Partagez | 
 

 Et si je te tends la main ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Jeu 29 Mar - 17:47

Non, il ne la prenait pas pour une gamine c'était une certitude. En fait, la seule fois où c'était arrivé, c'était lorsqu'il l'avait vue de loin, aux mains de ses agresseurs. Mais c'était vraiment le seul moment et surtout il avait duré très peu de temps.
Il la regardait en coin de temps à autres et depuis qu'il l'avait sortie de sa galère il avait eu de très nombreuses occasion pour accepter l'idée que ce n'était pas une petite fille qui l'accompagnait aujourd'hui. Quand il l'avait sauvé et aperçut réellement de près, lorsqu'ils avaient été ensemble sous la pluie et que celle-ci rendant les vêtements de la jeune femme moulants avait révélé son corps plus qu'elle ne le cachait, lorsqu'il l'avait prise dans ses bras à tant de reprises au cours de la soirée, maintenant...
Il espérait sincèrement que ses blessures guérissent vite et bien. Une aussi belle jeune femme ne devait pas garder de marques pareilles. Alors non, elle n'avait pas grand chose à craindre de ce côté là, il ne l'avait vraiment pas prise pour une enfant. Et puis, pour lui, elle n'avait absolument rien d'une enfant, si ?
Il n'aurait pas du tout compris les personnes le croyant, restant incrédule face à de telles pensées.

Ronan ne pouvait pas se douter de ce qu'elle pensait sur le fait qu'elle pouvait peut-être le gêner. Parce qu'en fait, bien sûr, il lui arrivait d'être gêné mais c'était un peu normal étant donné sa timidité. En fait, elle faisait plutôt le contraire, elle l'aidait à accepter certains gestes, à sourire, à parler à une femme sans rougir autant qu'il le faisait auparavant, peut-être moins que ce qu'il aurait dû aussi.
C'est vrai qu'il hésitait un peu aussi pour les gestes à avoir envers elle, surtout de peur de lui rappeler ses agresseurs mais tout de même, il osait bien plus qu'il ne l'aurait cru lui même.
Comme ça... ce geste tout simple de mettre doucement en faisant attention, cette mèche de cheveux derrière une de ses oreilles. Geste tellement simple mais empreint d'attention et de gentillesse. Et puis ses cheveux avaient une telle couleur. Il en avait vu peu d'une telle intensité et ils l'intriguaient pas mal, comme toute sa personne en fait.
Oui, Louka était vraiment une fille fascinante.
S'il s'était écouté d'ailleurs, sans doute serait-il resté longtemps ainsi assis devant elle, à la regarder avec ce léger sourire qui devait sembler, il se le disait du moins, un peu idiot à force.

Mais quelle importance cela pouvait-il avoir ? Pour lui, ça en avait...
Pourquoi ? Il ne savait pas. Il avait juste envie de la regarder, d'observer ses yeux, de comprendre son pouvoir, de lui prouver et manifester à quel point elle se trompait sur elle-même et qu'elle était capable de belles choses contrairement à ce qu'elle soutenait.
Parce que le jeune homme savait qu'il ne se trompait pas. Quelque chose en lui était cassé depuis longtemps. Outre son chagrin d'amour qui l'avait tellement atteint, quelque chose depuis toujours était là, abîmé, que personne ne pouvait ou voulait réparer. C'était peut-être pour ça qu'il n'était pas capable de se contrôler ou cette fichue peine de coeur ne l'avait qu'amplifié... En tous les cas, ce n'était pas seul qu'il s'était contrôlé.
Certes, sa transformation s'était accélérée parce qu'elle était en danger, parce qu'elle l'avait appelé, parce qu'elle avait peur, parce qu'il voulait la protéger, parce qu'il se battrait contre quiconque chercherait à la blesser ou lui faire revivre cette horrible expérience qui l'avait traumatisée, parce qu'il se sentait capable de devenir fou si un seul homme la touch...

Ronan se mordit la langue. Aie...
Il venait de se rendre compte d'un truc. Oui, c'était peut-être même plus que ça encore qui avait accéléré cette transformation... Parce qu'il ne voulait pas que ces hommes, ces porcs la touchent... aucun en fait, aucun homme !!!!
Oui... C'était ça, il ne voulait pas qu'un seul la touche. Son regard glissa sur la jeune femme qui avait baissé les yeux mais arborait un de ces sourires renversants qui lui nouait le ventre.
Etait-ce ça ? Etait-ce en train d'arriver ? Pourtant ça ne se pouvait pas, non ça ne se pouvait pas.
La pauvre ne dut pas comprendre pourquoi il secoua la tête brusquement alors que rien ne le suggérait auparavant. Il y avait quelque chose pourtant dans ce mouvement de tête, plus contre lui-même que contre elle. Il devait arrêter et être prudent. A trop se rapprocher d'elle il allait la blesser, vraiment lui faire du mal. Un peu de tact que diable !
Cette fille avait besoin de soutien, de douceur oui mais surtout de sécurité. Il devait arrêter, la prudence était de mise tout de même. S'il la blessait, qu'elle se refermait, qu'elle s'enfuyait à cause de lui, qu'on lui faisait du mal... Il frissonna.
Non ça n'arriverait pas !
Une nouvelle fois la question qui lui était très vite venue à l'esprit revint... Avait-elle vraiment connu des hommes auparavant, il avait l'impression que non d'après ce qu'elle lui avait dit. Ces ordures étaient-ils donc sa première "rencontre" avec le sexe opposé, premiers contacts, première... Il serra les dents en sentant la colère remonter.Si c'était vraiment le cas, elle ne pourrait peut-être carrément pas du tout s'en remettre et cette optique lui faisait énormément mal... vraiment énormément mal.

Il se reprit en se décidant à prendre une attitude plus.. décontractée pour l'heure.
Il ne devait pas l'inquiéter, c'était tout le contraire en fin de compte. La rassurer, lui donner une sorte de cocon de sécurité mais aussi et surtout la traiter comme son égal... Parce qu'elle le méritait vraiment. D'ailleurs après l'avoir vu jouer avec ses poignards il se disait qu'il devrait vraiment voir avec elle, lui apprendre quelques tours de passe-passe d'armes intéressants qui pouvaient lui plaire.
D'ailleurs alors qu'ils arrivaient devant la coupole, il s'arrêta et prit doucement ses mains comme si de rien était, les observant. Oui, il s'était dit qu'il devait les regarder, il les regardait... Ses mains, si petites par rapport aux siennes, délicates, fines, aux doigts minces. Il eut un léger sourire et surtout fut rassuré. Même s'il l'avait frappée, il ne lui avait pas cassé les mains, ni les doigts. Ils étaient entiers... Bon bien sûr elle portait quelques blessures mais c'était superficiel. Il était heureux pour ça, sincèrement.

- Je reviens...


Il s'était tout de même un peu éloigné pour essayer de s'arranger un peu. Bon après fallait dire que vu son état c'était vraiment indispensable. Parce que comme il était torse nu quand il s'était battu, son buste était quand même pas mal barbouillé.
Bref, il s'occupa donc un peu d'être un peu plus présentable, entre autre parce que s'il la reprenait dans ses bras, il aimerait autant qu'elle ne le fuit pas justement parce que ça n'avait rien d'agréable de se coller contre une espèce d'ours malpropre !
Oui, il remarqua son regard mais il ne l'avait pas du tout perçu comme une forme "d'admiration" en quelque sorte. Ben oui... étant donné le peu de confiance en l'homme qu'il pouvait être qu'il possédait, il ne pouvait pas penser ça. Oh non.
D'ailleurs pour ne pas la gêner, il avait évité de la regarder pour sa part, même si de temps en temps, il ne pouvait pas vraiment s'empêcher de lever les yeux. Etait-ce vraiment mal ?
Ronan la rejoignit et lui sourit. Sa phrase ne le fit pas le moins du monde tiquer et il se contenta de reprendre leurs affaires.

- Eh bien nous allons sortir d'Epsilon pour commencer... Puis nous nous dirigerons dans cette direction.

Il leva un de ses bras, le tendant devant ses yeux pour lui montrer une direction.

- En marchant bien nous devrions y être avant la fin de la journée.C'est une sorte d'Oasis, mais il faut la connaître. Beaucoup passent à côté sans jamais la voir. Là bas on pourra entre autre prendre quelques fruits, tu en as besoin aussi... il te faut une nourriture un peu plus saine pour pouvoir récupérer toutes tes capacités physiques... Et puis il y a un endroit là bas que je voudrais te montrer et qui devrait te plaire.

Il lui fit un nouveau sourire.

- Est-ce que ça te convient ?

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Ven 30 Mar - 20:06


Du noir.. des bruits de métal, une odeur d'humidité. La peur de la suite, le début de l'enfer. J'étais dans cette cage, après que l'on m'ai jeté comme un.. objet usé.. On ne m'avait encore rien fait.. on venait juste de m'enfermer. Tout juste.. Et c'était déjà affreux, la sensation d'être un oiseau manipulé. Je ne savais pas encore ce qui m'attendait.. et j'aurais encore un peu de temps avant de savoir que je venais d’atterrir dans les bras d'Hadés. Plusieurs jours.. Que je suis là. J'essaye de ne pas dormir, j'essaye de résister de peur de ne pas savoir où je me reveille. J'essaye de ne pas virer folle, j'essaye.. de faire comme si rien n'était, comme si j'étais à l'Oasis et que j'avais décidé de rester dans la chambre qui m'avait été confié. Mais c'était impossible. Dès que je fermais les yeux, j'avais le besoin insurmontable de me tirer les cheveux, de frapper partout.. De me casser les ongles sur le sol.. J'avais peur, tellement peur.. et je ne pouvais rien faire. Le mal me prenait dans ses bras si machiaveliques.. et moi je sombrais dans sa cruauté.

Ouf. Retour en arrière. Je revenais à la réalité, le regard un peu paniqué. Quelques frissons sur mes bras. Mais j'étais bien là, aux cotés de Ronan.. En fait ,j'étais restée sur l'épisode où il avait regardé mes mains, comme si elles étaient magnifiques.. mais elles étaient plutôt bien représentatrice de la peur de plusieurs semaines. Il avait fait son petit truc, et j'avais tout juste réagi lorsqu'il avait commencé à répondre à ma question. Je secouais la tête d'un mouvement furtif.. Ronan ne devait pas avoir remarqué, où alors j'avais vraiment pas été discrète. Lorsqu'il me montra la direction par son geste.. J'eus un petit rire. Cela ne m'aidait pas plus à comprendre où l'on allait.. mais j'avais une direction.. J'avais un guide comme pour me reprendre en main. Oui, je rigolais, parce que c'était la redécouverte de la liberté. Nous allions là ou le doigt nous le montrait, qu'importe les évènements, les obstacles.. nous irons sans avoir l'avis de personne. Et nous irons, parce que Ronan l'avait décidé. Je ne disais rien ,j'étais heureuse d'aller là ou je ne saurais pas où mes pas me méneraient. Oui ce rire que j'avais eu été de joie parce que voir ainsi l'horizon.. c'était si merveilleux ! De plus, le soleil était de retour.. et il était aussi beau que la pluie.. Aussi.. oui, je fermais les yeux savourant quelques secondes la sensation des rayons sur mon visage..

les paroles qu'il enchaîna me.. firent un plaisir incroyable. Non pas que je crevais de faim.. quoi que, des fruits.. c'était à peine si je me souvenais de ce que cela signifiait.. Non, je trouvais cela réellement touchant de sa part de s'inquiéter autant pour m'emmener dans un endroit où la nourriture sera plus présente et.. saine. fraiche.. Tout ce dont j'avais envie depuis un long moment.. Tellement long que certaines semaines pouraient passées pour des années. J'imaginais déjà le goût et la fraicheur des fruits dans ma bouche. Hum, il ne fallait pas trop que j'y pense ou alors.. j'allais avoir faim, mais ce n'était pas le moment, visiblement, nous avions de la route à faire.. J'arborais un sourire incroyable.. J'oubliais déjà le play-back que je m'étais fait.. oui, ce n'était rien à coté de la liberté qui m'attendait. J'étais impatiente de me sentir fatiguée par la marche, par une journée d'heures passées à enchainer mes pas pour aller.. dans un endroit que j'aurais pu rêver durant mes semaines de séquestrations !
Dans un soupir, et un sourire qui jamais ne serait apparu sur mon visage ses 19 dernières années, je répondais à Ronan.

<<- Si ca me convient ?! Oh c'est trop génial, allez vite vite ! >>

Sans demander de plus amples explications, je lachais de nouveau un rire, tirant par les bras Ronan.. Comme une petite fille qui voulait découvrir le monde.. quitte à en mourrir, et oui, à ce moment précis, je ressentais cela. Ronan avait il raison ? Etais je réellement une nouvelle personne ? Etait ce moi ? Non, je devenais quelqu'un d'autre.. Ce quelqu'un que j'aurais aimé être depuis déjà bien longtemps sans savoir comment faire.. Mais là, cela semblait tellement naturel que je ne m'en rendait pas compte.. que avant, je me serais sentie ridicule à être comme ça. D'ailleurs, quelques fois, je me le demandais, mais souvent les bonnes surprises que m'amenait Ronan me faisait vite oublier cette idée.. Oui je changeais.. Et je laissais faire.. J'étais surprise de ma propre réaction sur ce changement. Enfin, je n'étais pas trop positive, peut être que ce n'était pas moi qui avait changé.. Peut être que Ronan savait faire autre chose que se transformer en bête. C'était possible aussi car il ne me laissait pas indifférente.. C'était certain même si je ne préférais pas pour le moment faire attention à cela.

Je marchais rapidement pour un départ d'une journée de marche.. Mais je m'en fichais, je pouvais courir aussi, sans m'arreter, en me donnant à fond. pour.. pour tout simplement vivre.. Vivre comme je l'aurais toujours souhaité. Je tenais toujours Ronan par le bras.. Oups, en m'en rendant compte, sans le regarder et avec regret, j'enlevais ma main.. J'avais bien trop peur de le gêner.. Je regardais l'endroit où il m'avait caché.. Maintenant que nous nous étions éloignés. Il avait eut une bonne idée, mais il m'avait fait si peur.. Sauf que c'était derrière moi maintenant... Et pour longtemps !

<<- Hannnn ! c'est encore mieux que j'aurais pu espéré tout ca ! Respirer, marcher, c'est trop génial non ? >>

Je regardais avec admiration Ronan tandis que nous marchions.. oui, qu'en pensait il étais je trop stupide pour arriver à être fascinée par ce genre de truc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Sam 31 Mar - 10:00

Il n'avait pas remarqué son regard sombre alors qu'elle se remémorait des moments difficiles parce qu'il était très occupé à fixer ses mains justement. Bien sûr qu'elles étaient un peu abîmées, elle ne revenait pas d'une promenade de santé, c'était même tout le contraire, mais elles étaient tout de même entières, rien de cassé, c'était bon signe, du moins à ses yeux. Etait-il idiot de s'inquiéter de ce petit détail ? Pourtant cela lui semblait important. En réalité tout ce qui pouvait la concerner lui semblait important. Un sourire éclaira le visage du jeune homme. Même s'il l'avait déjà fait auparavant, prendre sa main dans la sienne ou au moins la toucher, c'était totalement différent à cet instant. Peut-être parce qu'il était d'autant plus attentif. La finesse de ses doigts, le contraste tellement marquant de ses mains fines à côtés des siennes. Après tout, quoi de plus normal qu'il ait des mains de guerriers ? Quoi de plus normal de trouver ces mains de jeune fille... jeune femme d'autant plus adorables ?

Non, il ne remarqua pas sa mine tout d'un coup inquiète, emprise des douleurs que pouvaient évoquer ces mauvais souvenirs, sentiments difficiles à supporter. D'ailleurs s'il en avait eu conscience qu'aurait-il fait ? Sans doute l'aurait-il prise dans ses bras en lui répétant sans le moindre agacement, inlassablement que c'était terminé et qu'elle devait essayer d'oublier... Même si cela semblait décalé et impossible. Oui, il voulait lui faire oublier... Oublier ces horreurs, cesser d'avoir peur.
En réalité, oui il était égoïste. Parce qu'il voulait la voir rire et sourire au monde, sortir ce genre de phrases simples, crues pour elle mais tellement criantes de vérité et de franchise pour lui. Elle était tellement adorable dans sa façon d'être, tellement charmante. Bon bien sûr elle n'en avait pas du tout confiance mais elle était... une fille spéciale... vraiment spéciale.

Bien sûr qu'il pensait à essayer de la nourrir un peu plus convenablement. Son régime un peu carnivore lui convenait surtout parce qu'il était capable de se transformer en une espèce de félin donc forcément mangeur de viande. Mais elle... elle semblait déjà pas mal amaigrie mais elle avait encore et surtout il en était sûr, à l'heure actuelle de sacrés carences en vitamines. En réalité, ce n'était pas la seule raison pour laquelle il voulait l'amener là bas, mais tout de même une des principales.
En tous les cas, son rire lui réchauffa le coeur et le rendit heureux elle semblait tellement enthousiaste à ses paroles qu'il se sentit empli d'une fierté sans nom qu'il ne connaissait pas. Oui tout d'un coup il était très fier de connaître cet endroit, de pouvoir la guider, de pouvoir l'amener avec lui dans un endroit très spécial, tout comme elle, qu'elle ne pourrait jamais oublier.

Ronan fut tout de même surpris, par sa vitalité, son énergie mais encore et surtout par le fait qu'elle venait de lui prendre le bras... Comme ça, sans raison. Un peu comme lui avait pris ses mains. Ah non, pas vraiment parce que lui voulait les examiner et vérifier qu'elle n'avait rien de cassé. Mais bon, c'était un geste très simple, tout innocent, sans aucun sous-entendu. Du moins il s'en convainquait... Alors même que son coeur s'était emballé et sa gorge noué.
Du calme quoi, c'était un simple geste d'amitié, il fallait vraiment qu'il se calme.
Elle le lâcha si brusquement qu'il en fut perturbé tout autant, si ce n'est plus. Pourquoi ce simple petit contact, petit geste lui manquait déjà. Sa nouvelle phrase lui tira un sourire.

- Non, tu as raison, c'est vraiment merveilleux.

Oui pouvoir marcher, respirer librement, sans pression, sans menace était quelque chose d'extraordinaire il le savait bien. D'autant plus d'ailleurs en imaginant ce qu'elle avait pu vivre. Lui qui détestait tellement l'enfermement, qui en avait peur... ne pouvait que concevoir parfaitement ce qu'elle avait ressenti et ce qu'elle revivait aujourd'hui en retrouvant sa totale liberté. D'ailleurs le geste qu'il n'osait esquisser par grande hésitation depuis qu'elle s'était un peu éloigné s'accomplit tout naturellement alors qu'il lui parlait en souriant, sans pour autant tourner la tête vers elle. D'ailleurs il en fut lui même surpris. Avait-il vraiment commandé ce geste à son corps ou celui-ci avait-il agi seul ? Vraiment seul ? Pourquoi cela lui paraissait si important mais n'arrivait-il pas à se décider à agir ? Alors même qu'une fois qu'il l'eut fait, il lui paraissait d'une simplicité enfantine et d'une beauté simple mais captivante ?
Alors qu'il marchait à ses côtés, n'ayant aucun mal à suivre sa cadence puisqu'habitué à la marches et surtout plus grand qu'elle, il prit sa main dans la sienne... Mais pas juste comme ça, comme ce qu'il avait déjà fait dans la grotte par exemple... Là il enlaçait ses doigts des siens et son coeur se mit à battre d'autant plus vite qu'il se sentait paradoxalement parfaitement bien et apaisé...

HS : je vais manger... bisous c'est court mais je ferais mieux après ta rep.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 1 Avr - 19:23



Qu'est ce que je devais paraitre stupide, à être bouche bée ainsi, pour un rien, à chaque pas que je faisais. Oui, je devais paraitre stupide.. quoi que.. non, pour lui je ne l'étais pas, c'était ce qu'il m'avait fait comprendre. il me l'avait dit clairement, en toute impunité.. comme s'il se fichait de cela, comme s'il comprenait.. J'avais l'impression de vivre ça à deux au lieu d'être tout seule. C'était.. ca me faisait vraiment du bien, je ne me voyais pas d'ailleurs, être toute seule et réagir ainsi. Ce n'était pas du tout moi.. Non peut êtr eque c'était même lui qui me rendait ainsi.. Oui, qui me donner envie d'en profiter de cette renaissance.. Oui, c'était lui.. Ce garçon qui marchait à coté de moi.. Celui qui avait croisé mon chemin.. mon destin.. et qui semblait vouloir faire durer ce croisement.. J'avais un sourire que peu de personnes pouvaient atteindre je pense. C'était incroyable magique. Je ne sentais pas mes jambes bougeaient, je ne sentais pas mon corps se fatiguer, ni avoir faim.. Je ne sentais que le bonheur qui prenait place et qui réchauffait mon coeur ayant eu froid pendant trop de temps.. Et cette chaleur venait du beau temps, certes.. mais aussi de Ronan. Il me donnait tant pour un inconnu que je me demandais ce que cela devait être lorsque on faisait parti de son entourage.. Dans tout les cas, j'avais tant de chances !

Lorsqu'il valida le fait que tout cela était merveilleux, je fus tout de même rassurée qu'il n'hausse pas les épaules en me disant un : bof, c'est la vie.. Oui mais la vie avait tant de cotés noirs ! alors j'étais effectivement prise d'euphorie en l'entendant dire la même chose que moi.. D'ailleurs au début, ce n'était pas vraiment dit comme une question mais lui n'avait pas hésité à répondre. Et cela m'avait tiré un sourire.. Ah le bonheur.. il était si intense maintenant que j'avais envie d'en pleurer.. Vivre à en mourir, oui, c'était ca.. Je voulais user mon corps de bonheur pour qu'il puisse partir en paix.. Pour ne pas avoir cette peur comme quand lorsque j'étais enfermée.. En me disant que je n'ai fait que me pourrir la vie et que je n'ai rien fait de celle ci qui m'ai fait connaitre le bonheur.. Là.. j'apprenais à apprivoiser celui ci, avec Ronan à mes cotés. Avec son aide..

Et je ressentis encore plus cela quand je sentis les doigts de Ronan filaient sur les miens pour finalement enlacer mes doigts à moi. Cela ne me choqua pas.. Je ne savais pas, je ne connaissais pas du tout les relations amoureuses.. Non, cela me donna encore plus le sourire si c'était possible. Cependant, je sentais mon coeur battre à tout va comme si.. mon corps réagissait à quelque chose.. J'avais envie de bouger dans tout les sens, de danser, de sauter.. Mais toujours liée à Ronan.. Son geste me fit tant plaisir.. Je resserais un petit peu ma main sur lui. Du coup, j'étais forcément un peu plus rapprochée de lui.. C'était si agréable.. Mais si j'étais en trai nde faire une bêtise.. Non, non Louka ! Ce n'était pas le moment de tout casser.. Ca ne servait strictement à rien.. Il fallait profiter. Je fermais les yeux comme si je me concentrais, manquant cependant de tomber en trébuchant. Bien sur, je m'étais rattrapée enfin tout de même.. La honte ! si j'avais pas fermé mes yeux.. Moi avant qui était discrète dans ma démarche, souple, silencieuse.. Je n'étais plus du tout pareil, d'ailleurs comme mes capacités avec les poignards.. J'avais perdu en technique. A cette pensée je fronçais les sourcils alors qu'un silence apaisant régnait entre Ronan et moi.. Oh et puis, je me concentrerais sur ce soucis de combat, d'arme et de violence plus tard. Je voulais penser au bonheur que je ressentais, pas à mes poignards ou sur ma façon de me déplacer ! Je fis un sourire resplendissant à Ronan, ne sachant que dire..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 1 Avr - 20:10

Il lui prenait la main ? Il lui prenait pas la main...
Si elle avait vu sa tête, Louka aurait sincèrement pu croire qu'il était en train d'éplucher mentalement une marguerite. Enfin d'en ôter lentement chaque pétale, afin de donner le choix au destin. Quelle attitude devait-il prendre ? Apparemment la marguerite était encline aux démonstrations...
C'était bête comme geste non ?
Après tout il ne faisait que lui prendre la main. Cela se faisait bien, avec des amis... avec ses voisins, ses frères ou soeurs. Pourtant, là c'était différent. Parce qu'elle n'était pas sa soeur, pas sa voisine, et pas une simple amie. Se connaissaient-ils depuis trop peu de temps pour dire qu'ils étaient amis ? Ou s'était-il déjà passé trop de choses pour qu'ils puissent encore garder cette appellation. Est-ce que ce n'était pas plus ?

Le jeune homme profita du fait que sa décision, même s'il la regretta un court instant, l'avait poussé à se rapprocher pour... regarder ailleurs. Eh bien chose peut-être étrange, mais son toucher s'en ressentait largement accru. Ou alors c'était juste elle... Mais il avait l'impression de sentir parfaitement la légère différence de température entre leurs deux mains, les quelques blessures sur ses doigts qui étaient déjà en train de bien cicatriser, les plis de ses articulations, légers sillons marquant de la capacité humaine à parfaitement plier ses doigts.
Sa gorge s'était noué, et son ventre avait fait une drôle de torsion. Pourtant, il n'avait pas encore vraiment faim mais... c'était limite s'il s'attendait à un bruyant gargouillement !
Bon, au moins il la tenait...
Elle avait réagi étrangement n'empêche.Il l'avait sentie frémir suite à son geste et avait voulu retirer sa main mais elle avait été largement plus rapide que lui. D'ailleurs il avait tout de suite tourné la tête pour se reculer mais... elle avait resserré ses doigts autour des siens et aussitôt un léger rougissement avait saisi le jeune homme alors que son coeur s'emballait. Bobom... bobom... Elle ne l'entendait pas ? Pourtant il battait si fort tout d'un coup.
Pourquoi cette réponse... non anodine à un geste voulu innocent mais pas si anodin lui semblait tellement... importante. Et pourquoi lui tirait-elle ce sourire.

En fait le sourire en question était en parfait accord avec le sien.
Parce qu'elle ne faisait que ça depuis quelques minutes, sourire... et il n'osait pas trop la regarder parce que son sourire provoquait une bien étrange réaction chez lui.
Il avait la chair de poule ou quoi ?! Pourtant le vent n'était pas si frais !!! Mais surtout, il n'était pas du tout frileux ! Il venait des pays du nord ! Ou il avait pris l'habitude de se promener torse nu à cause de ses entraînements. Alors pourquoi ?
Pourquoi... C'était pas vraiment la bonne question. Pourqui ? Aurait été plus approprié. Pour qui... Pour elle et surtout par elle.
Il commençait à s'en rendre compte et il ne savait pas comment réagir.
La peur, la honte lui nouaient le ventre.
Mais il n'eut pas le temps de s'appesantir sur la question. Aussi sûrement qu'elle avait provoqué ce malaise, elle venait de le faire cesser. De ce sourire adorable...
N'empêche, elle avait vraiment un beau sourire.
Etait-ce ce qu'elle avait vécu qui la faisait autant vivre ?
Il pouvait l'affirmer... tout son visage souriait.. Ses lèvres s'étiraient sur des dents parfaitement alignées en un sourire qui n'était pas enfantin du tout, mais aussi chavirant que celui que savent faire les femmes, ses yeux se plissaient légèrement et brillaient d'un éclat rare et insaisissable, ses pommettes rougissaient légèrement, juste une pointe de rose. De plus le vent s'en mêlait, s'occuper de faire voleter ses longs cheveux autour d'elle de manière bien trop... enfin... ça n'avait rien de désordonné, ni rebelle... c'était beau, vraiment beau.

Ronan détourna rapidement les yeux en se mordant la lèvre inférieure.
Qu'est ce qui lui prenait ? Pourquoi saisissait-il tous ces détails, pourquoi étaient-ils si... attirants et attachants en même temps ?
Quand il avait répondu, ça avait été parfaitement naturel...
Il essayait de vivre chaque instant à fond, de s'émerveiller de chaque petit spectacle, donc il comprenait parfaitement sa façon d'être et d'ailleurs elle le touchait beaucoup en étant ainsi, conforme à sa façon de penser, joyeuse, belle, vivante et...
Nouveau détournement de regard, quand au juste avait-il retourné la tête vers elle pour la regarder ????
Quand elle avait légèrement trébuché il s'était préparé à la retenir si elle tombait mais n'en avait pas eu besoin. Dommage, il aurait pu la prendre dans ses bras... Dommage ? Non, il n'y avait pas de dommage !!!!

Soudainement le regard du jeune homme s'illumina. Ils n'étaient pas encore sorti de la ville et il s'arrêta la faisant se tourner vers lui.
De sa main libre, il tenta de recoiffer à peu près ses cheveux sacrément ébouriffés également par le vent. Il semblait avoir une idée en tête et le sourire qu'il lui lança était digne de celui de conspirateur qu'il avait eu la veille en la portant. Sans dire un mot il bifurqua sur la droite et l'amena avec lui, marchant d'un bon pas vers un haut bâtiment. Sans plus d'explication, il se délaissa de leurs affaires mais pas de son sabre... qu'il ne quittait d'ordinaire jamais. Enfin si... il l'ôta, pour l'attacher au dos de la jeune femme, resserrant la sangle pratiquement au maximum... Après tout, ils n'avaient pas du tout de chez pas du tout la même corpulence. D'ailleurs il la vit chanceler sous le poids et rit en la retenant.

- Tu vas comprendre... c'est une surprise alors je ne vais rien te dire... à part... fais moi confiance... Et accroche toi bien à moi d'accord ?

Il avait dit ça avec son air joyeux un peu gamin, rapprochant beaucoup son visage du sien mais en toute innocence. L'instant d'après, il lui tournait le dos et s'accroupissait. Quand elle noua ses bras autour de son cou, suivant ses instructions, il frissonna légèrement mais quand elle fit de même avec ses jambes autour de sa taille, non seulement il était plutôt content de lui tourner le dos quand il demanda cela, mais plus encore lorsqu'elle s’exécuta, parce qu'il rougissait pas mal et d'ailleurs le nouveau frisson qui venait de le parcourir était loin d'être... mauvais.. du moins à son sens.
L'instant d'après il se redressait sans sembler gêné par son poids. Après tout il avait porté bien plus durant ses entraînements. Et puis il sentait son souffle, sa peau contre la sienne... enfin même si cette fois-ci elles étaient séparées des deux côtés par le tissu de leurs vêtements.
Bref... S'armant d'un sourire plein de bonne humeur il lui dit de ne pas s'en faire, de profiter du spectacle... et se mit à escalader l'immeuble devant lequel il s'était arrêté !!!!
Mais vraiment l'escalader !!!
Ca lui prit un moment d'ailleurs même s'il montait vite...
En fait il n'était pas si haut parce qu'une partie des étages avait été rasé par l'éboulement d'un immeuble à côté... Mais il monta quand même une bonne soixantaine de mètres si ce n'est plus.

Arrivé au sommet pourtant, il la fit descendre et récupéra son arme bien trop grande pour elle soit dit en passant. Et écarta les bras comme pour lui présenter le lieu où ils se trouvaient, lui faisant un grand sourire.
Bien sûr il y avait tout de même une vue assez extraordinaire mais plus encore... il prit sa main et la tira à sa suite vers un coin, lui présentant une sorte de pente métallique vertigineuse après avoir attrapé ce qui avait dû être une porte également en métal.

- Quand je viens ici... je le fais toujours... Prête pour une folle aventure complètement tarée ?


Nouveau sourire... Il y avait de quoi... Parce qu'il lui proposait une espèce d'amélioration au combien plus dangereuse, d'un toboggan !!!

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 2 Avr - 18:19


Bizarrement, je me doutais bien que le simple geste de prendre ma main devait être d'une réflexion extrême pour le jeune homme. Cela était tout à fait de son caractère : indécis, timide, gêné.. Oui, J'avais l'impression de le connaitre depuis des années alors que cela ne se comptait même pas en jour entier.. C'était étrange cette sensation de savoir tout ce que l'on pouvait sur une personne qui nous était encore inconnu il y avait quelques jours.. Et pourtant, j'appréciais cela, ça me rendait confiante envers lui, totalement. Je pensais même pouvoir mettre ma vie en jeu pour ce garçon qui l'avait déjà fait plusieurs fois pour moi.. Non, je ne pensais pas.. j'étais certaine de pouvoir le faire, sans aucun soucis.. Comme si je pouvais aussi me promener les yeux bandés avec sa main dans la mienne.. Je serais certaine qu'il me rattraperait.. Une confiance aveugle ? Peut être, mais cela faisait un bien fou, c'était certain ! De se dire que je n'avais pas être méfiante, et oui, si cela ne le paraissait pas, c'était très fatiguant pour le corps, et destructif pour le mental.. Je me sentais paisible à ses côtés.. Comme si je souhaiterais y passer ma vie.. Mais passer la vie aux cotés d'un ami ? Ce n'était pas normal si ?

Et si ce n'était pas un ami d'ailleurs.. S'il y avait autre chose. Lorsqu'il m'avait pris la main, j'avais perçu cela comme un geste d'amitié, mais si on le remettait en question ? Grâce à des arguments corporels que j'exprimais sans fin.. Oui, ces battements de coeur accelérés, ce rouge sur ma peau du visage qui ne voulait pas s'enfuir.. Ce sentiment de grand bonheur.. Etait ce réellement de l'amitié, pouvait on seulement vivre de celle ci ? Je ne le savais pas jusqu'ici je n'avais ni eu bon nombre d'ami, ni d'amour.. Dans tout les cas, je ne savais pas mais mon corps lui s'exprimait de façon si étrange que je ne connaissais pas.. Ca me faisait peur d'un coté, mais tellement bien de l'autre que je préférais oublier le mauvais coté des choses.. Après tout, la peur nous empoisonnait déjà à longueur de temps, autant profiter de ce qui sortait de cela, de la souffrance, de la torture.. et profiter un peu de la vie..

Oui, j'avais bien l'intention de profiter de la vie, sans aucun soucis.. C'était ma nouvelle décision, bien que d'autre idées se tramaient au fond de ma petite tête, j'avais incroyablement envie de mon consacrer à une nouvelle vie, plus belle, plus agréable à supporter. J'avais envie d'avoir la tête qui tourne d'euphorie..Et c'était d'ailleurs ce qui se passait. Par l'intriguante situation qui se déroulait sous mes yeux. Ronan sans que je comprenne me fit tourner vers lui rapidement.. Il me tira par la suite rapidement vers un endroit qu'il semblait connaitre.. Sans aucune hésitation, je le suivais, je n'avais pas peur.. Parce que je ne voyais que le bien dans ces actes, ses paroles et son regard depuis le tout début de notre rencontre.. Alors pourquoi se méfier maintenant ? Aucun interêt. Il commença alors à me mettre son sabre dans le dos... Que voulait il ? me remuscler ou quoi ? ca allait réussir pour le coup, vu que je ne supportais même pas le poids du sabre qui pourtant m'avait paru si léger en ce début de matinée suite à ma montée d'adrénaline.. Ou.. ca faisait pas du bien au dos.. Mais qu'il soit ainsi, aussi doux avec moi me fit un plaisir dingue ! Avec un sourire gêné du fait qu'il me tenait presque pour que je ne tombe pas, je lui répondit timidement..

<<- Euh.. d'accord.. >>

Il m'avait fait un sourire adorable, que je ne comprenais même pas comment refuser. Lorsque je vis s'agenouillait, je compris rapidement qu'il voulait que je monte sur son dos.. Et si.. si je lui faisais mal ? Un peu stressée d'être inconfortable, je mis mes mains autour de son cou, timidement, ne voulant pas le brusquer.. et puis sentir sa peau sous la mienne me mettait des frissons dans tout le dos. Je montais alors mes jambes comme il semblait le vouloir, timidement, toujours.. Cette situation était si étrange mais agréable à la fois ! Je rougissais aussi de mon côté, posant mon menton sur son épaule. je le vis alors rapidement allait vers l'immeuble.. et ce qu'il fit me surprena.. Il était en train de commencer à escalader l'immeuble éffondrée.. J'étais effrayée mais je me sentais aussi tellement en sécurité que je ne pouvais pas m'empêcher d'admirer sa technique. Je profitais de ce moment de complicité où il continuait de nous faire monter jusqu'en haut.

Lorsque nous fûmes arrivés, il reprit tout de suite son arme comprenant que je n'étais personnellement pas très à l'aise avec.. au moins, les poignards, c'était discret, léger.. Ce truc là ! Poua ! C'était bien trop gros ! Il était donc dingue de se battre avec ca hein.. Je le suivis en admirant le décor.. Ce qu'il me montra me tira un sourire.. plutôt malicieux.. Depuis combien de temps n'avais je pas risquer ma vie.. bien sur.. Clark et sa tempête.. A cette pensée d'ailleurs, j'eus un petit sourire nostalgique.. Ils me manquaient, oui, lui et son frère.. Ah les jumeaux.. Bref, pour le moment, il ne fallait pas penser à ca, mais plutôt à Ronan qui occupait déjà 95% de mes pensées.. Sans hésitation, je lui répondais presque avec automatisme !

<<- Oh grave ! C'est trop coool ! >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 2 Avr - 19:00

Ca voulait dire quoi "grave" ?
L'idée ne lui plaisait pas ? Normalement quand quelque chose était grave ce n'était pas une bonne chose justement, si ?
Il pencha légèrement la tête alors qu'elle lui confirmait vouloir tenter l'expérience sans qu'il n'ait besoin de demander. Ouf, ce n'était pas plus mal,il avait eu un peu peur de paraître idiot. Ils avaient beau parler la même langue puisqu'il s'avérait d'ailleurs que c'était le cas pour tous les survivants de la catastrophe humaine, chaque région avait son lot d'expressions et coutumes insolites. Après tout, il avait bien dû la surprendre lui aussi avec ses expressions un peu moyenâgeuses et son ton peut-être trop cérémonieux. Mais elle était bien une demoiselle, non ? Elle avait été en détresse non ? Donc il avait bien fait d'agir un peu comme un chevalier... non ?
Il était tout de même content parce que la plupart du temps, même s'il ne saisissait pas totalement ce qu'elle voulait dire, il en comprenait l'essentiel. En fait, il pensait au départ, qu'il n'y avait pas besoin de réellement la comprendre pour avoir envie de lui sourire et savoir ce qu'elle souhaitait. En tous les cas elle était pour son idée.

Il lui fit un nouveau sourire et s'occupa de placer la porte contre une espèce de tunnel à demi-ouvert effondré qui descendait de manière vertigineuse, prenant des virages plutôt dangereux bien plus bas. Le jeune homme serra les mâchoires, banda ses muscles et se mit à tordre les bords métalliques pour qu'ils adhèrent davantage à l'espèce de toboggan. IL fit de même devant également, enfin pour le côté orienté vers la descente, le relevant un peu comme s'il s'agissait d'une luge. Après tout, il ne fallait pas glisser.
Ronan était heureux de lui proposer cette activité, un peu parce qu'il sentait que c'était tout à fait son style, aussi parce qu'il ne l'avait jamais partagée avec qui que ce soit. Il s'assit finalement, calant ses pieds, par habitude contre le bord avant relevé et rougit légèrement en demandant à Louka, lui tendant une main, l'autre occupé à le maintenir au bord, de monter avec lui... Et puis comme il n'allait certainement pas la priver d'une expérience complètement folle, il lui proposait bien évidemment de se placer devant... En même temps, derrière lui elle n'aurait rien vu du tout. Le seul souci c'est juste qu'elle s'installa entre ses jambes et que lorsque ses cheveux chatouillèrent son visage alors qu'elle prenait place, il frémit et faillit lâcher le bord. Ah ben non, lâcher avant l'heure ce n'était pas une super idée...

Son coeur battait fort, comme à chaque fois qu'il fixait le vide, avec toujours cette légère angoisse avant de se lancer. Mais il n'y avait pas que ça... Non il n'y avait pas que ça...
Quand ils furent prêts, le jeune homme lâcha les bords et s'il se maintenait sur l'espèce de luge grâce à ses bottes qu'il avait coincées sous le rebord métallique, il vint placer ses bras autour d'elle... Elle était légère après tout, il ne fallait pas qu'elle... s'envole.
Enfin façon de parler. En tous les cas la descente s’amorça... et ça valait largement le spectacle !
Car brusquement ils chutèrent... complètement, totalement... on aurait dit qu'ils n'avaient plus le moindre soutien quel qu'il soit avec leur support... un violent virage leur assura pourtant que c'était bien le cas. Ils prenaient beaucoup de vitesse en tous les cas. Ronan par habitude se penchait de temps à autre sur un côté ou un autre, faisant suivre Louka dans ses inflexions. D'ailleurs, elle n'avait pas vraiment besoin de son aide... elle semblait savoir quand le faire également, ou alors ils étaient tellement proches qu'elle sentait les moindres mouvements de son corps et les suivait.
Son rire... son rire était en train de faire exploser... des centaines de supernova dans le ventre du garçon qui se contentait de sourire d'un air un peu béât. En fait ce n'était pas plus mal qu'elle ne le voit pas à cet instant.

Finalement la descente dura ainsi pendant quelques courtes mais intenses minutes... L'espèce de toboggan s'achevait par une pente douce vers le haut qui les ralentissait ainsi en douceur par rapport à leur descente, longue pente douce, qui faisait presque tout le tour de l'immeuble, les faisant se retrouver au bas de celui-ci et plus très loin de leurs affaires.
Au début, il regretta que ce soit déjà terminé, parce qu'il n'avait pas... vraiment envie de desserrer ses bras. Pourtant, Ronan se leva lentement, s'étirant et tendit une main à son amie pour l'aider. Il restait silencieux à cet instant parce qu'il ne savait pas quoi dire en réalité. Il sentait surtout qu'il n'y avait pas besoin de mots pour qu'ils se comprennent pour l'heure. Elle avait aimé, il en était certain, à son rire, à sa façon de crisper légèrement une de ses mains sur son bras droit l'entourant. Et il était heureux d'avoir pu lui offrir ce moment, d'y avoir pensé, d'avoir eu quelqu'un enfin avec qui le partager.
C'est ainsi sans un mot qu'il reprit leurs affaires et reprit doucement sa main... avant de marcher cette fois-ci vers l'extérieur de la ville.
Cela dura encore un instant, jusqu'à ce qu'ils soient dans le désert en fait, et que la silhouette de cette ville abîmée s'éloigne dans leur dos. Puis finalement, il parla doucement.

- Je suis content d'avoir partagé ça avec toi... C'est peut-être complètement fou... mais... tu ne risquais rien, je t'aurais protégée si on était tombé...

Ca par contre, il l'avait dit en regardant les dunes au loin, sans la fixer. Parce qu'il rougissait. Il n'avait pas oublié... les étranges sensations ressenties à son contact, la boule dans sa gorge, dans son ventre. Est-ce que tout ceci était bien normal ? Ou était-il affaibli et malade ?
Les contacts avec elle le chamboulait pas mal...
D'ailleurs quand il avait escaladé... Enfin un peu avant bien sûr, quand elle avait mis ses bras autour de son cou, puis ses jambes, il avait senti comme un frisson au creux de ses reins, étrange, presque douloureux. Pourtant elle ne lui avait pas donné de coup ni rien alors... pourquoi ?... En fait ce n'était pas si désagréable... en fait si, c'était comme... comme s'il retenait quelque chose... un peu comme sa transformation lorsque celle-ci devenait quasi inévitable, qu'il luttait. Oui c'était un peu comme ça. Quand elle avait resserré un peu ses jambes autour de son ventre, mais surtout lorsqu'elle avait posé sa tête sur son épaule la sensation s'était amplifiée avant de se calmer tout aussi vivement qu'elle était apparue au profit d'une nouvelle, différente. C'était comme s'il avait couru un marathon... cette douleur du coeur comprimé par l'effort mais en même temps tellement réjouissante puisque prouvant un dépassement de soi ! Pourquoi ?...
Quand il avait escaladé l'immeuble, il l'avait sentie plusieurs fois resserrer un peu ses bras ou ses jambes, parfois il s'en trouvait ralenti parce que l'une ou l'autre des sensations refaisait surface... tellement doux et violent à la fois. Qu'est ce que c'était ? Il avait l'impression... que ça ressemblait à quelque chose qu'il avait déjà ressenti... mais de manière très... éloignée.
Il y pensait alors qu'il marchait. Oui. Pourquoi ?
Il tourna lentement les yeux vers elle pour s'apercevoir qu'apparemment elle n'attendait que ça et rencontrer ses yeux verts, si verts... La boule était de retour. Ses doigts se resserrèrent sur ceux de la jeune femme et il lui lança un sourire timide d'excuse. Vite !!! Trouver quelque chose.

- Je... en marchant à ce rythme... on... on devrait faire une pause d'ici une heure et... et on mangera quelque chose. Avec cette... attaque je n'ai même pas pris la peine de te proposer quelque chose, d... désolé !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mar 3 Avr - 19:55


Ok, j'avais un langage étrange, il fallait l'avouer.. J'avais bien remarqué que mes mots avaient un petit peu désorienter le jeune garçon. Mais bon, Euh.. je ne pensais pas qu'il ne comprenait pas à ce point, c'est pour cela que je faisais un sourire afin de lui montrer que j'étais vraiment branchée.. Et oui, le danger me faisait rire, m'amusait, c'était comme.. comme si je me permettais de vivre sans limite.. Parfois dans certains risque, je mettais ma vie en jeu, mais c'était si plaisant, les montées d'adrénalines.. Oh oui, le sourire aux lèvres, la joie de se dire que.. on ne ferait sans doute qu'une seule fois dans sa vie.. Voilà ce qui me motivait à accepter son idée quoi que un peu dingue comme il me le disait.
Je vis Ronan commençer à tendre ses muscles et à torde le métal. Perturbée, je le regardais avec admiration.. Whaou, il avait une force.. et ses muscles étaient si beaux.. si séduisant.. Oui, c'était ca quand on craqué devant les garçons, du moins, je le pensais... Parce que j'étais rouge de honte de le regarder ainsi, d'admirer sa peau tendue grâce à la force qu'il avait. Je restais le temps qu'il torde le métal à le regarder comme un dieu, n'osant plus rien dire..

Je le regarder s'asseoir, ne sachant comment me mettre moi.. Puis il me tendit rapidement la main. Je voyais bien qu'il souhaitait me mettre devant.. Avec un sourire comme si je n'avais aucun gêne, je fis ce qu'il me disait, me mettant devant lui. Ouh, j'avais peur. Non pas de cette fichue folie du jour.. mais de gêner Ronan, de lui faire mal voir pire, je ne savais pas trop. J'étais un peu mal à l'aise là où j'étais, d'ailleurs j'étais heureuse qu'il ne voit pas mon visage, j'étais rouge de honte, vraiment.. Mais de l'autre coté, si je voyais la chose qui nous attendait, je n'avais pas peur.. je me sentais en sécurité, encadrée, je savais que je ne pouvais pas me blesser ni mourrir.. Parce qu'il était là, prêt à me proteger.. Il affirma cette réfléxion que je m'étais faite lorsqu'il mit ses bras autour de moi.. Je m'accrochais moi même à ceux ci, passant plusieurs fois mes doigts sur sa main comme si j'étais nerveuse.. Non pas nerveuse du départ qui allait s'en suivre mais.. nerveuse de notre relation paraissant tout de même étrange et inhabituelle !

Puis.. mes réfléxions personelles se coupèrent lorsque la chute commença, au début j'eus peur, et je m'étais mise à fermer les yeux, puis j'avais éclaté de rire, sans comprendre, m'accrochant fortement aux bras de Ronan.. Cette situation était si stressant et agréable à la fois.. Oui, tout cela était bien amusant, le mélange de différents sentiments qui faisaient leurs apparitions très rapidement. La descente était rapide, agréable, effrayante.. elle était... merveilleuse.. Je ne pouvais rêver d'un meilleur moment. Oui, les mouvements se faisaient seuls, en fait non, je ne savais pas trop quoi faire à la base.. Mais je le suivais, lui et sa façon de se pencher sur le coté. ces gestes doux..c'était.. hum, même cela m'avait rempli de joie.. tout allait parfaitement dans le meilleur des mondes. C'était magique comme moment.. J'étais décue de voir que nous étions déjà arrivés au bout, ca avait été trop court !

Par la suite, il me donna la main et je finis par lui sourire et le remercier de façon très discrète. Puis comme si rien n'était, sans paroles ni expression de visage, sans regarder en arrière, nous étions déjà reparti vers notre objectif.. J'avais un sourire resplendissant ancré sur le visage. Nous avancions plutôt rapidement, toujours la main dans la main.. Sans se regarder, sans le besoin de se certifier que se donner la main nous gêner.. Parce que de mon coté, ca me rendait juste heureuse, aucune gênes, aucune honte.. Il me rendait étrangement différente de minutes en minutes. Ronan finit par briser le silence.. et je ne savais quoi répondre si ce n'était.

<<- Je sais.. >>

Oui, je savais qu'il me protegeait mais qu'il me dise une fois encore me rendit encore plus heureuse de cette journée qui avait pourtant mal commencé. Alors j'avais besoin de lui dire que je le savais qu'il comptait me proteger, que je lui faisais confiance.. Faire confiance, avant, je n'en voyais pas vraiment la signification, maintenant, je comprenais totalement ce que c'était... ne pas se méfier du moindre geste, sourire ou de la moindre parole.. Vivre à fond chaque choses que nous faisions ensembles. Oui, c'était merveilleux comme une sensation. Je soupirais comme de soulagement, ne sachant que rajouter si ce n'était je sait.. Si en fait, je savais parfaitement.

<<- C'était super ! >>

Quelques secondes après, tardivement sans doute, mais il fallait le rassurer, lui montrer qu'il n'était pas le seul à avoir pris le plaisir à cette activité que l'on avait fait ensemble, la toute première. Et peut être la dernière.. non, je n'esperais pas cela mais si la confiance était bien présente, est ce que cela allait durer ? Oh il ne fallait pas que je pense à un truc négatif. Je décidais donc de le regarder, cherchant ainsi son regard à lui.. Pour me rassurer sur le fait.. que il ne fallait pas penser négativement, sur le fait que.. i létait la pour le moment qu'il ne risquait pas de partir, que.. que il sera encore avec moi pour un petit moment.. Oui, il fallait que je me sente rassurée. Je fus heureuse lorsqu'il tourna la tête vers moi. Immediatement, un sourire brillant éclata sur mon visage. oh ces yeux étaient beaux ! merveilleux.. il était un art à lui même ! Je rigolais à ce qu'il disait.

<<- Oh ne t'en fais pas, ce n'est pas obligatoire.. et puis je peux marcher plus sans manger hein ! >>

Oui, je cherchais à le persuader parce que... je ne voulais pas qu'il me voit comme une faible, j'étais vraiment capable d'aller marcher sans manger pendant encore quelques heures.. largement ! Je resserais moi aussi la main sur la sienne.. C'était étrange, ma main était gelée alors la sienne me paraissait incroyablement brulante, et c'était agréable, comme s'il me brulait la main.. par son caractère si étincelant ! Je continuais de marcher à ces cotés dans le désert.. Lui aussi il m'avait manqué le desert bien que c'était fort désagréable cette ambiance éttoufante, avec le vent légèrement chaud.. Oui, j'avais l'impression d'avoir la gorge nouée.. Et si c'était vrai mais causé par autre chose ? comme un garçon par exemple..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 4 Avr - 6:42


Quelque chose de bizarre et d'inexplicable.
C'était déjà fini oui, dommage.
Pendant la descente il en avait profité pour l'écouter rire et joindre sa joie à la sienne et aussi pour l'avoir contre lui. D'où venait son égoïsme ? Pourtant il était prêt à porter secours à tous, sans distinction. Alors pourquoi était-il si égoïste avec elle. Pourquoi voulait-il qu'elle reste près de lui constamment ?
Ronan l'observa à sa réponse et un nouveau sourire éclaira le visage du garçon avant qu'il ne prenne une mine de gamin malheureux ou de petit animal battu, c'était encore à voir.

- Ah non ah non.. Tout d'abord même si j'admire ta force et ton courage tu es maigre comme un clou et j'ai dis que je devais te remplumer. Alors moi je n'y arriverai sans doute pas, mais j'ai une vieille amie là-bas qui devrait y parvenir. Et ensuite... J'avais bien prévu ma phrase moi, ça faisait très noble et chevaleresque... et surtout ça me faisait une très bonne excuse. Je vais avoir faim moi !!!

Il avait dit ça de manière exagérée avec force grimace et gémissement sur la fin. En y ajoutant un sourire qui ne permettait plus vraiment de savoir s'il disait vrai ou non. En même temps comme il n'était pas très doué pour le mensonge elle aurait senti si ça avait été le cas bien sûr. Mais là, il cherchait encore et surtout à la faire rire. C'est vrai qu'il risquait pour sa part d'avoir faim et refusait de se balader en plein désert sans avoir les forces nécessaires pour la protéger. Et encore et surtout, il s'inquiétait pour elle. C'est vrai qu'elle n'était pas épaisse. Il l'avait senti sous la pluie quand elle était proche de lui. Davantage quand il l'avait tenue dans ses bras pendant la nuit, plus encore alors qu'il l'avait portée pour escalader l'immeuble. Ce n'est pas qu'il ne l'en croyait pas capable mais les prises étaient très éloignées tout de même, même lui avait du mal à les saisir alors comme elle était plus petite... mais elle était vraiment légère... Ces sales types... ils lui avaient fait beaucoup de mal...
Elle avait besoin de récupérer... Mais sa force de caractère forçait l'admiration. Elle n'avait pas l'intention d'avouer la moindre faiblesse. Ca le surprenait mais aussi il ne pouvait s'empêcher de sourire. A sa place, il aurait certainement agi de la même façon.

Est-ce que ça signifiait qu'elle ne pleurerait plus devant lui ?
Parce que bizarrement ça... ça l'embêtait en fait. C'était même plus que ça, il en était triste. Quand elle s'était laissée aller aux larmes il avait été heureux d'être à ses côtés pour les sécher ou du moins pour la soutenir alors qu'elle pleurait. Elle récupérait vite d'accord, mais il ne fallait pas exagérer non plus. Toute sin qu'elle était c'était une humaine aussi... un être humain, une jeune femme avec sa sensibilité, ses forces et ses faiblesses. Elle ne pouvait pas forcer son corps et son coeur au-delà du raisonnable. Autrement il serait là pour l'arrêter.
C'était aussi pour cela qu'il avait confirmé qu'ils s'arrêteraient.
Lui aussi bien sûr pouvait tenir quelques heures mais ce n'était pas raisonnable du tout, non, pas raisonnable du tout. Enfin lui ça irait mais c'était plus pour elle. Elle ne devait pas se priver davantage et ne pas s'écouter, même si malgré sa petite taille elle était sacrément costaud.

N'empêche, il avait été surpris, mais en bien hein !
Après tout, elle avait répondu qu'elle savait qu'il la protégerait en cas de chute. Lui faisait-elle à ce point confiance ou était-elle aussi inconsciente par instant que lui ?
Difficile à dire et il n'était pas sûr de réellement vouloir le savoir.
Elle était juste près de lui, confirmant qu'elle s'était amusée, confirmant qu'elle se fiait à lui. Et il se sentait fier, oh oui très fier. D'ailleurs c'était inconsciemment qu'il s'était légèrement redressé, se tenant plus droit et bombant le torse. Etrangement des mots pareils venant d'elle lui donnait toute l'énergie nécessaire pour courir un marathon, peut-être même deux !
Il sourit. Intérieurement il se disait que ses pensées avaient quelque chose d'amusant, d'enfantin.
Ils marchèrent ainsi en silence pendant un moment, une petite heure. Après quoi, il la fit s'arrêter et l'entraîna à l'abri, l'ombre d'une dune. Le soleil n'était pas encore assez haut pour être accablant.
La veille il avait pris soin de cuire plus de viande que nécessaire et il avait été bien inspiré parce qu'ils n'avaient pas de quoi faire un feu pour l'heure. Sortant un couteau il en découpa une bonne part pour la jeune femme et la lui tendit.

- Je ne veux rien entendre avant que tu ne l'aies finie.


C'était dit sur un ton autoritaire alors même qu'il n'était jamais sévère qu'envers lui-même et surtout à voir son sourire elle devait comprendre qu'il la taquinait juste un peu. Seulement... il voulait qu'elle mange. Ronan la regarda, souriant lorsqu'elle lui fit une grimace, mangeant en silence pour sa part en l'observant. C'était une belle jeune fille... Et une fois qu'elle aurait repris un peu de poids et que ses blessures auraient guéries... elle ferait certainement tourner toutes les têtes sur son passage. Son coeur se serra douloureusement à cette pensée. Enfin bien sûr même maintenant elle ferait tourner pas mal de tête, elle ne passait pas inaperçue avec sa chevelure de feu mais... enfin... c'était juste que... elle était enfin... une belle femme oui... et... et c'était difficile d'ignorer cela voilà tout !
Il ne disait rien, perdu dans ses pensées, mais comme il rougissait suite à ses précédentes réflexions il détourna les yeux d'elle, gêné. Pourquoi ?
C'était comme tout au long de leur marche... alors qu'il tenait sa main. Il se sentait à la fois bien et mal en même temps. Parce qu'il avait l'impression que ses gestes étaient trop... amicaux, oui peut-être qu'il n'aurait pas dû la prendre dans ses bras ou tenir sa main ainsi... mais en même temps c'était tellement agréable. Pour une fois qu'il ne se sentait pas juste, seulement mal en faisant ces gestes. Et puis... il aimait bien le contact de sa petite paume fraîche contre la sienne bien plus grande.

Il lui tendit la gourde qu'il avait remplie avant de partir. Elle était tout de même grande celle-ci, elle leur suffirait pour la journée s'ils faisaient attention.
En la regardant boire, Ronan sentir une nouvelle fois cette chaleur si familière lui monter aux joues. Ah non pourquoi il rougissait cette fois hein ?!
Bon il allait se concentrer sur ses bottes au moins ça lui éviterait d'avoir l'air idiot. Qu'il pense à autre chose, voilà !
Après cette petite pause ils se relevèrent et le jeune homme leva les yeux vers le ciel, mettant sa main en visière sur ses yeux. Dans une mimique devenue certainement un tic, il se mordilla pensivement la lèvre avant d'attraper son espèce de sac et d'en sortir la cape à capuche qu'il avait porté et dont il l'avait couverte la veille et la déposa sans autre forme de procès sur les épaules de la jeune femme.
En la voyant ouvrir la bouche pour protester, il réagit... sans même s'en apercevoir, approchant dangereusement son visage du sien en pliant les genoux. Bon il est vrai qu'elle lui tournait le dos à cet instant et qu'elle commençait tout juste à se retourner. En tous les cas, Ronan passa ses bras autour d'elle et l'immobilisa ainsi dans son mouvement.

- Le soleil tape dur par ici... j'aime beaucoup la couleur de tes cheveux mais ça m'embêterait si ta peau prenait la même teinte.


Il se releva avec un de ses sourires de gamin et se remit en route en attrapant sa main au passage. Que quelqu'un lui explique. Il ne faisait que la regarde et il rougissait... Il avait ces gestes simples, humains mais quand même sacrément osés venant de lui et il ne rougissait pas. Etait-ce vraiment normal ? Ou alors c'était parce qu'il avait de bonnes raisons d'agir ainsi ? Innocentes et désintéressées ? Enfin presque désintéressées ? Parce qu'il voulait juste qu'elle soit prudente ? Y compris avec le soleil qui c'était bien vrai commençait déjà à darder ses rayons ardents sur eux ?
Il risqua un coup d'oeil vers elle. Comme si la jeune femme savait qu'il la regardait, elle tourna les yeux vers lui et lui sourit et... les papillons se remirent à danser. C'était comme l'envol d'une hirondelle, battement d'aile, son de froissement si caractéristique. Sauf que c'était son coeur. Finalement peut-être sa blessure avait-elle commencé à cicatriser.
Oh... et c'était vrai... il aimait bien sa couleur de cheveux.

HS : vila tu fais ce que tu veux, marche..
Si tu veux qu'ils arrivent à l'Oasis dans ton mess faut juste préciser qu'elle apparaît comme par magie tout d'un coup alors qu'ils sont relativement près et je détaillerai t"inquiète.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 4 Avr - 19:40


Quelques secondes de liberté, une petite minute durant laquelle je ne faisais plus partie de ce monde cruel où la violence était reine. Oui, ca avait été une minute spéciale, pleine de beauté, de joie et de rire.. Une minute qui restera à jamais gravée dans ma tête et dans mon coeur.. Tout comme le visage de celui qui m'avait permit de découvrir tout cela. Quand je disais tout cela, je parlais des différents sentiments que je n'aurais pu éprouver auparavant. L'amitié. La confiance, l'espoir, la volonté de vivre.. le bonheur, la joie, le rire.. Tout ces trucs heureux qui fait d'un homme un humain bienveillant et et indispensable.. Car il représente un modèle pour tous, une certaine façon de vivre aujourd'hui oubliée.

Ronan était un peu cet humain dont j'avais une admiration sans égale. Même si. c'était qu'un petit casse pied qui s'inquietait beaucoup trop pour un rien. J'étais forte, une femme battante, je pouvais m'en sortir. Je ne disais pas ca par égocentrisme ou vantardise, mais je connaissais mes limites.. Du moins, c'était ce que je pensais et je me savais être capable de marcher encore deux, voir trois heures.. Mais visiblement, dans cette relation en duo, Ronan semblait beaucoup plus s'affirmer ( alors qu'on aurait franchement prédit que j'aurais plus eu la tentation de m'exprimer ) et prenait même parfois une position de dominant.. Par exemple, dans ses paroles, il avait.. cette certitude qui m’empêchait de le contredire.

Seulement mon regard s'assombrit.. Une vieille amie.. à lui.. je n'avais pas confiance, je.. je ne savais plus si c'était une bonne idée d'y aller, je doutais totalement sur le coup.. Si une partie de sa tirade me fit sourire, une autre.. n'était pas du tout bénéfique pour mon moral.. Quelqu'un qui devait m'aider en gros quoi.. Et si cette personne voulait autre chose. Je déglutis difficilement, je devenais d'une paranoïa insurmontable.Bon, il ne fallait pas que je pense à ca, non.. euh.. les premiers mots qu'il avait dit.. clou ! Clou mais j'étais pas un clou, oui voilà et puis sa dernière phrase.. whaou, je me félicitais moi même de réussir à changer de pensées ainsi, aussi rapidement.

<<- Mais han ! je suis pas un clou, je suis.. je suis.. Louka ! Ouai, c'est ca fiche toi de moi, ton ventre a pas l'air de faire beaucoup de bruit hein ! >>

Bizarrement, quand j'avais dit que j'étais Louka, j'avais souri.. presque fière.. puis je m'étais rendue compte que c'était stupide de donner une plus belle image de soit parce que dans tout les cas.. moi je ne le pensais pas, je n'étais pas fière de ma personne.. Un peu perturbée par mes pensées négatives, je regardais Ronan, un sourcil haussé. Oui c'est ca.. avec sa fausse mine de : je te mène en chandelle mais c'est pour ton bien.. Ah sacré guerrier qu'il était avec un coeur pourtant si tendre. S'en était vraiment impressionnant, il était sur de faire parti de la même époque que la mienne..? Il semblait si différent que les autres !

Si j'avais pu entendre ses pensées, je lui aurais répondu rapidement : Je ne sais pas.. Oui, est ce qu ej'allais encore pleurer devant lui, est ce que je laisserais une fois de plus ma fierté retombait.. Je ne savais pas du tout.. Parce que n'étais je pas trop pathétique lorsque je fondais en larme pour un oui et pour un non comme cela m'avait pris plusieurs fois en très peu de temps la veille ? Je m'étais trouvée si stupide, je savais qu'il fallait que je reprenne de la force mentale.. Alors est ce que pleurer ne m'empecherais pas plutôt d'atteindre ce but ? Je n'en n'avais aucune idée, mais heureusement, je n'entendais donc pas ces pensées, ainsi, cela ne me vint pas la tête.

Enfin comme promi, Ronan et moi s'étions remis en route, vers je ne savais trop où mais je l'avais suivi, lui et chacun de ses pas.. L'heure, je ne la vis pas passer, en fait, il y avait eu un grand silence entre lui et moi. De mon coté, j'admirais le ciel ensoleillé, mais aussi le désert qui était réellement incroyable, oui, c'était merveilleux, comme si j'aurais pu esperé qu'un jour j'aurais de nouveau vu ca.. Dire que je n'en n'avais pas profité auparavant.. Ahlala, ma pauvre amie, tu es bien cupide.. Oh oui, je l'étais, un peu trop parfois, mais je ne m'en rendais vraiment compte qu'au fur et à mesure. Alors que je continuais d'observer le paysage, il me demanda de m'arreter et de le suivre.. Ce que je fis sans trop poser de question avant de comprendre qu'il comptait en fait me faire manger ! Ah j'étais dégoutée, si j'avais su en fait, dès le premier moment, j'aurais couru pour lui montrer mais.. Il venait déjà de préparer tout ces petits trucs là ! Il me tendit d'ailleurs un gros morceau de viande.. sans trop me laisser le choix. En soupirant, je m'asseyais par terre rapidement. Est ce que j'avais faim ? Je n'en savais rien, la première chose que je fis, fut de sentir la viande avant de croquer, non pas que je le prenais pour un mauvais cuisinier mais.. Je savais que si je sentais quelque chose de trop.. proche de certaines autres odeurs, je ne le mangerais pas.. Seulement, ce ne fut pas du tout ca et sans lancer un regard à Ronan, lui boudant légèrement, je mordais dans la viande.

Elle était bonne, voir très bonne, et il fallait avouer que la faim revenait vite ! mais la soif aussi ! Je remerciais d'ailleurs d'un regard timide Ronan qui venait de me tendre la gourde.. Oui ca faisait beaucoup ,beaucoup de bien ! Le repas alla tout de même très vite, et je m'étais relevée, admirant une nouvelle fois le ciel.. Whaou ! puis, j'avais cherché à m'attacher les cheveux, d'une quelconque façon, mais je n'avais pas un seul petit bout de tissus inutile, donc je fis un espèce de chignon avec mes cheveux qui étaient déjà bien emmelés.. Ce fut à ce moment là que je sentis quelque chose sur mes épaules. J'allais me retournais vers Ronan mais.. Il me bloqua tout de suite.. Surprise, je n'osais pas répondre. Ni rien dire.. J'avais juste.. envie qu'il me garde longtemps comme ca, et sa voix douce résonnant dans mes tympans.. Whaou ! Gênée, je ne savais pas quoi dire.. Je savais qu'il avait raison, depuis des millénaires, les rousses avait la.. superbe chance d'avoir une peau blanche et fine.. Autrement dit qui se mettait en risque au soleil.. Mais tout de même ! j'aurais pu supporter quelques coups de soleil hein ! Enfin pas le temps de discuter, le jeune homme me reprit la main sans discussion et me rendant totalement heureuse.

Lorsque le garçon me regardait, je le regardais à mon tour aussi.. Je trouvais son regard incroyable.. Et puis, on avait l'impression de communiquer ensemble sans même à avoir à parler, on souriait, on était.. euphorique dans l'idée de simplement marcher main dans la main. Etais ce normal en tant qu'..ami Oui, enfin non.. je n'en savais trop rien en fait. Mais je ne voulais pas non plus y penser.. Je voulais juste profiter de la tranquilité d'esprit qui nous habiter tout les deux.. Parfois, par des regards furtifs, je regardais sa beau, sa corpulence.. sa façon de se tenir, son visage d'ange.. Il était une oeuvre d'art à lui seul ! Voilà ,je ne savais combien de temps j'avais passé à l'admirer lui et le décor qu'il m'offrait en toute gentillesse.

Alors que je le regardais, depuis déjà un bon moment, je ne savais pas, je le faisais discrètement pour pas paraitre.. folle, je reportais mon regard devant moi..Je m'arretais net de marcher, effrayée parce que je voyais.. Il y avait des arbres comme ca devant moi enfin bien sur à plusieurs pas.. Une oasis quoi.. Mais.. pourquoi d'un seul coup, je la voyais comme ca.. avais je une hallucination ?! M'accrochant au bras droit de Ronan, enfonçant presque mes pauvres ongles sales dans sa peau, je lui dit d'une voix un peu trop aigue car je ne comprenais pas.. comment je n'avais pas pu réalisé que.. il y avait cet endroit devant moi et Ronan ne semblait pas réagir.

<<- J'ai des hallucinations ! >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Mer 4 Avr - 20:48

Il était vrai que ses réactions pouvaient paraître étranges. Après tout...
Il était très timide comme garçon même si avec elle il avait quand même énormément progressé et s'il rougissait toujours c'était quand même un peu moins et il lui parlait... chaque fois avec un peu plus d'aisance. Et chaque fois surtout avec un peu plus envie de l'entendre répondre. Parce qu'il aimait bien sa voix. Etait-ce pour cela qu'il était un peu provocant malgré tout ? Parce qu'il cherchait à l'entendre ?
En tous les cas la remarque sur le clou fonctionna car elle se mit à répliquer avec cette belle énergie enfantine. Il l'observait froncer les sourcils, plisser légèrement le front et faire une espèce de moue sévère. Elle était adorable comme ça. N'en avait-elle donc pas conscience ?
Apparemment pas. Il sourit et ne se retint pas longtemps de rire même s'il ne répliqua pas pour sa part. En même temps s'il lui disait qu'il l'emmenait voir une horrible matrone qui en voyant son état allait certainement botter les fesses du jeune homme et poursuivre la pauvre Louka avec un entonnoir et l'équivalent de nourriture pour la transformer en oie à gaver... quelque chose lui disait qu'elle n'aurait pas été tellement d'accord... même si c'était tout de même exagéré comme portrait.

Par la suite il remarqua que l'avoir attirée pour manger ne lui plaisait pas des masses. Aussi soupira t-il pour lui même un "ouf ça va mieux" très convaincu comme s'il avait effectivement eu faim. Ce qui était vrai en fait. Eyh !!!Il s'était battu lui ! Et puis il avait escaladé un immeuble... et puis encore et surtout... ça fatiguait de rougir autant en fait.
Bon elle n'était sans doute pas ravie de son manège mais aussi costaud qu'elle soit il n'allait pas tenter le diable. Elle devait manger et surtout boire. La chaleur du désert et surtout son climat sec faisait de gros ravages.
Enfin au moins n'avait-elle pas trop ronchonné... du moins de vive voix parce qu'à voir sa tête il se doutait qu'elle devait avoir des pensées hum... peut-être un peu houleuses quand même.
Ronan avait souri mine de rien de son propre geste quand il était venu la couvrir. Ah non en plus de tout ce qu'elle avait subi elle n'allait pas se prendre un coup de bambou non plus !!! Il y veillerait.
Et puis prendre un coup de soleil sur ses blessures lui garantissait d'office de belles cicatrices ce qu'il ne souhaitait pas vraiment et ce dont elle n'avait plus que certainement pas du tout envie.
Bref...

C'est vrai qu'il avait eu ce geste.
Il ne s'était pas contenté de lui mettre le manteau dessus il l'avait aussi prise dans ses bras. Se félicitant de son idée de la couvrir qui lui donnait cette occasion. Pourquoi avait-il déjà l'impression que ça lui avait énormément manqué alors qu'un peu plus d'une heure plus tôt, elle se serrait contre lui, accrochée dans son dos ?
En tous les cas, le jeune homme apprécia cet instant et ferma même les yeux pour mieux en profiter pris d'un frisson dans le dos, la chair de poule à nouveau, pourtant il faisait bien chaud.

Et puis ils s'étaient remis en route. Toujours la main dans la main, sans parler parce qu'ils n'en avaient pas vraiment besoin à cette heure. Même s'il s'efforçait de paraître sobre et fier et surtout... fort, cette chaleur était... accablante. Surtout pour lui qui venait des pays du nord. Il était habitué aux froids polaires et même s'il avait une grand faculté d'adaptation, cette chaleur lui donnait juste envie de... faire la sieste. Difficile à croire quand on le voyait déborder d'énergie. Ben si... c'était vraiment accablant.
Ils avaient fait des pauses de temps à autres, avaient beaucoup bu également et s'étaient arrêtés aussi à quelques reprises pour souffler. Mais l'ombre avait rapidement cessé d'exister et il avait fallu continuer de marcher, les heures se succédant et rendant l'air toujours plus étouffant.
Ronan porta une nouvelle fois sa main libre à son front, essuyant d'un revers de main les gouttes de sueur qui perlaient au-dessus de ses yeux. D'ailleurs ils plissaient ceux-ci de temps à autres. Le soleil tapait dur sur le sable, rendait tout autour d'eux très aveuglant. Et même s'il avait... aurait dû avoir l'habitude ce n'était pas agréable.

Parfois il avait l'impression qu'elle le regardait et aussitôt il carrait un peu plus les épaules, se redressant, comme débarrassé de cette chaleur écrasante qui lui donnait l'impression que son cerveau était en train de bouillir. Mais lorsqu'il tentait de l'observait du coin de l'oeil pour s'en assurer soit elle le sentait et avait déjà détourné les yeux, soit il devenait parano et se sentait très idiot.
De temps à autre, souvent même, pour sa part il la regardait. Même si à présent elle était cachée par la longue cape à capuche... trop grande pour elle soit dit en passant. Elle traînait par terre, donnant l'impression d'une enfant qui aurait essayé les vêtements d'un adulte trop larges pour elle. Attendrissante. Au moins était-elle protégée. Son visage maintenu à l'ombre par la capuche recevait les éclats légèrement brillants du soleil se reflétant dans le sable et des arabesques singulières dansaient sur ses joues, son front, ses lèvres. Souvent ses lèvres... ou alors c'était parce qu'il les regardait beaucoup.

Ronan détourna une nouvelle fois les yeux et se positionnant d'après le soleil et encore et surtout d'après son instinct changea légèrement leur direction. Et tout d'un coup elle était là... L'Oasis.
C'était une apparition, ni plus ni moins... l'instant d'avant ils marchaient vers une immense étendue blonde, ocre dorée, un peu comme les cheveux du garçon, étendue qui semblait trembloter à cause de la chaleur... et brusquement apparaissait devant eux, encore relativement loin mais pas assez justement pour que l'apparition ne soit pas extrêmement saisissante, cette large bande vert tendre, vert promettant une source ou plusieurs nombreuses et abondantes. Des arbres fruitiers de plusieurs sortes semblaient se dresser de manière éparse un peu partout et l'Oasis en elle-même n'était pas de petite taille.
Ronan sourit à la réaction de Louka, ravi de son petit effet. Comme bien plus tôt lorsqu'elle avait affirmé qu'elle était Louka, il avait eu envie de lui prendre le visage et de confirmer ses paroles en se rapprochant d'elle... Là il posa juste sa main libre sur celle en train de martyriser son biceps et lui sourit doucement en penchant le visage vers elle.

- Non ne t'en fais pas, tu n'as pas d'hallucinations. Moi aussi je la vois. Et non nous ne sommes pas fous... Cet endroit est très spécial et n'apparaît pas à n'importe qui. Ne t'en fais pas, ce n'est pas un mauvais rêve ni rien, c'est l'endroit où je voulais t'amener... c'est un peu magique, je t'expliquerai... mais avant tout... le premier arrivé... fait de l'autre son esclave pour une petite heure tout à l'heure !!!!

En disant ça il avait lâché sa main. Autant dire... qu'il ne pensait pas qu'elle était aussi rapide et qu'en faisant l'erreur de se dire qu'il allait la ménager au début... il se fit battre à plates coutures, ce qui eut pour effet de le faire se sentir un peu honteux pour le coup.

-Pfouah ! Tu as gagné... bien joué... je serai votre serviteur mademoiselle...

Il avait dit ça les mains sur les genoux haletant en essayant de reprendre son souffle, mais un sourire tout de même heureux au visage. Ce n'était pas plus mal, il ne se serait pas senti de lui demander quoi que ce soit. Oui c'était mieux ainsi. Il se redressa. Ils étaient sur l'herbe et le visage émerveillé de la jeune femme faisait chaud au coeur. Il fronça les sourcils.

- Ils doivent déjà savoir que nous sommes l...

- Sale petit godelurot !!!!!

Ca c'était un cri de femme en colère... suivi de très près par le son retentissant d'un instrument de musique heurtant durement le crâne du pauvre Ronan qui fut assommé tout net et s'écroula direct.
Elle s'arrêta aussitôt. C'était une femme d'une trentaine d'années bien tassées peut-être plus, rudement bien bâtie pour ne pas dire... bonne matrone bien nourrie, sacrément agile et discrète puisque rien n'avait laissé présager son apparition. Elle fixait le jeune homme qu'elle venait ni plus ni moins d'abattre et releva la tête vers Louka avec un sourire contrit.

-Eh ben eh ben... il devait être sacrément occupé à te lorgner le corniaud pour ne pas m'avoir repérée... c'tte fois... je l'ai bien sonné ! Alfred !!! Viens m'aider !!!

Un jeune homme de leur âge surgit, bien plus fluet et l'air estomaqué par ce qu'il voyait. La femme sourit et abaissa son "arme", tendant une main à la jeune rousse.

- Caroline... et toi ? Ca faisait bien longtemps qu'il ne nous avait pas ramené du monde le ptit Ronan... mais une femme, je dis chap...

Elle baissa les yeux semblant se rendre compte de la silhouette fluette de Louka, même si elle avait tout de suite su, instinctivement que c'était une jeune femme et Ronan qui reprenait conscience et se redressait légèrement se prit un nouveau coup cette fois entre les omoplates.

- Mais qu'estqu'cé qu'ça !!! Corniaud ! Tu affames ctte pauvre petiote ! Tu devrais avoir honte !!!!
- aaaie...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Jeu 5 Avr - 19:36


Bien évidement que j'étais perturbée ! j'étais sure que quelque secondes avant, ce.. enfin ce truc quoi n'avait pas été devant moi, j'en étais certaine, je n'étais quand même pas folle ! Bon bien évidement je doutais, cela faisait maintenant longtemps que nous marchions, sans vraiment de mon coté savoir où l'on allait, et comment trouver la route. Oui, j'étais comme lui, fatiguée et j'avais chaud ! Et encore ! j'étais protegée par la cape qu'il m'avait passé, j'avais même mis la capuche pour éviter de prendre un coup sur la tête. Parce que lorsque le soleil tapait, c'était réellement dangereux, et j'étais d'ailleurs inquiète pour Ronan. Certe il avait grosse carrure, c'était un homme avec un corps sain.. mais tout de même ! Le soleil ne faisait pas de selection hein..

Et je voyais bien qu'il souffrait de la chaleur.. personellement, cela ne semblait pas m'atteindre, moins que je l'aurais penser du moins. Bien sur, j'avais chaud, bien sur, je cherchais l'air mais lui sembler par moment vraiment mal.. Moi.. disons que je préférais ca à la froideur de mon ancienne cellule. J'y voyais un plaisir que de suer ( même si c'est pas super sexy ) j'y voyais aussi un plaisir de marcher sans voir l'horizon qui change. D'un coté c'était traumatisant, et d'un autre.. Cela provoquait une incroyable sensation de liberté sans limites ! Mais pourtant.. je n'avais pas l'air de porter de grande importance à la liberté à ce moment précis, non je profitais plutôt d'être aux cotés de Ronan, chose rare pour moi.. d'apprecier la compagnie d'une personne quelconque.. Mais visiblement, le guerrier n'était pas de cette catégorie.. C'était un garçon qui me devenait pratiquement déjà indispensable.. Il fallait le faire au bout de si peu de temps..

Oui, je lui lancais souvent des regards furtifs, comme pour m'assurer qu'il était toujours à coté. Chose cupide quand je savais qu'il me tenait la main.. A chaque fois que lui aussi détournait ses yeux vers moi, je regardais le sol immédiatement.. Je ne voulais pas le perturber par mes regards, je ne voulais pas non plus que il en ai marre de ma personne pour cela. Et oui, ça pouvait souler après tout.. Alors j'admirais le sol mettant tout en jeu pour ne pas rougir derriére ma capuche même si j'avais déjà la peau bien rouge, cause : la chaleur.. Et grâce à celle ci, je crus donc avoir une hallucination en admirant de mes yeux verts cet espace qui apparaissait devant nous. Tout aussi vert d'ailleurs ! Tout de suite, j'eus envie d'éclater de joie ! Nous étions enfin arrivés Quelle bonheur de conclure ceci. Enfin, nous pourrons nous asseoir en toute tranquilité en entendant.. les oiseaux chantaient ?! Oh ca je ne savais pas.. non, les oiseaux, c'était déjà rare de nos jours prêt des mégalopoles, mais en plus dans le désert ?! Il ne fallait pas trop en demander non plus ! Ronan m'expliqua alors que je n'étais pas en train de devenir folle, ce qui me rassura, heureusement. Je ne compris pas rapidement son idée de courses.. Et oui, l'effet de la fatigue faisait réagir à deux tensions.. Mais quand il me lâcha la main, je compris rapidement.. Une petite course ?!

Au début, je voyais bien qu'il faisait exprès d'aller doucement.. sauf que sans prévenir, je l'avais poussé légèrement, m'élançant vers cet endroit qui en disait beaucoup sur la qualité de vie qu'il devait y avoir. J'avais été fière en arrivant la première bien que de mon coté aussi, ma respiration se retrouva sacrément sacadée. Mais je rigolais par la même occasion. Comme s'il deviendrait mon esclave pendant une heure .Ce genre de truc ne m'interssait pas et nous étions tout deux ici pour se relaxer, passer un bon moment de détente sans doute, afin de ce féliciter du parcours que nous venions de faire, en fait, de ce que nous étions en train de vivre depuis notre rencontre.. Oui, être venus jusqu'ici avait été sans aucun doute une bonne idée de la part de Ronan.

Tandis que Ronan essayait de s'exprimer entre deux fortes respirations, je regardais tout autour de moi, ne comprenant pas la phrase à Ronan, qui savait que nous étions là ? J'eus rapidement la réponse par un cri, des mouvements rapides ce qui me mit.. hum.. rapidement en garde. J'avais mis rapidement les mains sur mes poignards offerts par Ronan et je les avais sorti en position de défense.. Oh oui, pour le coup, j'avais eu le temps de réagir en à quart de seconde.. La femme venait quand même d'assomer Ronan ! enfin je voulais pas dire mais.. mais.. ah non ! on frappe pas Ronan : Bon, ok, je sors..
La femme présente était belle et plus agée que moi c'était certains. Au début, elle s'était concentrée sur Ronan, lui parlant d'une manière bien étrange.. La langue était la même, mais sa façon de prononcer les choses était amusante.. Il y avait une certaine brutalité dans ces mots qui était agréable à entendre.. Rapidement, elle me regarda et me parla.. avait des mots que je ne comprenais pas. Lorgner, non, ce n'était pas dans mon vocabulaire même si je voyais ce qu'elle voulait dire. Intriguée, j'avais garder une futur position d'attaque au cas ou, et j'avais haussé un sourcil.

La jeune femme vint rapidement vers moi, se présentant.. Euh.. d'accord, et moi je devais faire comment..? Mon regard devint dur, refermé.. un peu comme il ne l'avait jaais été avec Ronan, mais plutôt avec le reste du monde. Je rangeais mes poignards, tout de même prête à me défendre au cas ou et lui serrant la main, distante d'elle. Elle avait l'air de connaitre Ronan depuis un moment alors j'essayais de ne pas gagner en animosité mais.. Oui, j'avais été un peu perturbée par l'accueil.. La voix cassée par la chaleur qui assêcher mes cordes vocales, je répondais doucement mais durement en même temps.

<<- Louka.. Il y a un soucis ?! >>

J'avais froncé les sourcils quand j'avais remarqué que la femme d'une trentaine d'année avait coupé sa phrase.. pour me regarder ! Comme une énergumène on aurait dit ! Oui, d'un seul coup, j'avais senti que quelque chose était gênant sur moi ou.. Bref, il y avait un léger soucis apperement, et je compris une fois de plus, ce qui était en train de se passer.. Visiblement elle aussi me trouvait maigre. J'allais finir par être vexée à cause de ca ! Et puis, c'est bon, j'étais.. pas ou, peut être plus.. à l'article de la mort. Enfin je sais pas, il fallait voir autre chose que.. Encore, ca aurait été par ma taille, j'étais habituée à ce que l'on me confonde avec une gamine, mais par rapport à mon tour de taille ?! Je me sentis obligée de répondre rapidement, seulement par instinct. Presque exasperée au sens où voilà, j'étais perturbée qu'une femme qui je ne connaissais pas s'inquiète pour moi mais aussi en sachant que j'étais un petit peu perdue par la tournure des évèvements, je pris bel et bien la parole rapidement.

<<- Mais on mange très bien ! Pas vrai Ronan ?! >>

Oui, j'avais l'impression qu'on ne me parlait que de nourriture.. Un jour, je finirais bien par être écoeurrée par ce sujet de conversation.. Ne comprenant pas où nous étions et.. qui ils étaient, je décidais de regarder l'endroit, m'éloignant légèrement de la trentenaire.. Hum, elle avait l'air gentille tout ca, mais.. peut être pas assez douce pour que je daigne ne pas m'en mefier. J'admirais l'endroit plein de verdure avec des odeurs.. Particulières mais très attirantes à la fois. Je ne comprenais pas comment l'on pouvait trouver ca en plein milieu d'un désert ! Et d'ailleurs cette pensée finit par se rêveler au grand chose sans que je le fasse exprès.. et oui, des fois, ca échappait de la bouche, sans que l'on puisse faire quelque chose !

<<- C'est.. hum.. trop.. bizarre cette histoire.. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Jeu 5 Avr - 20:29

- Aie...

Ca c'était Ronan pas au meilleur de sa forme, toujours étalé face contre terre et qui venait donc de se prendre un deuxième coup entres les omoplates.
La dénommée Caroline maniait avec aisance l'espèce d'énorme instrument de musique qu'elle avait entre les mains, qui autrefois s'appelait un saxophone, tout doré à la lumière du soleil et sacrément solide apparemment. D'ailleurs elle sembla se rendre compte qu'elle avait frappé le jeune homme avec son précieux instrument et cessa donc, ne voulant pas l'abîmer. L'instrument, pas Ronan.
Oui c'est vrai qu'elle était étrange.
Après tout, elle avait surgi de nulle part, enfin sans doute d'un buisson avec beaucoup de discrétion et de fluidité malgré sa taille relativement pas très discrète. Et elle avait eu Ronan. D'ailleurs à ses paroles on pouvait comprendre que ce n'était pas habituel et dans un sens, le jeune homme déjà remis fut content d'avoir le nez cloué au sol parce qu'il s'était mis à rougir. Ben oui, bien sûr qu'il n'avait pas fait attention, il était occupé à regarder Louka, pensant avec joie à tout ce qu'il allait pouvoir lui faire découvrir de cet endroit. Et voilà qu'il se faisait pitoyablement mettre à terre, il allait rester là et se laisser mourir de honte. Quoique, il aurait dû avoir l'habitude à force.

Pauvre Louka qui se retrouvait confrontée à l'impitoyable femme. Enfin impitoyable. Avec ses bonnes joues et ses grands yeux noirs brillants comme du quartz elle ne faisait pas vraiment très peur. Et puis en tous les cas, elle n'avait pas la langue dans sa poche. Il est vrai que pour le coup, elle trouvait la jeune femme bien maigrichonne. Et elle n'allait certainement pas être choquée par sa taille étant donné qu'elle ne devait pas avoir plus de deux centimètres de plus qu'elle, bien au contraire, elle semblait ravie de croire enfin quelqu'un pas vraiment grand. Sauf que dans son cas, elle n'était pas aussi large que haute mais disons à demi aussi large que haute et c'était déjà beaucoup. Se rendant compte qu'elle avait dû effrayer un peu Louka par sa façon d'agir mais ravie que celle-ci se présente elle lui fit un grand sourire.

- Bonjour bonjour. Bienvenue dans notre petit coin de paradis. Oh ne t'en fais donc pas... il y a l'habitude, même si d'ordinaire il est plus rapide. humm... que lui as-tu donc fait pour qu'il soit aussi... peu réceptif.

Elle avait dit ça avec un immense sourire pas du tout innocent. En vrai ses yeux pétillaient de malice et on aurait dit une petite fille devant un cadeau de Noël, totalement ravie. D'ailleurs elle avait commencé à tourner autour de la jeune rouquine en faisant tour à tour des grimaces et sourires. Bon comme Louka avait toujours sa capuche, ce n'était pas simple d'y voir grand chose d'elle du moins mais quand elle la rabattit en arrière... et qu'elle dévoila ses magnifiques cheveux, le dénommé Alfred resté en retrait, inquiet, poussa un hoquet de surprise tandis que Caroline observait la jeune femme avec fascination. Tous deux étaient bruns de chez bruns après tout. Par contre en remarquant des marques de coups encore visibles sur le cou de la jeune femme, la matrone eut tout l'air de se retransformer en cochon sauvage. Ronan qui avait rougi de plus belle en entendant ses paroles, s'était redressé légèrement, un genou en terre l'autre relevé. Elle se tourna vers lui comme un rhinocéros furieux chargeant celui qui oserait s'en prendre à son petit, l'attrapa par le col de sa tunique et se mit à le secouer avec une vivacité totalement impressionnante. D'ailleurs, si elle avait posé avec amour son instrument sur un petit taillis elle sortit, dont ne sait trop où de l'immense tablier qu'elle portait, une poele à frire dont elle donna deux sérieux coups sur la tête du garçon.

- Sale corniaud !!! Tu bats les filles maintenant !!! Petit... je vais te... !!!

-Aie ! Aie ! Aie ! Mais non !!! Ahhh ! Caro !!! Arrête, c'est pas moi T_________T

Elle finit par s'arrêter et rabaissa sa poêle après avoir jeté un regard à Louka puis à Ronan. Non, ce petit n'était pas capable de faire du mal à une femme et encore moins une aussi jolie femme. Elle cessa donc de le frapper au grand soulagement du garçon qui se redressa légèrement chancelant et alla rejoindre Louka, essayant de lui faire un sourire rassurant.

- Ne t'en fais pas... c'est... aie... sa manière de me dire que je lui ai manqué... aie ma tête... tu frappes dur Caro T_T
- C'est parce que tu m'as beaaauucouppp manqué mon petit corniaud.

En disant ça elle s'était rapproché et lui réserva un nouveau traitement.. Apparemment il préférait encore le premier. Parce qu'elle l'attrapa par la nuque, l'attirant vers elle et se mit à le serrer très fort contre elle.. sauf qu'elle l'avait un peu forcé à se baisser, comme une mère retrouvant son enfant et voulant le bercer et là il avait un peu le visage dans ses imposants... hum... poumons... et a tout priori, il était en train d'étouffer. Il parvint à se reculer rouge comme une pivoine, faisant de grands gestes de ses bras et muet d'ébahissement et de gêne.
Elle éclata d'un rire puissant en le voyant si gêné et d'autant plus gêné devant sa compagne et le rattrapa, se haussant sur la pointe des pieds pour ébouriffer ses boucles blondes.

- Alala mon pauvre petit corniaud, je t'en fais voir des belles !
- Ca... Caroline arrête...

Elle sourit et s'arrêta, se tournant vers Louka.

-Bon, je te laisse mettre les choses au clair avec la demoiselle. On se retrouve tout à l'heure. Dépêche toi... Et va me cueillir des fruits au passage, je vais commencer à préparer un bon repas qui va vous requinquer les jeunes.

Et aussi brusquement qu'elle était apparue et avait mené toute cette agitation, sans leur laisser le temps de s'exprimer, elle reprit son saxophone et s'en fut avec le jeune Alfred qui n'avait pas dit un mot.
Pauvre Louka, elle n'avait pas dû y comprendre grand chose. Gêné Ronan se retourna vers elle, tentant de lui faire un sourire. Une bosse était déjà en train de se former à la frontière entre son front et ses cheveux... Une belle bosse.

- Je suis désolé... Elle est assez démonstrative. Mais ne t'en fais pas, elle n'est pas méchante. C'est Caroline... Je vais éviter de t'en dire beaucoup plus parce que je pense qu'elle a prévu de tout te raconter elle-même tout à l'heure. Elle fait partie des habitants constants de cet endroit et elle vit comme eux en paix avec la nature, tu n'as rien à craindre d'elle excepté son extraordinaire bonne humeur et éventuellement un revers de poêle. Je suis désolé pour ses allusions sur nous tout à l'heure elle est... enfin elle va certainement recommencer donc...

Il se tut et sourit beaucoup plus sincèrement cette fois. A quoi bon parler. Tout ce qu'il souhaitait à cet instant c'est juste qu'elle lui sourie et lui faire découvrir les environs. Alors sans parler davantage il reprit doucement sa main et l'attira à sa suite.
Il lui expliqua que l'Oasis semblait tirer ses ressources très loin sous terre et qu'elles étaient peut-être inépuisables. Il pleuvait régulièrement mais juste au-dessus de ce lieu en fait. Et aussi étrange que cela puisse paraître, cet endroit était en quelque sorte... vivant. Parce qu'il sentait lorsque des personnes mauvaises s'approchaient et se dissimulaient à leur vue, apparaissant au contraire aux personnes au bon coeur.
En parlant il étendit la main vers une espèce de pêcher, devant carrément se mettre sur la pointe des pieds et attrapa un fruit qu'il tendit, le coeur débordant de joie dans ce simple geste, à la jeune femme.
En attrapant une autre, il mordit dedans à pleine dents pour lui montrer l'exemple. Bon il est vrai que le fruit était sacrément juteux et que ce n'était pas facile de le manger sans en mettre partout mais tant pis hein ? Ils avaient bien assez marché non ?
Un sourire ravi aux lèvres il l'entraîna ensuite vers une petite source qui coulait un peu plus loin et s'assit à l'abri sous un arbre.

- Je veux te faire découvrir cet endroit... mais il va falloir aussi aller chez Caroline.. tu lui plais déjà beaucoup c'est certain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Sam 7 Avr - 19:43


Pauvre Ronan, il sauvait une pauvre fille en galère comme moi et pour cela il était frappé alors qu'il n'était ni responsable de ma maigreur, ni de mes bleus, ematomes.. Coupures.. oui, tout cela, lui n'avait rien fait, au contraire, il m'avait sauvé.. Il méritait des médailles, il n'y avait pas à dire ! Oui.. moi, j'en voulais même à cette femme de l'avoir frappé, j'avais envie de.. lui enfoncer mon poignard dans la poitrine, même si cela pouvait paraitre cru ainsi.. Supporter que l'on tape même pour rire quelqu'un de cette façon.. Hum, j'aimais pas ca ! Mais j'avais bien compris que Caroline.. Etait assez atypique dans son genre.. Oui, j'avais très très envie d'en savoir plus sur ce peuple que je ne connaissais pas et en même temps, je me demandais.. ce qu'ils étaient ? humains, sins.. Mais d'un autre coté, j'avais confiance de là ou j'étais parce que.. c'était des amis à Ronan alors.. S'ils étaient tous comme lui ! Je n'avais pas vraiment à m'en faire ! Repartant d'un point positif, oui, moi petit Louka, j'avais reussi à voir quelque chose d'un bon coté, j'avais donc de quoi être fière ! Rougissant aux paroles de la femme de petite taille.. enfin de la même que moi, je lui répondis gênée.

<<- J'ai.. je lui ai rien fait, il était très réactif ce matin ! Enfin, tout le temps.. enfin le peu de temps.. Bref.. >>

Je baissais la tête, je disais n'importe quoi, comme si je le connaissais depuis des années ! Oui, c'était n'importe quoi, peut être qu'en fiat, c'était quelqu'un de pas du tout réactif.. Oh ! mais pour qui je me prenais à parler ainsi de lui, vu ce qu'il m'avait appris de la vie.. En si peu de temps, vu tout la considération qu'il m'offrait vu.. Tellement de choses. Je ne pouvais pas tout citer, je ne pouvais pas non plus tout enregistrer parce que il m'offrait presque le bonheur, il me l'avait tendu comme un paquet cadeau. Il m'avait touché, il m'avait fait pleurer, mais surtout il m'avait fait rire.. En quelques heures, des centaines de minutes certes mais c'était si peu dans toute une vie.. Oui, Ronan était un être magique qu'il était difficile d'imiter.. Un peu l'homme parfait rêvé de tous.. avec ces défauts faisant rire.. ses défauts.. qui ne se voyaient pas..

Caroline commençait à tourner autour de moi, comme pour m'examiner, ce qui me gêna un peu.. Soudainement, je me souvins de la chaleur, et je décidais d'enlever la capuche alors que j'avais la tête baissée. Je n'osais pas trop bouger alors qu'on me regarder autant. Voilà, le courage à deux mains, je baissais ma capuche.. Et la, je ne compris pas tout de suite.. J'entendis l'homme, ami de Caroline sans doute faire un bruit bizarre.. Mon regard redevint directement noir.. Ok.. C'est bon, j'avais compris, j'avais une tronche de cadavre mais quand même ! J'étais presque vexée ! Et du coup, j'avais rebaissais la tête, n'osant même plus chercher du réconfort auprès de Ronan.. Ah ! j'étais verte quoi !

la suite alla très rapidement, je ne compris pas trop pourquoi, Caroline se précipita vers Ronan une nouvelle fois, le secouant dans tout les sens. J'avais envie de me jeter sur eux pour les séparer, mais j'étais restée bouche bée, à ne plus savoir que dire ni quoi faire. Je me sentais si.. inutile, je n'arrivais même pas à dire : oh stop c'est pas lui. Je n'eus même pas le courage d'ouvrir la bouche quoi.. J'étais.. trop.. pas à ma place, oui c'était ca, je me sentais juste un peu en trop, gênant les autres. J'avais envie de partir en courant, mais bonjour la stupidité que les autres verraient en cela ! Enfin, Ronan vint vers moi ce qui me rassura un peu, mais Caroline n'en avait visiblement pas fini avec lui.. Etant donné qu'elle le prit dans ses bras d'une façon.. si adorable ! Oui, c'était adorable et une fois de plus, je changeais d'humeur en rigolant discrètement n'arrivant pas à totalement me taire.

Puis.. Muette lorsqu'elle se tourna vers moi. Je l'observais de mes yeux verts ne sachant quoi répondre. Visiblement, elle nous offrait son hospitalité, sans même se méfier de moi alors que j'aurais pu être une vraie ordure.. Mais non, elle n'avait comme.. aucune peur de qui je pouvais être.. Comme si elle avait un regard aveugle sur une personne dont elle connaissait à peine le prènom.. C'était dingue, d'un coté parce que je ne comprenais comment on pouvait être pratiquement aussi naïf mais de l'autre coté, je l'enviais de ne pas avoir à se prendre le chou pour les personnes qu'elle rencontrait. Ca devait être cool ! Enfin..

Je fus coupée dans mon élan de réfléxion lorsque je sentis la main de Ronan glissait dans la mienne. Alors qu'il venait de finir de me parler.. Ok, je ne le niais pas, je ne l'avais pas vraiment écouter, je me posait des questions sur cette situation vraiment particulière.. Si j'avais su que j'allais vire ca, j'aurais sans doute.. crier beaucoup plus fort contre ceux qui m'avaient tué de l’intérieur. Je me serais vanter qu'un jour je m'en sortirais.. Mais d'un coté si je l'avais su.. Je ne serais pas entrain d'en profiter maintenant. Je ne savais pas trop quoi répondre à Ronan, j'étais perturbée par ce chamboulement. Me portant une main sur le front, en fait, celle qui n'était pas dans la main de Ronan, je soufflais d'un seul coup, comme si décompressais d'un coup.

<<- Han mais c'est trop bizarre.. C'est.. vraiment étrange non ?! >>

Ronan continua de me parler, de m'expliquer, ce qui me plut incroyablement, je l'écoutais avec passion, je buvais littéralement ses paroles.. Je pourrais être ivre de celles ci.. Je le savais, ca pouvait forcément être possible ! Ronan me tendit un fruit à un moment précis.. Et je regardais ce fruit, mur, et juteux avec envie. Je pouvais vraiment mordre dedans ?! Ouvrant légèrement la bouche, je pris une bouchée.. Et là, j'avais failli m'éttouffer.. Oh c'était si bon ! ce jus, cette tendresse de la chair.. Hum... J'eus même un rire parce que je ne m'étais pas attendu.. à prendre pratiquement un orgasme culinaire quoi. .Enfin, ca c'était pourrir cette façon de dire, mais il n'y avait pas de meilleurs mots pour décrire la sensation que de la simple nourriture me procurait..

Je suivais par la suite Ronan qui nous emmenait nous asseoir. Il se remit à me parler de Caroline... Cette femme étrange m'appreciait un peu ? C'était sérieux, pourtant, je n'en n'avais pas eu l'impression du tout.. oui, je n'étais pas sure de tout ca. Je remangais dans le fruit, ce qui me redonna le sourire par la suite.. Je soufflais un bon coup.. Perdant le stress, perdant tant d'émotions, de stress.. qui m'était venu lorsque l'on avait marché jusqu'ici, lorsque Caroline m'avait rappellé sans le vouloir ce que j'avais pu subir. Je me retenais une fois de plus de pleurer même si l'envie était réellement forte parce que j'étais soulagée de pouvoir enfin m'asseoir dans un endroit où je n'avais pas peur, où je me sentais en sécurité, du moins, je le croyais.. Oui, c'était encore mieux que dans la grotte, mon corps était détendu même si parfois il réagissait à quelques bruits par des gestes de méfiance.. OU des sortes de spasme, de petites convulsions. La voix légèrement enrouée parce que je retenais ces foutus larmes, je parlais à Ronan.

<<- C'est vraiment adorable de ta part.. et de la sienne aussi, mais j'ai un peu honte de me présenter comme ça dans un endroit aussi paisible..>>

Oui, j'apparaissais avec mes soucis, mes blessures dans un endroit serein, un vrai petit paradis.. Il fallait avoir du culot pour faire cela non ? A cette pensée, sans savoir pourquoi, je remis la capuche sur ma tête un petit blasée de ma propre personne. Ah, que faire, pleurer, hurler de colère ou.. laisser couler. Je ne savais pas et en cachette, j'esperais que Ronan m'aide à trouver comment.. retrouver toute sérénité dans mon esprit.. Parce que j'avais l'impression que ce bordel qui tournait en rond dans mon crâne souhaiter se rendre éternel.. Hum, j'en avais assez, j'aurais voulu pendant quelques secondes ne plus penser du tout.. Ca devait être si apaisant de ne plus avoir de pensées, aucunes, d'avoir la tête vide de toutes émotions, de tout sentiments désabusés.. Oh le beau petit rêve que je me faisais là..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Sam 7 Avr - 20:54

Il était vrai que Caroline avait des manières… étranges.
Il fallait dire les choses telles qu’elles étaient. Elle pouvait se montrer très… brutale mais jamais dans l’intention réelle de blesser, ou parfois un peu mais elle se reprenait vite au fond.
Elle avait l’habitude… Lorsque Ronan venait, arrivait, elle le savait. Alors elle apparaissait silencieusement à ses côtés et le frappait. Et toujours il esquivait. C’était un garçon vif, rapide, un guerrier formé dans le but de combattre et protéger… et puis il était jeune, fort. Il ne la frappait jamais vu qu’il ne savait pas frapper les femmes, incapable et bloqué rien qu’à cette idée. Mais il parait les coups et lui souriait. Bon plus tard lorsqu’il n’était pas sur ses gardes elle lui donnait quelques coups mais encore une fois, elle ne cherchait pas vraiment à lui faire du mal. C’était sa façon d’être et surtout sa façon de lui prouver son attachement. Les femmes le mettaient mal à l’aise, même elle. Tout contact physique pouvait le faire se refermer sur lui-même et le rendre muet. Ce contact là… passait comme une lettre à la poste. Parce qu’il le ressentait différemment. Ce n’était pas du tout la même chose. Bon bien sûr, elle n’aurait pas pu être une femme pour lui après tout ils n’avaient pas le même âge mais même les femmes âgées le mettaient dans tous ses états s’il était confronté à une situation qu’il jugeait gênante. Par ces coups elle lui exprimait son affection et surtout sa gratitude.
Mais voilà… Cette fois-ci il n’avait pas été vif du tout.

Non pas du tout de chez pas du tout. En fait, c’était même tout le contraire. Il était totalement amorphe ! Il avait à peine tourné la tête, c’est pour dire. Normalement, il aurait dû bondir, feinter, la désarmer et sourire avec un léger air victorieux mais en même temps modeste. Là il se l’était pris en pleine poire le saxophone. Et vu le bruit elle avait frappé plus dur que ce qu’elle aurait pensé.
Pourquoi ? Parce qu’il était en train de fixer Louka. Et que cette simple action lui occupait tellement l’esprit et les sens qu’il était sourd au reste du monde à cet instant. En le comprenant Caroline ne put s’empêcher de sourire, pleine d’espoir et surtout surexcitée. Vraiment ?! Le petite Ronan ?!!!
Lui aussi en prenait conscience. Ce coup violent qui ne l’avait pas assommé bien longtemps en fin de compte lui avait remis les idées en place et lui faisait prendre conscience d’un fait qu’il n’avait pas senti venir. Quand avait-il commencé à se fermer au monde lorsqu’il la regardait ? Quand par précaution, pour ne pas qu’elle remarque avec quelle obstination il avait souffrait de ne pas l’observer, avait-il mis tous ses sens à profit de son observation d’elle ? Plutôt qu’à la prudence autour de lui ? Défiant même tous les principes de prudence de tout guerrier ?!
C’est pour cela aussi qu’il ne se releva pas tout de suite. Se demandant ce qui le sonnait le plus. Cette découverte ou le coup qu’il avait pris ? Il n’était pas sûr que la réponse soit aussi évidente qu’elle avait été résonnante. Non… peut-être pas du tout même.
Il s’en voulait de laisser Louka affronter seule l’espèce de drôle de personnage qu’était Caroline mais tout à coup il se sentait désarmé, perdu et très très seul. Qu’est ce qu’il devait faire ? Dire ? Qu’est ce qu’il pensait de tout ça d’abord ?

Finalement il s’était relevé, pris d’autres coups et tout s’était précipité. Il avait bien vu la tête qu’avait Louka, elle semblait vraiment mal à l’aise et sa gorge s’était nouée alors que paniqué il se disait qu’elle souffrait à cause de son incapacité à agir à cet instant. Mais il n’arrivait pas à avoir les idées cohérentes. Finalement elle avait peut-être frappé très fort.
Bien sûr, le jeune homme n’était pas conscient de ce que ressentait son amie, surtout les mauvaises pensées, autrement, peu importe ses propres émotions à cet instant, il aurait agi ou réagi. Mais il aurait fait quelque chose. Quoi ? Peu importait mais quelque chose.
Finalement tout se précipita et en définitive il fut à peu près aussi utile qu’un far breton servant de filet de sécurité pour un funambule. Totalement surfait et inutile en bref.
Caroline prit congé en exigeant ni plus ni moins qu’ils viennent la retrouver plus tard et les planta là, très songeuse. En réalité elle était folle de joie. Et elle avait de bonnes raisons pour ça.

Ronan était embarrassé et essaya un peu de s’expliquer mais ce n’était pas très.. réussi. En fait il ne savait pas trop quoi dire. Pourtant il avait réussi à lui reprendre la main. Du coup il se sentait mieux. Un petit peu mieux. Elle l’écoutait avec attention à ce qui lui semblait et sa façon d’être avec lui le rassura lui permettant de se remettre un peu de ses émotions et des jolis coups qu’il avait reçus.
Ils marchaient tranquillement et il n’avait toujours pas lâché sa main. Il n’avait pas envie de la lâcher en fait, sous aucun prétexte. Ce n’était pas que c’était vraiment utile pour l’heure, elle n’allait pas se perdre après tout, mais il en avait… besoin.
Comme ils étaient partis très tôt le matin, le soleil se levant à peine et qu’ils avaient marché vite, et étant donné également qu’ils étaient sortis du bon côté d’Epsilon n’ayant ainsi pas à contourner la ville et perdre du temps, ils étaient juste en début d’après-midi. Et déjà dans la tête du jeune homme se formait des projets pour après le repas qu’ils n’allaient pas tarder à aller prendre. Oui, il voulait lui faire plaisir et il était sûr que ceci lui plairait. Oui, elle serait ravie il en était sûr.

Quand Ronan lui avait tendu le fruit et avait vu son hésitation, il n’avait pas hésité à lui montrer l’exemple, juste pour lui prouver qu’elle n’avait rien à craindre. Il l’observait tout de même avec attention. Le jeune homme s’était attendu à ce qu’elle soit heureuse de retrouver des sensations perdues depuis un moment, mais il ne s’attendait pas à ce que son regard exprime tant de joie et tant de beauté d’un coup. Son estomac se noua, sa gorge aussi. Il eut du mal à finir son propre fruit.
Il ne savait pas qu’un regard pouvait dire autant. Pourtant, il aurait dû cesser d’être surpris par tout ce qu’elle savait dire rien qu’avec ses yeux. Alors pourquoi et surtout comment parvenait-elle encore à l’émerveiller ?

-Viens…

Il avait dit ça en lui proposant de s’asseoir à l’ombre. Ronan n’avait toujours pas lâché sa main. Secrètement, il s’en rendait compte, le contact de sa paume fraîche lui manquerait s’il venait à se briser sans raison valable. Il avait envie de la sentir près de lui, mais pas seulement proche comme il l’aurait souhaité vis-à-vis d’une personne à qui il tiendrait beaucoup, mais que sa timidité tiendrait toujours éloignée. Là il avait besoin d’un contact. Il rougit légèrement. Quand était-il devenu si cavalier ? Ce n’était rien par rapport à son action suivante.
En effet, alors qu’il s’était adossé tranquillement contre un tronc d’arbre et hésitait, la gorge sèche à l’attirer contre lui avec l’excuse qu’elle pourrait souffler un peu, il l’observait. De sa main libre elle jouait avec des brins d’herbes. Elle essayait en quelque sorte peut-être de museler son émerveillement. Pourtant il n’y avait pas de quoi. Lui aussi était émerveillé à chaque fois qu’il venait ici et plus encore il voulait voir sa joie.
Mais les expressions de son visage qu’il trouvait de plus en plus… adorable changèrent. Elle changeait. Beaucoup de sentiments transfigurèrent sur ses traits, très vite et il la vit rabattre sa capuche alors que ses paroles arrivaient à son cerveau le déstabilisant.
Bon elle le trouvait adorable… c’est vrai ?!!! Ca c’était bien. Mais elle trouvait aussi Caroline adorable… moins bien. Et elle avait… honte ?!!!!
Sa façon d’être avec elle-même lui fit mal et il ne put vraiment comprendre la colère qui monta dans son cœur à cet instant et le fit agir avant même qu’il n’ait le temps de réfléchir.

Sa main lâcha celle plus fine et douce de la jeune femme. Cela pouvait passer pour une preuve de rejet mais il ne lui laissa pas le temps d’y penser parce que si l’instant d’avant il était assis près d’elle, le suivant, il la renversait et la faisait basculer dos dans l’herbe, les mains sur ses épaules, le souffle court. Le regard qu’il lui lança était empreint de colère, pourtant il se calma très vite et avec mille précautions, souleva sa tête pour faire glisser la capuche, prenant soin de ne pas lui tirer les cheveux. En agissant il s’était retrouvé un peu au-dessus d’elle, un genou entre ses jambes, l’autre en dehors et là il rougit. Mais l’adrénaline de la colère devait encore être présente parce qu’il était toujours dans un état « second » et rapprocha son visage du sien. La colère flamboyait à nouveau dans celui-ci, mais la peine prenait aussi beaucoup de place. Il avait enlevé les mains de ses épaules pour les mettre de chaque côté de son visage dans l’herbe.

- Ne redis… jamais ça.


La colère disparut… C’est ce qu’il venait de souffler, d’une voix étrangement rauque. Il avait l’air de prendre conscience de sa position et il rougit comme il avait tant l’habitude de le faire mais en même temps, sa détermination était plus grande que sa gêne.

- Ne redis pas ça… ne me dis pas que tu as honte… je ne veux pas que ce soit le cas. Tu n’as à avoir honte de rien Louka. Je t’ai amené ici parce que… parce que c’était important pour moi mais si tu n’étais pas quelqu’un le méritant, l’oasis ne nous serrait jamais apparue. Tu es quelqu’un de bien et moi je crois en toi-même si tu trouves ça stupide ou je ne sais quoi. Caroline sait que si tu es là et avec moi, tu es quelqu’un… de différent. Alors… n’aies pas honte s’il te plait. Je voulais que tu sois juste heureuse, c’est tout…

Il baissa les yeux comme honteux à son tour. Mauvaise idée parce que plus bas la vue aussi était intéressante mais très embarrassante. Alors il ferma les yeux tout simplement. Il n’avait pas bougé, il n’en avait pas envie, même s’il était tout proche d’elle, même s’il rougissait beaucoup et même s’il ne savait pas trop si ce qu’il venait de dire et faire était bien ou mal… il ne voulait pas bouger. En fait non, pas du tout. Il voulait même autre chose, rouvrir les yeux, la regarder alors qu’il était si près... Pourtant il demeurait immobile.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 8 Avr - 12:46


Je l'avais suivi, je m'étais assise à coté de lui, des idées pleins la tête.. Ce que j'avais vécu, la rencontre avec Caroline.. Cette femme étrange qui visiblement avait un sacré caractère. Non ce n'était pas visiblement, c'était sur. Et certain ! D'un coté, cela me faisait rire, me rendait joyeuse de découvrir une personne avec une personnalité aussi.. atypique et d'un autre ,ca me faisait peur.. Cela cacher parfois des choses étranges, comme un caractère.. méchant derrière la surface. Mais il fallait que je fasse confiance à Ronan, ce n'était décidément pas le style du garçon que de fréquenter des personnes.. Non fréquentables au caractère à double face. Puis ils avaient l'air de bien se connaitre. Non, franchement, je n'avais pas de quoi avoir peur. Pas du tout. Et puis, si comme il le disait, cette île accueillait les personnes qui en valait la peine.. Enfin cet île, cet oasis plutôt qui paraissait paradisiaque. Cependant, je n'aimais le mot Oasis, cela me rappellait trop de choses, de souvenirs dont je n'avais envie dans l'instant présent de m'en souvenir.. Oui, j'appellerais cet endroit : l'île. Et puis, c'était si magique que c'était l'image que l'on pouvait avoir.. en fait, je me demandais d'ailleurs si tel endroit existait autre part.. Et d'ailleurs si je n'étais pas dans un rêve. Parce que le paysage était indescriptible, il n'y avait pas à dire.

Bref, je décidais d'exprimer mes impressions, mes émotions ressenties maintenant à Ronan. Oui, j'avais remis la capuche parce que de l'autre coté, je ne voulais pas non plus qu'il m'apercoit.. Si j'avais pu, je me serais plongée dans un certain mutisme.. Sauf que je savais que Ronan était du genre à s'en vouloir si je faisais ca alors qu'il n'y était pour rien. Ce n'était que moi et.. moi.. Et oui j'avais honte de comment je me présentais, dans quel état surtout.. J'avais honte à ce moment précis de ce que j'avais subi, je me sentais comme coupable de ce qui m'avait été infligé. Parce que au final, si je n'étais pas aller faire ma petite escapade en prévenant personne, je n'aurais sans doute pas attéri dans une cage entourée de bruits bizarres et traumatisant sans avoir droit à voir où je me trouvais. Oui.. Je me sentais coupable de mon propre crime.

Cependant, ce que j'avais dit ne semblait pas avoir plus à Ronan, il me lacha la main se qui m'écarquilla les yeux car.. au final, j'aimais avoir sa main brulante dans la mienne avec tant d'affection. Je me sentis vexée pendant quelques secondes, puis sans comprendre, je m'étais retrouvée allongée dans l'herbe. Son regard sur le coup me traumatisa.. Et le mien était devenu.. effrayé. Sa colère.. Etait ce donc à cause de moi ? Je ne comprenais pas, lui avais je dit quelque chose de vexant. J'aurais aimé me retirer pour ne pas supporter la vue de ces émotions si.. mauvaises, la colère quoi.. Je me sentais intimidée ainsi, il était totalement au dessus de moi, les mains sur les épaules.. Contrairement à l'expression de son visage, il retira ma capuche avec tellement de douceur. Je ne comprenais pas.. Je paniquais presque. Et puis de nouveau il exprima la colère le visage très rapproché du mien. Puis ses mains se positionèrent à coté de ma tête.. Cela m'intimida encore plus.. Je sentais la frayeur prendre part, pas à cause de lui.. Non à cause de mes traumatisme sans doute.. Puis il parla. Une petite phrase mais avec tellement.. de sentiments à l'interieur, une colère méconnaissable, que j'avais rarement pu voir chez les autres. Sa voix avait été si.. non, je ne savais même pas comment il arrivait à changer autant son timbre de voix, là, je retrouvais un peu un guerrier au dessus de moi et non.. non le ronan timide qui n'avait osé aucun geste avec moi. D'un coté cela me plaisait, d'un autres, je ne savais quoi en penser. Non, cette part de lui me plaisait, c'était inconsidérablement certain ! Je ne pouvais pas renié le fait que.. voir son visage d'aussi prêt me déplaiser.

Sans que je m'y attendre, Ronan recommença à parler.. et ses mots me touchèrent, c'était si fort ! Mais de l'autre coté, comment ne pas avoir honte.. Mon corps avait servi d'objet sexuel, ma force mentale avait été.. réduite à néant. Si j'avais de quoi avoir honte car je n'avais pas su me proteger.. Ni moi ni les autres, parce que je ne le savais, je n'avais pas été seule dans cette situation, c'était sur.. Combien de filles, ou d'hommes étaient encore humiliés pendant que moi j'étais là allongée dans l'herbe.. Rien que cette idée me déplut. Et le dégout ne cessait de remonter. Il fallait que j'arrête d'y penser, il fallait que je crois Ronan, que j'absorbe ces paroles sans me poser de plus amples questions.. Oui, il fallait que j'arrête.. J'étais prête de nouveau à craquer, j'étais au bord des larmes et les retenir semblait être un entrainement plus difficile que je ne l'aurais penser. Moi qui avant savait faire si bien.

Et pourtant, je changeais totalement.. Et cette fois, mes idées m'échappèrent. Ronan avait fermé les yeux mais ses mains étaient toujours au coté de ma tête, son visage était toujours si prêt, j'avais la respiration sacadée, le coeur battant comme jamais il n'aurait pu auparavant.. Sans comprendre ce qui était entrain de se passer, je me relevais légèrement.. restant un moment paralysée puis.. je posais mes lèvres sur les siennes. Ce contact fut rapide si rapide.. Parce que je m'étais retirée d'un seul coup, réalisant mon geste.. J'avais extirpé mes jambes tout en paniquant. Je n'arrivais même pas à parler, je ne comprenais pas ce qui m'avait prit.. Comme si un trop d'émotion. Non, il y avait autre chose, mais quoi.. Je ne connaissais pas ca, et je ne pouvais même pas penser au fait.. qu'il y ait un minimum d'amour en moi. Ma respiration empira, devint encore plus sacadée, et je commençais à m'excuser.. J'avais envie de fuir, mais dans un paysage aussi.. aussi énorme, comment trouver sa route..

Et pui d'un autre coté, je ne voulais pas fuir. Non, je ne voulais pas parce que ce baiser que j'avais moi même apporter, chose que je n'aurais jamais fait auparavant. Ca avait été magique. Ces lèvres sur les miennes, ces lèvres brulantes de colère.. ces lèvres que j'avais longtemps observé.. Ces lèvres qui m'avaient tant soutenu par des mots que j'avais bien du mal à comprendre d'où une personne pouvait penser ainsi sur ma personne.. J'avais la tête qui tournait parce que je faisais n'importe quoi, je ne prenais même pas soin de respirer normalement.. Et puis je sentais autre chose.. Devenant incontrôlable en moi.. En même temps que mes sentiments, il n'était pas difficile de comprendre.. Mon pouvoir.. Je le sentais comme monter en moi, qui décider une fois de plus d'agir.. Mais il ne fallait pas, non, je n'avais pas le droit de lui faire plus de mal que je ne venais de le faire en lui rappellant sans doute sa relation amoureuse qui l'avait tué de l'intérieur.

Oui, il fallait que je me taise, que je taise mon pouvoir et mes gestes aussi. Alors que je m'étais reculée, j'était tout de même restée assise, me m.ettant les paumes de mains sur mes yeux. Je savais que n'importe quel regard que je lancerais serait.. serait trop fort à supporter pour la personne d'avance.. Et la seule personne proche de moi était Ronan, je ne voulais pas lui faire des mal.. Et pourtant, je ne sus faire, le pouvoir reprit le dessus. Ronan qui avait ouvert les yeux... je me précipitais une nouvelle fois faire lui, posant mes mains sur mon visage, le regardant dans les yeux et comme je l'avais prévu, quelque chose s'était produit.. Du moins se produisait.

Cette île, son paysage merveilleux ses arbes, l'herbe flamboyante disparaissaient de ma vue. Il n'y avait pu que moi et lui.. Que son regard et le miens.. Des images se mirent à apparaitre par le regard que je lançais à ronan.. Tout de suite, ce fut le baiser que j'avais provoqué, mais aussi les heures de marches où nous avions la main liés, les moments de joie, de pleurs que j'avais pu passé avec lui.. Pourquoi mon cerveau nous montrer tout ca, pourquoi ce.. ce n'était pas des peurs, je ne comprenais pas.. Et puis.. elle vint, cette peur, comme une explosion, comme si j'allais perdre Ronan, comme si il allait me perdre.. Comme s'il disparaissait tout d'abord, dans une pemière image où chaque détails étaient descriptible.. Puis une seconde où je l'abandonnais.. Comme.. avant.. Il n'y avait plus de sens dans ce qui se passait dans ma tête.. je ne prenais même pas les informations du garçons.. Mais je lui montrais les miennes. . Je n'arrivais pas à inverser le cheminement.. Et puis, je n'arrivais pas à arrêter ce regard que nous avions, les yeux dans les yeux. Non, je ne m'en sortais pas, j'essayais mais toujours une autre scène arrivait.. Cela dura une minutes, peut être deux voir trois.. jusqu'à que.. plus rien.

J'étais tombée à la renverse sans même m'en rendre compte. J'aurais voulu d'un coté continuer de m'exprimer autrement que par la parole que je ne savais pas faire cela, j'aurais voulu qu'il voit ce que je ressentais au moment présent.. Mais je n'avais pas réussi à réunir l'énergie suffisante. J'étais épuisée parce que j'avais trop abusé de mon pouvoir qu'à la base je ne voulais même pas utiliser. C'était n'importe quoi. Je faisais réellement n'importe quoi. Du coup, voilà, je m'étais renversée ce qui avait rompu le contact. Je n'étais pas tombée dans l'inconscience, non, mais je me sentais comme vidée. Comme la première fois où nous nous étions " parler" lorsqu'il avait tué mes bourreaux. J'étais si désolée, tellement désolée.. mais je n'arrivais pas le dire, j'avais déjà du mal à me relever au moins assise. Et voilà encore une fois que je donnais cette image pitoyable de ma personne, faible et incapable de se débrouiller seule.

J'étais maintenant presque assise, je retenais mon haut du corps par une main sur laquelle je m'appuyais.. Il ne fallait plus que je le regarde, il fallait que je me calme, moi, ma respiration, mais mes tremblements aussi.. J'avais été si bête, nous qui vivions un moment merveilleux. Je me sentis tout de suite encore plus responsable. Ah ! bon dieu, j'en avais assez de penser !assez ! Je voulais que ma tête se taise, je voulais juste vivre sans me poser de questions, était si compliqué comme demande ? autant que ca ? Ca me donnait la migraine, oui j'avais mal à la tête mais peut être que cela était dut.. à la mal nutrition, à la fatigue, je n'en savait mais bon dieu, voilà, dès qu'une question disparaissait, une autre revenait..
D'une voix enraillée alors que j'essayais de me lever, ce que je finis par reussir bien que chacun de mes pas étaient chancelant, je reculais de Ronan au lieu d'aller voir s'il allait bien et je finis par parler.

<<- Excuses moi de.. tout ca.. je ne voulais pas.. Je ne voulais pas faire ça, je sais même pas ce que ca signifie, je voulais pas m'attaquer à toi, je voulais pas que ce soit sur moi que tu tombe, Je ne voulais pas que.. C'est pour ca que tu as été obligée de me réanimer la nuit dernière .. J'en ai assez de réfléchir, de me poser des questions pour un oui ou pour un non alors sans m'en rendre compte j'ai voulu y mettre fin.. et .. Et quand tu étais.. en colère, que.. que je.. t'ai enfin quand je t'ai.. embrassé, tout ca ca a disparu.. Toute ses reflexions, ces souvenirs, ce mal être.. Et j'aurais jamais du faire ca, je sais, je voulais pas te faire subir ca.. >>

Et voilà tout ce que je trouvais à dire, des paroles incohérentes, du moins, elles me le paraissaient. J'avais été honnête avec lui. Je ne pouvais faire que ca lui dire ce que je ressentais. EN fait, je n'arrivais pas à ne pas me dévoiler au grand jour avec lui.. ALors que j'arrivais enfin à tenir debout sans trop chanceler, je le regardais dans les yeux lui montrant que j'étais honnête.. Whaou, mon pouvoir n'avait pas réagi. Je ne comprenais pas non plus son fonctionnement à celui ci. Et puis.. D'un seul coup, je n'avais plus envie de pleurer. Au contraire, j'avais envie de rire.. Oui, je pétais un cable.. Et puis mes yeux revinrent sur ses lèvres à lui.. Mon dieu, j'avais de l'autre coté tant envie de recommencer parce que cela m'avait tellement soulagée, je m'étais.. sentie si bien pendant que j'avais fait ca.. Allez il fallait que je me calme, moi et l'amour.. Non je ne pouvais pas y croire même si je gardais tout de même espoir qu'au fond de moi , c'était ca que je ressentais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 8 Avr - 14:00

Non il n'avait pas aimé. Du tout !
Elle disait avoir honte. Ces paroles le blessaient.
Il ne savait pas lui parler et il s'en voulait.
Dans un sens ils se ressemblaient pas mal tous les deux. Ils savaient parler, ils avaient la même langue bien qu'un langage un peu différent parfois. Et pourtant ils ne se comprenaient pas. Il ne comprenait pas qu'il l'avait vraiment aidée par ses paroles puisque pour lui elles étaient naturelles. Il ne comprenait pas qu'elle le trouvait exceptionnel parce qu'il agissait différemment de tout ce qu'elle avait pu voir jusqu'alors. Elle ne voyait pas le bien-être qu'elle lui apportait. Elle ne comprenait pas à quel point elle lui était bénéfique et le changeait, l'aidant à prendre de l'assurance. Elle ne comprenait pas qu'il avait envie... besoin de lui parler, de prendre sa main, de la voir sourire. Elle ne comprenait pas, lui non plus. En fait, ils n'étaient que deux paumés aveugles dans cette histoire.
Quand il lui avait parlé il s'était senti inutile.
Parce que ses paroles n'étaient pas les bonnes, il le savait. Il aurait dû trouver les bons mots, les gestes pour lui dire qu'elle n'y était pour rien. Qu'elle n'avait pas à avoir honte de son corps... d'abord parce que lui la trouvait belle. Comment aurait-il pu le lui prouver ? Devait-il la regarder sans gêne, avec perversion comme tant d'hommes ?! Ce n'était pas son caractère... même si son regard s'égarait parfois, même s'il sentait l'envie de l'observer, pas que son visage, mais elle tout entière. Il aurait dû trouver les bons mots pour lui dire qu'elle ne pouvait rien contre ce qu'on lui avait fait. Qu'ils étaient trop nombreux, qu'ils savaient pour son pouvoir, que personne à sa place n'aurait rien pu faire. Il aurait dû lui dire aussi qu'elle ne le dégoûtait pas justement parce qu'elle avait servi de jouet à ces salauds. Que sa vision d'elle n'en était pas altérée. Il n'éprouvait pas de la pitié mais une peine sincère parce qu'il aurait souhaité lui éviter tout ça.

Alors c'est vrai, il avait réagi excessivement.
D'ailleurs, non, il n'avait pas réfléchi à ces gestes, ceux-ci étaient venus tout seul.
Pendant une seconde, il s'en voulut de lui imposer son regard colérique. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, il sentait qu'il n'allait pas se transformer. Là, juste en la regardant dans les yeux, il en avait la certitude. Il ne deviendrait pas dangereux pour elle. Il n'y avait aucun ennemi à combattre si ce n'était les peurs et doutes de la jeune femme. Il la regardait juste.
D'ailleurs, Ronan n'aurait certainement pas su l'expliquer. Mais il avait l'impression d'agir trop vite pour que sa raison comprenne. Comme s'il entendait ses paroles après coup, réalisait les gestes qu'il faisait après les avoir esquissés. Devenait-il fou ? Quand était-il devenu aussi téméraire ? Tant que sa propre raison de timide inaltérable n'arrivait pas à suivre ?
En tous les cas il savait qu'il ne supportait pas ses paroles, qu'elles le blessaient plus sûrement qu'une arme l'aurait fait. Il voulait qu'elle arrête de se dénigrer. Ne voyait-elle donc pas quelle belle femme, intelligente, forte, courageuse, au sourire de déesse, au caractère si particulier, si... jeune et à la fois mâture elle avait ? Elle ne le voyait vraiment pas ? Lui voyait tout ça... parfaitement. Ca le changeait. Il était moins timide, il osait, regarder une femme, lui parler, la toucher... et il le souhaitait, chaque fois un peu plus.

Non elle ne voyait pas.Autrement elle n'aurait pas dit tout ça. Il ferma les yeux. Parce qu'à son tour il avait honte de son attitude, mais juste un peu hein ?! Un tout petit peu, pour le geste, pas pour le reste parce qu'il savait sa colère légitime. En fait non, le jeune homme se doutait que cette colère n'était pas normal. Un simple ami n'aurait pas dû s'énerver comme ça. Ces paroles n'auraient pas dû autant le blesser, il n'aurait pas dû réagir avec tant de forces. Mais il le faisait. Il s'interrogerait dessus plus tard. Là il fermait les yeux, ses joues étaient rouges et sa respiration un peu courte parce qu'il avait parlé d'une traite sans respirer, parce qu'il cherchait à se calmer mais dans sa tête, ce qui venait de se dérouler passait comme un film au ralenti. Non, il n'avait pas vraiment honte. Elle était encore fragile. Elle avait besoin qu'on lui prouve qu'elle était quelqu'un de bien. Ce qu'on lui avait fait l'avait brisé. Et même si Louka était une jeune femme forte, elle avait aussi des blessures, plus graves que celles sur son corps, qui mettraient bien plus de temps à guérir. Il devait lui rappeler qu'elle était une bonne personne, lui dire qu'elle était jolie, même si cette perspective le faisait rougir d'avance, il devait le lui dire et l'aider à panser petit à petit ses blessures. Il avait envie d'être celui qui le ferait, qui lui sourirait, à qui elle sourirait. Oui, il en avait vraiment envie.
Les yeux toujours clos il songeait à ses paroles. Un peu violentes mais tellement honnêtes.

Le jeune homme était toujours dans la même position, il ne bougeait pas. Certes ses gestes pouvaient être intimidants (et il l'était déjà pour lui avant tout à l'heure actuelle), mais encore une fois, ils étaient authentiques. Devait-il les retenir alors ? Ne serait-ce pas lui mentir ?
Son coeur se serra, son estomac lui faisait mal. Il sentait son souffle sur son visage et ça anéantissait totalement sa colère. Même si celle-ci n'était déjà plus qu'un mauvais souvenir. Elle était si proche qu'il avait peur d'ouvrir les yeux. Parce qu'il devrait se relever. D'ailleurs sentir sa respiration lui amollissant sérieusement les bras, il avait peur de finir par ne plus se maintenir ainsi et de finir par l'écraser, pour l'instant ça allait mais... c'est parce qu'il avait aussi peur d'esquisser le moindre geste. Il entendait son coeur. Ou alors c'était le sien. Un rythme rapide... très rapide. Elle était belle... Comment pouvait-il le lui dire. Il ouvrait justement les yeux, comme s'il se disait qu'il allait pouvoir le lui faire comprendre d'un regard. Oui s'il la regardait assez, mais dans les yeux, ne se rinçant pas l'oeil, peut-être qu'elle comprendrait et... et rien du tout en fait.
Parce qu'il entrouvrait tout juste les yeux lorsqu'il sentit le souffle de la jeune femme plus près et puis... plus rien. Cela ne dura qu'une seconde et pourtant... tout semblait ralenti.
Il écarquillait les yeux de surprise, comme pour constater ce que son corps lui criait, qu'elle venait bien de l'embrasser. Au début il avait cru que justement faiblissant il s'était rapproché d'elle mais il avait de sacrés muscles et même ceux-ci affaiblis par tout ce qu'il ressentait, il n'avait pas flanché. Elle venait de... l'embrasser. Une seule seconde. L'instant d'après elle bondissait comme une gazelle effarouchée d'entre ses bras. D'ailleurs comment avait-elle-fait pour se couler ainsi sans effort ?!!! La peur donnait des ailes !!!

Ronan fixait l'herbe sous lui, là où elle se trouvait une seconde plus tôt, les lèvres légèrement entrouvertes, les yeux écarquillés. Son coeur avait manqué un battement... peut-être deux. Il lui faisait mal alors qu'il repartait de plus belle.
Le jeune homme redressa lentement la tête, ahuri pour fixer la jeune femme effrayée juste devant lui. Effrayée et perdue. Apparemment autant que lui. Pourquoi avait-il si mal ?
Louka semblait totalement perdue oui c'était ça et l'air de regretter amèrement son geste. La douleur s'amplifia. Ronan tenta d'articuler quelque chose, ouvrant et refermant la bouche. Il avait cessé d'écarquiller les yeux comme un poisson frit et essayait de dire quelque chose, mais il n'y arrivait pas. Pourtant il n'était pas rouge, il était juste... perdu, s'étant retrouvé agenouillé dans l'herbe lorsqu'il s'était redressé pour la regarder.
Elle avait l'air mal.

- L... Louka...

Au moins il avait pu dire son nom ! Bon point. Le reste ? Ah ben oui c'est vrai qu'il ne savait pas encore trop quoi lui dire. La vérité le frappa avec une telle facilité qu'il se sentit idiot. Enfin une fausse vérité. On lui en avait parlé bien sûr. De ces peuples, chacun après tout avaient ses coutumes. Certains embrassaient ainsi leurs amis, c'était une coutume, comme d'autres se serraient la main par exemple. Oui c'était ça. Elle avait juste voulu le remercier pour son intervention passé le temps de la peur de ses gestes, ou alors elle avait voulu le calmer, c'était juste ça... tout simplement. Pourtant son coeur se serra un peu plus. Pourquoi avoir trouvé la raison de son geste lui faisait-il aussi mal ?
Ronan n'était pas très sûr de lui. Il ignorait totalement ses charmes, n'en ayant pas conscience. Il pensait être un garçon passable alors que n'importe qui pouvait lui affirmer qu'il était très beau garçon. Il faisait travailler son corps et s'était forgé sa silhouette pour protéger, pas pour draguer. Aussi ne pouvait-il pas croire qu'elle avait fait ça parce que ce qu'il avait l'impression de ressentir, plus que de l'amitié innocente, était réciproque.
Il n'était pas si intelligent que ça il fallait croire.

Il allait le lui dire, lui dire qu'elle ne devait pas s'inquiéter, qu'il avait compris son geste amical. C'était ça... Elle avait dû réaliser qu'après coup, elle pouvait lui avoir fait du mal par rapport à ce que lui avait fait son ex ou pire encore... elle avait peut-être cru qu'il allait se faire des idées et vouloir... continuer. Or avec tout ce qu'elle avait subi, normal qu'elle fuit les contacts d'un homme. Comme il la comprenait à cet instant. Et comme il s'acharnait, pauvre idiot, dans cette idée.
Seulement alors qu'il rouvrait la bouche pour lui dire de ne pas s'en faire, qu'il ne lui ferait rien, elle était déjà sur lui. Il écarquilla à nouveau les yeux pour la peine et se figea. Elle utilisait son pouvoir, mais elle avait l'air de ne pas le vouloir, d'avoir peur.
Aussitôt le jeune homme posa une main sur un de ses bras, comme pour la rassurer. Peu importe ce qu'il verrait, il tiendrait bon et ne la laisserait pas culpabiliser. JAMAIS !!!!
Sauf qu'il n'avait pas de quoi être traumatisé pour sa part. Parce que les images qui lui sautèrent au visage n'avaient rien de désagréable. C'était ce qu'ils avaient vécu ensemble depuis le peu de temps qu'ils se connaissaient, des moments qui...ne lui faisaient pas peur, il le comprenait, mais qui étaient importants pour elle. Alors bien sûr, le jeune homme ne pouvait que se conforter dans l'idée que ce baiser n'avait été qu'amical. Elle le lui montrait, elle avait juste besoin de son amitié. Pourtant il avait mal... il avait envie de pleurer.

Même quand elle cessa et chancela...
D'ailleurs il se leva rapidement, légèrement chancelant lui aussi et vint rapidement la soutenir en passant un bras autour de sa taille. Il se mordit la langue pour ne pas montrer la peine inexplicable qu'il ressentait à cet instant et quand elle lui parla, l'air prête à fondre en larme, il retrouva un peu de son assurance. Le jeune homme la fit s'adosser doucement contre un arbre, toujours debout et prit son visage dans ses mains. A cet instant il hésita... même si ce ne fut qu'une seconde. Là, tout ce qu'il voulait, c'était ressentir l'explosion de tout à l'heure. Parce que ça avait été ça, une explosion. Elle avait posé ses lèvres sur les siennes et même si ça n'avait été que de l'amitié dans un sens, lui avait ressenti quelque chose qui n'en était pas. Son coeur s'était comme arrêté sous le choc. Il n'avait pas été blessé comme il l'aurait cru de retrouver un contact non innocent avec une femme. Mais il y avait quelque chose, dans ce léger effleurement de plus fort que tout ce qu'il avait jamais ressenti. Son coeur battait fort alors qu'il approchait son visage du sien. Juste quelques centimètres... Il pouvait répondre à son geste d'amitié. Il serra les dents et redressa le visage. Non il n'en avait pas le droit... parce que lui ne le ferait pas simplement par amitié. Il posa ses lèvres sur son front et malgré tout, ce contact lui fit du bien et apaisa totalement la tension dans sa mâchoire et celle dans ses muscles. Ce n'était presque rien, mais c'était déjà beaucoup.Il lui releva doucement le menton pour qu'elle le regarde et appuya son front contre le sien, toujours sans lâcher son visage.

- Chut... ne dis rien... Tout va bien, ne t'en fais pas...


Son coeur rata un nouveau battement au souvenir de ses paroles. Elle s'était senti bien en l'embrassant ? Pour lui ce qui s'était passé... allait au-delà de ce mot.

- Je suis heureux que ça t'ait calmé...


Pourquoi avait-il envie... tout d'un coup de dire... oh et puis zut !!!
Un sourire un peu... brigand vint éclairer son visage.

- Hum... si ça permet de calmer des peurs, ou d'empêcher des bêtises d'être dites... tu peux bien recommencer.

AAAAHHHH !!! Là il rouvrit les yeux et recula le visage en rougissant. Ca c'était nul. Embarrassé il se frotta nerveusement la nuque.

- Euh... désolé... C'était déplacé.

Il lui fit un sourire timide, la gorge noué. Ronan avait rabaissé les yeux. Elle était si petite comparée à lui. Il en profitait... il plia à nouveau les genoux, se rapprochant d'elle et remit son visage proche du sien. Son coeur s'emballa. Qu'est ce qu'il avait ressenti ? Quelque chose d'étrange, de magique... Etait-ce vraiment ce baiser ? Ou autre chose ? Peut-être qu'il était malade. Est-ce que ça ne valait pas le coup de vérifier ???...
Le jeune homme se rapprocha un peu plus, déglutissant difficilement, les yeux ancrés dans les siens, encore un peu plus et...

- ROOOOOONNNNNNNNAAAAAAAAANNNNN A TABBBBLLLLLLEEEEEEEE !!!!!!!

Le jeune homme se redressa d'un bond. Tellement vite qu'il se cassa littéralement la figure, trébuchant sur une racine et tombant en arrière. En fait il n'essaya même pas de se rattraper et grimaça suite à sa chute. Aie les fesses quoi !!!!
Il rougit tant et si bien qu'on aurait pu croire qu'il allait exploser.
Caroline avait une voix sacrément puissante et venait de le ramener à la réalité. Quel idiot !!! Hypnotisé par son regard, par ce qu'il avait ressenti, par ses lèvres, il avait bien failli...
Le jeune homme se redressa sans cesser de rougir, l'air honteux, respira à plusieurs reprises pour se calmer et se composa un visage joyeux, embêté alors même qu'une profonde honte et déception lui bouffaient le coeur. Timidement, cessant de ressembler à une tomate, il prit la main de la jeune femme devant lui.

- Viens... si on la fait attendre, je préfère ne pas savoir ce qu'elle nous fera.


"Pitié... oublie ce que j'ai voulu faire"... Là c'était tout ce qu'il voulait lui dire. Ah et... "ne m'en veux pas"...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 8 Avr - 15:31



J'avais fait.. une grosse connerie, je le savais mais d'un autre coté, la tentation avait été bien trop forte pour moi. Je ne faisais pas ca par amitié, si j'avais su ce qu'avait pensé Ronan, j'aurais hurlé la verité pour qu'il comprenne.. Mais j'étais incapable de l'exprimer pour le moment avec la parole vraiment incapable. J'avais espéré que par les images que je lui avais montré sans le vouloir il avait compris.. Oui ,j'avais esperé, mais si l'espoir fait vivre, il blesse aussi car je fus bien.. déçue de sa réaction, étant donné que je m'étais imaginé bien autre chose.

Le garçon m'avait déjà rattrapé, chose pour laquelle je l'avais remercier discrètement. Puis il m'avait adossé contre un arbre, comme s'il voulait parler.. Au final, il ne disait rien, alors je m'étais mise à regarder le sol, rouge de honte.. Comment être autrement après ce que j'avais fait alors que je connaissais maintenant sa deception amoureuse. Et moi je venais de faire ca en tout impunité.. Ah, je m'énervais ! tellement ! Ronan leva mon visage vers lui, et je pus admirer avec bonheur ses yeux, sa bouche, son nez, ses cheveux.. Tout était d'une magnificence incomparable.. Qui donc pouvait se vanter d'avoir un corps, et un esprit aussi beau et sain ? Personne, non personne il fallait le dire. Oui, j'étais tout à fait prêt à affirmer que ce garçon était la perle rare de ce continent nommé Isisnahl.

Et plus le garçon approchait son visage du mien, plus j'avais le coeur qui battait d'une force que je pensais encore jusqu'à aujourd'hui impossible.. Et pourtant ! je sentis mes mains devenir moites, ma tête tournait sous les émotions, mes inquietudes disparaitrent. Je voyais ce qu'il avait l'intention de faire, du moins je le pensais. Oui, je pensais le savoir.. Car lorsqu'il était prêt de ma bouche, j'avais légèrement entrouvert mes lèvres, mais aussi fermer les yeux.. Et pourtant rien. Si, un baiser sur le front. Sur le moment je sentis une boule au ventre apparaitre mais aussi à la gorge, j'avais réouvert les yeux.. Si ce contact m'avait plus, il n'était visiblement plus suffisant de mon coté. J'avais une envie incroyable de pleurer.. Mais je n'allais pas le faire comme ca devant lui, il ne comprendrais pas sans doute. Et pourtant j'avais envie de lui sauter dessus, de le frapper et de lui dire : mais pourquoi ? Qu'est ce que j'ai fais pour que.. Oui, j'avais envie juste d'un nouveau baiser venant de sa part.. Mais cela ne se fit pas. Au lieu de sa, le garçon me parla. Je ne savais pas s'il pouvait voir à quel point j'étais déçue. Alors qu'il me regardait, j'essayais de mon coté de détourner le regard, sans pouvoir le faire tellement ses yeux m'hypnotisaient. Puis une phrase de sa part me plut. Ce qui me fit pétillait les yeux.. d'envie.. voir d'amour.

<<- Non sérieusement ?! EUhhh! enfin.. hum.. C'est tentant hein..>>


Je me mis à rire.. comme si je rigolais, comme si je n'en n'avais pas envie.. Mais de l'autre coté, j'esperais que dans mon regard, il pouvait voir à quel point il m'avait attendri. A quel point il m'attirait d'une force que je n'avais jamais pu voir jusqu'à aujourd'hui. Oui, j'avais fait passé sa sous la rigolade, alors que c'était réellement tentant et pas pour me consoler, juste par... par.. amour.. Hum ?! soucis là non ?! Cependant, une nouvelle fois, je ne pus pas réfléchir plus et c'était tant mieux d'un coté.
En effet, Ronan recommença.. son petit jeu ou je ne savais trop quoi, il rapprocha de nouveau son visage de moi les yeux bel et biens ouvert, et je décidais d'en faire autant.. Allait il le faire ?! J'avais envie de me jeter.. sur ses lèvres mais je ne le faisais pas, je savourais ce moment qui allait être magique.. Enfin qui aurait du. Un cri retentissa appellant Ronan. Sursautant, je me cognais moi même la tête contre le tronc d'arbre alors que Ronan lui trébucha en arrière. Je sentis de mon coté la frustration montait en moi. Ahhhh je le savais, j'aurais du sauter sur lui quelques secondes plus tôt !

Ronan me reprit la main m'indiquant qu'il fallait y aller, mais je le stoppais net d'un seul coup. Au début, on aurait pu croire que c'était pour l'embrasser, du moins, tenter de le faire, j'avais mis ma main sur sa poitrine le visage regardant vers le haut ( et oui, il était bien grand ) et si au début, on aurait p ucroire que j'allais me mettre sur la pointe des pieds pour faire le geste qu'il n'avait pas réussi à faire.. Et bien non, je lui dis juste stupidement.

<<- Elle a dit qu'il fallait des fruits.. >>

Ah ben j'esperais que d'un coté lui aussi était frustré parce moi.. moi c'était inimaginable tellement j'étais.. Dégoutée ! j'y avais tant cru, je me mis donc à courir doucement, attrapant plusieurs fruits dans les mains, les mettant entre mes bras que je croisais. Il y avait de tout, des poires, des pommes, des bannanes, et même des mangues ! enfin, je revenais rapidement vers Ronan, lui faisant un grand sourire rempli de joie.. Essayant de cacher au mieux les émotions que j'avais pu ressentir auparavant. Oui, il n'y avait pas à dire, j'était sacrément instable. Passer de la honte, à la peur, au rire.. A la joie. Il y avait de quoi se taper sur la tête.. Enfin derrière ce sourire, j'étais tout de même encore frustrée ! Lorsque je ne regardais pas Ronan, je fronçais les sourcils, boudant presque comme une petite enfant.

Arrivée devant la maison, je regardais celle ci, toute mignone mais assez simple, je n'avais pas grand chose à dire. Et à peine nous étions arrivés que la porte s'ouvrit dans un élan incroyable. Le reflexe fut de mon coté de me réfugier derrière Ronan, regardant discrètement le monde qu'il pouvait y avoir.. Il y avait Caroline a qui je fis un minuscule sourire très gênée de me dire que je devrais entrer ici.. Il y avait eu.. comment il s'appellait le garçon ? Je ne savais plus et ce que j'avais déjà su au fait ?! Celui ci me regardait alors que moi, je restais toujours derrière Ronan. Il y avait une fille aussi que j'osais à peine regarder, elle avait l'air plus jeune que moi, même largement mais moi par contre je devais faire son âge.. J'aurais adoré remettre la capuche à cet instant.. Parce qu'il y avait un vieil homme que je commençais à fixer. Ces yeux.. avaient l'air d'avoir tant de choses à raconter que j'étais déjà interessée à l'idée de.. manger avec eux. Puis, j'avais de nouveai baisser le regard. Si j'avais pu donner la main à Ronan, je l'aurais fait, mais eu.. Avec des fruits pleins les mains et derrière, ce n'étais pas très très simple.

Comme je ne regardais pas devant moi, je sentis juste mon bras tiré par Caroline, un peu brusquement d'ailleurs.. J'étais devenue écarlate parce qu'elle venait de me faire entrer dans la maison parlant par la même occasion alors que je n'écoutais pas vraiment. Ah ! j'avais envie de me raccrocher à Ronan pour qu'on ne m'éloigne pas de lui. D'ailleurs, je lui lancais un regard du genre : Tu vas me manquer alors que c'était stupide pourquoi il me manquerait. Alors que Caroline me parlait, ou parlait à Ronan, je ne l'écoutais pas, je pensais à Ronan, le regard vers le sol. .Comment se faisait il que dès que j'étais éloignée de lui, je ressentais une profonde solitude.. Comment se faisait il que tout à l'heure j'avais tant espéré un baiser de sa part. Etait ce cela l'amour ?! Franchement.. Est ce que moi la petite rouquine, j'étais capable de ressentir l'amour.. Soudainement, la réponse me parut évident. Oui, j'en étais capable.. avec Ronan.. J'étais donc amoureuse.. moi.. amoureuse.. Bizarrement cette idée me plut, mais je sentis rapidement qu'il ne fallait pas que je ressente ca.. après tout, Ronan m'avait embrassé sur le front, pas sur la bouche, comme si j'étais une petite soeur. Et si c'était ca qu'il ressentait pour moi, juste l'affection envers une soeur. A cette pensée, je me remis à bouder la tête baissée. Oh la honte que j'avais du me taper en l'embrassant ! Je secouais alors légèrement la tête, observant Ronan.. Il n'y avait que lui qui attirait mon intention. Ce fus à ce moment là que je regardais mes mains vides.. Ah ben d'accord la fille, la plus jeune venait de me prendre les fruits.. Balbutiant et rouge de gêne, je lancais quelques mots à son égard.

<<- Mer..merci.. >>

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 8 Avr - 16:54

Frustrée ?
Si seulement il avait été capable de lire ses pensées. Enfin non, ce n'était pas une bonne idée de prétendre ça. Parce qu'il aurait été incapable de forcer qui que ce soit à faire quoi que ce soit... enfin pas une femme en tous les cas. Déjà qu'il avait du mal à leur parler alors espionner leurs pensées, très peu pour lui. En fait Ronan ignorait qu'un tel pouvoir existait. Mais à défaut de pouvoir être télépathe, qu'on lui donne un petit coup de pouce n'aurait pas été de trop.
Il était un parfait ignare en fait pour le coup. Il ne voyait rien, il était sourd, aveugle et infirme. Parce qu'il ne comprenait pas du tout.
Lui, il se sentait tellement mal et tellement bien en même temps. Ce baiser... avait été horrible. Parce qu'il avait été merveilleux et bien trop tôt, tellement trop tôt interrompu. Si elle était restée un peu plus longtemps contre lui, peut-être lui aurait-il rendu son baiser. Enfin après le temps nécessaire pour qu'il se remette, oui, sans doute le lui aurait-il rendu... avec les intérêts. Très timidement au début, ou alors pas du tout. Bref... il avait senti tellement de choses si brusquement. Ses sens se réveiller d'un coup. Et il n'en avait pas tellement honte. Louka était une belle jeune femme, mais ce n'était pas que son corps qui lui plaisait à cet instant. Il avait juste envie de l'embrasser, simplement l'embrasser et la tenir contre lui. Et c'était pour ça qu'il se sentait aussi si mal. Il avait aimé... oh oui... Mais il se détestait de penser autrement, de la voir à cet instant autrement que comme une amie. Il ne voyait plus du tout la jeune fille prisonnière qu'il avait secouru, ni la personne traumatisée qu'il avait bercé... Il ne voyait que la jeune femme, belle, intelligente, souriante, vive et rieuse qui l'attirait, qui lui emplissait la tête de confiance et le ventre de papillons avec tous ses sourires.

Il ne pensait plus à elle comme une amie. Et c'était horrible.
Parce que pour lui elle était inaccessible.
Son ex lui avait fait énormément de mal. Elle l'avait blessé physiquement mais surtout sentimentalement, brisant sa confiance en lui, le faisant craindre les femmes comme la peste et les sentiments qu'on pouvait avoir pour elles. Il imaginait qu'elles pouvaient toutes le briser de la même façon. Il s'était persuadé qu'il n'était qu'un piètre pion qu'on utilise et qu'on jette, certainement pas un garçon digne d'attention. Idiot ? Un peu oui, même beaucoup. Aveugle c'est certain.
Elle était belle... Alors pourquoi se serait-elle intéressée à lui ? Parce qu'il l'avait sauvé ? Il n'attendait aucun geste de gratitude, il avait agi comme n'importe qui l'aurait dû, même si peu le faisaient.
Oui il était un peu bête, mais très très bête pour ça. Mais il ne se voyait pas comme un garçon pouvant simplement prétendre courtiser la demoiselle.
Parce que dans sa tête c'était ainsi que cela devait se passer. Un homme ne devait pas se servir d'une femme, jamais, elle n'appartenait qu'à elle-même. A personne d'autre. Il ne devait jamais prendre de force ce qu'il convoitait. Il devait se montrer gentil, courtois, aimable, charmeur. Il devait la mériter... et après seulement, elle choisissait. C'était ainsi.
Il ne pouvait pas croire qu'inconsciemment il avait en quelque sorte agi ainsi déjà avec elle.

Alors Ronan aurait été très surpris s'il avait su qu'elle était frustrée de ses gestes. Lui qui se faisait violence pour se retenir et ne pas l'embrasser. Oh ça oui, il aurait été sacrément surpris c'était certain. Parce que lui l'était... énormément. Il avait tellement envie de répondre à son baiser, en mieux, tellement envie de l'embrasser et que cette fois-ci ça dure. Il en avait la certitude alors que cette fois-ci il rapprochait son visage dans le but véritable de lui rendre ce qu'elle lui avait donné. Cette fois ce n'était pas simplement par amitié... et cette fois il allait vraiment essayer... lui faire comprendre ce qu'il ressentait. Oui peut-être que s'il l'embrassait, sincèrement, montrant les sentiments montants qui prenaient le pas sur son coeur, elle comprendrait. Peut-être aurait-elle peur et lui en voudrait-elle un peu mais elle était tellement différente, tellement incroyable, peut-être aussi qu'elle lui pardonnerait. Il n'aurait que ce baiser... le dernier sans doute, mais il le ferait durer.
Mais non, rien du tout parce que la voix tonitruante de Caroline le figea dans son élan et les sortit totalement de leur petit monde. Elle se cogna la tête et lui dégringola par terre.
La honte lui nouait la gorge. Qu'allait-il faire ?! Il avait failli...abuser de sa gentillesse, de sa confiance... Il méritait mille tortures pour cela.
Honteux et surtout malheureux il se redressa et prit sa main pour qu'elle le suive. Mais elle l'arrêta. La frustration qu'il ressentait en plus de la déception profonde qui le rendait dingue s'accrut alors que son coeur se mettait à tambouriner. Elle devait bien le sentir d'ailleurs en ayant placé ainsi la main sur son torse. Là... oui il devait passer ses bras autour d'elle, plier les genoux et pourtant il ne faisait rien. Pourquoi espérait-il temps qu'elle se percherait à son cou pour l'embrasser encore ? Pourquoi avait-il seulement envie d'espérer ?

Mais elle le coupa totalement... en allant cueillir les fruits. Immobile il la regardait faire ne disant rien, incapable de regarder autre chose qu'elle à cet instant.
Il avait envie d'aller vers elle, de balancer les fruits par terre, de la plaquer contre le tronc de cet arbre près duquel elle était et de l'embrasser jusqu'à ce que l'espèce de soif qui lui brûlait la gorge se tarisse. Mais non, il restait planté là, stupidement, à la regarder. Sa phrase lui revenait en mémoire, lui nouant le ventre. Quand il avait proposé qu'elle recommence à l'embrasser, qu'elle avait semblé sincèrement intéressée avant de rire. Ca lui avait fait mal... Il aurait voulu que ce soit sincère, tellement voulu...
Elle finit vite et Ronan perdu, se contenta de marcher en silence à ses côtés, la tête baissée. Elle était frustrée ? Qu'elle soit tranquille, il l'était tout autant.

Finalement, ils arrivèrent à la petite maison effectivement simple mais rudement bien aménagée de Caroline. Celle-ci les attendait et les accueillit avec un grand sourire en ouvrant la porte. Louka alla se cacher derrière Ronan et celui lui redonna un peu de fierté et de courage alors qu'il se redressait. Caro le taquina d'ailleurs en lui disant qu'il n'avait pas besoin de jouer les gros bras avec eux pour impressionner sa copine et il rougit. Déjà d'autres personnages apparaissaient. Alfred qui jetait un regard brûlant sur la jeune femme, que Ronan remarqua immédiatement. D'ailleurs il serra les dents. Non, il devait mal interpréter... il se trompait voyons. Puis une jeune adolescente l'air guillerette et enfin un vieil homme au regard un peu vide.
Ils entrèrent alors que les conversations, commentaires fusaient de toutes parts. Ronan suivait Louka en silence et l'observait. Jeanne récupéra les fruits et sourit à Louka, apparemment décidée à être son amie.

-Salut ! Moi c'est Jeanne, je suis la fille de Caro ! Wah ! C'est vrai que tu as des cheveux magnifiques !!!
- Oui ils sont très beaux.

Ca c'était Alfred qui se rapprochait, essayant de rouler des muscles... euh... pas très présents et prenant une voix de tombeur, du moins selon lui. Ils étaient tous aussi bruns les uns que les autres et Jeanne regardait vraiment avec envie les cheveux de leur invitée.

-Olala... tu as vraiment de la chance, je ne savais même pas qu'une couleur pareille existait.
- C'est normal les belles femmes sont belles... hum... partout.
- Laissez la un peu tranquilles.

Ca c'était Ronan qui serrait les poings et se forçait à rester calme. Oh Jeanne ne l'énervait pas, mais il n'appréciait pas vraiment les regards et le ton qu'employait Alfred. Mais à quoi il jouait ce gosse !!! Enfin ils n'avaient qu'un an et des poussières d'écart mais quand même ! Il allait la gêner à force. Le jeune homme fut interrompu par le vieil homme.

-Ronan mon garçon viens par là...

Le jeune homme se radoucit aussitôt et se mit à genoux par terre. Le vieux s'était assis et ses yeux ne voyaient vraiment plus grand chose, aussi touchait-il le visage du garçon comme pour le reconnaître ainsi. C'était sa façon de reconnaître les gens. Il suivit la ligne solide sa mâchoire, les traits de son visage puis posa les mains sur ses épaules puissantes de guerriers.

- Ah... tu t'es encore consolidé mon garçon... présente moi ton amie veux-tu... Caroline m'en a parlé.

Ronan se releva rapidement, ravi. Parce qu'il avait détesté être séparé de Louka de cette façon, n'appréciant pas que d'autres la regardent et la touchent, accaparent son attention, il fut heureux de pouvoir aller vers elle, récupérant sa main avec un doux sourire et la menant devant le vieil homme, la faisant s'asseoir sur une chaise qu'il plaça.

- Louka... Je voudrais te présenter un ami... Giles est âgé et ne voit plus très bien...il ne te fera pas de mal, ne t'en fais pas.

En disant ça, il l'avait laissée face au vieil homme mais n'avait pas lâché sa main. Giles levant les siennes et toucha doucement de ses mains rugueuses le visage de la jeune fille, sentant les quelques blessures qui persistaient sur sa peau, sans faire de commentaires, s'attardant sur ses épaules puis alla chercher ses mains. La première, celle libre, lui fit comprendre bien des choses sur la jeune fille. La deuxième qu'il rencontra était toujours tenue par Ronan, qui ne la lâcha pas, ce qui tira un sourire au vieux sage.

- Bonjour Louka. Vous êtes assurément une belle jeune femme. Je suis heureux de vous rencontrer.

Caroline avait suivi l'échange sans broncher mais une fois celui-ci terminé se mit à sermonner tout le monde pour qu'ils passent à table. Ils s'assirent aussitôt pour ne pas l'énerver et elle les servit généreusement d'une espèce de ragoût dégageant une odeur alléchante. D'ailleurs elle harangua Louka, lui disant de manger, et qu'elle allait la remplumer c'tte petiote.
Ronan s'était assis près d'elle et avant de lâcher sa main, il frôla doucement son poignet, avec beaucoup de douceur et d'affection dans son geste, comme pour s'excuser. De ce qui s'était passé plus tôt et de ce qu'elle subissait à présent.

En tous les cas, il était vrai que Caroline semblait vouloir lui faire reprendre un peu de poids car elle la resservit à plusieurs reprises, d'ailleurs ce fut le jeune homme qui l'arrêta, voyant que sa compagne trop polie n'osait pas dire grand chose. Ils mangèrent dans une conversation animé. On demandait des nouvelles du village du jeune homme et celui-ci expliquait les différentes missions qui l'avaient poussé en dehors de celui-ci, mais qu'apparemment tout se passait bien pour l'heure. Aucune question ne fut posée à Louka pour d'où elle venait, ou pourquoi elle était dans cet état. Comme d'un commun accord, ils s'étaient tous décidés à ne pas lui poser de questions gênantes pouvant la déstabiliser.
Le repas avalé, ils débarrassèrent et lavèrent rapidement les affaires dans un petit ruisseau derrière la maison puis rentrèrent.Caroline les arrêta.

- Bon...il est temps de s'occuper un peu de votre état à vous deux. On va aller aux sources Ronan... Ton amie doit faire la même taille que Jeanne, il faut vraiment qu'elle porte des vêtements plus convenables et se détendre là-bas lui fera le plus grand bien.

-Oui... c'est une bonne idée.

Il avait souri en disant ça alors que Caroline appelait sa fille. Ils se mirent tous immédiatement en route... même si Ronan n'osait plus trop lui tenir la main avec tout le monde qui les regardait mais bon. Une fois arrivé devant une espèce de grand bosquet, ils s'arrêtèrent et les garçons allèrent vers la droite, le jeune homme faisant un signe de main à son amie.
Caroline en profita pour récupérer un bras de la jeune femme.

- Viens donc ma petiote. T'inquiète donc pas, tu vas pas tarder à le retrouver le ptit corniaud mais pour l'heure, tu as besoin de te délasser un peu de ce long voyage.

Elle l'attira à sa suite et lui montra une espèce de bassin, pas très profond mais qui semblait... fumant, rempli d'eau.

-Ce sont des sources chaudes naturelles... Ne t'en fais pas, nous sommes entre filles, profites-en pour prendre un bon bain, ça n'a pas dû être trop possible avec Ronan à côté.

Jeanne pour sa part, apparemment aussi pudique qu'un alligator s'était déjà totalement déshabillée et sautait à l'eau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 8 Avr - 18:27


Jeanne, c'était magnifique comme prénom. Vraiment, j'étais fan. Je ne connaissais pas, en fait, chaque prènom que l'on me donnait me paraissaient souvent nouveaux.. Peut être parce que de nos jours, les prénoms avaient plus d'importance qu'avant. Ca devait être cela. Ce fut donc Jeanne qui me débarassa des fruits alors que l'on venait légèrement de me retirer de.. de Ronan. Je me sentais un peu inutile, et surtout un peu encombrante. C'était la fille de Caro ? Surprise, je regardais successivement les deux femmes. La couleur des cheveux était la même mais pour la suite.. Il fallait avoir qu'il n'y avait pas de grande ressemblance. Je ne compris pas pourquoi elle me complimenta sur mes cheveux.. Je veux dire, moi j'avais déjà vu des personnes rousses, non, je ne me sentais pas personnellement unique de part ma couleur de cheveux.

Je ne savais pas trop quoi répondre, et il fallait l'avouer, si Jeanne me rendait confiante, ce n'était pas pareil pour Alfred. Le regard qu'il me lança me déprima un peu et me fit baisser la tête. Déjà, je n'aimais pas les compliments, encore moins quand ils ne venaient pas de Ronan. Ensuite, on aurait dit que ce garçon allait à la chasse quand il me parla, et cela me rendait vraiment muette. Je ne savais pas quoi lui répondre, ni comment réagir. Heureusement, Ronan arriva rapidement pour me sortir de l'impasse. Je fis un petit sourire à Jeanne, et pour na pas qu'elle croit que je me fichais de ce qu'elle disais je lui répondis rapidement.

<<- C'est gentil mais.. Tu es aussi très jolie Jeanne. >>

Cependant, je n'avais pas regardé Alfred.. Je ne voulais même pas lui répondre. Qu'il ne se fasse pas de faux espoirs, il n'avait aucune chance avec moi. C'était clair et certain, quelqu'un prenait assez de place comme ca dans mon coeur.. Et ce quelqu'un était déjà repartit m'abandonnant en plein milieu comme une vieille cruche.. Heureusement pour moi, et pour lui ( parce que sinon, je serais sans doute partie en courant avec quelques secondes de plus ici sans être à ses coté ) , il me reprit la main m'amenant vers le vieux monsieur qui m'avait tout de suite intrigué. Ronan me fit asseoir sur une chaise, face au vieil homme.. Comment ca il ne voyait pas très bien, je n'étais pas vraiment rassurée à l'idée que l'on me touche le visage.. Certes Ronan me tenait la main mais je sentais chaque muscles de mon corps se contractaient prêt à l'attaque.. Mais je n'allais pas réagir, je n'étais pas chez moi et l'on m'accueillait en tout gentillesse. Ainsi, l'homme était aveugle.. Il se mit à me toucher le visage, mais contrairement a ce que j'avais pu penser, il fut doux avec moi. Puis ses mains déscendirent sur mes épaules, j'essayais de me relaxer mais en vain. Un peu alarmée par les reactions de mon corps, j'avais jeté un regard à Ronan.. Puis, ces mains allèrent vers les miennes.. Je ne comprenais pas trop l'utilité d'aller vers les mains, je rougissais de timidité lorsque l'homme me parla enfin. Sa phrase, il l'avait dit avec tant de certitude que de mon coté, je n'étais pas persuadée de bien comprendre ce qui passait. Un peu bouche bée, je disais doucement comme réponse au vieil homme.

<<- C'est un honneur pour moi de faire votre connaissance. >>

Je me relevais à la demande de Caroline qui nous demandait à table. Tout cela n'était décidement pas facile. J'allais m'asseoir à coté de Ronan et je compris son geste, ce qui me toucha, je lui fis un beau sourire, lui montrant que j'étais heureuse d'être à coté de lui, de vivre ce moment si particulier à ses cotés, même si cela pouvait paraitre étrange.. Et après l'étape fut de plus en plus difficile. Caroline me servit une grosse assiette, que je mangeais vite, certes car j'avais faim. Puis elle m'en servit une seconde.. Que je mangeais déjà avec beaucoup plus de difficultés. Puis une troisième.. Mais à la fin, je n'avais vraiment plus faim, à tel point que je penchais la tête vers l'avant essayant de prendre mon courage à deux mains pour continuer.. Oui je me forcais mais pas parce que ce n'était pas bon, non parce que vraiment, je n'étais plus habituée à beaucoup manger. Heureusement, ce fut Ronan qui arrêta le festin de mon coté.. Parce que je n'en pouvais vraiment plus, mais je ne pouvais pas non plus me permettre de refuser tout cela.. Enfin, je n'avais pas parlé du repas, Ronan avait surtout fait la conversation, parlant de son village dont je ne connaissais pas grand chose si ce n'était ce qu'il m'avait dit. Tout se passait bien dans sa vie.. si on oubliait les dernièrs jours de galère que je lui avais fait subir.. Je fus étrangement surprise que l'on ne me parla pas, mais j'en fus heureuse.. Cependant, pendant tout le repas, j'avais pu percevoir le regard d'Alfred alors que j'avais tout fait pour paraitre inapercue, c'est à dire, ne regarder que mon assiette, ne pas trop bouger pour attirer l'attention.. Et ce garçon ne cessait de me regarder.. Je ne savais pas trop quoi faire, alors comme une fille stupide, lorsque l'on pu ( enfin ) se levait de table, j'avais fait un sourire à l'adolescent.. enfin avec une, peut être deux années de moins que moi.

J'aidais Ronan pour chaques tâches qu'ils faisaient après le repas, parce que je ne voulais pas non plus stagner et je rien faire. Je fus surprise lorsque Caroline.. proposa à ronan des affaires de Jeanne pour moi alors que j'étais juste à coté, comme si.. je n'avais pas mon mot à dire. J'allais rouspeter et dire que c'était bon, mais Ronan ne me laissa même pas ouvrir la bouche. Il répondit pour moi. J'avais froncer les sourcils, puis j'avais laissé passer.. pour cette fois, uniquement celle ci ! Par la suite, nous avions pris la route.. pour les sources, je ne savais pas encore ce que c'était.. Et j'avais une fois de plus marcher à coté de Ronan, comme si je ne pouvais pas faire autrement alors que j'avais toute ma liberté.. mais il semblait si.. necessaire d'être à coté de lui pour moi.. Comme si je me sentais perdue autement !

Arrivés là bas, Caroline m'expliqua les quelques choses à savoir. Ainsi, je pouvias plonger dedans. nue.. Mais je ne savais pas, j'étais gênée par cette notion, je ne voulais pas spécialement que l'on voit les blessures sur mon corps.. Prenant mon courage à de mains et sachant pertinement que de toute façon, que ce soit la fille ou la mère, aucune des deux ne me laisseraient sur le bord, j'enlevais tout d'abord la cape, puis le t-shirt rêvelant de grandes blessures dans le dos, et rapidement j'avais enlevé le reste avant de sauter dans l'eau sans me prévenir moi même. J'avais fait tout ca de manière rapide. Oui c'était chaud et vraiment agréable.. Je laissais mes cheveux tremper dans l'eau alors que je regardais moi même les blessures que j'avais.. Je ne les avais jamais vu en fait, même depuis que j'étais sortie de mon enfer.. J'avais des marques de fouets dans le dos, je le sentais en passant ma main dans celui ci autant que je pouvais.. J'avais quelque marques a uventre mais rien de grave.. Mes jambes avaient pas mal de bleus, et en gros, c'était tout.. Mais réellement, je sentais mon dos souffrir au contact de l'eau.. celle ci rentrant dans les plaies, ce n'était pas très agréable.. Je restais plutôt au bord de la sources, n'osant pas trop bouger dedans.. J'avais l'impression d'être en train de redécouvrir mon corps.. Que.. ce n'était pas vraiment le mien.. Je me mis à frotter mes jambes, mon ventre, ma poitrine comme pour nettoyer. Oui, j'enlevais la crasse, un peu partout, les quelques traces de sang qui restait.. Puis je plongeais la tête dans l'eau, remontant rapidement à la surface.. Non, en fait, je n'aimais pas mettre la tête comme ca.. cela me rappelait une des tortures que j'avais pu subir.. Bref, ce n'était pas le moment de penser à ca. Dans l'eau, je démélais doucement chaque mèches de mes cheveux.. Puis je décidais de faire un effort pour comment dire.. Montrer que j'éprouvais beaucoup de gratitude envers Caroline.

<<- Je vous remercie de m'avoir accuelli comme ca.. vous n'étiez pas obligés et je n'ai pas forcément été très avenante au départ. >>

Je lançais un regard vers la droite, pour voir si je voyais Ronan, mais me rendant compte que cela pouvait peut être être mal perçu ou que l'on pourait se moquer de moi, je fis semblant de secouer la tête pour me retourner de nouveau vers Caroline.. Ronan.. me manquait déjà.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 8 Avr - 20:27

Dès qu'elle l'avait vue, Jeanne s'était dit qu'elles pourraient devenir amie. Après tout, physiquement elles semblaient avoir le même âge, enfin juste en taille... parce que la jeune fille qui accompagnait Ronan avait dépassé le seuil de l'adolescence, c'était certain. Surtout aux vues de la réaction d'Alfred. Lui l'avait très bien remarqué et cette petite rouquine lui avait tapé dans l'oeil.
Tout le monde avait accueilli la jeune femme comme s'ils la connaissaient depuis des années alors que ce n'était pas du tout le cas. Mais il fallait savoir que l'endroit qu'ils habitaient justement ne laissait pas passer les mauvaises personnes et plus encore, elle était accompagnée de Ronan.
Le pauvre d'ailleurs s'en voulait de ne pas pouvoir être près d'elle mais il était pris par les uns et les autres et puis... il n'osait pas trop faire preuve de gestes... affectifs vis-à-vis d'elle devant les autres, de peur que ça ne la gêne, qu'ils rient ou il ne savait trop quoi, ça le mettait mal à l'aise. Rien que de le penser.
Mais il ne put se retenir à cause des allusions d'Alfred. Décidément le garçon avait bien grandi, il avait tout de même une demi-tête de moins que lui. Mais c'était surtout en tant qu'homme qu'il avait grandi. Ronan l'avait bien senti. Louka l'intéressait. Oh il pouvait le comprendre, elle était belle. Mais ça ne lui plaisait pas. Pas du tout même !
Eyh !!! Si quelqu'un devait lui dire qu'elle était belle, le lui prouver d'une façon ou d'une autre c'était lui, seulement lui !!! La colère qu'il sentait monter, il l'interrompit en attrapant la main de la jeune femme. Il ne voulait pas la laisser avec lui, non il ne le voulait pas du tout.

Finalement elle avait la connaissance de toutes les personnes présentes et ils étaient passés à table. Le jeune homme préférait qu'elle soit près d'elle et le petit geste qu'il avait fait avant de la laisser manger fut bien perçu et il en fut heureux. Le sourire qu'elle lui renvoya lui noua le ventre et elle eut aussitôt droit à un de ses sourires d'ange en retour. Avec elle... c'était impossible de ne pas répondre ainsi. Il repensa à ce qui s'était passé et son ventre se noua à un peu plus. Quelques minutes plus tôt, elle l'avait embrassé et il avait pris conscience qu'il avait peut-être guéri. Parce que ce qu'il avait ressenti, qu'il avait encore envie de ressentir, n'était pas possible autrement. Alors qu'il mangeait, il l'observait de temps à autre lorsque les autres ne les regardaient pas trop, il ne voulait pas non plus les faire jaser. Par contre, en jeune homme très poli, il s'appliqua à répondre aux questions qu'on lui posait. Louka se trompait, sa vie n'était pas toujours rose. Il avait dû affronter bien des combats mais la chance était avec lui, il s'en était toujours sorti.
Par contre, il surprit à plusieurs reprises Alfred en train de regarder Louka trop fixement à son goût avec un étrange sourire qui lui donnait froid dans le dos. Qu'il arrête de la regarder ainsi. Il avait envie de lui mettre un coup de pied dans le tibia mais n'était pas sûr de l'atteindre. Et s'il frappait Caroline à la place, ça risquait de hurler sacrément fort !!!!

D'ailleurs celle-ci s'activait à remplir l'estomac de leur jeune invitée qui la pauvre, bien qu'affamée ne pouvait pas tout engloutir bien évidemment. Ronan fit cesser le "feu nourrissant" lorsqu'il jugea qu'elle n'était pas assez en forme pour en avaler davantage, réprimandant gentiment Caroline qui arrêta un peu... en grommelant tout bas qu'il fallait bien la remplumer cette petiote s'il ne voulait pas qu'un coup de vent la lui arrache. C'est vrai qu'elle n'était pas bien épaisse.
Par la suite, ils s'occupèrent de quelques tâches et Louka le suivait, à sa grande joie. Oui, il en était heureux. Heureux de se retrouver seul avec elle à faire la vaisselle derrière la maison, alors que les autres rangeaient tout à l'intérieur. Le seul souci ? Ca réveillait une envie. Alors qu'ils pouvaient être surpris à tout moment, il avait envie de lui faire lâcher ce qu'elle tenait et de réessayer, reprendre là où il s'était arrêté plus tôt. Il l'avait observé alors qu'ils mangeaient, sa jambe droite frôlant la jambe gauche de la jeune femme, il avait apprécié d'être près d'elle. Et là, il repensait à ce qui s'était passé avec la seule idée en tête de l'embrasser pour de bon cette fois !!!!
Mais il ne fit rien, prisonnier dans ses idées et encore honteux de ses gestes.

Malheureusement, Louka, dans sa gentillesse avait fait un beau sourire à Alfred. Etait-ce pour ça qu'il avait envie de l'embrasser ? Etait-ce pour ça qu'il avait envie de cogner Alfred ? Parce qu'il ne voulait pas qu'elle sourie ainsi à un autre homme ? Parce qu'il n'avait pas aimé le sourire que lui avait rendu l'autre gamin après un temps d'arrêt ?!!!
Il soupira et tout se précipita. Ils rentraient à peine que Caroline ayant déjà tout prévu les entraînaient à sa suite. Elle avait un baluchon apparemment assez rempli avec elle et Alfred un beaucoup moins.
Eh bien voilà, il n'avait même pas le temps de réfléchir et de lui dire qu'ils devraient peut-être s'éloigner un peu tous les deux, ah ça il en avait envie, qu'ils étaient embarqués ailleurs. Bon il fallait dire que c'était une très bonne idée. C'était aussi un peu pour ça qu'il avait voulu l'emmener ici. Les sources d'eaux chaudes naturelles n'étaient pas très courantes mais extrêmement apaisantes et avaient de grandes vertus pour le corps et l'esprit.
Pourtant il était un peu triste. Il allait encore être séparé d'elle et cette fois ce serait long.
Ils arrivèrent et se séparèrent.
Effectivement Jeanne n'était guère pudique. Elle ne ressemblait que peu à sa mère, mince comparée aux courbes euh... pleine de la matriarche.

Celle-ci se déshabilla également sans gêne et entra dans l'eau avec un soupir d'aise. Par contre elle observait Louka. Elle avait bien vu que la jeune femme était gênée et elle se sentit prise d'une grande colère en voyant les marques de coups sur le corps de cette petiote, même si celle-ci s'empressait de les cacher. Elle ne dit rien tout de suite, la laissant profiter un peu et ne lui parla que lorsque celle-ci la remercia. Elle partit d'un grand rire d'ailleurs.

- Ne t'en fais donc pas petiote. C'est normal de se méfier des gens et je pense qu'après ce que tu as subi tu en as bien le droit. Ne t'en fais pas, je ne te poserai pas de question et personne ne t'en posera. Les amis de Ronan sont nos amis... Même s'il n'était encore jamais venu seul ici avec une jeune femme. Je suis plutôt surprise qu'il arrive à te parler et à parler tout simplement devant toi. Je ne sais pas ce que tu lui as fait mais ça marche bien.

Elle soupira à nouveau et attrapa une demie calebasse qu'elle avait pris dans son baluchon, prenant les fleurs que lui avaient posé à côté sa fille elle se mit à les broyer avec une espèce de pilon après y avoir ajouté un peu d'eau, pensivement.

- C'est grâce à lui et son peuple si nous sommes ici et vivons en paix. Nous accueillons tous les gens de voyage qui en ont besoin et pour qui cet endroit apparaît, c'est la compensation que nous payons pour ce cadeau.

Elle continua de broyer ses fleurs ainsi que quelques fruits en silence puis s'approcha de la jeune femme. Elle touchait par terre sans problème sur le bord du bassin naturelle.

-Allez sors un peu la tête de l'eau, il est temps de s'occuper de ces beaux cheveux. Mh... si tu veux je pourrais te les couper un peu, ils en auraient bien besoin...

Elle sourit à nouveau, profitant que la jeune femme lui tourne le dos pour la shampouiner tranquillement.

- Vous êtes bien assortis tous les deux... de très beaux cheveux... Tiens Jeanne, apporte l'autre calebasse à Ronan qu'il puisse faire de même s'il te plait.

La jeune fille sortit rapidement de l'eau, s'enveloppant dans une espèce de serviette fine et attrapa la calebasse, marchant pieds nus, tranquillement jusqu'aux garçons.
Caroline demeura silencieuse quelques instants, attentive et explosa de rire quand elle entendit le hurlement de Ronan. Aha... le pauvre, même avec Jeanne il avait du mal. La jeune fille d'ailleurs revint très vite, rouge comme une pivoine, l'air d'avoir un sacré coup de chaud.

- Olala...
- On dirait qu'une demoiselle a vu le ptit corniaud à poil !
- Qu'est ce qu'il est beau !

Elle avait un grand sourire et les joues encore très roses. Caroline continua de rire. Après tout, Jeanne n'était encore qu'une enfant. Pauvre Ronan, il n'oserait certainement plus sortir de l'eau sans regarder mille et une fois à gauche et à droite.
Néanmoins la femme mûre soupira et baissa les yeux sur Louka ayant l'impression de ressentir ses émotions à cet instant.

- On dirait que le ptit corniaud va encore faire une demoiselle émerveillée.

C'est ce qu'elle avait dit en arrêtant son shampoing.
Elle dit à Louka de se rincer la tête et attendit qu'elle ait fini pour l'observer avec un sourire. L'avantage de l'eau troublée et du savon à cet instant, c'est que cela ne permettait que de distinguer légèrement un corps ou l'autre.Elle attendit qu'elle se tourne vers elle et sourit.

- Tu n'es pas la première fille qu'il sauve d'un danger ou un autre même si je me doute que le tien était grand, très grand même... et donc certainement pas la première à voir en lui une espèce de héros... mais tu es la première à avoir peur de lui faire du mal, donc cela signifie que tu sais pour... l'autre et comme il n'en parle jamais, c'est un point en plus... Mais surtout Louka, permets moi de te dire une chose. Ronan est un garçon très timide, complexé et un brin stupide et introverti... mais c'est quelqu'un de très bien et tu le sais... Et surtout, tu es la première fille qu'il regarde de cette manière.

Elle lui fit un sourire tendre, un peu comme une maman à sa fille, qui lui expliquerait que tous les garçons ne sont pas gentils mais que celui-ci... oh elle pouvait être sûre que oui. La jeune femme comprenait-elle où elle voulait en venir ou était-elle aussi aveugle que son comparse ?

Ronan de son côté s'était délesté de ses vêtements sans avoir réellement de gêne. D'ailleurs un coup d'oeil vers Alfred lui avait fait gonfler fièrement le torse. Eh ben, en fait il pouvait être vachement fier. Ce gars était un gringalet... de partout ! Finalement il n'était peut-être pas trop mal comme mec. Il s'était rapidement glissé dans l'eau et comme il n'avait pas l'intention de converser, il s'était assis sur un rocher et avait basculé la tête en arrière, somnolant, les yeux clos en repensant à ce qui s'était passé. En se remémorant le baiser de Louka, bien trop bref, un frisson lui parcourut l'échine, lui donnant la chair de poule alors qu'un sourire un peu niais apparaissait sur ses lèvres... Ah il aurait bien recommencé. Se le remémorer c'était déjà beaucoup.
Après quoi Jeanne était apparue et comme il avait entendu du bruit, il s'était redressé, seul son torse émergeant de l'eau. C'était déjà beaucoup pour l'adolescente, et beaucoup pour lui intimidé, de peur qu'on voit le reste. Eyh ! Il était quand même pudique ! Il n'avait pas honte de son corps mais quand même !!! Puis elle était reparti sous l'oeil goguenard d'Alfred. D'ailleurs celui-ci était sorti de l'eau peu après alors que Ronan s'occupait de passer ses mains dans ses cheveux avec la mixture de Caroline. Ca sentait bon en tous les cas... Il se dit qu'elle devait faire la même chose à Louka et l'idée que la jeune femme s'était également déshabillée lui échauffa sacrément les joues et les sens et il déglutit, secouant la tête pour se remettre les idées en place.

Après s'être rincé les cheveux, il barbotait tranquillement dans l'eau chaude, s'étonnant qu'Alfred ne soit pas encore revenu, peut-être une envie pressante, et sortit, nouant une serviette... euh... quand même pas bien longue autour de sa taille. Marchant tranquillement dans l'herbe à sa recherche il l'aperçut de dos, la tête dans une espèce de buisson, enfin entre deux buissons, un passage relativement étroits. Curieux, Ronan s'approcha de lui en silence et regarda dans la même direction et... se figea totalement. C'était le bassin des filles !!!!! Et ce... ce sale gosse était en train de reluquer Louka ! Ses dents s'entrechoquèrent alors qu'il claquait vivement ses mâchoires et il baissa les yeux. Nom de... et en plus ça lui plaisait et pas qu'un peu ce qu'il voyait !!!! Ce sale... ! Le sang du grand blond ne fit qu'un tour et il attrapa Alfred par la nuque le tirant vivement en arrière avant de se placer devant l'ouverture, dos à celle-ci.

- Espèce de petite ordure !!!!
- Dégage de là Ronan !

Il avait le souffle court... oui apparemment ce qu'il voyait lui plaisait beaucoup et il n'avait pas envie d'être interrompu. Ronan croisa ses bras sur son torse musclé, décidé à ne pas bouger d'un pouce.

- Je déteste les voyeurs. Tu iras t'excuser une fois qu'elles auront fini.
- Dans tes rêves. Dégage !
- Certainement pas...

Alfred donna l'air d'abandonner, puis se retourna vivement, donnant une droite au jeune homme qui l'évita sans mal... mais du coup déséquilibré buta contre une racine et dégringola en arrière. Il parvint à se rétablir faisant un magnifique salto arrière mais entendit un cri derrière lui et... se retourna. En voyant que non seulement il était du côté du bassin des filles, mais qu'en plus Louka n'était pas bien loin et... par tous les dieux, la peau humides accrochant quelques rayons du soleil elle était très attirante il devint cramoisi, essaya d'articuler quelque chose, se plaqua la main sur les yeux en bafouillant.

- Non ! C'est pas du tout ce que... que... que vous croyez ! Je...je ne...

Sauf que le terrain était humide, qu'il avait glissé et s'était rétabli de justesse peu avant et que se cacher les yeux n'était donc pas la meilleure des idées pour rester debout. Il glissa, et une branche basse d'un arbre couché lui rappela très durement qu'il était un homme plutôt bien... très bien formé et qu'une serviette ne protégeait pas vraiment ses parties. Le coup dut être rude. Le jeune homme hurla et s'écroula au sol en gémissant. Même Alfred qui pour le coup s'en voulait un peu de l'avoir fait tomber écarquilla les yeux et porta ses mains à sa propre serviette avec un grognement compréhensif.

- Ca doit faire mal.
- Aaaah....
- Oh ptit corniaud !!! Alfred !!! Qu'est ce que tu fichais encore ?!!!!
- Ben euh...
- Tu lorgnais la petiote !!!!
- Ben euuuhhh...
- Tu as de la chance que le corniaud t'ait pas éclaté quelques dents !!!!
- ... je... oui... enfin je...
- On règlera ça plus tard, viens le chercher ! Ronan mon ptit corniaud, ça va.
- J'ai connu mieux T_T...

Le jeune homme serrait moins les dents mais n'avait pas vraiment envie de se relever... c'était vraiment la honte là ! Qu'est ce qu'allait penser Louka ?!!! Elle devait croire qu'il était en train de se rincer l'oeil avec Alfred !!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 9 Avr - 12:08


Il me semblait tout à fait normal de remercier, de m'excuser de mes réactions. Avant je n'aurais jamaisfait ca.. avant j'étais une vraie teigne, et d'ailleurs, c'était à peine si j'avais su me supporter pendant les deux ans qui suivaient mon départ de mon peuple.. Oui, j'avais détesté ma façon d'être bien que d'un coté, je l'avais apprécié parce que cela m'avait évité bien des attaches et des blessuresprofondes.. Cependant, les conséquences tombaient maintenant. Je ne connaissais rien de l'amitié, de l'amour.. Je ne savais que haïr, oh oui ! ca je savais faire comme personne, on pouvait même dire que j'excellais dans la matière. Et du coup.. après le repas que m'avait offert Caroline, plus son intention de me vétir, et enfin de prendre soin de moi comme ca, sans rien demander en retour.. Oui, j'en étais perturbée, gênée mais aussi heureuse.. Alors voilà, il me fallait lui montrer ma gratitute même si ce n'était pas chose facile me concernant.. Car ce n'était pas du tout moi à la base. Cependant, j'appréciais montrer le respect que j'avais pour les gens.. Je me trouvais plus mature.. oui, je me trouvais presque respectable.. Je prenais un petit peu pour modèle Ronan.. Je me questionnais en me disant comment lui aurait fait à ma place, vu qu'il était ma seule référence aujourd'hui.. Et les réponses venaient rapidement.. En quelque sorte, je voudrais être aussi parfaite que lui.. Oui moi petite Louka, je voulais ressembler à quelqu'un qui prenait déjà une place phénoménale dans ma vie. Enfin, j'étais surprise par la réponse de Caroline.. Ainsi elle avait l'air plus tendre que avant qu'on mange. Ces paroles me touchèrent, même si je ne comprenais pas trop ce qu'elle voulait dire. Je n'avais rien fait envers Ronan.. Enfin.. Je veux dire, c'était lui qui avait beaucoup fait.

<<- Je.. enfin.. Moi, j'ai rien fait.. >>

Je regardais la femme faire son mélange.. On aurait dit ma mère. Et oui, si les ashtarus avaient une religion trop extremiste, ils étaient aussi très proche de la nature.. Je me souvenais que ma mère n'utilisait que des produits naturels.. Je fus intriguée par ce qu'elle faisait, mais j'écoutais aussi ses paroles.. Ainsi, Ronan avait un peuple qui ne vivait pas égoïstement, ils allaient aider les autres.. Etrange, très étrange. J'avais envie de lui poser une question.. Etaient ils humains.. Ou sins.. Non, ce n'était pas pour discriminer ou quoi que ce soit.. Mais il fallait l'avouer, je ne savais plus quoi penser, et ce que ces deux.. genres de personnes restaient la même race ou pas.. Est ce que la cruauté était la même.. VIsiblement, ici, il n'avait pas l'air d'être cruel et puis si Ronan les avait aider.. alors.. non, je ne devais pas m'en faire. J'avais écouté attentivement Caroline.. Puis j'avais rougis d'un seul coup.. Encore un compliment.. Mais bizarrement cela ne me faisait pas peur, je me sentais.. tellement en confiance avec cette femme.. L'idée de couper mes cheveux... Je ne savais pas, je n'étais pas trop du genre à m'occuper ainsi de moi.. Disons que du moment où j'étais vivante, la tête de mes cheveux.. mouais, je n'avais jamais penser à les couper.

<<- Ben.. je sais pas..enfin non, c'est bon.. je m'en fiche un peu.. >>

J'eus un petit sourire par la suite, oui, Ronan avait des cheveux magnifiques.. Tout comme son visage, son corps.. tout en lui était magnifique, même son caractère.. Il n'y avait rien à reprocher à cet homme.. Non, rien du tout ! Puis, d'un seul coup, alors que je ne m'y attendais pas, j'entendis aussi le cri de Ronan, sursautant. Ben qu'est ce qu'il lui prenait.. Je vis par la suite Jeanne arrivait très rapidement aussi rouge que.. le sang en fait, je n'avais pas vraiment d'autre comparaison.. . JE me sentis d'un coté encore plus frustrée que tout à l'heure avant d'aller manger.. Alors d'un, lui ne voulait pas.. m'embrasser, de deux.. il laissait les autres filles le regardait nu... Oh, c'était injuste.. Mais qu'est ce qui me prenait de penser ainsi de lui.. Je fronçais les sourcils, qui voulait bien me donner une baffe, qui ? Revient les pieds sur terre ma petite.. Tss.. Ce fut une fois de plus Caroline qui me sortit de mes pensées. Que voulait - elle dire ? Je lui répondis alors ne comprenant pas trop.

<<- Co.. Comment ?! >>

Mais à peine avais je posé la question que je dus me rincer les cheveux. Avec une grimace, je mis la tête sous l'eau réfléchissant à ce que venait de me dire Caroline.. Emerveiller, il allait m'émerveiller ? Moi ? pourquoi j'aurais cette chance ? Sans trouver de plus amples réponses, je resortis rapidement de l'eau supportant mal le fait de la mettre sous l'eau.. Je n'étais pas très à l'aise avec !Ne comprenant toujours pas la précédente réflexion de Caroline, je me tournais vers celle ci, l'interrogeant du regard.. Elle se remit à parler. J'écoutais avec intention ce qu'elle me disait. Je comprenais rapidement où elle voulait en venir, mais je ne savais pas quoi lui répondre.. Je.. je ne m'en rendais pas bien compte.. Regardant l'eau, je fronçais les sourcils réfléchissant.. Qui voudrait une fille comme moi, avec le corps souillé ? Qui voudrait d'une ancienne ashtarus, qui n'avais fait que hair le continent tout entier jusqu'à il y a quelques jours.. Qui voudrait tout simplement d'une fille qui avait un pouvoir manipulateur à ce point.. Je me sentis mal sur le coup, je sentis la boule au ventre venir et rebondir dans tout les sens.. J'avais presque envie de vomir.. Parce que je ne voyais pas en moi la fille convenant à un homme comme Ronan.. Je regardais Caroline avec un sourire gêné. Soudainement, ces premières paroles me revinrent en tête.. Comment savait elle que j'avais peur de le blesser.. Et puis d'ailleurs comment savait il y a quelque minutes plus tôt que j'avais subi quelque chose de dur.. Ce n'étais sans doute pas qu'à cause de mes blessures.. Le mystère était totale. Chuchotant presque, dans un reflexe inexpliqué, je lui répondais.

<<- Excusez moi mais comment savez vous.. qu'il me l'a dit.. pour.. cette femme.. Et.. Comment pouvez vous être pratiquement dans la certitude que.. il y a quelque chose entre lui et moi.. Moi, je n'ai pas l'impression de.. de l'atteindre.. Oh et puis au pire c'est tant mieux pour lui ! >>

Je me grattais les cheveux, vraiment gênée dans cette conversation alors que je voulais en savoir plus.. Je voulais comprendre si lui était attiré par moi, ou si c'était le contraire. Je voulais comprendre.. et d'un autre coté, je voulais tant ne pas l'interesser pour ne pas lui faire du mal ou le décevoir.. Oui.. Je voulais qu'il soit heureux, il avait déjà vécu pas mal d'horreur, de souffrance avant de me rencontrer.. Moi même j'avais l'impression déjà de lui pourir la vie.. Je soupirais, lassée de tout le temps penser, décidément ce besoin de tout remettre en question ne semblait pas vouloir partir, et ca m'énervait mais à un point ! Je m'étais acoudée contre le rebord, la tête sortant de l'eau, et je regardais la mère et sa fille.. Les deux étaient vraiment adorables.. J'entendis alors du bruit.. Un tout petit peu, mais cela m'intriguait.. Enfin, j'étais en sécurité ici non ? Ce n'était pas ce que m'avait fait comprendre Ronan ? Je finis donc par pas m'en inquieter plus. Enfin jusqu'à que..

Ronan atterisse sous mes yeux. Me faisant pousser un cri de surprise.. NOn vraiment, sur ses deux pieds, comme un fauve, il venait de retomber sur ses pieds ! ce n'était pas pour rire le moins du monde! Je virais au rouge d'un seul coup.. Mon dieu, là j'avais vraiment envie de me noyer mais d'une force. Je vis derrière lui Alfred, je ne comprenais pas du tout la situation qui se passait sous nos yeux.. En fait, j'avais envie de m'évanouir tellement... Tellement moi j'étais mal à l'aise.. Oh, les habitantes de cet oasis ne voyaient visiblement pas le soucis et n'étaient pas gênées ! Par contre de mon coté c'était différent. Le pire, c'était que j'étais restée acoudée sur le bord, les bras sortant de l'eau mais l'on ne voyait pas ma poitrine.. enfin, je ne savais pas vraiment, je ne faisais pas attention, disons que j'étais bouche bée et que je n'arrivais pas à déplacer mon regard fixé sur Ronan.. Le regardant de haut en bas.. Puis je le vit trébucher, hurler tomber.. enfin, je ne savais plus vraiment dans quel sens ca c'était passé. Je me précipitais vers le bord le plus proche de mon.. ami. Ecoutant la conversation en parallèle.. Alfred.. était là depuis combien de temps. Je sentis la colère monter doucement.. très doucement, mais arriver quand même. Il était comme les autres.. tout ce qui comptait pour lui aussi était ca.. Si je n'étais plus rouge de honte, je l'étais de colère. Mais pour le moment il y avait plus urgent que de penser à ca. Ronan ne semblait pas se lever et ca m'inquietait.. Non, je ne le pensais pas fautif parce que.. ce n'était pas lui après tout!

J'étais donc sortie rapidement du bassin, me mettant dos au garçon, et je mis rapidement la serviette autour de la poitrine, et celle ci descendait jusqu'au genou. J'allais rapidement m'agenouillait devant Ronan, manquant de glisser et de tomber sur lui. Ouf, je m'étais rattrapée, heureusement pour moi ! Parce que bonjour la honte.. Je me concentrais sur Ronan pour éviter.. de penser au reste, à Alfred.. Alfred.. Il était juste à coté.. Je secouais la tête, déglutissant difficilement. Ce qui m'empecha d'y penser sur le moment, ce fut la bosse qui était entrain de se former sur le front de Ronan. Je pris alors la main de celui ci pour le tirer afin qu'il s'asseoit.

<<- Ta superbe cascade t'a laissé une jolie bosse.. >>

Je lui fis un sourire gêné ne sachant quoi faire d'autre.. C'était compliqué ainsi, devant les autres, après ce qui s'était passé avant de manger.. Et puis avec la colère qui arrivait à grand pas.. Je me posait toute sorte de questions.. Depuis quand Alfred était là, avait il.. regarder quelque chose, avait il.. vu ? Que faisait il et que voulait il ? Je sentis chacun de mes muscles se contracter, je sentis que la fureur me donner envie de tuer Alfred, que ci celui ci ne ferait que donner un mot de plus ou qu'il faisait un geste.. je lui sautais dessus.. Justement les affaires de Jeanne que celle ci m'offrait et les poignards étaient juste à ma droite. Mon regard devint noir.. Je tremblais légèrement. D'un cette ordure ressemblait aux autres, avait les mêmes idées dans la tête.. n'était rien de plus qu'un animal en chaleur.. De deux à cause de lui Ronan s'était limite assomé et en plus il n'en n'avait rien à faire vu qu'il ne bougeait pas le petit orteil pour l'aider.

Mais qu'est ce qui m'empechait de sauter à la gorge du petit enfoiré ? Je ne savais pas.. Mais il était certain que le moindre déclencheur me ferait partir sur lui.. Je pris donc les affaires offertes par Jeanne, et le reste, les poignards entre autre, et indiquait aux autres que j'allais m'habillé. J'allais donc un peu plus loin, me cachant derriére un petit rocher pour me changer. Je me sentais perdre les boulons, j'avais envie de l'éclater. Alfred n'avait plutôt pas interêt à me parler.. Je m'étais habillée rapidement, et 'étais revenue vers les autres alors que Ronan s'était relevé. J'avais perçu son regard alors que moi, je n'osais même plus regarder qui que ce soit tellement j'avais la haine qui s'était installée contre.. tout ceux qui pouvaient avoir des idées malsaines sur les femmes comme si elles n'étaient que distraction

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Lun 9 Avr - 14:57

Caroline souriait, plutôt fière d'elle. Le petit oiseau se laissait apprivoisait. Quoi que Louka ne lui évoquait pas vraiment un oiseau, mais plutôt une tigresse. Elle avait un calme difficilement contenu qui faisait penser à ces grands félins. Ses yeux en étaient tout aussi expressifs et avec sa crinière rousse, pourquoi pas après tout. Cette fille avait une aura un peu sauvage qui montrait un caractère fort, une personne libre et indomptable. Enfin peut-être pas si indomptable, mais du moins un peu méfiante comme tant d'animaux, plus intelligents souvent que les hommes par instinct, le sont. Là elle se laissait un peu apprivoiser et c'était bon signe. La pauvre petiote en avait vécu des belles c'était certain. Les marques de coups sur son corps le disaient clairement. Ceux qui étaient responsables... avaient vraiment cherché à lui faire du mal et elle se doutait que les coups n'avaient pas été les seuls sévices physiques. Ces personnes étaient sans doute mortes. Autrement Ronan n'aurait pas l'air calme en marchant à ses côtés. Il serait furieux et déjà reparti leur faire payer.

Elle était bien mignonne cette petite. Avec sa timidité et ses légères peurs de ceux qui l'entouraient, cette petite méfiance, sur une bouille adorable de petite fille qui avait dû grandir trop vite.
Apparemment, elle ne comprenait pas vraiment ce qu'elle lui disait pour Ronan. Pourtant elle avait accompli des miracles avec lui, il semblait tellement à l'aise en sa présence, humain et heureux que c'était impossible de passer à côté. Mais bon, finalement peut-être n'était-elle pas plus perspicace que lui. Pour les cheveux elle ne rajouta rien, la petite déciderait d'elle-même ce qu'elle voulait. Mais après le shampoing, Caroline se fit interroger et eut aussitôt un sourire. Elle avait sentit une légère tension chez la jeune femme alors que Jeanne revenait les joues rouges. Oh oui, elle avait senti la pointe de jalousie. Elle ne se trompait donc pas, c'était mignon tout de même.
Mais quand Louka lui parla, elle était attentive et prête à lui répondre. Après tout, cette gamine avait besoin de soutien mais aussi de réponses... et ce n'était certainement pas Ronan, idiot fini pour tout ce qui touchait aux sentiments qui allait l'éclairer. Elle eut un léger soupir et s'adossa au bord comme pour commencer une longue histoire.

- Il n'est pas difficile de comprendre que tu as vécu quelque chose d'horrible Louka... Et je me doute de ce qu'une jeune femme seule, aussi attirante que toi, pourrait subir. Et c'est aussi parce que je sais à quel point c'est horrible que je ne te poserai pas plus de question. Là je ne fais que répondre à la question que tu n'as pas vraiment formulé. Comment je sais qu'il t'a dit pour la garce qui l'a mis dans un état... peu enviable ? Parce que je le sais voilà tout, crois-moi, une mère sait voir ce genre de chose. Plus sérieusement... il est clair qu'il tient énormément à toi, sinon il ne te tiendrait pas la main. Pour qu'il fasse ce geste déjà sans mourir tant l'afflux sanguin vers son visage est important, et sans culpabiliser ou se dégoûter c'est que tu sais pour elle. S'il te l'a dit ou montré c'est qu'il te fait plus confiance qu'à n'importe qui et que tu es quelqu'un de spécial pour lui. Moi-même je ne l'ai appris que par un tiers. Comme la plupart des personnes au courant. Il n'en parle jamais. Mais encore et surtout, c'est la première fois, depuis des années que je le vois avec ses yeux bleus, qu'il sourit à une fille, qu'il semble apaisé. Et entre nous petiote... il est tellement souvent en train de te regarder que ça ne peut pas être simplement pour s'assurer que tu ne prends pas un coup de soleil de seconde en seconde.

Elle sourit. Pour elle oui c'était parfaitement évident, même s'ils ne se l'avouaient pas encore. Même si Ronan était un peu trop... complexé pour le comprendre tout seul.
Peut-être la petite avait-elle besoin d'être rassurée. Oui, c'était certain. Elle avait perçu la pointe de tristesse et de déception alors qu'elle disait qu'elle ne pensait pas l'intéresser, enfin plus ou moins ce qu'elle disait. Oui, elle était peut-être bien plus vive que lui. Elle était surtout peut-être plus honnête avec elle-même que lui.

- Crois-moi Louka... Ronan tient vraiment à toi. Tu l'atteins c'est certain... plus que certain même. Et à voir les regards que tu lui lances, tu tiens également beaucoup à lui, je me trompe ?


Elle voulut continuer mais il y eut un incident non négligeable. Alfred qui se rinçait l'oeil, oh oui ça il profitait. Ronan qui se mettait en colère. D'ailleurs le fait qu'il ne se transforme pas le surprit lui-même, il ne s'y attendait pas du tout. Pour lui, il y avait fort à parier qu'avec la colère et la gêne qu'il ressentait il allait changer immédiatement et massacrer Alfred. Mais non rien, il gardait son calme. Eh bien... elle le faisait sacrément progresser. Il en était fier pour le coup et aurait bien aimé qu'elle en soit témoin. Pourquoi vouloir qu'elle soit fière de lui ? Pour la même raison qu'il se remémorait son baiser ? La même raison qui lui donnait envie de la retrouver ou mieux de remonter le temps juste après ce fameux baiser et de lui en donner un en retour ?
Et tout s'était précipité, sa chute... le cri de Louka... Lorsqu'il avait compris qu'il était près des filles, qu'il s'était retourné pour le constater. Sa gêne, mais en même temps son émerveillement... même s'il n'y avait pas grand chose à voir et que lui s'était aussitôt caché les yeux... du coup il était tombé à nouveau. Mais cette fois-ci il ne s'était pas arrêté, ni rétabli. Si effectivement il s'était cogné la tête, ce n'était pas la douleur la plus vive, du moins selon lui... Parce que le coup le plus traitre, bien plus bas lui faisait tourner la tête et lui donnait envie de vomir. D'ailleurs c'était pour cela qu'il ne bougeait plus, au sol, se tenant l'entrejambe en gémissant.

Il entendit des bruits autour de lui et comprit que Caroline semblait en colère contre Alfred, que celui-ci marmonnait plus ou moins des excuses rapides. Il ne savait pas ce qui se passait mais en tous les cas, Louka apparut près de lui. Il ferma aussitôt les yeux, ne voulant pas voir plus que de raison, il avait déjà mal agi une seconde plus tôt... mais ah non, elle avait passé une serviette quand même. Il eut un léger sourire soulagé, il aurait détesté qu'Alfred la voit davantage. Elle s'occupait de lui ? S'inquiétant ? Même s'il se sentait pitoyable, ça allait déjà beaucoup mieux, la douleur refluait grâce à elle. Apparemment, elle n'avait pas vraiment compris puisqu'elle semblait croire qu'il ne s'était cogné que la tête, ce n'était pas plus mal. Il lui lança un long regard reconnaissant. Là il avait envie d'être seul avec elle, de la regarder, de toucher une de ses joues, peut-être de poser un autre baiser sur son front, peut-être pas que sur son front. Il lui sourit doucement alors qu'elle l'avait aidé à s'asseoir et avait posé ses mains sur son visage pour observer sa bosse. Son coeur battait la chamade et là tout de suite, il n'avait qu'envie de la prendre dans ses bras. Mais étant donné qu'ils n'étaient tous deux que très peu vêtus, ce n'était pas une bonne idée. D'ailleurs, il resserra distraitement sa propre serviette autour de sa taille. Devait-il dire quelque chose ?

En tous les cas, il n'en eut pas le temps parce qu'elle s'éloigna pour aller s'habiller et qu'il se retrouva un peu idiot, n'osant pas trop bouger. Caroline et Jeanne ne sortaient pas de l'eau mais Alfred qui avait l'air de plus en plus gêné finit par sortir de derrière son buisson et par marcher vers la jeune rousse qui avait fini de s'habiller... Enfin pas vraiment. Jeanne lui avait donné une espèce de tunique assez longue qui s'arrêtait à mi cuisse, une ceinture, un pantalon et d'autres mais il ne lui laissa pas vraiment le temps d'enfiler le pantalon. De toute façon, elle n'en avait pas vraiment besoin vu qu'il ne faisait pas froid. Ah non... en fait, Jeanne avait juste précisé qu'elle lui donnerait le pantalon plus tard parce qu'elle l'avait oublié. Donc il ne l'interrompit pas vraiment, il vivrait peut-être une seconde plus tôt. A l'origine, il venait s'excuser parce qu'il avait surpris le regard mauvais que lui lançait Ronan furieux de ses actes mais il devait avouer... que cette tunique lui allait bien, mettant sa taille fine en valeur et que c'était une belle jeune femme. Il ne s'était donc pas contenté de poser la main sur son épaule, il s'était aussi rapproché beaucoup trop d'elle, apparemment nullement gêné d'être aussi peu vêtu pour sa part, sans doute sûr qu'elle allait lui tomber dans les bras.

Ronan qui s'était mis à s'excuser auprès de Caroline et de Jeanne ne vit que la fin de ces nouveaux actes indignes d'un gentleman et se releva d'un bond. Il avait déjà vu Louka relever un regard furieux vers le garçon, les poignards briller dans ses mains, ses yeux prendre un éclat qu'il avait appris à reconnaître. Bien sûr, ce sale petit con méritait une punition mais pas de se faire tuer, ni qu'elle s'abaisse à utiliser son don avec lui. Il vit qu'elle avait déjà commencé et ne pouvait que la comprendre mais il la rejoignit rapidement et réagit en conséquences !
A peine arrivait-il près d'elle que son poing partait déjà. Alfred ouvrait des yeux et la bouche comme un parfait idiot, l'air terrorisé. Le poing du jeune homme le cueillit à la mâchoire et il fut projeté cinq mètres plus loin. Il avait envie de se jeter lui-même sur lui et de le tuer, l'étrangler, l'étriper ! Il n'avait pas le droit de la toucher ainsi ! Ni de l'approcher ! Non il n'avait pas le droit !!!!!!! Briser le contact ainsi entre Louka, son pouvoir et sa victime pouvait être dangereux, il s'en doutait, c'est pourquoi Ronan se plaça aussitôt face à elle, lui offrant ses propres yeux. Mais à croire que la bosse à son front lui altérait pas mal les pensées, il eut un nouveau geste, pas aussi osé qu'il l'aurait pu mais tout de même. Il déposa un baiser à la commissure de ses lèvres avant d'appuyer son front contre le sien.

- C'est moi, tout va bien, calme toi... je ne le laisserais plus t'approcher... pardon...


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Jeu 12 Avr - 16:19


Oui, Caroline avait de quoi être fière d'elle, il n'y avait pas à dire. Je baissais ma garde, je l'écoutais, je ne faisais pas la sourde, je.. menais une réelle conversation avec quelqu'un.. Que je connaissais à peine. Whaou, j'étais perturbée par ma propre réaction.. Mais cette femme.. m'apportait tant en si peu de temps. Elle était d'une gentillesse, que je ne comprenais pas. Je ne trouvais pas l'argument : les amis de Ronan sont nos amis.. Moi, je n'avais pas eu cette pensée. ca ne m'était même pas venu à l'idée, personellement, je partais toujours du fait que quiconque pouvait nous blesser qu'on le veuille ou non, et donc, qu'il fallait se mefier que l'on nous sourit jusqu'au oreilles ou pas..

Mais d'un coté, j'aurais adoré être comme elle. Après tout, qui ne rêverait pas d'avoir une façon.. d'aller parler aux autres avec autant de faciliter ?! C'était une sociabilité sans limite dont elle faisait preuve. Je la regardais, presque bouchée. Mais je restais sur mes idées de base, notre conversation était essentiel, pour moi, comme pour ROnan. Même si lui n'était pas là ni pour m'entendre, ni pour écouter la femme qui nous accuellait ici. Je voyais l'élan maternel que celle ci pouvait avoir, rien que par son regard. Rien que par sa façon de parler.. D'ailleurs en parlant de ca, je restais les oreilles grandes ouvertes afin de l'écouter.. Ce qu'elle rajouta suite à ma demande, à mes questions.. Me toucha... profondément, je me sentis d'un seul coup gamine, deux ans plutôt cherchant le soutien d'une mère qui avait laissé son mari frapper sa fille.. Oui d'un seul coup, je me sentis rassurée, bien dans ma peau,comme si j'étais à coté d'une femme qui me guidait depuis déjà bien longtemps.. Parce que c'était ce qu'elle était en train de faire, elle me guidait, sans même me connaitre d'un poil. Et plus elle me parlait de Ronan.. plus je me sentais dans ce sentiment si spécial que l'on appellait l'amour.. Elle me souriait, et moi.. moi j'étais rouge, non pas de honte, mais parce que je me rendais compte que j'étais bel et bien humaine.. Que je pouvais ressentir autre chose que la colère, que la haine. Oui, cela me rassura tellement que j'eus un sourire de coté.. avec une grosse tendance de niaiserie.

Je me sentis si gênée lorsque Caroline me demanda presque ce que moi je ressentais.. Ca on ne me l'avait jamais demandé, sauf Ronan bien sur, mais c'était différent.. Une femme comme ca qui vous demande si.. vous.. vous vous sentez attiré par quelqu'un, sans un élan de jalousie, juste pour se valider ce que l'on voyait.. Je me sentie tout de suite encore plus niaise et timide parce que je ne connaissais pas ça, l'expression des sentiments, dans l'éducation ashtaru, ce n'est pas forcément autorisé. Il faut se battre pour sa déesse, se marier avec celui à qui on vous donnera votre main.. Mais rien de plus, aucune émotions à avoir avec les autres.. Pas d'amitié, pas d'ennemi.. Non, juste des pions qui joueront sur votre échequier.. et vous même d'ailleurs serait leur pion. Je me sentis toute bizarre.. Ronan.. comment pouvait il m'apprécier autant.. après.. enfin en sachant ce qui s'était passé pour moi.. Oui, comment pouvait il sans se dire que.. l'on m'avait souillé le corps.. Moi même je ne comprenais pas, peut être que j'étais dure avec ma personne.. Je n'en savais rien.. Pour répondre à la question de Caroline, je ne fis que tourner la tête de gauche à droite, n'arrivant à prononcer, ce mot, cette syllabe, ces trois petites lettres ridicules.. J'avais comme une boule au ventre et à la gorge qui m'empechait de le dire.. Parce que je ne comprenais pas comment cela se pouvait. Qu'un garçon que je ne connaissais pas depuis deux jours puisse devenir comme ça indispensable.. Comment je pouvais ressentir quelque chose à son égard.. Le coup de foudre existait il vraiment, je n'en savais rien.. Mais je me connaissais, je ne tombais pas.. sous ce genre de sentiment aussi facilement, ce n'était pas du tout mon genre. Bien au contraire..

La suite s'était passé très rapidement, c'était à peine si je me souvenais comment je m'étais retrouvée là, à m'habiller.. Non, je savais très bien ce qui s'était passé, mais j'avais préféré m'éloigner du groupe pour.. calmer le tumulte de sentiments qui avait pris part dans mon esprit... J'avais essayé de m'isoler le temps de m'habiller afin de ne pas comettre l'irréparable, afin.. de me controler. J'avais été surprise en mettant les affaires mais surtout un peu gênée.. Parce que, je n'étais pas habituée à ca en fait.. Une tunique qui me tombait.. enfin presque une robe assez courte, trop courte à mon gout, je ne voyais même pas comment je pourais faire.. pour marcher comme ca.. ce n'était pas du tout moi ! et puis.. et puis il y avait Ronan.. Tandis que je me posais la question de comment faire autrement pour ne pas être obligée de me montrer comme ça, je sentis une main sur mon épaule. La reflexion se fit rapidement. Ce n'était pas Ronan, car le geste n'avait pas été doux, ce n'était pas non plus Caroline, je le sentais.. rien que par l'impression que j'avais de dos, ce n'était pas non plus sa fille qui aurait fait plus de bruit. Je sentis la colère remontait de plus belle, et je me tournais rapidement, sans doute fouettant Alfred de mes cheveux longs. Il était proche, trop proche de moi. Je me sentis horrifiée, mal à l'aise.. mais surtout, je me sentis en danger. Mes mains se posèrent rapidement sur les poignards qui étaient sur les cotés.. mais mes yeux se chargèrent d'avance d'aller à l'attaque afin de me défendre.

Avec un sourire presque sadique, je vis la peur de ce jeune homme.. Il avait une peur si égoïste mais humaine à la fois.. La peur de mourir.. Les images commencèrent à défiler rapidement.. Le garçon pouvait à présent se voir dans sa propre tête entrain de souffrir, de perdre son sang, de donner son dernier souffle. Puis... le contact fut rompu, je me sentis mal d'un coup avant que de nouveau je retrouve un nouveau regard.. Comme ca.. la première fois que ca me faisait cela... Si c'était censé m'aider, je me sentis pourtant si mal tout devenait flou, mélangés.. Il n'y avait plus aucune cohérence.. comme si mon propre pouvoir déraillé et que un fois de plus, je n'arrivais pas à le contrôler.. Puis.. tout redevint comme si simple à gerer.. Je sentis une simple sensation.. un baiser au bord des lèvres qui me fit revenir à la réalité.. tout d'abord, j'avais fermé les yeux, parce que je n'avais pas compris ce qui c'était passé.. ensuite, j'avais réouvert les yeux, voyant Ronan en face de moi.. il venait.. il venait de me déposer un baiser au coin des lèvres... non je n'avais pas rêvé. Cependant, la peur d'être agressée était toujours présente,je me sentais trembler de la tête au pied, comme si je n'arrivais pas à passer au dessus.. Je venais de comprendre ce que je venais de faire.. J'avais été si stupide mais je n'avais pas non plus supporter que.. Alfred me touche, qu'il soit aussi proche..

J'écoutais donc les paroles de Ronan, il avait raison, il fallait que je me calme.. Je remarquais que j'avais toujours les poignards dans mes mains.. Bonjour l'image que je devais donner à la femme qui m'avait précédement donner des conseils concernant Ronan.. Ronan d'ailleurs.. Il était.. enfin.. il avait pratiquement rien sur lui quoi. Et pourquoi lui ne me faisait pas peur.. pourquoi je ne le repoussais pas,peut être parce que je n'en n'avais pas envie, parce que.. cela me paraissait tout à fait normal de sa part.. Je ne comprenais pas ce qui se passait, que ce soit dans ma tête, dans cette situation.. J'avais envie de pleurer, et de rire en même temps.. Je ne comprenais plus rien du tout. Et puis moi.. moi j'étais quand même en tunique, seulement en tunique, laissant voir mes jambes.. de bleus, d'hématomes.. Mais non, je n'arrivais plus à bouger.. Une fois de plus ,j'avais envie d'arrêter de penser, que tout cela cesse de bourdonnait dans mon crâne. Et puis, j'avais envie de dire que cette haine qui me prenait, je n'étais pas sure de la vouloir, surtout pas envers un garçon qui vivait ici.. et qui m'avait tout de même accueilli. Déçue de mon comportement, j'avais envie de repousser Ronan, mais je ne voulais pas non plus qu'il le prenne mal.. Peut être que.. ce n'était pas une bonne idée de venir ici.

<<- Il serait mieux pour tout le monde que je m'en aille.. >>

Oh bien sur, je ne voulais pas non plus... enfin.. Ronan était.. Je ne voulais pas partir, mais j'avais honte de ce que j'avais fait, même si ce que Alfred avait montré comme envie n'était pas mieux.. Mais lui était chez lui, moi pas.. en même temps, personnellement, je n'étais nulle pas chez moi. Et puis d'un autre coté, je ne savais pas non plus ou je pourais aller.. sans avoir peur de tomber de nouveau sur de mauvaises personnes.. Je poussais légèrement de ma main droite Ronan, avec un sourire, étant douce dans mes gestes.. Je regardais Caroline, il me semblait normal.. de présenter mes excuses.. De toute façon, je ne voyais pas de raison d'en présenter à Alfred.. il avait commencé et puis.. je ne lui ferais pas ce plaisir là, au fond, la rancoeur était toujours présente envers ce genre de garçon.

<<- Je.. tiens à m'excuser de me comporter ainsi chez vous.. >>

Remarquant que j'avais toujours les poignards dans mes mains, je mis les mains derrière mon dos, baissant la tête. Oui, j'étais vraiment désolée.. Mais comment se faisait il que je réagisse aussi.. docilement ? ce n'était pas moi, c'était bien la première fois que j'étais comme ca.. Je ne comprenais pas.. je ne me connaissais plus.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Ven 13 Avr - 9:33

Ronan ne savait rien de la conversation entre Louka et Caroline. Sinon il aurait été certainement très intimidé.De savoir qu'on parlait de lui et surtout autour de quoi tournait le sujet de conversation. Sentiments. Alors qui lui-même était encore tout perdu, indécis.
Il ne savait pas où donner de la tête et comment réellement interpréter son besoin de protéger la jeune femme qu'il avait secourue de l'enfer. Il la trouvait belle et intelligente et... drôle et... elle avait un sourire à se damner. Oui pour son sourire il se sentait la force de surmonter toutes les épreuves. Depuis quand ?
Si on comptabilisait les heures depuis lesquelles ils se connaissaient, c'était tellement ridicule, rien du tout et pourtant il avait l'impression de la connaître depuis toujours.
Oui, chez elle, il sentait de temps à autres qu'effectivement, elle n'avait pas toujours été aussi réservée et calme. Il avait l'impression de voir une vraie tigresse d'indépendance et d'énergie sommeillait derrière le visage de la belle femme qui avait tant été brutalisée et réduite mentalement et physiquement.
Oui il la connaissait. C'était ça...
Comme si elle était une part, une personne très importante qu'il était fait pour connaître.

Ronan ne croyait pas énormément au destin. Un peu tout de même, assez pour se dire, peut-être de plus en plus, pour imaginer que c'était le destin qui les avait fait se rencontrer.
Oui, le destin qui avait mis sur sa route cette jolie demoiselle en détresse. Tellement différente des autres. Elle était comme un peu sauvage et inquiète du monde et pourtant avec lui elle s'était ouverte un peu. Il avait été émerveillée de sa façon de percevoir la pluie comme quelque chose d'extraordinaire. Bien sûr, c'était également son cas. Il trouvait cela magnifique. Chaque spectacle de la nature avait tendance à l'émerveiller et il ne le cachait pas. Mais le souci, c'était que les autres ne comprenaient pas toujours cette façon de penser. Elle si. Peut-être parce qu'elle avait vécu complètement isolée, aveugle pendant des semaines. Peut-être parce que c'était la personne qui pouvait le comprendre, plus que les autres.
Peut-être que c'était la seule avec qui il pourrait partager ses émerveillements passagers parfois surprenants mais toujours tellement honnêtes. Pourquoi était-il toujours en admiration devant un coucher de soleil. Pourquoi s'obstinait-il à trouver les actions de la nature si incroyable ? N'avait-il pas raison au fond.

Ce n'était pas le moment de penser ainsi et surtout à cela. Tout s'était précipité de manière inattendue.
D'abord il s'était ramassé comme un abruti fini, se ridiculisant, il en était certain, aux yeux de cette fille justement qu'il trouvait différente et avec qui il voulait partager beaucoup. Oui, c'était sans doute plus que de l'amitié. c'était forcément plus... Quelques heures n'auraient pas suffi autrement. On devenait amis en quelques heures, pas... ce qu'ils étaient.
Et puis il était resté assis dans la position dans laquelle elle l'avait laissé, se sentant ridicule et extrêmement ridicule. Mais ce n'était rien comparé à ce qu'il ressentit par la suite.
En effet, Alfred avait agi, comme un idiot encore mais il n'avait pas un si mauvais fond.
En réalité, c'était un jeune homme avec les hormones qui fonctionnaient à plein régime et une magnifique jeune femme tout à fait à son goût avait fait son apparition. Dans un sens, Ronan le comprenait et l'enviait. Il aurait aimé être un peu plus... un peu moins... coincé et timide pour sa part. Bon pas non plus outrageux comme l'était le jeune homme certainement sans s'en apercevoir mais tout de même ! Oui, il aurait aimé approcher la jeune femme avec les idées claires, de ne pas se dire que ce n'était qu'une amitié un peu étrange, de se dire, d'affirmer avec force et volonté qu'il y avait plus. D'aller directement vers elle et de lui faire comprendre. Oh pas de manière brusque, ni en ayant des gestes déplacés. Mais oui... dans ce cas là, ça aurait été différent.

En voyant Alfred aller vers elle, enfin en se rendant compte qu'il était allé vers elle, à peine vêtu mais pas le moins du monde gêné, il se sentit d'autant plus stupide. Il se savait grand, musclé et tout de même beau garçon, enfin on le lui répétait assez pour qu'il ait envie de le croire à cet instant. Et pourtant, il était pudique et vraiment pas assez à l'aise pour agir de la sorte.
Mais bon, il n'eut pas le temps d'y penser plus. Etait-ce parce qu'elle risquait de lui faire du mal, ou parce qu'il était trop proche d'elle et que ça le remettait en rogne. Ignorant la douleur encore un peu persistante qui allait l'obliger à marcher prudemment pendant encore quelques minutes, il s'était rapidement rapproché et avait agi, frappant. Le reste, il le vit comme dans un rêve. Après tout, les rêves, nous les subissons, ne pouvant pas vraiment interférer. Alors c'était ça. Il se vit lui caresser doucement la joue et l'embrasser au coin des lèvres. Elle avait l'air un peu perdu mais lui se sentait d'autant plus désorienté.
Ca n'avait rien du baiser très bref et léger, tout juste un effleurement, qu'elle lui avait donné plus tôt et qui avait déjà provoqué moult sensations qui l'avaient laissé coi, mais il ne put réprimer pour autant, le frisson qui lui parcourut l'échine et fit se dresser sur sa nuque les légers cheveux courts qu'il portait.

Une boule au ventre, il la regardait. Cet effleurement ci, il avait bien réussi à le provoquer et mine de rien il en était fier. Ce n'était pas aussi direct qu'elle, il se savait moins courageux. Mais c'était déjà beaucoup. Elle sembla d'autant plus chamboulée que lui en restant un moment en arrêt, sans rien faire et le sourire timide du jeune homme s'effaça progressivement. Elle ne disait rien, elle ne faisait rien.
Lui revinrent alors en tête les pensées qui l'avaient traversé suite à son vrai baiser.Bon en fait on ne pouvait pas appeler ça un baiser mais c'était le plus proche qu'ils avaient donc... Il avait eu peur, s'était senti bien, puis terriblement honteux en se disant que ce n'était qu'un baiser amical et là, cette certitude lui arriva en plein dans la face et ça n'avait franchement rien d'agréable. Si effectivement cela avait été autre chose que de l'amitié, elle le lui aurait certainement fait comprendre auparavant, elle était plus forte, plus courageuse et décidément moins coincée que lui. Mais encore et surtout, le fait qu'elle réagisse à cet instant autant qu'un caillou ne l'encourageait pas. La boule au ventre, les jambes tremblantes tellement il se sentait honteux il baissa les yeux. Elle venait de poser une main sur son torse et le repoussait doucement. C'était pire qu'une claque. Elle le faisait doucement, comme si elle savait à quel point il était... fragile. Comme si elle usait de pitié à cette heure.
Et vlan prends toi ça dans les dents !
Il rougit, d'un coup, devenant très très rouge. Un pauvre sourire aux lèvres pour ne pas lui faire de peine, pour essayer de dédramatiser, il recula docilement puisqu'il n'y avait rien d'autre d'intelligent à faire et regarda le sol avec obstination. Il valait mieux en rire qu'en pleurer non ? Tiens, il y avait de la brume ou quoi ? Il se passa la main sur le visage, essuyant les larmes qui lui étaient montés aux yeux, n'écoutant même pas ce qu'elle disait. Il comprit juste un truc d'excuse et qu'elle devait partir. Ce fut le coup de trop. Abattu, il marmonna très vite qu'elle n'avait pas à s'en faire que c'était lui qui partait et l'instant d'après il repartait directement vers le bain des garçons pour se rhabiller.

Caroline qui avait suivi l'échange avec apparemment beaucoup d'espoir s'était décomposée en voyant le visage du jeune homme s'assombrir et devenir tout à coup aussi expressif qu'un bout de marbre brut. Eh bien voilà qu'il se renfermait sur lui-même. Pas bon ça.
Elle comprit en un instant les sentiments qui devaient le traverser. Ronan était timide, désespérément timide, même après tout ce temps. Louka semblait beaucoup l'aider à s'ouvrir même si elle n'en avait pas conscience. Il avait dû croire l'avoir blessée ou lui avoir fait du mal d'une façon ou d'une autre et comme à son habitude dans ce cas là, quand ça le touchait du moins, il se mit à fuir. Pas si parfait que ça le garçon. Elle poussa un profond soupir d'agacement, essaya de l'appeler mais il passa à côté d'elle d'un pas énergique, tenant d'une main sa serviette et disparut dans les buissons. Enervée, la femme sortie de l'eau, nullement gênée d'être complètement nue, alla se planter devant Louka et Alfred qui s'était relevé et saisit rapidement et sans gêne l'oreille du garçon qu'elle se mit à maltraiter. Il hurla d'ailleurs de douleur.

-Petit crétin !!! je sais que tes hormones te travaillent mais quand as-tu zapé l'idée que cette fille n'est pas du tout faite pour toi ??!!! Nom de... Voilà ! A cause de toi ces deux petiots vont sans doute pas pouvoir se reparler avant un bon moment. Dépêche toi d'aller t'habiller, je vais te botter les fesses, tu vas voir !!!!!


Elle la lâcha, le poussant et se tourna avec un soupir vers Louka. Il lui avait semblé percevoir une lueur admirative dans les yeux du grand blond, mais elle n'avait pas pu durer bien longtemps. Cette tunique lui allait bien.
Voyant qu'elle était peut-être gênée, elle attrapa elle-même une serviette et s'en drapa avant de prendre une de ses mains.

- Ne t'excuse pas petiote. Alfred est un crétin de grand ado qui n'a jamais vu une aussi jolie fille. Va plutôt retrouver Ronan. Ce grand dadais est peut-être très costaud, mais niveau cerveau ça tourne pas rond dans son ciboulot. Il n'a pas dû comprendre tes gestes petiote... il pense que tu lui en veux là, c'est certain. Ah les hommes --' on doit toujours tout faire nous-mêmes !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si je te tends la main ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Comme les doigts de la main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Isisnahl :: Zones Urbaines :: Mégalopoles :: Epsilon-