, j'étais paniquée, éffrayée à l'idée de ce qu'il pouvait avoir dans la tête. Quelque chose que sans doute il ne voudrais pas faire.. ou alors inconsciemment. Je tremblais de peur, mais pas assez pour que ces mains bougent de mes poignets. Je le regardais dans les yeux.. Je n'arrivais même pas à le neutraliser par mon regard.. Je ne controlais plus rien.. Et lui aussi me fixa, sans rien faire. Je sentis ma gorge devenir extrèment sèche et mes quelques larmes empiraient de plus belle.

Il ne me faisait plus peur. Il me faisait mal. Je ne supportais pas le voir comme ca, car je sentais la tristesse qu'il ressentait. Lorsqu'il lacha un petit peu mes poignets, je sentais que quelque chose changeait. Cependant, je ne le lachais pas du regard, qui savait ce qu'il pensait.. personne à part lui, et encore, si lui se rendait compte de ses faits et gestes. Je ne comprenais pas ce qui se passait, Ronan tombait par terre, comme ca, à coté de moi. Je restais personellement le regard fixé devant moi. Les hommes. Les hommes ne devaient pas être loin. Nous nétions plus en sécurité ici, et si ils allaient chercher de l'aide.. si.. ils revenaient avec d'autres personnes.. Je continuais de pleurer, petrifiée à telle point que j'en avais la tête qui tournait.. Mais il ne fallait pas que je tombe, Ronan était dans un sale état même si je ne comprenais pas celui ci. Je commençais donc par reprendre les affaires espèrant de tout coeur que Ronan ne m'attaque pas dans le dos. Il fallait que je souffle que je comprime ma peur.. ma colère.. et tout ce que je ressentais il fallait que je laisse l'instinct prendre le dessus. Ronan ne semblait plus du tout bouger. Après avoir réuni dans le sac de mes bourreaux le peu qu'il nous restait : les couvertures, un peu de nourritures.. je revins vers Ronan toujours.. transformé, et je m'agenouillais devant sans peur.. comme si tout cela était normal, je ne comprenais même pas comment mes jambes supportaient mon poids.. Chacun de mes membres tremblaient sans s'arrêter. Je pris.. le bras si l'on pouvait dire de Ronan et lui demandais de se lever. Le.. la bête avait l'air paralysé.. loin d'ici. Mais je n'avais pas le temps pour lui faire tout un discours.. il fallait que l'on bouge, tout de suite, et rapidement

<<- Il..il.. faut par..partir.. Ronan.. regarde...regarde moi.. >>

J'étais haletante, je n'arrivais pratiquement pas à parler. Par reflexe et en pleine panique, je pris le bras gauche de ronan, passant celui ci par dessus mon épaule. Il n'était vraiment pas en forme, je ne comprenais pas moi même quelle était cette situation. Il semblait.. comme à bout de force.Je ne pourrais pas tenir longtemps à le trainer sur mon épaule.. Je me mis à marcher le plus rapidement que je pouvais.. Oui, une bête de ce genre.. qui faisait sans doute 4 fois mon poids, bon certes, j'exagerais peut être un peu mais.. Bon, il ne fallait pas se poser de questions, il fallait avancer. Ronan avait vraiment l'air sous le choque. Et moi.. moi je ne savais pas où aller. Alors voilà, je l'avais relevé, j'avais pris nos affaires sans savoir où nous irons.. Enfin, nous étions sortis de la grotte après plusieurs pas que j'avais fait. Je regardais de tout les cotés.. Où aller.. quand on a plus la notion de rien ?!

<<- Ronan je te supplie, je connais pas ici.. Je sais pas où on est..>>

Je ne sais pas ce que j'attendais de lui, un mot, qu'il me guide.. au moins ca.. car moi.. j'étais incapable de trouver la route et je ne voulais pas nous emmener dans la gueule du loup. Je ne me sentais en sécurité.. Je n'avais plus peur de Ronan mais de tout le reste.. Je commençais déjà à perdre espoir de nous sortir de cette situation.. J'imaginais tout les scénarios possibles.. Et si.. ces humains se mettaient à nous rechercher. Je me mis à aller vers la droite, avec difficultés, trébuchant tout les deux pas.. Paniquand, je décidais de m'exuser auprès de Ronan.

<<- Hier soir... Je.. J'ai.. pas voulu te blesser.. Excuses moi.. Ronan.. de t'avoir brusqué.. Je ne pensais pas.. Aussi.. désolée..de..de.. mes yeux.. je suis désolée..>>

D'autres larmes coulèrent.. Qu'est ce que je faisais.... et si à cause de moi.. Non, je ne voulais pas imaginer la suite des choses.. Je cherchais le courage de continuer à marcher essayant de faire faire la même chose à Ronan avec son bras sur mon épaule. Mais le courage.. Cela n'avait jamais été mon fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 26 Mar - 8:26

L'ivresse de la transformation et la douleur...
Même si devenir cette bête incontrôlable lui faisait peur, dans un sens, parfois, il en avait envie.
Parce qu'il perdait toute notion de ce qui se passait autour de lui, parce qu'il agissait comme un animal sur l'instant et que son cerveau ne s'en souvenait pas, parce qu'il n'y avait aucune limite à ce qu'il pouvait faire. Il était libre comme ça, parfaitement libre. Pas de règles, pas de pitié qu'il s'efforçait d'avoir face à certains ennemis pour retenir son bras... toutes ces émotions qu'il considérait comme négatives enfin libérées.
La rage, la colère, la jalousie, le désir, l'envie de mentir et de faire du mal. On en a tous un peu quelque part mais en règle générale ces émotions peuvent être maintenues enfermées. Mais lui les muselaient trop, ne s'écoutait jamais quand il y était confronté, ou presque... et puis en partie, il n'était pas qu'un humain. Peu importait comment et pourquoi, des gènes félins, d'animal, côtoyaient les siens... avec leur lot d'instincts violents de survie.

Même si son corps ne transformait pas énormément, la souffrance était bien présente même si pour le coup, comme il n'avait pas cherché à retarder sa transformation, il avait eu bien moins mal. Sa mâchoire l'élançait tant et si bien qu'il en était étourdi pour plusieurs secondes, quant aux démangeaisons suite à l'apparition de sa fourrure, il y avait de quoi devenir fou !!!
Et ça encore ça allait... Mais peu importait. Il avait entendu son cri, déchirant les rires gras et salaces de ces sales types et avait agi... comme il l'aurait certainement fait s'il avait été dans son état normal. Il leur en voulait tellement!
Ils n'avaient pas le droit de la toucher !!! Personne n'en avait le droit !!!!
Il ne s'en rendait pas compte mais l'instinct de protection dont il faisait preuve à cet instant pour elle n'était pas du tout habituel. Il en tua quelques uns, en mit d'autres en déroute.
Il comptait les suivre sauf que son regard fut attiré par la jeune femme terrifiée.
Bien sûr, à cet instant, le gentil Ronan tel qu'elle l'avait connu était en quelque sorte absent et c'était cet autre lui qui agissait. Il l'attrapa tout de même avec plus de ménagement que les autres l'avaient fait... un peu comme un chat jouant avec une tourterelle qu'il aurait trouvé. Les yeux jaunes dorés de l'animal ne la quittait pas, savourant la présence de sa jolie petite proie.

Sauf que voilà... Il vit ses larmes et quelque part, elles lui firent mal. Il s'arrêta donc de grogner et la regarda. Comment expliquer alors les émotions qui se succédèrent dans son coeur ?
Tout à coup il avait peur de lui faire du mal, tout à coup il la reconnaissait, mais comme à travers un épais brouillard qui masquait en partie sa vue et étouffait beaucoup de sons. Sa tête bourdonnait d'un son désagréable et il se sentait perdre toutes ses forces. Quelque part, le lui conscient salua l'initiative de la jeune femme, du moins il pensait que c'était elle qui avait fait ça... par instinct, pour se protéger, utilisant une part de son don dont elle ignorait encore tant de choses pour museler en partie sa colère, assez pour qu'il n'ait plus la force de faire quoi que ce soit, enfin étouffé certaines des émotions violentes qui l'étouffaient, mais pas assez pour qu'il reprenne forme humaine.
Ronan été très surpris...
Pour la première fois, il voyait vraiment à travers ses yeux, il avait conscience de ce qui se passait et aussi conscience qu'il était épuisé.. tout simplement mort de fatigue. Pourquoi au juste ?

Il n'eut pas le temps de se poser la question qu'elle revenait et l'incitait à se lever. Il se sentait faible et totalement à l'ouest, n'arrivant même pas à lui dire qu'il était bien là. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle ne semblait pas avoir peur de ce monstre qu'il était et cette certitude lui noua le ventre. C'était bien la première fois...
Heureusement qu'elle l'aidait n'empêche... Il sentait ses forces revenir petit à petit, mais vraiment très lentement comparé au besoin qu'il en avait. Sa voix paniquée, sa voix qu'il aimait bien d'ailleurs, lui fit faiblement relever la tête alors qu'il semblait à moitié dans les vapes. C'était vrai, elle ne connaissait pas et elle avait peur et lui qui s'était juré de la protéger.
C'était comme un déclic,comme un rouage rouillé qui se remettait en route. Les couleurs revenaient, les sons aussi...Il entendait des bruits derrière eux.Elle lui parla encore mais à peine avait-elle finit qu'il se planta sur place ne l'aidant plus à avancer.

Quand elle tourna la tête, surprise vers lui, qu'elle sembla prendre peur qu'il soit redevenu dangereux pour elle, il attrapa les sacs qu'elle avait pris, la souleva sans ménagement de terre en la mettant sur une de ses épaules et sauta dans le vide, atterrissant sans mal dix mètres plus bas. Il n'avait pas l'habitude de ce corps, même s'il était très proche du sien, mais ses capacités étaient meilleures, il le sentait. Rapidement et toujours sans un mot, il la poussa doucement cette fois, après l'avoir reposée au sol, dans une brèche dans un pan de mur d'un bâtiment où elle pouvait se glisser, posant les sacs près d'elle.
Il était toujours sous cette forme étrange et ses yeux luisaient dans la pénombre. Sans plus d'explication,il lui mit un doigt sur la bouche pour lui dire de se taire et lui fit une espèce de sourire, se détachant juste après de la brèche en entendant les cris d'hommes se rapprochant.
Il récupéra son sabre, le sortant de son étui et bondit rapidement sur leurs assaillants en poussant un grondement de fin du monde !

Il y eut pas mal de cris et de bruits d'armes s'entrechoquant...
Les cris aussi des hommes qui malgré leur trouille ne s'enfuyaient pas, en réalité beaucoup plus nombreux et cernant le jeune homme.
Celui-ci, heureux même s'il ne comprenait pas vraiment, de pouvoir pour le coup, contrôler sa fureur, ses émotions, se battaient sans faillir, sans hésiter et sans vouloir fuir. Il devait la protéger ! Ceux-là avaient osé la toucher... il ne leur pardonnerait jamais.
Cela dura un bon quart d'heure, peut-être plus, puis des pas humains s'éloignèrent du champ de bataille pour se rapprocher de la brèche dans le mur.

- Louka ? Est-ce que ça va ?

C'était sa voix...
Et il apparut, en contrejour devant l'espèce de trou dans lequel il l'avait mise en attendant, pour être sûre qu'elle ne risquait rien, pour pouvoir se battre à fond. Il s'était retransformé, redevenant le charmant être "humain" qu'il était auparavant, le corps luisant de sueur et de sang, pas mal de sang d'ailleurs... Il avait l'air inquiet, vraiment inquiet alors qu'il essayait de lui sourire pour la rassurer. Il savait après tout qu'il avait pu certainement se contrôler grâce à elle, mais il ignorait ce qu'il lui avait fait avant et avait très peur de le savoir...

- Louka... c'est bon, c'est fini.. je... je suis désolé... je ne...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 26 Mar - 16:00


J'avais l'impression de mourir. Là assise, tremblant de peur alors que Ronan était entrain de mettre sa vie en jeu.. Que ferais je s'il meurs.. Que deviendrais je ? Il était le seul espoir que j'avais aujourd'hui de m'en sortir vivante de toute ses épreuves.. Que ferais si il se retrouvait avec une dague en plein coeur.. Non.. non, il n'avait pas le droit de me laisser, il.. Je lui interdisait ! Je ne savais depuis combien de temps il combattait. Peut être des heures.. non, je ne me rendais pas compte que cela ne faisait que 15 minutes. c'était impossible, les secondes devenaient des minutes, les minutes des heures.. A chaque claquement de férailles mon coeur, mon ventre, mon corps se contractaient toujours un peu plus. Je pleurais de peur.. Je ressentais celle ci comme.. elle avait fait partie de moi depuis si longtemps que je savais la vivre au maximum. J'avais l'impresssion de mourrir de frayeur.. J'avais mes mains sur les poignards, m'enfonçant presque ceux ci dans mes mains tellement le stress était intense.

J'avais des frissons dans le dos, je souffrais d'inquietude.. Ronan avait si de courage.. Tellement ! Depuis tout à l'heure je n'avais pas arreté de pleurer.. A cause de toutes ces émotions qui se cognaient entre elles. Lorsque j'avais commencé à porter Ronan, je n'avais pas vraiment fait attention aux forces que je pouvais avoir.. Je n'avais pas non plus pris en considération le fait que je ne savais pas du tout où aller. Et puis lorsque je lui avais demandé de l'aide, il avait automatiquement réagi.. Même si je n'avais pas bien compris d'où il sortait cette énergie permanente. Ce qui me choqua fut sa façon de me poter comme si j'étais une plume si légère. Sauf que je m'étais mise à hurler en sentant mon corps et le sien tombait dans le vide.. je ne voyais pas où il allait.. et à vrai dire ce n'était pas très agréable d'être prise de cette manière.. Le pire vint lorsque je vis les hommes nous suivre de nouveau. Ma respiration se faisait de nouveau haletante, pleine.. d'interruption parce que je n'arrivais pas à réguler celle ci.

J'avais été perturbée par sa manière de faire, de me faire taire juste par un doigt sur la bouche qui m'avait tout simplement surpris. Et puis directement été venue l'angoisse.. De voir la dernière fois un sourire de sa part, un geste de sa part.. Oui ,j'étais paniquée à l'idée qu'il ne revienne plus.. Paniquée parce que que deviendrait mon existence si.. depuis que je me sentais de nouveau capable d'avoir une réelle vie, l'homme qui avait permis cela s'envolait en fumée d'un coup. Je m'étais reculée le plus possible, fixant apeurée l'entrée de la grotte largement plus petite que la précédente.. Qu'est ce que j'allais devenir. Cette question se répétait sans cesse dans ma tête, et je n'y trouvais pas de réponses jusqu'à..

Jusqu'à que les choques métaliques cessent. Le silence était totale. Traumatisant, vous amenant dans une telle torpeur ! Mais.. la surprise fut forte lorsque je vis Ronan apparaitre derrière la brèche. Au premier regard, je n'arrivais pas à y croire.. C'était impossible, comment avait il fait ? Je me fichais que c'était la bête qui pendant quelques secondes avait sans eu des pensées sombres à mon égard... Je m'en fichais car il avait pris le dessus. Cependant, j'étais incapable de dire un mot, de bouger.. J'aurais voulu lui sauter dans les bras.. Et.. je restais bloquée là. Avant de réellement réalisé lorsqu'il parla de nouveau que c'était bel et bien lui qui était en phase de moi.. Qu'il n'allait pas.. que il les avait tué.. Les images d'horreurs que je m'étais imaginée une nouvelle fois disparurent. Je me précipitais dans mes gestes afin de me lever, et je sautais presque contre lui. Comme en enfant qui retrouvait son père, comme une femme qui retrouvait son mari depuis longtemps.. Comme si il était l'être le plus important de mon coeur alors que je ne connaissais rien de lui.. quoi que.. en si peu de temps, j'en avais appris des choses.

Alors oui, je m'étais jetée sur lui, lui qui était plein de sang, lui que j'avais peur de voir tomber devant moi. Et je pleurais.. parce que j'étais heureuse de le voir sorti de là.. Parce que.. Je venais d'être traumatisée à l'idée que de ne plus jamais le revoir. Je ne savais pas quoi dire.. Je n'osais plus parlée, j'étais encore sans doute sous les chocs.. La seule chose que je sus faire.. ce fut de finir par la pousser contre le mur le faisant asseoir sans lui poser de questions.. sans.. rien dire. Je regardais ses blessures furtivement, la respiration accéléré et sacadée. Comment désinfecter tout ca.. Une gourde.. Oui, il me semblait qu'il y avait une gourde.. et si je prenais un bout de tissus d'une de ces couettes.. Oui, c'était une bonne idée. De façon précipité, je cherchais dans le sac tout ce dont j'avais besoin. Puis je revenais rapidement vers Ronan sans qu'il ne puisse dire quoi que ce soit. Le visage rouge.. de honte de lui avoir fait faire tout ca, le visage écarlate.. Parce que c'était à peine si je me souvenais comment respirer normalement. J'étais confuse, inquiète..

<<- Je suis désolée Ronan, je suis vraiment désolée.. Je... C'est n'importe quoi.. >>

Et je ne cessais de répeter tout cela en boucle.. J'étais désolée de lui attirer tant d'ennuies.. désolée.. de l'avoir fait se transformer car je me sentais en partie responsable.. Oui, j'étais réellement mal.. Et dans tout les sens du termes, la peur, la colère, l'inquietude.. Et la frayeur que Ronan m'avait lui aussi fait.. lorsqu'il avait été transformé. Mais je ne lui dirais pas.. Sur ces quelques secondes, ca n'avait pas été lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 26 Mar - 16:54

Ne rien savoir si ce n'est qu'on faisait du mal...
Ne rien se rappeler mais se réveiller les mains pleines de sang, la bouche aussi, parfois blessé, parfois non, mais avec la sensation affreuse d'avoir blessé et tué.
Même s'il aurait dû y être habitué, il ne parvenait pas à s'y faire.
Cette fichue transformation le terrorisait. Il se savait capable d'avoir des mauvaises pensées, mais celles-ci ne vivaient pas réellement. Inconsciemment, il les étouffait aussitôt. C'était pour cette raison qu'il était si gentil, droit et honnête... alors que cet autre lui qu'il muselait était tant empli de colère, de jalousie et d'envies.
Pourtant ces deux parts étaient si proches l'une de l'autre, parfois elles se mélangeaient. Comme par exemple le fait qu'il ne puisse retenir sa colère par rapport aux hommes qui avaient certainement traumatisé Louka... sans se transformer pour autant, du moins à la limite, cette rage qui lui donnait l'impression d'être une vraie tornade de feu ne demandant qu'à sortir.
Il avait l'habitude de ne pas savoir, de craindre d'avoir blessé des innocents. Jamais encore il n'avait été capable de choisir ses gestes alors qu'il était sous cette forme étrange.

Alors pourquoi cette fois-ci avait-elle été différente ?
La réponse était pourtant si simple. Mais était-elle simple à entendre et plus encore à comprendre ? Non, certainement pas. C'était elle... elle qui avait fait toute la différence. Elle et ses grands yeux verts emplis de tant d'espoir et de tant de belles choses qu'il avait envie de découvrir. Elle et ses sourires à faire danser de drôles de farandoles à un coeur. Elle et son rire qui semblait tout droit sorti d'un conte de fait, avec sa propriété de guérir toutes les blessures. Elle et sa joie toute simple de recommencer à exister... Sa façon de parler. Elle et ses peurs qui le touchaient et lui donnaient plus encore envie d'être à ses côtés et de la protéger.
Il savait qu'il s'était transformé, un blanc... et puis il était devant elle, il la tenait, elle lui jetait un regard effrayé.
Il avait pris conscience de ce regard qui lui avait fait l'effet d'un poignard qu'on plongerait dans son abdomen à maintes et maintes reprises et brusquement il s'était rendu compte que son état vaseux n'était pas synonyme de transformation. Il n'était pas sous sa forme humaine, mais toujours sous celle animale. S'habituer à ces changements étaient difficiles, comme sa vue bien plus accrues que celle déjà très bonne qu'il avait, qui le déséquilibrait.

Comment avait-elle réussi ce miracle ?
Parce que ça ne pouvait pas être lui, il le savait.
Ses yeux avaient-ils donc un si grand pouvoir ? Les avait-il à ce point sous-estimés ? Etaient-ils capables de le... sauver ?
en tous les cas il l'avait mise à l'abri et était allé se battre, contrôlant sa rage pour en faire une force. Combiner ce nouveau corps et ses habiletés au sabre l'avait rendu extrêmement dangereux, tout simplement mortels malgré le cercle mauvais qui s'était formé autour de lui.
Et puis...il avait un but.
Un but certain dont il ne se détournerait sous aucun prétexte ! Il allait la protéger !
Il refusait que quiconque la touche. D'ailleurs en pensant à ceux qui avaient essayé de l'approcher, à ceux dont il l'avait libérée, qui lui avait fait tant de mal, il se sentait envahi d'une force de titan dont il allait se servir jusqu'au dernier instant.
Fait étrange, qu'il n'eut pas vraiment le temps de prendre en considération... face à ces souvenirs, ce n'était pas que de la rage qui envahissait son coeur, mais aussi de la jalousie... une forte pointe de jalousie... mêlée de honte et d'appréhension.

Il avait feinté, frappé, d'estoc ou non peu importait... ils mourraient... s'ils la poursuivaient, s'ils voulaient lui faire du mal, ils n'auraient qu'un destin.
Quand son corps était redevenu humain alors que plus un n'était debout, il avait chancelé pour tomber à genoux par terre, le souffle court. Se battre ainsi et plus encore, l'utilisation de son "pouvoir" l'avait épuisé. Pourtant un sourire vint rapidement éclairer son visage. Il avait réussi, vraiment réussi, ils n'étaient pas passés... ils n'avaient pas pu l'approcher. Son arme certainement étrange pour beaucoup trempée de sang, il l'avait appuyée contre un rocher avant de passer un peu timidement la tête devant la brèche dans laquelle il lui avait fait comprendre qu'elle devait se cacher.
Elle était toujours là, prostrée sur elle-même, ce qui lui fit mal aussi... elle pleurait, elle semblait terrorisée. Il l'appela mais elle mit du temps à venir.
Ce n'était pas pour rien qu'il l'avait fait entrer là. Avec sa carrure, il ne pouvait pas passer et aller la chercher... il avait aussi cherché à la protéger de lui-même !

- Louka...

Sauf qu'il n'eut pas besoin d'en dire plus qu'elle bondissait littéralement de sa cachette et s'accrochait à son cou. Il chancela. Non pas sous son poids mais sous l'effet de la surprise. Pourtant automatiquement, il referma ses bras sur elle et la pressa contre lui, fermant les yeux.
C'était étrange, elle était bien plus petite et pourtant son étreinte à cet instant avait plus de force que bien des bras de fer !
Sous l'émotion sa gorge se noua et il fut incapable de lui parler. Il savait juste qu'à peine la tenait-il contre lui qu'il se sentait mieux et... son coeur s'était mis à battre une chamade telle qu'il en était tout étourdi. Elle pleurait... Il ne s'en aperçut même pas mais il se fit à faire de même. Parce qu'il avait eu peur aussi pour elle. De ce qu'ils pourraient lui faire s'il perdait... raison pour laquelle il avait lutté de toutes ses forces... Parce qu'il avait peur de ce que lui pouvait lui faire s'il ne se contrôlait plus de nouveau.
D'ailleurs ses mains tremblaient alors qu'il la serrait contre lui comme s'il cherchait à s'étouffer et l'étouffer par la même occasion. Pourquoi avait-elle mis ses bras autour de son cou ? Pourquoi lui en avait-il mis un sur sa taille et l'autre vers le haut de son dos ? Pourquoi est-ce qu'il avait l'impression à cet instant de ne pas être un inconnu qui l'avait rencontré la veille... pas un simple ami non plus ? Pourquoi à sentir son souffle dans son cou, ses larmes glisser de ses joues à son torse en se mêlant au sang qui le recouvrait, il se sentait si mal et si bien en même temps ?

Le jeune homme n'eut pas le temps de se poser davantage de question qu'il se retrouvait assis par terre du fait d'une poigne sans appel. Elle se mit à s'agiter, la respiration toujours hachée et des larmes continuant de couler de tant à autres de ses yeux. Elle lui parlait trop vite, des paroles qu'il jugeait incohérentes et inutiles... inutiles après tout ça. Elle était inquiète...
Il baissa les yeux sur son torse en comprenant. Ah ben oui, ça paraissait grave vu de là mais en réalité. Alors qu'elle ne s'arrêtait pas, manquant la syncope à vouloir trop en faire, il lui attrapa un poignet et la tira vers lui, la faisant tomber, mais il était là pour la rattraper. Profitant qu'elle se retrouve assise à ses côtés... enfin il la posa d'abord au sol parce qu'il l'avait tout de même rattrapée sans bouger de sa position assise, il passa ses bras autour d'elle et la serra contre lui. La relâchant rapidement, il garda son visage proche du sien mais la regarda. Et lui sourit d'une manière adorable, comme avant.

- Calme toi Louka... C'est terminé. Regarde-moi s'il te plait. Je vais bien... ce ne sont que des blessures superficielles. C'est... tout ça c'est plutôt leur sang... Je suis content de voir qu'ils n'ont pas pu te faire de mal, j'ai vraiment eu peur pour toi.

Il lui sourit encore comme pour prouver qu'effectivement il allait bien et porta une main à son visage comme la veille pour essuyer ses larmes, même si là il risquait plus de la barbouiller de sang qu'autre chose !
Dans la nuit, un léger duvet blond avait commencé à manger ses joues, signe qu'il était bel et bien sorti de l'adolescence depuis un moment. Il continua de murmurer plus bas qu'il allait bien, cherchant à la faire se calmer et prit même une de ses mains pour la mettre sur son coeur.
Mais étant donné que celui-ci battait un rythme effréné, ce n'était pas forcément une bonne idée, qui plus est le bond qu'il fit au contact de la peau de son propriétaire contre celle de la jeune femme.
Soudainement son regard se fit beaucoup plus sérieux et il déglutit ayant du mal à parler. D'ailleurs il baissa honteusement les yeux, très inquiet en réalité, se réfugiant sous ses mèches en désordre après le combat.

- Est-ce... est-ce que je t'ai fais... quelque chose... mal ? S'il te plait... dis moi. Je sais que tu m'as ramené... que j'ai pu me contrôler... ce n'était jamais arrivé, je sais que c'est grâce à toi... mais... je sais aussi que lorsque je me suis... "réveillé", je te tenais... est-ce... est-ce que j'ai... dis-moi s'il te plait...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 26 Mar - 19:49


Oui, je m'étais jetée dans ses bras, parce que je n'avais rien trouvé de mieux à faire.. Et tout de suite, sa chaleur m'avait rassuré même si ce n'était pas complétement car je semblais prise d'une folie certaine en répétant les mêmes paroles s'en m'arrêter. J'avais eu si peur.. De me retrouver seule, perdu dans les fin fonds de la solitude profonde.. Parce que j'avais eu peur que tout recommence, les violences, les hommes.. l'horreur, les coups. L'envie de mourrir d'en finir. Parce que dans le regard de ses hommes, j'avais vu ce que j'avais ressenti pendant plusieurs semaines. Cela avait été traumatisant, horriblement perturbant quand on se dit que tout pourrait recommencer une nouvelle fois.. Mais.. j'avais pris sur moi, j'avais contrôlé sur le coup ma peur, ne la laissant aller que par les larmes.

Respirer respirer.. il fallait que je respire, il avait raison, il fallait que je me calme, que je me calme.. Ca tournait en boucle dans ma tête.. Comme un disque que l'on n'arrive pas à couper.. On pourrait y mettre les doigts, cela ne ralentirait pas la cadence. Lorsque Ronan me tira vers lui, je fus surprise qu'il me rattrape avec autant de réflexe mais mon coeur continuait de s'emballer à tout va. Son sourire me réchauffa le coeur.. Vraiment, comme un radiateur qu'il m'aurait mis en plein dans mon corps pour que chaque parcelles de celle ci brulent.. de.. je ne savais trop quoi.. De réconfort, oui, c'était ca. mais aussi.. non pas d'amitié.. comme d'amour. Sauf que je ne savais pas ce que c'était et je ne pouvais pas lui poser la question, pas maintenant et pas après ce que j'avais pu voir la veille.. Pour le moment j'avais besoin de me retrouver après toutes ses émotions. Ma respiration devint moins saccadée. Je me mis à parler rapidement, mais la voix largement moins tremblante.

<<- J'ai eu si peur.. tellement.. j'ai cru que.. c'était fini.. >>

Pour la suite, je me retenais de pleurer, je ne voulais pas non plus paraitre pleurnicharde.. Je voulais qu'il me voit forte, si forte.. Je voulais qu'il croit en moi pour un certain avenir.. Je voulais tant de chose que je retenais de toute mes forces les larmes que mes yeux demandaient de verser.. Non.. Il fallait que je résiste à ce besoin. Absolument. C'était obligatoire où je m'en voudrais toute la vie qu'il me voit.. comme une piètre fille incroyable de se relever.. Parce que j'en étais capable, je le savais, j'en avais toujours été capable. Toujours alors pourquoi pas maintenant ?! Je pris une grande inspiration avant de souffler. Je sentis mes muscles se détendre un à un. J'y arrivais, j'arrivais enfin, de nouveau, à gerer mes émotions. pour de bon, je l'esperais cette fois. Parce que depuis ma rencontre avec Ronan, je n'avais pas su faire. même pas un minimum. Je ne savais pas d'où me venait cette volontée de me montrer moins.. enfantine, gamine.. Peut être parce que.. je voulais qu'il me voit comme autre chose qu'une pauvre victime.. parce qu'il était vrai que j'avais peur de lui faire pitié.. encore plus à force de pleurer ainsi. Soudainement alors que je m'étais enfin calmée, je fus perturbée de voir ainsi sa façon d'être avec moi. Il devint presque distant mais je remarquais que ce n'était pas l'effet qu'il voulait lorsque je me mis à essayer de le regarder dans les yeux.. Cependant, il avait baissé la tête pendant qu'il parlait. Je l'écoutais attentivement sans réagir. Jusqu'à qu'il ait finit.

Devais je lui dire la vérité, ou lui dire qu'il ne m'avait rien fait.. sauf que lorsqu'il avait réalisé, il m'avait regardé dans les yeux, me tenant par les poignets.. mais après tout avait il fait quelque chose de plus ? Oui, son regard avait été étrange comme s'il avait été poussé par une envie.. En soufflant pour essayer de ne pas paniquer, je pris le visage de ronan entre les mains, m'agenouillant devant lui pour le regarder dans les yeux.

<<- Je ne t'ai pas ramené, tu t'es ramené tout seul.. Et puis tu ne m'as rien fait.. En fait tu as.. >>

Je pris une grande inspiration ayant peur que si j'utilisais les mauvais mots, il s'en voudrait.. pour quelque chose qui ne m'avait pas tant blesser que cela.

<<- Très bien.. tu m'as regardé, tu m'as pris les poignets.. très fort.. Puis tu les as relaché. Rien de plus.. je te jure.. Mais arrête de dire que c'est moi, tu te contrôles tout seul, je t'ai expliqué ce que faisais mon pouvoir.. Il fait rien de tout ca ! >>

J'étais excédée qu'il dise ça tout le temps.. si excédée que j'avais envie de lui donner une gifle pour qu'il réalise qu'il était lui seul le responsable de ce qu'il arrivait à faire.. Mais s'il avait raison.. Si j'étais réellement capable de reussir à faire autre chose que peur aux autres. Non, je n'en était pas capable du tout.. ce n'était pas moi, ce n'était pas mon pouvoir, il fallait qu'il s'en rende compte..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mar 27 Mar - 15:20

Quand il avait reprit pieds dans la réalité, totalement,grâce à son appel à l’aide, parce qu’elle avait besoin de lui, il avait eu la certitude qu’à cet instant, rien ne le ferait redevenir le monstre. Qu’il ne deviendrait pas incontrôlable pour les autres mais avant tout pour lui-même. Il savait que malgré l’apparence qu’il conservait, c’était lui qui tenait les rênes cette fois. Pourquoi ? Comment ? Peu importe, un but bien précis gonflait son cœur de volonté et ses muscles de force… l’envie, non le besoin de la protéger.
Ce n’était pas une fille faible, il le savait, le sentait dans chacun de ses gestes, comme un instinct, une certitude. Même si elle avait pleuré, même si elle avait montré sa peur, sa douleur devant lui, elle était extrêmement forte et il le savait. Parce qu’elle ne sombrait pas… Quoi qu’elle puisse dire, ce n’était pas à lui qu’elle le devait mais avant tout à elle-même… parce qu’elle avait la volonté de se relever et que sans cette volonté, il aurait pu lui faire tous les sourires du monde, ils seraient restés sans réponse.

Alors oui elle était forte, parce qu’elle était capable de lui montrer qu’elle avait mal, capable d’accepter qu’elle avait besoin d’aide pour l’heure pour se relever… capable encore et surtout de l’écouter et de rester là, dans cette espèce de cachette rapidement trouvée, plutôt que de venir braver, trop tôt le danger à ses côtés. Elle le pourrait et le ferait bien assez tôt. Pour l’heure, elle devait se fier à lui. Et c’est ce qu’elle fit.
Pour beaucoup cela pouvait passer pour un acte de lâcheté, de trouille morbide… Pour lui c’était une preuve de confiance.
Alors quand il revint près d’elle, il se sentait bien et fier. Parce qu’elle n’avait pas bougé, parce qu’elle l’avait écouté… parce qu’elle n’avait pas tenté de ses battre à ses côté, pas encore, parce qu’elle lui avait fait confiance pour la protéger… Lui…

Quand elle lui sauta dans les bras, il les referma sur elle avec joie et autant de chaleur qu’il pouvait. Rien que cet accueil accroissait son envie de se battre, de lui prouver encore qu’il pouvait la défendre et de lui sourire… oh oui lui sourire. Puisqu’elle répondait parfois de même, parce qu’il avait envie de la voir sourire.
Malgré l’agitation de la jeune femme, il resta sagement à la place à terre qu’elle lui avait assignée. Du moins au début.
Elle sembla surprise qu’il l’attire sur lui alors qu’elle pensait à trop de choses à la fois mais il s’empressa justement de lui sourire pour la rassurer. Il avait envie d’éclater de rire, pour une raison inconnue.. Enfin plus ou moins inconnue. Là encore il la serra contre lui parce qu’elle en avait besoin et que lui aussi, ne posant pas vraiment de question quant au sang qu’il portait, il avait juste envie de la sentir contre lui, c’était tout !
Ou presque tout.

En comprenant qu’elle retenait ses larmes, il cacha sa tristesse en évitant de la regarder dans les yeux. Elle récupérait si vite… Bientôt elle n’aurait plus besoin de lui.
Bien sûr il ne pouvait pas se douter qu’elle faisait juste ça pour lui en réalité, pour ne pas paraître faible à ses yeux alors que lui justement ne la trouvait pas faible du tout. Comment aurait-il pu s’en douter ? Il n’était pas devin et elle était si… étrange pour lui, sur tant d’aspects.Pas en mal bien évidemment… de l’étrangeté qu’il avait envie d’éclaircir.
Pendant une seconde, il repensa aux hommes qu’il avait combattus, à ce qu’ils avaient dit, à ce qu’ils voulaient lui faire. Etait-elle surprise qu’il se soit battu avec tant de rage alors que la simple idée que ces sales types la regardent avec un peu trop d’intensité avait bien failli lui faire perdre les pédales ?!!!!!
Il lui sourit pourtant. C’était vrai qu’il souriait facilement mais avec elle c’était différent, il n’avait pas envie de se départir de son sourire, envie de voir toujours cette pointe de joie amusée lorsqu’elle voyait son expression faciale exprimant cette attention de lui faire plaisir… et puis parfois ses yeux brillaient aussi. Le vert tendre printanier et celui sombre d’une forêt de hêtres sous la pluie rivalisaient d’éclat et… de tambourinements de son cœur comme résultat.

Malheureusement, il devait gâcher cet instant, parce qu’il ne serait pas tranquille tant qu’il ne saurait pas…ce qu’il lui avait fait alors qu’il n’était plus conscient. Il savait que ses sens lui échappaient, qu’il n’était plus maître de ses gestes et que ceux-ci pouvaient être déplacés… très déplacés même… enfin il n’en avait pas la preuve mais il s’en doutait un peu trop pour que ce ne soit qu’une hypothèse…
Il devait savoir… S’il avait été trop loin avec elle, s’il lui avait fait du mal. Parce qu’en réalité, il se doutait qu’il avait mal agi. Parce que plus il la regardait, plus il la trouvait belle malgré les hématomes qui marbraient son corps et son visage, heureusement bien moins pour ce dernier. Plus il l’écoutait, plus il trouvait qu’elle avait une belle voix et des intonations qu’il ne connaissait pas. De quelle région venait-elle exactement pour avoir ce léger accent si… attrayant.
Bon pour ses yeux, il ne pouvait pas en être plus attiré qu’il ne l’était déjà bien entendu, mais plus il les regardait et plus il se disait qu’il était impossible de s’en lâcher. D’ailleurs, les siens n’étaient plus sombres lorsqu’il l’avait pris dans ses bras, plus du tout sombres même… mais à présent ils s’étaient assombris, parce qu’il avait peur de ce qu’il pourrait découvrir. Bref… Ce n’était pas une gamine, c’était une femme, malgré sa petite taille et ses traits enfantins dans certaines de ses expressions, c’était une femme vraiment et une belle femme.
Et qu’elle ne le laissait pas indifférent en fin de compte. Malgré toutes les pensées innocentes qu’il possédait à son encontre, certaines l’étaient beaucoup moins et il en avait honte. Ce n’était vraiment pas bien de penser ainsi d’elle… alors qu’elle avait subi la haine, la cruauté, la perversité des hommes. Il n’était vraiment pas mieux ! Enfin il espérait tout de même ne pas avoir l’esprit aussi mal tourné. Après tout, lui se disait juste qu’elle était belle et que dès qu’il baissait les yeux il avait une superbe vue sur sa… AAAAAHHHHH !!! Non !!! En fait il n’était qu’un obsédé comme les autres.

Rouge de confusion sans donner plus d’explication il devait lui sembler bien énigmatique à cet instant. Parce qu’il n’expliquait pas vraiment pourquoi il était comme ça tout à coup.
Enfin bon… Il finit par lui demander, inquiet de sa réponse même s’il ne voulait pas le montrer.
Elle réagit comme il aurait pu s’y attendre venant d’elle. Ce n’était pas pour rien qu’elle lui semblait forte et courageuse, elle l’était réellement. Et à cet instant, c’était lui qu’elle protégeait. Oh il ne fut pas dupe. Même s’il savait l’avoir regardée et tenue fermement, à son regard, il sentit qu’il y avait autre chose. Quelque chose qu’elle ne voulait pas lui dire de peur qu’il culpabilise et la fuie, Un peu comme la veille au soir. Il comprenait cette précaution, mais se rendait-elle compte seulement de la noblesse de ce geste. En fait, il ne lui répondit pas tout de suite parce que s’il n’était plus rouge, il avait la gorge très sèche. Et pour cause !!!! Son visage n’était qu’à quelques centimètres à peine du sien. Elle avait les mains sur ses joues et pour sa part, son cœur manquait de lui perforer le torse tant il frappait dans sa poitrine. Etrange… il ne s’était pas rendu compte du rose brillant de ses lèvres. Elle était pas censée être blessée et donc dans un sale état dégoûtant quiconque croiserait sa route. Sa blessure avait guérie et décidément, ce n’était pas des lèvres de gamine ça !!!!
Bobom bobom… Encore plus fort, toujours plus fort…
Il avait frissonné et en fait, il y aurait pu y avoir un éboulement d’immeuble brisé juste à côté d’eux qu’il n’aurait pas bougé d’un pouce. Parce qu’il n’en avait vraiment, vraiment pas envie.

- … Merci… Mais ne pense pas que je sois dupe… Louka.


Il avait enfin réussi à parler !!! alléluia !!!
Il lui sourit gentiment encore une fois pour cacher son trouble alors qu’il avait lui aussi envie de prendre son visage dans ses mains de la même façon, d’approcher son visage de la même façon… dommage qu’elle ne pleure pas, il aurait eu une bonne excuse. La fierté reprit sa place dans son cœur alors qu’il se remémorait ses paroles inquiètes comme quoi elle avait craint le perdre. Lui il savait qu’il gagnerait… parce qu’il voulait revoir ses yeux, la revoir tout entière. Alors il ne pouvait pas perdre si ?
Avant elle avait râlé par rapport à ce qu’il lui avait dit, comme quoi c’était grâce à elle qu’il était revenu. Sur l’instant, il n’y avait pas vraiment fait attention parce qu’il était trop occupé à s’inquiéter mais à présent. Elle était toujours très proche de lui et il leva la main vers son visage… avant de lui donner une petite pichenette sur le nez.
Ce n’était rien du tout, pas même l’effet d’une piqûre de moustique, juste pour le geste et qu’elle voie ce geste. L’instant d’après il fermait les yeux et franchissait l’espace entre eux pour mettre son front contre le sien, ses mains venant naturellement se poser sagement dans son dos, immobiles par la suite.

- Idiote…

Eh ben.. Voilà qu’il l’insultait à présent… Ah mais non, franchement ça n’avait pas le ton d’une insulte, il le disait avec bien trop de tendresse et de tremblement dans la voix d’ailleurs. Nouveau sourire…

- Je n’ai rien fait… Mon pouvoir c’est d’être en mesure de protéger… de devenir assez fort pour l’être mais avant ça, je suis un guerrier… Quand ce truc s’active, je deviens un monstre et rien ni personne ne peut le contrôler… Peut-être que ce n’est pas ton pouvoir puisque tu es trop têtue pour me croire et surtout croire en ce bien que tu es plus que capable de faire et offrir. Mais même sans ça, c’est grâce à toi et je le sais parfaitement. Tu peux dire ce que tu veux, je n’en démordrai pas… alors essaie donc de me faire douter des miracles dont tu es capables et je t’en mettrais autant de fois des preuves devant les yeux…

Il rouvrit les yeux et la regarda même s’il louchait un peu comme ça du coup, il n’avait pas envie de rompre ce contact.

- Des yeux comme les tiens ne peuvent pas faire que le mal dont tu t’accuses… et plus encore… tu dis être quelqu’un de mauvais… pourtant tu m’as porté à moitié alors que je suis bien plus lourd que toi pour me protéger, tu as eu peur que je sois trop blessé ou quoi que ce soit. Tu ne te soucies pas que de toi… quelqu’un d’aussi sensible, même si elle ne le découvre que maintenant n’est pas en mesure de ne faire que mal ou peur aux gens…

Il la vit ouvrir la bouche même si elle lui semblait presque aussi rouge que lui mais il l’interrompit en remettant un doigt sur ses lèvres comme plus tôt sous sa forme animale. D’ailleurs maintenant que c’était volontaire… ce n’était pas désagréable, il en profita pour toucher sa joue de son pouce cette fois, même si c’était à peine.

- Tchut damoiselle ! Laissez au pauvre combattant si sauvagement tiré du sommeil que je suis, cette toute petite victoire…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mar 27 Mar - 19:42


<<- Je te jure sur mon âme que tu ne m'as rien fait de plus. Rien du tout. >>

Et c'était vrai.. ou alors je n'avais pas fait attention vu l'état dans lequel j'avais été. Il ne semblait pas vouloir me croire.. Mais lui aussi était quelqu'un de bien, quelqu'un de droit et qui le montrait par tout ses actes. Ses paroles, ses gestes, sa douceur dans sa façon d'être.. Oui, il était le bien, et je me sentais comme un peu le paradoxe de celui. Certes, il ne voulait pas me croire.. mais j'étais detestable avec le monde entier, je n'aimais pas beaucoup l'espoir, je n'y voyais que de fausses illusions. En fait, je n'aimais pas grand chose.. jusqu'à aujourd'hui où je me ressentais revivre, mais rien ne certifier que cette nouvelle façon d'être allait restée.. Je me connaissais, moi et mes réactions étranges.. Comme de retourner au point de départ, après, c'était un peu ce que j'avais fait avec Eira qui avait fait en sorte que je m'ouvre à elle.. puis j'avais passé par la suite mon temps à l'éviter.

Peut être parce que le courage était à la base de tout et que dans le relationnel, je ne voyais pas l'interet de prendre des risques.. Et pourtant avec Ronan tout était différent car je n'y voyais aucun risque.. je n'y voyais que du bon, je ne m'étais pas imaginée une seule fois quelque chose de mauvais sur lui, la méfiance avait été minime alors que j'étais le premier avoir après.. mon expérience marquante.. Mais est ce que les autres auront droit à ce traitement de faveur...? Sans aucun doute que nous.. Sauf que oui, Ronan et moi, c'était très différent.Il me donnait envie de découvrir le monde avant de mourir, il m'inspirait tellement.. Je me sentais capable, même martyrisée de reconstruire mon futur de façon plus constructive, et tout cela grâce à lui..

Grâce à ce garçon qui était en face de moi, j'arrivais à sentir.. la bonne humeur revenir, difficilement, mais était sur le chemin du retour quand même.. Je fus cependant perturbée de me prendre une pichnette sur le bout du nez en poussant un petit : héé ! Me mettant les deux mains sur le visage, le regardant avec un sourire lui montrant bien que cela me faisait rire. Oui, je rigolais même si j'avais été surprise de son acte. J'allais lui en mettre une aussi une pichnette mais je n'en eus pas le temps, Ronan se rapprocha de nouveau, me bloquant la respiration. Je sentais sa respiration.. si belle, si douce.. et la mienne qui redevenait.. forte.. Il m'attirait, cela était indéniable. J'avais envie de poser mes lèvres sur la sienne. Il venait de me dire que j'étais une idiote.. Et je me mis à rire.. oui, un petit rire heureux, si heureux que je n'arrivais pas à l'effacer de mon visage. Il venait de me traiter d'idiote et je semblais apprécier ca.. Oui, cette situation avait viré à l'amusement. enfin.. plutôt au sourire parce que nous n'avions pas visiblement la force de nous morfondre. Parce que nous souhaitions profiter de ce moment où nous pouvions enfin nous relaxer.

Il me parla.. avec de la force, des arguments.. un bon paquet de choses qui me faisait du bien en même temps. Oui, il continuait de faire mon éloge, sans cesse.. Encore là, mais d'où pouvait venir la volonté d'ainsi me caractériser comme celle qui lui permettait de reprendre conscience de son être. Je ne voyais pas comment je pourrais faire.. Et lorsque je voulus lui répondre alors que j'étais rouge de timidité, le jeune homme mis de nouveau son doigt sur ma bouche pour je n'aille pas plus loin que mon aspiration pour commencer ma répartie. Non, je n'étais pas d'accord, il n'avait pas de victoire à avoir tout de même ! Rho, je rigolais en lui enlevant la main de devant ma bouche, penchant légèrement la tête... Puis, j'appuyais sur la sienne pour la baisser.

<<- Ok ,ne me crois pas je t'aurais prévenu ! Mais.. ca me donne une idée ! >>

je pris les mains du garçon, le regardant dans les yeux comme avec un air de défi dedans. Ainsi, il croyait que j'avais le don de le rammener à la surface.. et moi j'étais dans la certitude qu'il en était capable seul. Très bien, il fallait donc trouver un moyen de départager qui des deux avaient raison.. Je recommençais à parler.

<<- Alors, nous ne savons pas nous contrôler et nous sommes tout les deux en conflits sur qui est capable de quoi.. Alors..alors.. Apprenons à nous contrôler ! C'est pas merveilleux comme idée hein ? Ca peut être.. super rigolo ! >>

Il y avait quelque semaine, face à des paroles comme ça, j'aurais refusé.. Mais là, j'avais comme entière confiance envers le garçon. Si je faisais mal les choses, il m'arreterait, je le savais.. et si vraiment il avait raison sur ce qu'il disait me concernant, je pourais le calmer à mon tour.. Peut être.. que cette rencontre était la meilleure de toute une vie.. peut être de deux vies. De la mienne c'était comme si c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mar 27 Mar - 20:36

Il s'était pris un sort ou quelque chose du genre c'était pas possible autrement.
D'accord il était souvent de bonne humeur et voulait voir les bons côtés de la vie mais... quand même !!!! Ce n'était... son style d'être aussi... ouvert et entreprenant avec... une fille !
Parce qu'il n'y avait pas à dire, il ne la considérait pas comme une gamine, ce qui aurait pu expliquer qu'il se sentait si à l'aise avec elle. Non c'était une jeune fille, enfin une jeune femme et il le savait bien... surtout quand il l'avait entre ses bras d'ailleurs... Idées mal placées mises à part... Aie ! Mais pourquoi il se remettait à penser comme ça hein ?!!! Devenait-il pervers ? Ou alors le côté du gros chat s'exprimait-il sans qu'il ne s'en rende compte ???
En tous les cas, ce n'était pas désagréable d'avoir une si jolie fille si proche de lui, même si ça lui retournait le ventre. Eyh ! Il n'avait pas envie de vomir hein !!! Pas du tout même !!! Il se sentait... bien, très très bien... enfin ça dépendait parce qu'il passait par plusieurs phases mais en majeure partie... il se sentait bien.

Il lui sourit, il ne pouvait vraiment plus s'en empêcher.
Ronan se demandait juste pourquoi son regard était si souvent attiré par ses lèvres depuis... eh bien depuis qu'il était revenu la chercher en fait. Du moins il ne s'en était pas rendu compte auparavant. Là, il n'osait plus vraiment bouger, parce qu'il craignait un peu en quelque sorte qu'elle s'éloigne... alors qu'il trouvait cet instant plutôt... bien.
Etait-ce normal ? Sans doute pas... Etait-ce naturel ?... Difficile à dire.
C'était peut-être très décalé de s'enlacer ainsi alors que plus loin, se trouvaient des cadavres, de se parler gentiment ou de manière doucement agacée, d'avoir ces gestes pas si innocents, du moins ne s'en rendaient-ils pas compte.
Après tout... Elle ne connaissait rien de l'amour...
Le peu qu'il en savait lui avait brisé le coeur alors il avait naturellement cherché à oublier.
Peu importait en réalité.

Elle riait... Son rire qui avait tout de l'océan.. Le connaissait-elle seulement ? Il avait envie de lui faire découvrir ! Ceci et tant de choses mais là, il lui lançait un peu un regard trop émerveillé et détourna heureusement les yeux avant qu'elle ne puisse vraiment s'en apercevoir. Son coeur s'était remis à battre mais surtout, c'était une autre sensation, comme des ailes de papillons qui l'effleureraient de l'intérieur, provoquant de drôles de chatouillement pas vraiment désagréables... très loin d'être désagréables...
Mais en tous les cas, la voir sourire et l'entendre rire étaient vraiment important à ses yeux. Même s'il ne l'aurait peut-être pas avoué.Ah non mais il était trop honnête alors il le lui aurait certainement dit... problématique T_T...
Et dire qu'ils ne se connaissaient que depuis hier.
Il joignit rapidement son rire au sien même si bien sûr quand il l'avait traitée d'idiote ça n'avait absolument rien de méchant, c'était un petit constat, pas du tout fait pour blesser et heureusement elle l'avait compris. Même si pour le coup, il était plus occupé à la regarder rire qu'à rire lui-même.

Oui décidément, elle avait un beau rire. A l'occasion, il lui demanderait si elle connaissait l'océan et si elle lui disait que non... alors il pourrait lui proposer ce qui lui trottait dans la tête depuis la veille au soir et plus encore ce matin. Si elle ne savait pas trop vers où ses pas devaient la mener... elle pouvait toujours venir voir son village... il aimerait le lui montrer.
Son coeur se remit à battre plus vite. C'était important quand même comme demande, lui proposer de le suivre, de vivre où il vivait... Il rougit et se crispa tout à coup en pensant à ses camarades. Oh nooon... ils étaient bien plus à l'aise avec les femmes que lui, en tant que guerriers !!! Ils arriveraient à lui parler, à la charmer !!!! Arrrrgghhhh !!!
Pourquoi ça le rendait dingue subitement ! Cette fille était censée être son amie, juste son..amie...
Alors pourquoi se sentait-il... menacé par ses confrères ? Pourquoi avait-il subitement envie d'être plus fort qu'eux, plus brillant surtout aux yeux de la jeune femme ?

Elle lui parla et il se reconcentra sur elle, déglutissant difficilement. la lueur de défi dans ses yeux était étrange quoique... pas effrayante mais... assez... attirante en fait. Cette fille était heureuse de vivre. Il adorait ça !
Suite à ce qu'elle dit il lui fit un sourire d'ange et se remit à rire, s'appuyant sur ses mains qu'il avait posé par terre pour se retenir un peu.
Le jeune homme se refit sérieux et avança une de ses mains pour mettre une de ses mèches rousses derrière son oreille.

- Ce sera avec plaisir...

Peu après, il se releva et après avoir vérifié que les alentours étaient sûrs récupéra leurs affaires, les portant sans mal, prenant simplement sa main dans la sienne, sans timidité pour l'attirer à sa suite. Il s'arrêta finalement sur un promontoire où une coupole de verre détachée de son immeuble avait récolté pas mal d'eau de pluie.

- Hum excuse moi, je vais essayer de m'arranger un peu quand même.

Ronan posa les affaires et s'en approcha s'aspergeant d'eau, nettoyant consciencieusement son torse marqué par le sang de ses ennemis, se débarrassant ainsi également des souvenirs de son combat. D'ailleurs, il attrapa un couteau à sa ceinture et entreprit de se raser. Ce n'est pas qu'il piquait ou quoi que ce soit mais ce serait tout de même mieux. Qui s'en souciait vraiment hein ? Ben lui... N'empêche ses yeux étaient très bleus à cet instant. Il se sentait... bien. Quand le résultat finit par le satisfaire, ce n'est tout de même pas simple de le faire à l'aveugle il essuya et rangea son arme et revint vers elle. Farfouillant dans le sac il attrapa sa tunique et l'enfila rapidement. Ah ben il n'allait pas se promener torse nu à vie quand même... si ? Enfin cela aurait plu à des femmes de son village si elles avaient été dans les parages, mais ce n'était pas vraiment le cas. Il fut tout de même surpris du regard que Louka lui lançait.

- Euh... désolé de t'avoir fait attendre... Ah... toi aussi tu as pu enlever les traces de sang. Désolé.. j'aurais dû éviter de te prendre dans mes bras alors que j'en étais plein.

Il lui sourit, attacha son sabre dans son dos et accrocha les deux sacs de manières à ce qu'ils ne le gênent pas. L'instant d'après, il reprenait sa main, cette fois-ci plus timidement, pour pouvoir se mettre en route et sortir d'Epsilon.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 28 Mar - 18:55


Ainsi Ronan ne me prenait pas pour une gamine, si j'avais su.. Cela m'aurait fait un plaisir dingue ! J'aivais sans doute un syndrome d'infériorité.. pour ne pas supporter pour qu'on me prenne pour une petite fille.. Il fallait dire que par ma taille, cela pouvait se comprendre, de loin, je faisais vraiment fillette de 14 ans, et de devant.. oui, on m'avait déjà traiter de gamine, comme Oul par exemple.. cependant, quand je commençais à parler, on pouvait se rendre compte que j'étais un minimum adulte.. Bon certes, juste de quelques ans mais tout de même, je pensais être assez mature pour ne pas être considérée comme une enfant.

Enfin, dans tout les cas, j'étais heureuse d'être prêt de Ronan... C'était un beau garçon, interessant, qui m'attirait, il n'y avait pas à dire.. J'avais des gestes avec lui qui ne contenait aucune gêne.. Je m'étonnais moi même comme si je ne trouvais pas de limites.. Mais je ne connaissais pas non plus les limites qu'il y avait à prendre avec un garçon.. Ne pas lui toucher le visage ? ne pas être trop proche de lui ? Je n'en savais rien, ca se trouve, je brusquais Ronan d'être ainsi, ca se trouve, je lui rappellais de mauvais souvenir. Je décidais donc de le regarder dans les yeux essayant de trouver une réaction, une expression qui me montrerait que je le gênais. Je devins rouge en me disant qu'il devait être perturbée que je le regarde avec autant d'insistance. je raclais légèrement ma gorge ne sachant comment me mettre.. Et voilà, je m'étais posée la question, maintenant, cela me pertubait.. Enfin, j'esperais que ca disparaisse..

Si j'avais entendu les pensées de Ronan.. Non, heureusement que je n'étais pas télépathe. Cependant, je commençais à comprendre un minimum la façon de penser du garçon. Oui, et je compris rapidement qu'il n'avait pas accepté mon défi.. pour me faire plaisir parce que je sortais d'une affaire compliquée mais.. parce que cela semblait réellement lui faire plaisir, c'était ce que je comprenais, bon, d'accord, il avait rigolé de mon idée, enfin il avait tout de même accepter après avoir souri.. Et puis, dans ses yeux, on pouvait voir un petit bonheur qui naissait dans son coeur. Etait ce du à mon défi ou à autre chose..? Moi même, je ne comprenais pas ma façon d'être, cette relation était si étrange.. En fait, tout allait si bien, cette compréhension qu'on avait ensemble, ces gestes.. d'affection, oui, c'était ca.. comme pour une forte amitié ? Etait ce ca l'amitié ? parce que ca non plus, je ne connaissais pas vraiment.. Ou autre chose ? Rha, je n'en savais rien, si seulement euh.. Ethan était là peut être qu'il saurait me conseiller, quoi que.. En fait, je n'étais réellement certaine de rien.

Ronan me mis une mèche derrière mes oreilles et j'appréciais son geste.. Si doux. Je devins cependant rouge de timidité, on ne m'avait jamais touché les cheveux.. comme ça.. parce que si, d'autres m'avaient touché les cheveux.. enfin, bref, je ne voulais pas y penser.. Lui, avait toujours cette précaution dans ses gestes, toujours cette douceur. Lorsqu'il me prit la main, j'en fus surprise mais tout de même heureuse, cela voulait dire qu'il acceptait enfin que je déplace moi même... Qu'il m'en sentait capable et forte. Avec un soupire de décontraction, je me levais à mon tour. Cependant, je ne compris pas directement ce qu'il fit. Je le regardais, surprise alors qu'il se remettait comme en état.. et bien dis donc, je n'avais rien à dire avec mes blessures, mes vêtements délabrés.. J'étais surprise et interessée à la fois. Je regardais son corps, beau, agréable à admirer. J'avais comme envie de nouveau de me blottir dans ses bras. J'avais en effet enlevé quelques taches de sang.. mais j'en avais déjà un petit peu auparavant.. puis au final, j'étais sale. Cet état était certes difficile à assumer mais d'un autre coté.. Je me sentais particulièrement gênée de devoir me rendre plus propre devant un garçon.. Oui, cela m'étonnait moi même. Lorsqu'il me parla, je vis qu'il m'avait regardé comme s'il avait remarqué ma façon de l'admirer. Je le compris rapidement, et je me mis à rougir sans savoir quoi dire.

<<- Je..je.. Euh.. Non.. pas... de soucis enfin.. rien.. AHHHH ! >>

Je me tapais la tête, regardant le sol. Je ne remarquai pas sa timidité lorsqu'il me prit la main car j'étais trop préoccupée par la réaction que j'avais eu.. Moi même, je trouvais ca super étrange... Enfin.. on repartait.. Je sentais enfin l'avenir devant moi. Ce fut avec un sourire discret que j'acceptais de repartir.

<<- On va ou en fait ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si je te tends la main ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Comme les doigts de la main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Isisnahl :: Zones Urbaines :: Mégalopoles :: Epsilon-