Partagez | 
 

 Et si je te tends la main ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Ven 13 Avr - 11:56


Je restais le regard dans le vide.. oui tel un caillou, c'était le mot.. Parce que je ne savais pas quoi lui répondre ,je ne voulais pas.. en fait si je voulais l'embrasser à mon tour, mais sous le coup des émotions, je n'y avais pas pensé, je me sentais si cupide, au milieu de ces gens, je me sentais... plus inutile que d'habitude encore. J'avais le coeur qui battait à cent mille à l'heure. Son petit baiser tournait dans ma tête, je ne voulais pas oublier cette sensation.. J'avais toujours les poignards dans mes mains et je n'avais qu'une envie, les enfoncer loin dans mon coeur pour ne pas lui faire de mal, même si je venais déjà de le faire. Je soupirais perdue. Je n'aurais pas pensé qu'il l'avait pris si mal, j'avais vu son geste lorsque Caroline avait essayé de l'empecher de partir. Je serrais les dents pour ne pas pleurer, pour ne pas montrer à quel point ca me touchait, à quel point moi aussi j'avais envie de lui répondre. Caroline me parla et il fallait avouer que.. elle avait raison. Je regardais droit devant moi, comme un militaire sans émotion.. Sauf que j'en avais, des émotions, des sentiments les un plus difficiles que les autres.

La situation entre Alfred et Caroline aurait pu me faire rire.. mais non, ca n'en fit rien... la voir nue aurait pu me gêner, mais je ne le voyais pas non plus, j'avais toujours cette image de Ronan qui était parti, en colère, déçu.. il m'en voulait, c'était certain. Oui tellement certain. Caroline voulait que j'aille le voir.. d'accord, mais pour lui dire quoi. J'étais desesperée, je ne connais rien de tout ca.. Non, rien du tout.. etait ce que je devais aller lui dire.. Sans un mot, docile, j'allais, pieds nus avec ma tunique sur le dos vers le bain des hommes. J'avais peur, et la gorge serrée. J'y allais donc essayant de regrouper tout le courage que je pouvais. J'allais être honnête avec lui, lui dire.. le pourquoi du comment, oui c'était décidé. Arrivée prêt du bain alors qu'il s'habillait, je n'osais même pas le regarder, je m'étais assise au bord du bain, les pieds trempant dans l'eau.. Je voyais bien qu'il était mal.. Oui, je l'avais rapidement compris. Au fond, lui et moi, on se ressemblait beaucoup. On se refermait dès que quelque chose risquait de nous toucher, on n'exprimer plus rien pour ne pas se blesser soi même.. la peur des autres.. de leurs actes, et de leurs mentalités.. Je pouvais tout à fait comprendre ce qu'il ressentait même si je ne voyais pas réellement le mal dans ma réaction.. Ce fut après une grande inspiration que je pris la parole.. Sans même lui demander s'il voulait m'écouter.. C'était à lui de voir, moi.. je ne serais pas maitresse de ces faits et gestes.

<<- Je ne sais pas grand chose de l'amitié.. mais encore moins de l'amour Ronan... Tout ce que j'ai vu de.. de l'amour, c'est de la violence, de la stupidité, du mal.. >>

Les larmes aux yeux, je ne savais pas comment lui montrer que j'étais sincère, que tout cela ne faisait pas partie de mon monde à la base.

<<- J'ai été éduquée pour être mariée à quelqu'un que je n'aimais pas.. J'ai toujours repoussé les autres parce que c'était interdit de trop apprécier.. Et puis.. je n'ai jamais eu d'experience.. raccrochées à ce sentiment... si ce n'est un viol.. >>

Je dégluttissait difficilement. Ce mot, ce simple mot que je n'avais pas osé dire jusqu'à maintenant.. Oui, je n'avais eu droit qu'à cet acte là.. sans amour, et bien qu'avec de la violence.. Je regardais mes pieds jouant avec, retenant mes larmes le plus possible je me sentais comme gamine à ne rien savoir de la vie. Et puis je me sentais aussi si différente de par mon éducation.. Ronan avait toujours eu le droit d'exprimer ses sentiments, du moins ce que j'en avais compris mais moi..non moi, ca n'avait pas été ca.. J'enchainais alors directement continuant de prendre sur moi pour que ma voix tremblante ne s'entende pas.

<<- Mais si il y a bien quelque chose que j'ai remarqué, c'est que.. Notre relation n'est pas commune... Peut être que je ne le montre pas assez, mais tu es.. tu es.. plus que la personne qui m'a sortit de l'enfer, tu es plus qu'un guerrier timide et blessé par d'autres.. T'es celui qui m'a permi d'apprecier la pluie, celui qui me permet de me découvrir autrement.. celui qui m'apprends à ressentir.. >>

Je soupirais.. Ca me faisait du bien de parler, mais ce n'était sans doute pas tout, j'avais besoin d'en dire plus, de lui exprimer mes pensées peut être pour que celle ci me libère un peu l'esprit.

<<- Tout à l'heure lorsque je t'ai embrassé.. c'était l'instinct, le besoin.. Ca aurait été quelqu'un d'autre, il se serait sans doute prit autre chose dans la figure qu'un baiser.. crois moi ! Un ami, ou pas ! >>

J'avais eu un petit rire par cette pensée.. Puis, je n'avais plus ouvert la bouche, parce que j'avais trouvé les mots pour lui exprimer ce que je ressentais, parce que j'avais laissé mon coeur parlait plutôt que ma tête. D'un seul coup, j'étais étrangement fière de moi.. Oui, je me sentais si forte. Et je n'avais plus de larmes, parce que je n'avais pas peur, j'étais certaine, convaincue par mes paroles.. Et au final.. le passé pouvait bien être oublié pendant quelques secondes, ou minutes.. Oui, peut être qu'il y a un moment où il faut aller de l'avant pour réussir à grandir dans sa tête et à découvrir les choses basiques de la vie. Comme simplement s'exprimer, profiter de beau ou mauvais temps.. Rire, marcher.. Mais surtout.. Vivre.

Je me relevais alors, souriant franchemeJ'avais eu un petit rire par cette pensée.. Puis, je n'avais plus ouvert
la bouche, parce que j'avais trouvé les mots pour lui exprimer ce que
je ressentais, parce que j'avais laissé mon coeur parlait plutôt que ma
tête. D'un seul coup, j'étais étrangement fière de moi.. Oui, je me
sentais si forte. Et je n'avais plus de larmes, parce que je n'avais pas
peur, j'étais certaine, convaincue par mes paroles.. Et au final.. le
passé pouvait bien être oublié pendant quelques secondes, ou minutes..
Oui, peut être qu'il y a un moment où il faut aller de l'avant pour
réussir à grandir dans sa tête et à découvrir les choses basiques de la
vie. Comme simplement s'exprimer, profiter de beau ou mauvais temps..
Rire, marcher.. Mais surtout.. Vivre.nt à Ronan, triste d'avoir pu le blesser. J'avais envie de lui redonner le sourire.. juste un petit sourire, du moins essayer.. Ce fut donc dans cet objectif avec un petit sourire malicieux, je lui pris la main, le tirer légèrement vers moi et oups... je partis dans l'optique de le faire tomber dans l'eau.. ne pensant pas être entrainée avec lui.. C'est ainsi que lui et moi nous étions retrouvés l'un contre l'autre, de nouveau dans l'eau.. Et cette fois, les vêtements trempés avec.. Ce sera une bonne excuse pour les poser dans l'herbe, mettre une serviette sur nous et se reposer au soleil non ? Je remontais à la surface de l'eau en rigolant et détramatisant la situation en lançant une nouvelle réflexion.

<<- Oups! désolée j'ai glissé ! >><

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Ven 13 Avr - 14:59

Terriblement gêné, blessé sans vouloir se l'expliquer, Ronan s'était éloigné. Quand elle avait dit vouloir partir, il avait compris l'énorme erreur qu'il avait faite en l'embrassant. D'accord ce n'était rien, un simple petit bisou innocent au coin des lèvres. Elle effectivement avait déjà eu plus de cran. Et pourtant, son baiser était encore très innocent comparé à ce qu'il aurait pu être. Mais en bref, ce n'était pas grand chose. Mais il crut comprendre à sa tête et ses réactions qu'il avait gaffé et pas qu'un peu. Alors pour ne pas qu'elle se sente obligée de s'éloigner à cause de lui, il était parti le premier. Il avait dans la tête, l'idée de retrouver son calme et surtout sa maîtrise de lui, puis d'aller la voir, de plaisanter, de lui dire en riant que ce n'était absolument rien, qu'il avait juste fait ça pour la calmer puisqu'elle avait prétendu plus tôt, avant de manger que l'embrasser lui avait permis de s'éclaircir les idées. Il dirait ça en riant, en expliquant clairement qu'il ne s'attendait à rien entre eux deux et n'avait aucun a priori mais encore et surtout, aucunes vues sur elle.
Ca serait difficile. Outre le fait que chacune de ces phrases demanderait certainement une plombe pour être prononcée, la dernière était un mensonge carrément et un gros mensonge. C'était dire le contraire de ce qu'il pensait, totalement.
Enfin non pas totalement parce que comme il était timide et encore un peu perturbé et chamboulé, il n'était pas très sûr de lui-même. Mais s'il y avait une certitude depuis peu très présente dans son coeur c'était qu'elle ne le laissait pas indifférent, loin de là.

Ses larmes lui brisaient le coeur et en même temps le remplissaient de fierté tellement il était heureux qu'elle le considère comme une épaule méritante sur laquelle pleurer. Quand elle lui avait sauté au cou après la bagarre le matin, très tôt, il s'était senti fier comme un paon et encore un paon multicolore qui saurait chanter et danser des claquettes pas moins !!! Quand elle souriait, il sentait son coeur débordait de joie, et si c'était à quelqu'un d'autre et que ce quelqu'un d'autre était un homme, comme ce qu'elle avait fait avec Alfred à table, il se sentait d'humeur à bouder et à mettre son poing dans la figure de l'importun. Il voulait qu'elle le regarde et qu'elle lui sourie, qu'elle rit grâce à lui et surtout pour lui. Et quand il avait aperçu son corps nu dans l'eau même si celle-ci floutait énormément ses contours, même s'il s'était vite caché les yeux, son sang n'avait fait qu'un tour, pas comme avec la colère, non, non, c'était une toute autre sensation. Là ce n'était pas que son visage qui lui plaisait... oh non pas que !
Comme quand il l'avait serré contre lui, sentant les formes de son corps mince contre le sien quand il avait escaladé, elle accrochée dans son dos. Cette sensation de chaleur qui n'était pas focalisée qu'aux joues mais aussi au ventre. Ce n'était pas désagréable, quoique, peut-être un peu...

Non, il ne pourrait pas lui mentir.Peut-être que s'il parlait vite sans la regarder il y arriverait mais il en doutait sincèrement. Elle était belle, elle l'inspirait...Elle lui inspirait surtout bien plus que des mensonges.
Et pourtant là il se sentait si stupide, si misérable. Il aurait dû se comporter seulement comme un ami avec elle, juste comme un ami. La prendre dans ses bras, sourire au baiser innocent qu'elle lui avait donné et pas chercher coûte que coûte à l'interpréter autrement.
Etait-il de ce genre d'hommes ?! Comme ces porcs ignobles en manque de filles qui se jetaient sur la première venue et la brutalisait pour lui prendre plus que son honneur si elle refusait de céder à leurs avances ?
Non, bien sûr que non, il n'avait eu aucunes pensées de ce genre.Et pourtant, il se sentait horrible et monstrueux. Parce qu'il était certain de l'avoir blessée, effrayée avec ce petit baiser de rien du tout mais qui était déjà tant pour lui. Parce qu'elle avait peur de lui, c'est pour ça qu'elle avait dit qu'elle devrait partir.
Bien sûr, idiot comme il pouvait l'être dans cette situation ou du moins aussi éclairé qu'un ver de terre, il n'imaginait pas qu'elle avait prononcé cette phrase vis-à-vis d'Alfred.Pour elle, comme pour tout le monde d'ailleurs elle avait agi de manière tout à fait légitime et n'avait absolument rien à se reprocher,c'était plutôt lui qui devrait avoir honte.

Ne se doutant pas des soupirs et actes de Caroline qui semblait décidée à massacrer l'oreille d'Alfred, Ronan se rinça rapidement étant donné qu'en tombant il s'était mis de la terre sur les jambes et les coudes et s'habilla. De son côté la "mégère" parce que c'était son rôle à cet instant, sermonnant Alfred conseilla à Louka d'aller retrouver Ronan et de lui parler. Comment lui dire au juste que quoi qu'elle dirait elle le rassurerait ? Parce que seulement entendre sa voix lui ferait certainement du bien ? Le corniaud semblait sincèrement attaché à elle, ça se voyait dans chacun de ses gestes, dans celui, plein de hargne avec lequel il avait mis Alfred chaos et dans celui plein de douceur avec lequel il avait posé ce micro bébé baiser sur ses lèvres. Un peu pitoyable comme baiser d'ailleurs aux yeux de Caroline, il n'y avait pas de quoi se réjouir. Par contre Ronan sursauta, se retourna vivement et baissa les yeux lorsqu'il entendit Louka. Oh non, pas maintenant, il n'était pas encore prêt !!!!
Outre le fait qu'il n'était vêtu que de son pantalon, c'était surtout pour son discours qu'il n'était pas du tout prêt ! Elle ne lui laissait pas assez de temps. Pitié que quelqu'un intervienne.
Sauf qu'elle se mit à parler et que poliment il se fit attentif, même s'il restait parfaitement immobile les yeux rivés sur le sol.

Bien des émotions traversèrent le jeune homme grâce au discours de sa compagne. Beaucoup vraiment. La colère fut très présente alors qu'elle évoquait son viol. Ainsi sans le savoir elle venait de répondre à une question qu'il lui avait posé tout au début... Cette question qui lui paraissait si cruciale et qu'elle n'avait pas comprise. Avait-elle connu la douceur d'un homme avant d'en connaître les côtés sombres et violents ? Apprendre que non lui fit si mal au coeur que la douleur en devint physique Ce n'était pas juste !Vraiment pas juste ! Elle était belle, si belle... Il savait que ses camarades dans son village se serait battu pour elle et qu'il se serait battu contre eux. Parce qu'une fille avec un caractère si spéciale, il ne la leur aurait jamais laissé. Enfin bon... Non, savoir que tout ce qu'elle savait de l'amour c'était qu'un homme pouvait faire tant de mal et juste se servir du corps d'une femme comme bon lui semblait pour assouvir ses désirs pervers, primaires et honteux, c'était... horrible et ça lui donnait sincèrement des envies de meurtre. Mais d'un autre côté, il avait aussi envie de lui dire que ce n'était pas que ça.Beaucoup certes, surtout à leur époque, mais que ce n'était pas que ça... Qu'un homme et une femme pouvaient s'aimer et le souhaiter tous les deux, sans que ce soit une obligation, un choix imposé pour elle. Oui... Sauf que bon, sortir ce genre de phrase déjà que c'était dur, en plus il était encore tout remué et mué à cause de tout à l'heure alors là il se contentait d'écouter.

Ne disant rien, il sentit donc la peine suite à justement ces mêmes paroles, la fureur aussi de savoir qu'elle allait être mariée sans pouvoir choisir, la honte pour ses semblables, la surprise suite à ce qu'elle disait sur eux. Oui beaucoup de surprise et de soulagement de savoir qu'elle était aussi perdue que lui, ne comprenait pas mieux que lui et que comme lui justement elle trouvait que leur situation n'était pas ordinaire, leur relation différente d'une simple amitié. Ce qu'elle dit sur son baiser fit un curieux ménage dans son ventre. Il se sentit tout à coup soulagé d'un énorme poids alors qu'un fol espoir se mettait à danser dans son coeur, lui permettant aussitôt de se rouvrir au monde et surtout à elle, de vouloir à nouveau rire et sourire avec elle.
En quelques mots, certes qu'il aurait été incapable de prononcer, elle avait été plus efficace que plusieurs jours de longs discours et en quelque sorte de "thérapie" pour ce grand timide un peu barjot qui n'était pas très malin quand il s'agissait d'une femme et encore moins malin quand son coeur rentrait en ligne de compte.
Ronan avait relevé lentement les yeux et l'observait jouer avec l'eau. Il se sentait beaucoup mieux mais la suite il ne l'avait pas prévue. Parce qu'il s'était un peu rapproché, il ne comprit pas lorsqu'elle se releva. Il voulut parler, essayer de dire quelque chose, surtout merci mais elle ne lui en laissa pas le temps et le fit tomber dans l'eau. Il vit parfaitement que c'était intentionnel... mais quand il attrapa son bras, l'entraînant à sa suite, ça il remarqua qu'elle ne l'avait pas prévu et un sourire éclaira son visage alors qu'ils tombaient tous les deux dans l'eau.

Elle avait certainement cherché à le faire rire comme le prouvait sa phrase d'ailleurs alors qu'ils remontaient respirer à la surface. Et pourtant elle l'avait surpris, il devait s'en venger. Aussi eut-elle certainement un certain choc. Elle l'avait parfaitement aidé à se remettre. Aussi le timide laissa la place au Ronan un peu plus provoquant, mais provoquant gentil.
Avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, ne lui faisant pas la moindre remarque, il profita de sa "vulnérabilité", après tout elle n'était pas censée s'y attendre, pour l'embrasser. Et cette fois pas à la commissure des lèvres, ni totalement comme ce qu'elle avait fait. Ce n'était encore qu'un petit effleurement mais plus prononcé que celui qu'ils avaient échangé avant de manger et surtout plus appuyé et plus long.
Et l'effet en fut d'autant plus extraordinaire pour le garçon. Ouh... les papillons voletaient sérieusement dans son estomac là !!!
Reculant légèrement la tête, il prit un air innocent et un sourire d'ange.

-"oups j'ai glissé", c'était sans doute "instinctif" ... on est quittes ainsi non ?


C'était ce qu'il avait dit doucement, avec un sourire un peu plus large, rougissant mais un peu moins, reprenant ses propres mots, comme s'ils les avaient retenus, qu'ils lui tenaient à coeur, qu'il devait les lui dire à cet instant.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Il ne suffit que d'un regard pour me connaitre.


Messages : 301
Date d'inscription : 24/04/2011
Localisation : Loire Atlantique


MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 15 Avr - 20:17


Magique, intense. C'était les mots qui caractèrisaient le baiser que venait de me faire Ronan. Une chose innatendue surtout de sa part, une chose dont jamais je n'aurais imaginé la possibilité.. Non parce que tout à l'heure, ca n'avait été qu'un simple bisou au coin des lèvres, ca aurait pu être par mégarde, il aurait pu de pas faire exprés aussi.. bon même si par rapport à sa réaction suivante, ca avait été fait exprés bien évidement !
AH.. magique.. j'avais eu l'impression de ne plus vivre sur ce continent de chaos, j'avais l'impression d'avoir des ailes, de voler.. de me liberer de toutes pensées négatifs.. et juste de savourer le bonheur.. Oui, pendant quelque millème de seconde, je m'étais sentie tellement heureuse.. Cette joie que vous ne connaissez que de très rare fois dans la vie, ce bonheur que vous pourrez acheter à volonté tellement sa beauté était sans pareil. Oui.. Je me sentais nouvelle, mon corps s'était réchauffé à une allure hallucinante. Mon coeur lui.. battait, il battait si vite, ca me faisait presque mal, une douleur de douceur.. Le paradoxe.. On pouvait dire que dans ces cas là, j'aimais la violence qu'il me faisait.

J'avais viré au rouge, au rouge tomate, celle bien murie que vous récoltez au tout dernier moment.. Oui, j'étais rouge de bonheur, de gêne parce que.. parce que au final, je voulais qu'il recommence. Ces paroles par la suite me laissèrent bouche bée. Que répondre à.. un acte si parfait, avec tant de plaisir, d'a...d'amour ? Oui, ca en avait tout l'air.. J'avais envie qu'il recommence, j'avais envie de retourner cette scène en boucle.. mais j'étais certaine que même l'éternité ne suffirait sans doute pas à ressentir le bonheur possible.. Pas ce genre de bonheur.. qui vous fait planer à ne plus pouvoir redescendre.
J'avais envie de rire, de danser ! j'avais envie.. d'éclater, de parler pour ne rien dire.. Non je ne pensais plus à rien sauf ca.. Comme prévu je m'étais mise à rire, sans retenue.. Un rire d'éclat, resplendissant tellement il ne pouvait s'éteindre.. Il aurait pu éblour une foule sans fin.. un rire.. à l'image du soleil. Et ce fut dans cet éclat de rire que je poussais Ronan encore plus dans l'eau comme si j'essayais de le noyer.. D'accord, il voulait jouer à celui ou celle qui surprendrait le plus.. Non mais qu'il le dise, c'était son but la ! J'appuyais donc sur ces épaules, mettant moi même la tête sous l'eau, prenant la scienne entre les mains.. et posa mes lèvres sur les siennes.. Sans peur, sans crainte.. parce que je savias que lui et moi avions besoin de ce geste entre nous.. parce que on découvrais ou redécouvrais l'amour ( dans son cas ) sous un nouvel angle. Puis j'étais remontée à la surface pour de nouveau m'accouder vers le bord. Non, je ne sortais pas de l'eau, de toute façon, j'allais avoir froid, j'étais toute trempée.. quoi que euh.. allais je vraiment avoir froid ? Pas sur.. bizarrement mon corps fragile et glacé.. hum s'était soudainement réchauffé sans que je comprenne pourquoi.. Enfin si, sans doute que je comprenais un minimum quand même ! je n'étais pas stupide.

Je soupirais.. de bien être.. avant de réellement sortir de l'eau. Cette fois, je n'y retournerais pas, c'était certain. Je pris par la suite la serviette de Ronan bien trempée que celui ci avait laissé sur le coté. D'un regard malicieux, je lui tirais la langue comme une parfaite petite gamine que j'aurais sans doute aimé être.. Puis dans un merci entouré de rire, je pris mes jambes à mon coup, fuyant dans l'herbe.. pauvre petit Ronan, il était maudit à me suivre pour pouvoir se sécher un minimum . Ce fut à ce moment d'ailleurs que je croisais la route de Caroline, Jeanne et Alfred.. Dis donc, pour qu'ils soient encore là, un certain jeune homme avait du bien se faire remonter les bretelles.. ou les oreilles au choix. J'entendis le rire de Jeanne derrière moi alors que je marchais dès à présent pieds nus dans l'herbe.. De mon coté, je riais toujours autant.. Mais je savais que c'était.. parce que sans doute j'avais l'effet second des baisers.. Oui, me trimbaler comme ca en tunique alors que celle ci devait avoir un petit aspect transparent du à l'eau que la tunique avait du absorbé.. Ah ben j'étais fraiche moi comme ca !

Puis, je finis par m'arreter en plein milieu sous un arbre fruitier.. Miam! un bon fruit tout juteux.. oui, c'est clair, j'avais bien mangé avant mais bon là.. après la course que je venais de faire et les dernières émotions, ca ne serait pas de trop. Je pris donc soin d'arracher délicatement le fruit, puis d'y prendre ma première bouchée.. Qu'est ce que c'était bon, il fallait l'avouer, j'adorais ca.. je pourais passer sans doute toute une journée à manger différents fruits.. et puis ! c'était source d'énergie surtout.. Cependant, je fut incroyablement surprise du fait de me retrouver subitement sans serviette. Bon heureusement pour moi, je n'étais pas nue, mais non, je ne m'y attendais pas à ce que la serviette disparaisse de mes épaules.. Bien sur c'était la faute à qui encore...?! a bibi ! enfin, plutôt à Ronan ! Ce fut dans un etouffement de jus de fruit que je me rebellais contre ce petit chenapan.

<<- Mais euoheuh ! t'as de la chance que le soleil tape fort, au moins, je vais avoir la possibilité de sécher ! et de bronzer.. >>

J'avais dit ca tout doucement afin que Ronan n'entende pas.. sinon il risquerait de me remettre une cape sur le dos.. ok, j'étais rousse, ok j'avais un risque de virer au rouge.. mais pâle comme j'étais, on pourrait me prendre pour une porteuse de maladie lourde alors.. Ah ! j'allais bronzer, m'allonger !! et finir de manger d'abord, parce que manger couchée.. euh, ca allait pas être simple..

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 205
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   Dim 15 Avr - 21:37

Il avait trouvé le cran d'agir.
Oui il l'avait trouvé ce fichu cran ou alors il n'avait pas réfléchi une seconde, c'était peut-être ça. Oui... il n'avait pas vraiment agi, il s'était laissé agir. Comme il avait agi plus tôt en prenant sa main, en la prenant dans ses bras, en ayant ces gestes doux et simples, tellement authentiques, tellement honnêtes et dénués de méchanceté ou sous-entendus cruels...
Comme quand il avait besoin de la voir sourire, là il avait eu besoin de l'embrasser ou du moins essayer. Même s'il essayait de ne pas le montrer, il avait tout de même un peu peur qu'elle le repousse.
Bien sûr c'était totalement différent comparé à ce qui s'était passé un peu avant.
Parce que grâce à ses paroles, elle l'avait énormément rassuré, elle lui avait redonné confiance et lui avait fait comprendre que son baiser n'était pas si amical. Que quelque chose existait entre eux, un truc qu'ils ne pouvaient peut-être pas nommés avec certitude et peut-être leur faudrait-il du temps pour le comprendre totalement et l'avouer à voix haute et surtout à l'autre mais pour l'instant les actes comptaient, beaucoup.

Parce qu'il l'avait embrassé.
Son coeur ne s'était pas déchiré, son âme ne s'était pas fragmentée.
Quoique...il n'en était pas si certain que ça. Le monde ne s'était pas écroulé ça non. Parce que c'était tout le contraire, tout était tellement beau. Le monde... oh il brillait. Il brillait de mille feux, comme des dizaines de milliers de foyers admirés du ciel.
Elle avait le coeur battant ? qu'elle se rassure lui aussi.
Les papillons volaient si vite, si fort, ils lui donnaient un peu mal au ventre mais d'un autre côté, il aimait bien cette sensation. Et il avait envie de la faire perdurer, c'est pour ça que ce baiser avait été plus long que celui qu'elle lui avait donné bien plus tôt. Mais cela s'expliquait parfaitement.
Parce que plus tôt, elle n'avait pas de signe pour aller dans ce sens, pour ne pas craindre sa réaction, pour ne pas avoir peur de lui faire mal d'une façon ou d'une autre. Lui il avait eu des signes, mais il la trouvait trop.... trop tellement de choses, extraordinaire, intelligente, belle, drôle et tellement d'autres choses. Il pensait que c'était juste sa façon d'être. Cette fille était trop authentique, trop différente, pourquoi serait-elle intéressée par lui ? Elle pouvait avoir tous les hommes il en était certain. Son caractère fort qu'il devinait sous son apparente docilité momentanée à cause de sa gêne et de la reconnaissance qu'elle semblait se sentir obligée de ressentir le faisait rire et l'emplissait d'admiration.

Bref elle était géniale à ses yeux et il avait craint de lui rappeler de mauvais souvenirs, de mal agir et surtout de la perdre. C'était pour ça qu'il était parti si vite. Parce que lorsqu'elle avait annoncé vouloir partir, il avait pensé que c'était à cause de son petit bisou de rien du tout et il s'était senti honteux, horrible et surtout... il avait fui, parce qu'il ne voulait pas qu'elle parte. Pitié il s'éloignerait d'elle, mais qu'elle réfléchisse ! Elle n'allait tout de même pas l'abandonner !!! Alors qu'en peu d'heures vécues avec elle, il avait l'impression de la connaître depuis une éternité et de n'être pas du tout, mais alors vraiment pas du tout lassé d'elle.
Son geste fut accueillit on ne peut mieux cette fois. Après tout, elle avait provoqué leur chute et bain tout habillé, enfin surtout pour elle. Ses lèvres étaient douces, délicates et tellement désirables qu'il n'avait pu s'empêcher d'y rester plus longtemps que "prévu". Elle semblait heureuse et cela le remplit de joie et de fierté, surtout son rire. Lui-même ne savait trop comment réagir.
Ronan ne tarda pas pourtant à joindre son rire au sien, heureux comme il ne l'avait pas été depuis bien longtemps.

Puis elle décida de le surprendre, de continuer leur étrange petit jeu entre la provocation et l'amour et elle réussit parfaitement son coup. Parce qu'il ne comprit pas vraiment lorsqu'elle le déséquilibra et le fit aller sous l'eau, prenant tout de même une grande inspiration. Que voulait-elle ? Il le sut bien assez tôt, frissonnant en sentant ses mains sur son visage, son regard se perdant dans le vide, même si l'eau lui piquait les yeux alors qu'elle l'embrassait. Il y répondit doucement, mais pas encore sans timidité ni gêne réelles, entrouvrant juste légèrement les lèvres et passant ses bras autour d'elle. Mais elle s'échappa peu après et il remonta à la surface, l'observant. Elle était si belle. Et lui était tellement chamboulé.Sa tête lui tournait quelque chose de bien. L'avait-elle frappé ? S'était-il cogné ? Parce que le monde était vraiment sans dessus dessous.
Il se reprit finalement mais ce fut un peu tardivement parce qu'il la vit sortir de l'eau. Quoique... la vue valait le détour !
Après tout, comme elle était trempée, non seulement le tissu était moins... opaque au regard mais encore et surtout, mouillé comme il l'était, il moulait son corps. Le jeune homme déglutit difficilement, les mains soudainement moites et ayant très très très chaud... Surtout au niveau du ventre. Wahou...

Sauf qu'elle semblait décidée à le faire tourner en bourrique parce qu'elle se carapata vite fait bien fait avec la serviette. Retrouvant toute contenance et se prêtant à son jeu, il bondit rapidement et souplement hors de l'eau, le torse ruisselant d'eau, toujours uniquement vêtu de son pantalon et se mit à la pourchasser.
Effectivement il croisèrent Caroline, Jeanne et Alfred. La deuxième avait apparemment décidé de soutenir sa "consoeur", parce qu'elle fit un croche-pied à Ronan qui s'il se rétablit sans mal, fut tout de même ralenti. Alfred avait ouvert la bouche et écarquillé les yeux devant le beau spectacle qu'offrait Louka; Et Caroline avait poussé un profond soupir de soulagement et souriait à présent comme une mère bien heureuse. A cet instant, elle fit forcer la marche des autres, ils devaient rentrer au plus tôt sous prétexte qu'il y avait beaucoup à faire, en réalité parce qu'elle ne voulait pas qu'ils soient dérangés.
Et effectivement, il ne valait mieux pas, la situation ne s'était déjà pas abordée sans mal, ce serait bête de ne pas la laisser s'épanouir tant qu'ils étaient assez délurés pour oser quelques gestes l'un envers l'autre.

Ronan finit d'ailleurs par rattraper Louka mais ce ne fut pas sans mal. En effet au départ son rire le guidait, l'aidant à la localiser lorsqu'il la perdait de vue dans les buissons ou différentes végétations. Mais elle avait cessé de rire quand elle avait trouvé le lieu où s'arrêter et s'était mise à grignoter son fruit. Il la vit soudainement et se fit silencieux, l'admirant. Leur course n'avait que peu séché leurs vêtements il s'en rendait compte. Mais à présent il n'avait plus autant honte de la trouver belle. Arrivant silencieusement derrière elle, il lui prit la serviette, se "vengeant". Mais en fait ce n'était pas vraiment sa vengeance. Oh la vengeance arrivait, elle n'était pas bien loin mais pour ça elle devait encore réagir.
Quand elle se tourna vers lui, rouspétant gentiment, en train de manger son fruit, il sourit, se pencha sur elle et en profita pour lui "dérober" le bout de fruit qui dépassait de sa bouche, se fichant pas mal du fait qu'il s'en mettait pas mal se le menton, enfin du jus en fait.
L'instant d'après, la vengeance déjà enclenchée atteignait son apogée. Il la tira vers lui et se laissa tomber. Oh il avait dans l'idée de la faire tomber dans l'herbe mais ne souhaitait en rien la brutaliser ou lui rappeler de mauvais souvenirs. Il la prit donc contre lui, la serrant contre son torse avant de se laisser choir de tout son poids par terre. L'herbe pas mal moelleuse très présente en ce lieu amortit considérablement sa chute et il serra un peu plus ses bras autour d'elle, passant une main dans ses cheveux.

- Tss, vous courez bien vite damoiselle.

Il sourit, continuant de caresser un instant ses cheveux, nullement gêné par son poids. Seulement sa tunique trempé contre son torse nu mais brûlant euh... c'était pas mal mais... il avait à nouveau assez chaud même s'il se contrôlait parfaitement. Le souvenir de ses paroles la bouche pleine le firent sourire, ainsi que la manière dont elle avait écarquillé les yeux suite à son "baiser récupérateur de bout de fruit". Il avait beaucoup aimé celui qu'elle lui avait offert sous l'eau. Il ne s'y attendait pas et avait une tout autre saveur que ce qu'il aurait pensé. Peut-être parce que cette fois c'était volontaire, long et voulu. Il se disait que s'il recommençait maintenant, ce serait encore différent, parce qu'elle avait mangé un fruit, ses lèvres devaient être si sucrées... Il redressa légèrement la tête, posant simplement ses lèvres contre les siennes, ni en geste possessif, ni brusque, ni imposé... Ca jamais. Elle voulait bronzer ?... Ils bronzeraient ensemble alors. Eyh il n'était pas gardien d'enfant non plus. Maintenant qu'elle était ici en sécurité et pas sous le soleil de plomb, agressif du désert, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait.

-je peux t'aider à sécher aussi.


Il avait dit ça gentiment sur un ton un peu provocant mais avait tout de suite eu son sourire timide montrant qu'il plaisantait. Eyh... une chose à la fois hein ?! Un progrès à la fois !

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si je te tends la main ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si je te tends la main ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» La main invisible
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Comme les doigts de la main

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Isisnahl :: Zones Urbaines :: Mégalopoles :: Epsilon-